Le 23 mm est un équivalent en 24 x 36 mm à 35 mm. Il est équipé d'un diaphragme à 7 lamelles pilotable automatiquement ou manuellement grâce une bague. La construction est faite sur une formule à 11 lentilles réparties en 8 groupes. On retrouve une lentille asphérique.

Nous l'avons testé ici avec un Fujifilm X-T1.

MontureX
Format couvertAPS-C
Plage focale23 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C35 mm
Ouverture maximalef/1,4
Ouverture minimalef/16
Distance de mise au point0,6 m (0,28 m en mode macro)
Nombre de lamelles du diaphragme7
Construction11 lentilles réparties en 8 groupes
Éléments spécifiques1 lentille asphérique
Échelle des distancesnon
Rapport de reproduction0,1 x
Motorisationoui
Stabilisationnon
Dimensions72 x 63 mm
Poids300 g
Étui soupleNC

Prise en main

Comme le 35 mm, ce 23 mm présente bien. Avec une construction 100 % métal, il inspire confiance: robustesse et qualité de fabrication semblent au rendez-vous. Compact, léger, il accompagnera parfaitement un appareil du gabarit d'un X-T1 : comptez 300 g pour un encombrement de 7 cm. Bon point, il est très discret et dispose d'une conception à encombrement constant.

Comme tous les objectifs R de Fujifilm, il est équipé d'une bague de diaphragme manuelle, ce qui est parfait pour une utilisation plus intuitive de l'appareil. Elle est crantée au 1/3 d'IL et offre une position A pour passer en mode priorité à la vitesse. Malheureusement, elle manque de franchise. Il faudra prendre garde à ne pas modifier malencontreusement l'ouverture à cause d'une mauvaise manipulation. Bon point, on retrouve un petit indicateur de profondeur de champ en utilisation manuelle de la mise au point.

La bague de mise au point est assez agréable à utiliser. Elle dispose de deux positions. La première la bloque complètement pour laisser à la main à l'autofocus — aucune retouche manuelle du point n'est possible. La seconde, en la tirant vers le boîtier, laisse apparaître des indicateurs de distance de mise au point pour une utilisation manuelle. Elle est malheureusement trop fluide, mais présente l'avantage de disposer de réelles butées.

Tests labo

Nous avons testé 56 mm avec un Fujifilm X-T1 et son capteur APS-C de 16 millions de pixels (4,8 micromètres de côté).

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un X-T1 de16 Mpx) et la taille de son capteur (APS-C pour le X-T1). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Le X-T1 dispose d'une définition de 4896 x 3264 pixels. Chaque pixel mesure donc 4,8 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

En plus des traditionnelles photos de notre scène test (vous pouvez télécharger les fichiers RAW en haute définition), nous avons passé le couple (objectif + X-T1) dans notre moulinette maison avec la charte SFR+ et Imatest.

Les résultats de ce 23 mm sont assez bons sans pour autant atteindre la qualité obtenue avec le 56 mm. L'objectif donne le meilleur de lui-même entre f/5,6 et f/11 avec des images très piquées et surtout homogènes entre le centre et les bords. Aux plus grandes ouvertures, c'est un peu plus décevant. Le piqué est nettement moins fort au centre et baisse de manière significative sur les bords. Dès f/11, la diffraction fait son apparition.

Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/1,4 R

À titre informatif, nous allons comparer les résultats obtenus avec un 35 mm f/1,4 Sigma monté sur un 5D Mark III. À la pleine ouverture, le Sigma est bien meilleur au centre et sur les bords. En utilisant une ouverture moyenne, la différence entre les deux objectifs est nettement plus discutable.

À f/1,4 Fujinon 23 mm.À f/1,4 Fujinon 23 mm.

À f/1,4 Sigma 35 mm.À f/1,4 Sigma 35 mm.

À f/5,6 Fujinon 23 mm. À f/5,6 Fujinon 23 mm.

À f/5,6 Sigma 35 mm.À f/5,6 Sigma 35 mm.

Tests terrain

La focale

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Ce 23 mm est un équivalent 35 mm. Cet objectif est orienté grand-angle ou focale standard, pour du reportage ou de la photo de paysage par exemple.

Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/1,4 R

Le vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Le vignetage sur ce 23 mm est assez discret et visible aux plus grandes ouvertures uniquement. À partir de f/2,8, il devient négligeable.

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Avec ce 23 mm, les distorsions sont bien visibles, mais restent assez faibles et très facilement compensables avec la plupart des logiciels de post-production.

Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/1,4 R

Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Ce 23 mm dispose d'une ouverture maximale de f/1,4 : il est donc en mesure de produire des images avec des effets de profondeur de champ très marqués sur un équivalent 35 mm. Cependant, il faut bien garder en mémoire que la profondeur de champ dépend également de la taille du capteur et du coefficient de conversion utilisé. C'est bien une profondeur de champ d'un 23 mm que l'on obtient, même si les images sont des équivalents 35 mm.

Galerie terrain

Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/1,4 R exemple 1
Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/1,4 R exemple 2
Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/1,4 R exemple 3
Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/1,4 R exemple 4
Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/1,4 R exemple 5
Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/1,4 R exemple 6
Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/1,4 R exemple 7
Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/1,4 R exemple 8
Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/1,4 R exemple 9
Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/1,4 R exemple 10
Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/1,4 R exemple 11
Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/1,4 R exemple 12
+
  • Qualité de construction, de finition
  • Design et discrétion
  • Bague de diaphragme manuelle
  • Qualité optique
  • Grande ouverture
  • Manque d'homogénéité aux plus grandes ouvertures
  • Pas de stabilisation optique
  • Pas de retouche manuelle du point
  • Léger vignetage aux plus grandes ouvertures
En résumé

Au final, nous recommandons sans grande hésitation ce 23 mm équivalent à un 35 mm.

On apprécie le design et la qualité de construction. L'utilisation de la bague de diaphragme est un réel plaisir et permet de retrouver de belles sensations. La qualité optique est aussi bien présente, même s'il faut être indulgent sur l'homogénéité du piqué sur les bords aux plus grandes ouvertures. L'absence de stabilisation optique (d'un intérêt discutable) se fait oublier par la grande ouverture de f/1,4 qui permet également d'obtenir de beaux effets de profondeur de champ.

On regrette l'impossibilité de faire une retouche manuelle du point.

Fujinon XF 23 mm f/1,4 R
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Fujifilm Fujinon XF 23 mm f/1,4 R
Fnac.com marketplace 659,99 €
Priceminister 744,90 € Voir l'offre
Amazon 799,99 € Voir l'offre
Fnac.com 799,99 € Voir l'offre
Digixo 897,90 € Voir l'offre
Miss Numérique 899,00 € Voir l'offre
Conrad 949,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Contenus sponsorisés