MontureCanon, Nikon, Pentax, Sony
Format couvert24 x 36 mm
Plage focale15 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C22,5 mm
Ouverture maximalef/4
Ouverture minimalef/32
Distance de mise au point0,12 m
Nombre de lamelles du diaphragme14
Construction12 lentilles réparties en 9 groupes
Éléments spécifiques2 lentilles à haute réfraction, 1 lentille à faible dispersion
Échelle des distancesoui
Rapport de reproduction1x
Motorisationnon
Stabilisationnon
Dimensions83,8 x 64,7 mm
Poids410 g
Étui souplenon

Prise en main

Nous vous en parlions il y a quelques semaines : Venus Optics, jeune société chinoise formée par quelques passionnés de macrophotographie, vient à nouveau de frapper un grand coup après son 60 mm ultra macro au rapport 2:1 en annonçant son Laowa 15 mm capable d'atteindre un rapport de grandissement de 1:1. Le Laowa 15 mm f/4 Macro devient ainsi l'objectif macro le plus grand-angle du marché, ouvrant le champ à une photographie plus créative, dans laquelle le sujet photographié de très près pourra être présenté dans son environnement entouré d'un vaste arrière-plan.

Monté sur un reflex 24x36 dont il couvre entièrement la surface, son champ de couverture atteint 110°. Sa distance minimale de mise au point est de 12 cm, soit une distance de 4,7 mm seulement de la lentille frontale ! Sa construction optique, basée sur la présence de 12 éléments répartis en 9 groupes, intègre 3 éléments en verre à haut indice de réfraction et 1 élément en verre à très faible dispersion. Le fabricant indique offrir ainsi une bonne netteté au centre comme sur les bords et contenir raisonnablement la distorsion.

La mise au point s'effectue de manière manuelle uniquement, tandis que le diaphragme, qui offre une ouverture maximale de f/4, est fabriqué à partir de 14 lamelles. Il devrait produire des flous d'arrière-plan progressifs et nuancés.

Le Laowa 15 mm n'est pas uniquement dédié à la macro : les photographes d'architecture, notamment, seront heureux de trouver un mécanisme de décentrement dont l'amplitude s'étend à +/-6 mm si l'objectif est monté sur un reflex à capteur APS-C. Avec un reflex 24x36, la fonction est bien entendu également disponible mais s'accompagne d'un fort vignetage.

La lentille frontale très peu bombée autorise l'usage de filtres au diamètre 77 mm. Fabriqué en métal, l'objectif est livré avec son pare-soleil, dont on note qu'il est amovible.

À première vue, la fabrication métallique et la prise en main du Laowa 15 mm inspirent plutôt confiance. Son ouverture moyenne à f/4 lui confère une certaine compacité : il mesure à peine plus de 8 cm de long et, malgré un filetage avant de 77 mm, le corps de l'objectif reste fin, ce qui permet de le glisser facilement dans une sacoche.

L'objectif est livré avec son indispensable pare-soleil, qu'on pourra fixer en sens inverse pour le ranger plus facilement. Malheureusement, son système de fixation n'est pas très fiable et présente du jeu. À l'usage, il sera donc nécessaire de bien vérifier le positionnement du pare-soleil pour éviter de le voir apparaître dans l'image.

Le crénelage des bagues de mise au point et d'ouverture du diaphragme est assez agréable, bien qu'il ne profite d'aucun revêtement facilitant leur préhension. Nous n'avons cependant pas rencontré de difficultés lors de nos tests.

Première surprise en manipulant l'objectif : la bague de réglage de l'ouverture ne présente pas de crantage. Ce système d'iris continu ne poserait pas de problème si l'objectif n'était pas dépourvu de connexion électrique : impossible de contrôler la valeur d'ouverture dans le viseur. À l'usage, la bague tourne souvent toute seule et le fait de devoir vérifier son réglage sur l'échelle gravée sur le fût de l'objectif est assez agaçant. Les valeurs d'ouverture sont graduées de f/4 à f/32, mais cette échelle semble un peu aléatoire : le passage de f/4 à f/5,6 n'entraîne par exemple qu'une perte de 2/3 d'IL et nous avons été surpris de pouvoir dépasser la valeur de f/32…

Notons également que l'objectif impose de travailler à diaph réel, ce qui engendre une forte perte de luminosité en visée dès que l'on ferme le diaphragme.

Enfin, l'absence de connexion électrique avec notre boîtier Canon ne permet pas de profiter d'une assistance de mise au point. Il faut donc travailler uniquement de manière visuelle, en visée optique comme en live view.

Test labo

*La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil et de la taille de son capteur (nous avons testé l'objectif avec un Canon EOS 5Ds R et son capteur 24x36 de 50 Mpx). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Le 5Ds R dispose d'une définition de 8 736 x 5 856 px. Chaque pixel mesure donc 4 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11.*

Le piqué de l'objectif est assez correct au centre de l'image, mais dès qu'on s'approche des bords, il est bien difficile d'obtenir une image nette, ce qui à l'usage s'est montré assez gênant.

Comme souvent, l'objectif a montré des performances moindres à sa plus grande ouverture et pour obtenir des images de qualité, il est nécessaire de diaphragmer à f/5,6 ou f/8, ce qui assombrit la visée et rend la mise au point plus difficile. C'est dommage, car même à ces faibles ouvertures, la distance de mise au point très rapprochée induit une faible profondeur de champ et le diaphragme circulaire de l'objectif crée des flous d'arrière-plan agréables.

Test terrain

La focale

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Avec sa focale de 15 mm, ce Laowa offre un champ extrêmement large lorsqu'il est associé à un reflex 24x36. Bien entendu, il ne se prête pas à tous les sujets et le choix d'une focale est bien souvent une affaire de goût personnel pour le photographe. Mais à l'usage, nous avons adoré profiter d'un aussi grand angle et d'une mise au point rapprochée, qui nous a permis de cadrer de manière à ce que le sujet occupe une bonne place tout en intégrant son environnement.

Malheureusement, si le communiqué de presse fait état d'une mise au point minimale permettant de photographier au rapport 1:1, cette distance est difficilement atteignable car elle impose de coller le sujet à la lentille frontale ! En pratique, nous avons juste apprécié de pouvoir nous approcher à quelques centimètres du sujet.

laowa-15-mm-f4-macro-exemple4
laowa-15-mm-f4-macro-exemple2

Le mécanisme de décentrement intégré à ce Laowa 15 mm f/4 macro est assez rustique : il faut soulever le levier métallique sur le côté de l'objectif pour libérer le bloc optique et déplacer à la main le fût de l'objectif. Autrement dit, il est nécessaire d'utiliser ses deux mains, et le réglage est alors très aléatoire.

L'objectif ne possède pas non plus de système de rotation : le décentrement ne peut donc être utilisé que sur des photos au format paysage. Enfin, ce système de décentrement n'est valable que lorsque l'objectif est associé à un reflex avec capteur APS-C, car son champ de couverture ne permet pas de déplacement sans un important vignetage en 24x36.

Dans cette configuration et associé à un reflex Canon comme nous en avons fait l'expérience, l'objectif offre un angle de champ équivalent à celui d'un 24mm. En pratique, nous n'avons donc pas été convaincus par ce système et avons préféré photographier avec notre reflex plein format pour profiter du grand angle et garder une marge autour de notre sujet afin de redresser les perspectives en post-production.

laowa-15-mm-f4-macro-exemple5
laowa-15-mm-f4-macro-exemple6

Le vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Le vignetage est très important aux grandes ouvertures : bien plus que sur la moyenne des objectifs que nous avons l'habitude de tester, et ce, malgré l'ouverture modeste de cet objectif. À f/4, il est très gênant ; il est présent mais facile à corriger à f/5,6 et f/8, et ce n'est qu'à f/11 qu'il devient discret !

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Les objectifs grand-angle souffrent souvent de distorsions en barillet. Le Laowa ne déroge pas à la règle, mais on constate de plus qu'elle est très mal corrigée et qu'un phénomène de distorsion en moustache est très présent sur les bords de l'image. Il s'est manifesté sur plusieurs de nos images et s'est montré particulièrement gênant quand nous avons une ligne d'horizon placée dans la partie supérieure de l'image.

Galerie terrain

laowa-15-mm-f4-macro-exemple1
laowa-15-mm-f4-macro-exemple3
laowa-15-mm-f4-macro-exemple7
laowa-15-mm-f4-macro-exemple8
laowa-15-mm-f4-macro-exemple9

Verdict

Le Laowa 15 mm f/4 de Venus Optics est bourré de défauts : son vignetage est très prononcé, la distorsion en moustache, assez gênante dans certaines conditions et le piqué, plus que médiocre sur les bords. Le traitement de surface de ses lentilles n'est pas très efficace non plus pour contrer les réflexions parasites.

Et c'est vraiment dommage, car sa courte focale associée à une faible distance de mise au point le rend très agréable à l'usage, en permettant des cadrages et des compositions uniques.

Son prix raisonnable, à un peu plus de 400 €, pourrait justifier qu'il faille procéder à quelques corrections en post-production pour compenser des bords sombres ou venir contraster des images un peu molles. Mais il y a des situations où ces déficiences ne sont tout simplement pas rattrapables et il faudra composer avec. Seuls les adeptes des objectifs créatifs, qui voient dans les défauts l'empreinte d'une identité propre à la marque, pourraient s'en satisfaire.

+
  • Angle de champ très large
  • Mise au point rapprochée
  • Construction solide
  • Pare-soleil livré en standard
  • Fort vignetage
  • Distorsions en moustache
  • Pas de connexion électrique
  • Décentrement malpratique
Pascale Brites

Journaliste technique, elle renforce l'équipe de rédaction en publiant des actualités et des articles pratiques.

Les prix
Laowa 15mm f/4 macro
15mm f/4 macro
Il n'y a actuellement aucune offre.