Monture- micro 4/3
Format couvert- micro 4/3
Plage focale- 42,5 mm
Ouverture maximale- f/1,2
Ouverture minimale- f/16
Distance de mise au point- 0,5 m
Nombre de lamelles du diaphragme- 9
Construction- 11 lentilles réparties en 14 groupes
Éléments spécifiques- 2 lentilles asphériques, 1 lentille ED, 1 lentille UHR
Échelle des distances- non
Rapport de reproduction- 0,1 X
Motorisation- oui
Stabilisation- oui
Dimensions- 76,8 mm x 74 mm
Dimanètre filtre- 67 mm
Poids- 425 g
Parasoleil- oui
Étui souple- oui

Caractéristiques

Panasonic Leica DG Nocticron 42,5 mm f/1,2 ASPH

Panasonic profite du CES 2014 pour confirmer l'arrivée de son tout nouveau 42,5 mm f/1,2, (annoncé en août dernier), un objectif ultra-lumineux estampillé Leica Noctrinon, taillé pour le portrait. C'est une optique micro 4/3 qui équivaut donc à un 85 mm en 24 x 36 mm (coefficient de conversion de X2). L'objectif est équipé d'une stabilisation optique. Il est composé de pas moins de 14 lentilles réparties en 11 groupes avec deux verres asphériques, un verre à faible dispersion et un verre UHR (Ultra High Refractive). On retrouve un diaphragme circulaire à 9 lamelles et une construction 100 % métal.

Logo DxOCe test optique est basé en partie sur les mesures réalisées en laboratoire par DxOMark dans le cadre d’un partenariat conclu entre Les Numériques/Focus Numérique et DxO Labs. Créée par DxO Labs, DxOMark est la source d’information indépendante la plus fiable et la plus objective sur la mesure de qualité d’image. DxOMark a bâti sa réputation grâce à des protocoles de tests rigoureux, des outils de mesure de qualité industrielle et une base de données constituée de milliers de mesures d’appareils photo, d’objectifs et de téléphones mobiles. Les résultats complets des tests réalisés sur cette optique sont disponibles sur www.dxomark.com.

Déplier

Prise en main

La prise en main de ce nouvel objectif est excellente. Pour commencer, il est sobre et beau. Le design reprend clairement les codes établis sur les objectifs Leica : un corps en métal noir mat, une police orange pour la référence de la focale (même police au passage), une police blanche pour les diaphragmes, un point rouge de repère pour le montage, des bagues de contrôle rainurées...

Panasonic Leica DG Nocticron 42,5 mm f/1,2 ASPH

Bref, ce nouveau 42,5 mm dispose de tout cela, mais attention, il ne s'agit pas ici d'un objectif Leica. À caractéristiques équivalentes, un objectif allemand pèserait deux fois de la version japonaise (425 g tout de même). La qualité des matériaux, bien qu'élevée sur cet objectif, serait encore supérieure, la fluidité des bagues serait différente, etc. Notons que Panasonic a essayé au maximum de cacher sa présence sur ce produit. On retrouve un petit Lumix sur le côté, un très discret Panasonic en dessous de l'objectif avec le numéro de série et les logos d'usages. Même sur la lentille frontale ne figure pas de référence à la firme japonaise.

Panasonic Leica DG Nocticron 42,5 mm f/1,2 ASPH

Quoi qu'il en soit, cet objectif fait de l'effet : il est élégant, construit avec des matériaux de qualité en métal et dispose de finitions tout à fait correctes. Monté sur un Lumix GX7, l'ensemble est assez bien équilibré en main. Les doigts viennent naturellement se positionner sur la bague de mise au point et sur la bague de diaphragme.

Panasonic Leica DG Nocticron 42,5 mm f/1,2 ASPH

Notons que cet objectif dispose d'un système autofocus rapide, précis, mais un peu bruyant. On sent beaucoup les déplacements de lentilles. La bague de mise au point manuelle est assez confortable à utiliser. Elle est peut-être un peu trop souple. Malheureusement elle ne dispose pas de butée pour la MAP minimale et l'infini.

Panasonic Leica DG Nocticron 42,5 mm f/1,2 ASPH

La bague de diaphragme est un réel plus qui donne du cachet à l'utilisation. Elle est crantée au 1/3 de diaphragme ce qui assure une bonne précision. Malheureusement elle est, elle aussi, trop souple et manque de caractère. Sur le côté on retrouve deux discrets interrupteurs pour basculer en mise au point manuelle ou activer ou non la stabilisation optique. Notons l'absence de repères de distance de mise au point.

Déplier

Tests mires

logo dxo

Olympus OM-D EM-1

Voici une étude objective sur des tests labo. Ce travail est réalisé en partenariat avec DxO Mark qui s'occupe de la réalisation des mesures. Ici encore, les résultats de ces analyses sont à mettre correspondance avec le ou les boîtiers de tests que nous avons utilisés.

Nous avons opté ici pour un Olympus OM-D EM

1 et un Panasonic Lumix GX7.

Le test de l'Olympus OM-D EM-1

Le test du Panasonic Lumix GX7

Nos analyses sont basées sur des images réalisées en RAW et JPEG.

Facteur de transmission

Le facteur de transmission est une donnée intéressante. Il correspond à la quantité de lumière que laisse réellement passer l'objectif. Il est important de l'étudier à pleine ouverture, c'est-à-dire dans le cas où l'objectif est supposé laisser passer un maximum de lumière.

Panasonic Leica DG Noctinon 42,5 mm f/1,2 APSH

Le 42,5 mm est un peu moins lumineux qu'il n'y parait. On mesure un décalage pouvant aller jusqu'à 0,8 IL à la pleine ouverture. En moyenne il est de -0,5 IL sur l'ensemble des ouvertures.

Vignetage

Tous les objectifs donnent des images dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence en IL entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Nous avons décidé d'observer le vignetage aux grandes ouvertures. Le vignetage est exprimé en IL. -1 IL correspond à une sous-exposition équivalente à la fermeture de 1 diaphragme, ou la division par 2 du temps de pose ou de la sensibilité ISO.

échelle vignetage

Comme souvent, le vignetage se ressent principalement aux plus grandes ouvertures. Comptez un décalage de près d'un IL entre le centre et les bords à f/1,2. Il devient beaucoup plus discret voir négligeable dès f/2,8.

Aberrations chromatiques

Les aberrations chromatiques résultent d'un problème de focalisation de la lumière variant selon les différentes longueurs d'onde des rayons lumineux. La mise au point ne peut pas être effectuée simultanément au même endroit pour les différentes couleurs du spectre. Ces légers décalages de mise au point entraînent l'apparition de bordures irisées colorées. Ces défauts se voient particulièrement lors des transitions précises du net au flou, sur les fins détails (très contrastés).

echelle ABEC

Les aberrations chromatiques sont imperceptibles sont présentes à toutes les ouvertures sur les les bords (dans les coins) les plus extrêmes.

Distorsions

Les objectifs ont tendance à tordre la réalité. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Panasonic Leica DG Noctinon 42,5 mm f/1,2 APSH

Les distorsions sont très discrètes !

Piqué (visuel et acutance)

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 par exemple.

De plus le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un Lumix GX7 et un Olympus OM-D EM-1 de 16 millions de pixels) et la taille de son capteur (micro 4/3 pour le GX7). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Le GX7 dispose d'une définition de 4608 x 3464 pixels. Chaque pixel mesure donc 3,8 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Les premiers résultats avec ce nouveau 42,5 mm sont assez bons sans pour autant être exceptionnels. Les images sont bien nettes et piquées au centre dès la pleine ouverture de f/1,2. Cette sensation de netteté s'atténue à mesure que l'on se rapproche des bords. L'objectif semble livrer le meilleur de lui-même entre f/2,8 et f/8.

***


<esi:include src="/esi/gallery/1749" onerror="continue" />

>***

***Toutes les mesures DxO Mark du Panasonic Leica DG Nocticron 42,5 mm f/1,2 ASPH (en anglais)***

Comparons les résultats de ce 42,5 mm à f/5,6 (au centre) avec le 12-35 mm f/2,8 Panasonic au 35 mm f/5,6 (en haut) et le 12-40 mm f/2,8 Olympus au 35 mm à f/5,6 (en bas). Le résultat est sans appel, ce nouveau 42,5 mm est loin devant !
panasonic 12-35 mm panasonic 42,5 mm olympus 12-40 mm f/2,8
Comparons désormais ces trois optiques à leur pleine ouverture f/2,8 pour les deux zooms à 35 mm (Panasonic en haut, Olympus en bas) et f/1,2 pour la focale fixe (au centre).
Panasonic 12-35 mm f/2,8 : 35 mm f/2,8 Panasonic 12-35 mm f/2,8 : 35 mm f/2,8 Panasonic 42,5 mm f/1,2 : 42,5 mm f/2,8 Panasonic 42,5 mm f/1,2 : 42,5 mm f/2,8
Olympus 12-40 mm f/2,8 : 35 mm f/2,8 Olympus 12-40 mm f/2,8 : 35 mm f/2,8 Panasonic 42,5 mm f/1,2 : 42,5 mm f/1,2 Panasonic 42,5 mm f/1,2 : 42,5 mm f/1,2

Déplier

Tests terrain

  1. Focales et angle de champ

  2. Distorsions

  3. Vignetage

  4. Stabilisation

  5. Bokeh

Il faut bien distinguer deux approches dans le jugement de la qualité d'image que procure un objectif : la première se fait de manière subjective en observant des images ; la seconde est objective, en se basant sur les résultats de tests réalisés en laboratoire. L'une ne va pas sans l'autre. De plus, il faut tenir compte des caractéristiques de l'appareil utilisé dans le test.

Ici, nous avons opté pour le Lumix GX7 équipé d'un capteur Micro 4/3 de 16 millions de pixels. Le test terrain sert à l'évaluation subjective de la qualité d'image que procure l'objectif.

Test Panasonic Lumix GX7

Focale et angle de champ

Une focale correspond à un angle de champ ou angle de vision couvert par l'appareil photo équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand angle.

Voici ce que l’on obtient avec ce 42,5 mm monté sur un Lumix GX7. En prenant en compte un coefficient de conversion de 2, on obtient un équivalent 85 mm en 24 x 36 mm. Ce type de focale est particulièrement adapté au portrait mais peut aussi être utile dans certains cas, pour du paysage et du reportage.

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Avec ce DG Nocticron 42,5 mm, les distorsions sont extrêmement discrètes, voire totalement imperceptibles !

Panasonic Leica DG Nocticron 42,5 mm f/1,2 ASPH

Téléchargez les RAW originaux

Vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence en IL entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre. Quoi qu'il en soit, ce "défaut" se corrige très facilement numériquement. La majorité des logiciels de retouche ou de développement permettent de le rectifier. Dans certains cas, il y a même des profils de correction spécifiques aux objectifs à appliquer.

Le vignetage est assez discret sur cet objectif. On le ressent principalement aux plus grandes ouvertures et jusqu'à f/2,8. Au-delà, il devient négligeable.

Stabilisation

Le nouveau 42,5 mm est équipé d'un système de stabilisation optique, bien que certains Lumix soient équipés d'une stabilisation capteur (GX7 et GM1 par exemple). Dans ce cas, c'est la stabilisation optique qui prend le devant par rapport à la stabilisation capteur.

Avec le 42,5 mm, équivalent donc à un 85 mm, nous avons obtenu une image nette à main levée au 1/20e de seconde. Ce stabilisateur optique permet donc de gagner 2 IL par rapport au temps de pose théorique (inverse de la focale 24 x 36 mm) 1/80e de seconde.

stabilisation ON

stabilisation OFF

Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou sur des images à faible profondeur de champ. Cette notion est très subjective même si certains éléments permettent de prévoir les choses. Le bokeh dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif et la forme et taille du diaphragme. Sur certaines images, on peut même voir apparaître la forme du diaphragme.

Bien entendu, avec un Micro 4/3, on ne peut pas espérer les mêmes rendus de bokeh ni la même profondeur de champ qu'avec un capteur 24 x 36 mm. Cependant, avec une ouverture maximale de f/1,2, ce nouveau 42,5 mm se défend tout à fait ! Le bokeh est doux et subtil. C'est un réel plaisir à l'oeil et à l'usage mais attention à la précision de la mise au point : à f/1,2 sur un équivalent 85 mm, la profondeur de champ est très courte.

Licence Creative CommonsLe Test Panasonic Leica DG Nocticron 42,5 mm f/1,2 ASPH d'Arthur Azoulay est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution

Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposée.

Déplier

Verdict

Équivalent à un 85 mm, ce nouveau 42,5 mm se prête donc principalement à du portrait. Sa très grande ouverture de f/1,2 lui assure des bokeh très marqués et doux pour mettre en perspective les sujets principaux dans le cadre ou bien être parfaitement à l'aise dans de faibles conditions lumineuses. Le design de cet optique est du plus bel effet avec un style 100% Leica. Tout en métal, c'est sûre, elle ne passera pas inaperçu !

Question qualité optique, le piqué est bien au rendez-vous mais il manque cruellement d'homogénéité entre le centre et les bords aux plus grandes ouvertures. Dès f/2,8, il est proche de la perfection ! Pour ce qui des autres aspects optiques, il n'y a rien de dramatique. On observe un peu de vignetage aux grandes ouvertures, de légères distorsions et quelques aberrations chromatiques dans les coins les plus extrêmes. Bon point cette optique fixe dispose d'un système de stabilisation optique.

Au final, nous posons une réserve sur l'homogénéité du piqué aux très grandes ouvertures. Mais une question se pose : est ce que l'on attend d'une optique à f/1,2 qu'elle soit piqué sur les bords ? Non pas forcément mais à f/1,4 ou f/2 oui !

Déplier
+
  • Très grande ouverture f/1,2
  • Stabilisation optique
  • Design de l'objectif : la classe Leica style
  • Qualité de construction
  • Bague de diaphragme manuelle
  • Peu de distorsions
  • Aberrations chromatiques minimes
  • Piqué très élevé et homogène de f/2,8 à f/8
  • 42,5 mm ?
  • Pas de butée sur la bague de mise au point
  • Vigentage marqué à la pleine ouverture
  • Piqué décevant de f/1,2 à f/2,8
  • Facteur de trasnmission
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession.

Les prix
Panasonic Leica DG Nocticron 42,5 mm f/1,2 ASPH
Leica DG Nocticron 42,5 mm f/1,2 ASPH
Digixo 1278,99 €
Miss Numérique 1379,00 € Voir l'offre
Amazon 1529,88 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 1551,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1599,99 € Voir l'offre