MontureCanon EF
Format couvert24x36
Plage focale40 mm
Nombre de lamelles du diaphragme7
Construction4 groupes - 6 lentilles
Éléments spécifiquesNC
Échelle des distancesNon
Rapport de reproduction1 : 5
MotorisationOui STM
StabilisationNon
Dimensions68,2 x 22,8 mm
Poids130 g
Étui soupleNon

Caractéristiques

Canon EOS 650D EF-S STM 40 mm

Le nouveau Canon EF 40 mm f/2,8 STM a été annoncé en même temps que le reflex Canon EOS 650D (juin 2012). Voir la news d'annonce ici.

L’objectif rentre dans la gamme EF, conçue pour les capteurs de reflex plein format et donc à fortiori pour les capteurs APS-C (moyennant un facteur de conversion des focales). En utilisant un coefficient de conversion de 1,5 X (1,6 X chez Canon pour être exact), on obtient donc un équivalent 60 mm..

Il est siglé STM pour l’utilisation de son tout nouveau système de motorisation pas à pas : exit donc la technologie USM. Pas de stabilisation optique au programme non plus.

Montée sur un reflex APS-C, cette focale est un peu entre deux eaux. 60 mm, c'est trop long pour du reportage et trop court pour du portrait. Par contre sur un plein format (5D Mark III), c'est l'optique idéale !

Question tarif, il se positionne aux alentours des 250 € et concurrence tout naturellement le Pentax DA 40 mm f/2,8 XS (environ 300 €) et les 50 mm f/2,8 ou f/1,8. Chez Sigma, le 50 mm f/1,4 coûte environ 430 euros (objectif non-pancake). Le positionnement prix est donc assez agressif !

Nous avons testé le modèle en monture Canon sur un EOS 5D Mark II et son capteur de 21 millions de pixels.

Logo DxO MarkCe test optique est basé en partie sur les mesures réalisées en laboratoire par DxOMark dans le cadre d’un partenariat conclu entre Les Numériques/Focus Numérique et DxO Labs. Créée par DxO Labs, DxOMark est la source d’information indépendante la plus fiable et la plus objective sur la mesure de qualité d’image. DxOMark a bâti sa réputation grâce à des protocoles de tests rigoureux, des outils de mesure de qualité industrielle et une base de données constituée de milliers de mesures d’appareils photo, d’objectifs et de téléphones mobiles. Les résultats complets des tests réalisés sur cette optique sont disponibles sur www.dxomark.com.

Prise en main

Ergonomie – prise en mains

La prise en mains est excellente : l'objectif est juste assez lourd pour le soutenir avec la les doigts de la main gauche. Installé sur un reflex, c'est un vrai plaisir, l'ensemble devient compact et léger ! La bague de mise au point est facile à utiliser, mais elle ne dispose pas de butées.
Canon EF 40 mm STM test review monté sur un 5D Mark II
Conception minimaliste : interrupteur AF..

Le poids et l'encombrement de cet objectif sont vraiment ses points forts. Il ne dépasse pas les 3 cm en épaisseur et pèse moins de 150 g. On pourrait presque penser que le 5D Mark III est le dernier hybride Canon !

La finition des interrupteurs est la même que sur les autres objectifs, un bouton poussoir franc pour activer l'autofocus.

  • AF/ MF : pour l’autofocus Canon EF 40 mm STM test review devantCanon EF 40 mm STM test review arrière

Une très bonne chose, l’objectif dispose d'une technologie IF qui lui permet de garder la lentille frontale fixe quel que soit la distance de mise au point et donc de pouvoir utiliser plus simplement un filtre polarisant.
TCanon EF 40 mm STM test review
Avec le Canon EOS 5D Mark II, la combinaison est très discrète : on croirait presque un hybride !

Tests mires

| | | | 1. Facteur de transmission2. Vignettage3. Aberrations chromatiques4. Distorsions5. Piqué (Visuel et Acutance) | 5DmarkII |

Test Canon EOS 5D Mark II

Voici une étude objective sur des tests labo. Ce travail est réalisé en partenariat avec DxO Mark qui s'occupe de la réalisation des mesures. Ici encore les résultats de ces analyses sont à mettre correspondance avec le ou les boîtiers de tests que nous avons utilisés. Nous avons opté ici pour un Canon EOS 5D Mark II.

Nos analyses sont basées sur des images réalisées en RAW et JPEG.

Facteur de transmission

Le facteur de transmission est une donnée intéressante. Il correspond à la quantité de lumière que laisse réellement passer l'objectif. Il est important de l'étudier à pleine ouverture, c'est à dire dans le cas ou l'objectif est supposé laisser passer un maximum de lumière.

FT 40 mm
Facteur de transmission du 40 mm

Cet objectif est parfait au niveau du facteur de transmission. La moyenne sur l'ensemble des ouvertures donne un Delta EV de - 0,01. Autant dire que les écarts sont totalement négligeables. **

Vignetage

Tous les objectifs donnent des images dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres.

Le vignetage se mesure en IL (Indice de lumination) : la valeur indiquée mesure la différence en IL entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Nous avons décidé d'observer le vignetage à pleine ouverture, à f/4 et à une ouverture moyenne : f/8. Le vignetage est exprimé en IL. - 1 IL correspond à une sous-exposition équivalente de la fermeture de 1 diaphragme ou de la division par 2 du temps de pose ou de la sensibilité ISO.

échelle vignetage
L'analyse labo des optiques confirme totalement nos impressions sur le terrain. Le vignetage est bien présent et assez important à pleine ouverture. On se retrouve avec un écart allant jusqu'à -1,5 EV entre le centre et les bords périphériques de l'image. À f/8, les optiques donnent un -0,33 EV ce qui reste acceptable. ### Aberrations Chromatiques

Les aberrations chromatiques résultent d'un problème de focalisation de la lumière variant selon les différentes longueurs d'onde des rayons lumineux. La mise au point ne peut pas être effectuée simultanément au même endroit pour les différentes couleurs du spectre. Ces légers décalages de mise au point entraînent l'apparition de bordures irisées colorées. Ces défauts se voient particulièrement lors des transitions précises du net au flou, sur les fins détails (très contrastés).

Nous avons observé les aberrations chromatiques à pleine ouverture, à f/4 et à une ouverture moyenne : f/8.

echelle ABEC Notons que les aberrations chromatiques restent négligeables en dessous de 5 micromètres. Le 40 mm procure assez peu d'aberrations chromatiques.

Distorsions

Les objectifs ont tendance à tordre la réalité. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinet et les distorsions en barillet.

Disto 40 mm Distorsions du 40 mm ****

**** L'analyse labo des distorsions confirment notre test terrain. Les distorsions sont très faibles avec ce 40 mm. Comme pour le vignetage et les aberrations chromatiques, les distorsions se corrigent très facilement en post-production. ****

Piqué (Visuel et Acutance)

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre aux ouvertures moyennes : f/8 par exemple.

De plus le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un Canon EOS 5D Mark II de 21 millions de pixels) et la taille du capteur (24 x 36 pour le 5D Mark II). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Le 5D Mark II dispose d'une définition de 5616 x 3744 pixels. Chaque pixel mesure donc 6,4 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/20 !

Après une première analyse visuelle, le piqué du 40 mm est bon sur les grandes ouvertures (f/2,8 et f/4). Il est relativement homogène, il y aura donc peu de perte entre le centre et les bords de l'image. À f/5,6, l'homogénéité diminue grandement. Les bords seront donc plus "mous" que le centre. Chose étonnante, ce phénomène disparaît à f/8 et f/11.

L'acutance se réfère à la sensation de netteté. Plus elle est élevée, plus l'impression de netteté est forte. Cette notion prend en compte la manière dont nos yeux perçoivent le contraste (on parlera de courbe de l'oeil ou FTM de l'oeil), la distance d'observation et la taille de l'image à regarder. DxO effectue ses calculs d'acutance sur la base d'une observation d'un tirage de 1,5 mètre de large à 1 mètre.

échelle accutance


> Test complet du Canon EF 40 mm f/2,8 STM sur DxO Mark

Tests terrain

| |
|
| 1. Focale et angle de champ2. Distorsions3. Vignetage4. Bokeh5. Macro |

Il faut bien distinguer deux approches dans le jugement de la qualité d'image que procure un objectif : la première se fait de manière subjective et observant des images ; la seconde est objective, en se basant sur les résultats de tests réalisés en laboratoire. L'une ne va pas sans l'autre. De plus, il faut tenir compte des caractéristiques de l'appareil utilisé dans le test. Ici, nous avons opté pour un Canon EOS 5D Mark II équipé d'un capteur de 21 millions de pixels. Certaines images ont été réalisées également avec un Canon EOS 650D. Le Test Terrain sert à l'évaluation subjective de la qualité d'image que procure l'objectif.

Le test du Canon EOS 5D Mark II

Le test du Canon EOS 650 D

Focale et angle de champ

Une focale correspond à un angle de champ ou angle de vision couvert par l'appareil photo équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l’on obtient avec le 40 mm monté sur le Canon EOS 5D Mark II, qui est équipé d’un capteur plein format. C'est une focale standard équivalente à peu près au champ de vision actif d'un être humain. Cette focale sera donc idéale pour du reportage par exemple. En utilisant l'objectif sur un appareil équipé d'un capteur au format APS-C (EOS 650 D par exemple), on obtient un équivalent 60 mm (avec un coefficient de conversion de X1,5).
Canon EF 40 mm f/2,8 STM
** 40 mm sur le 5D Mark II. (Téléchargez le RAW original)

Canon EF 40 mm f/2;,8 STM : test terrain

Équivalent 60 mm sur 650D. **

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinet et les distorsions en barillet. Le 40 mm Canon présente de faibles distorsions en barillets.

Canon EF 40 mm f/2,8 STM
** Distorsions (Téléchargez le RAW original)

Vignetage

Tous les objectifs donnent une image, dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres.

Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence en IL entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre. ****

En position grand-angle à f/2,8, le vignetage est très visible avec le 40 mm. Il reste visible à f/4 et disparaît complètement à f/8. Pour certains, le vignetage est plus une qualité, qu'un défaut. En effet, il permet de "refermer" l'image et procure un aspect esthétique très appréciable. Quoi qu'il en soit, il se corrige très bien et très facilement numériquement. La majorité des logiciels de retouche ou de développement permettent de le corriger. Dans certains cas, il y a même des profils de correction spécifiques aux objectifs à appliquer.

Canon EF 40 mm f/2,8 STM Vignetage à f/8

Canon EF 40 mm f/2,8 STM
Vignetage à f/4

Canon EF 40 mm f/2,8 STM Vignetage à f/2,8 (Téléchargez les RAW originaux)

Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou sur des images à faible profondeur de champ. Cette notion est très subjective même si certains éléments permettent de prévoir les choses.

Il dépend de beaucoup de paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et taille du diaphragme.

Le Bokeh du Canon est assez franc . Les transitions du flou au net sont rapides et dures. Bien entendu, cette notion dépend de beaucoup de paramètres : conception de l'objectif, forme et taille du diaphragme (7 lamelles sur le 40 mm), la distance de mise au point, l'ouverture, les éventuels écarts entre les différents plans de l'image.

Canon EF 40 mm f/2,8 STM ****

Bokeh à f/2,8

(Téléchargez le RAW original) ****

Macro

Photographier les sujets de près n’est pas facile et tous les objectifs ne sont pas capables de réaliser les mêmes images. L’explication est simple : l'objectif nécessite une distance minimum de mise au point entre vous et votre sujet (30 cm pour le Canon). Pour photographier de minuscules sujets, c’est trop s’il l’on prend en compte un second facteur, le rapport de grandissement de l’objectif 1:5.

Au mieux, le Canon procurera des images 5 X plus petites que le sujet.

Canon EF 40 mm f/2,8 STM
(Téléchargez le RAW original) ****

Licence Creative CommonsTest Canon EF 40 mm f/2,8 STM de Arthur Azoulay est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Verdict

Canon EF 40 mm f/2,8 STMLes pancakes (optique ultra plate) et les focales fixes sont à la mode ! Les COI (hybrides) n'y sont pas étrangers. Jusqu’ici, seul Pentax disposait d'optiques optimisées pour réduire l'encombrement. Les avantages sont nombreux : poids, encombrement, qualité d'image d'une focale fixe, etc. Le nouveau Canon EF 40 mm f/2,8 (taillé pour les capteurs 24x36) les rassemble tous sans aucun souci.

Commençons par la prise en mains. Cette nouvelle référence ne pèse que 130 grammes pour à peine plus de 2 cm de long. Autrement dit, les reflex Canon peuvent désormais concurrencer la compacité de nombreux COI. C'est un réel plaisir à transporter. La qualité de fabrication et de finition est, comme souvent, excellente.

Pour ce qui est de l'autofocus, Canon introduit une nouvelle motorisation STM pas-à-pas beaucoup plus efficace pour la vidéo. La rapidité et la précision de ce nouvel AF n'ont rien à envier à la technologie USM qui équipe la majorité des optiques de la marque.

Pour ce qui est de la qualité optique, elle correspond tout à fait à ce que l'on peut attendre d'une focale fixe proche 50 mm. Les images sont dépourvues d'aberrations chromatiques, les distorsions sont minimes. Le piqué est très bon et homogène sauf à f/5,6 (étrange, peut-être un problème avec notre exemplaire). Nous sommes, par contre, déçus du vignetage important aux pleines ouvertures.

Le EF 40 mm STM f/2,8 est positionné à un prix très attractif autour des 250 euros. Cela en fait donc un "must have" pour pouvoir voyager léger et discrètement avec son reflex. Il reçoit un recommandé.

+
  • Poids et encombrement réduits
  • Qualité de fabrication
  • Piqué homogène
  • Motorisation STM
  • Pas d'aberrations chromatiques
  • Faibles distorsions
  • Prix
  • Pas de butée sur la bague de mise au point manuelle
  • Beaucoup de vignetage aux grandes ouvertures
  • Manque d'homogénéité dans le piqué à f/5,6
  • Pas de stabilisation optique
Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Les prix
Canon EF 40 mm f/2,8 STM
Priceminister 140,98 €
Fnac.com marketplace 146,99 € Voir l'offre
Digixo 198,89 € Voir l'offre
Amazon 198,90 € Voir l'offre
Boulanger.com 199,00 € Voir l'offre
Fnac.com 199,99 € Voir l'offre
Miss Numérique 209,90 € Voir l'offre
Webdistrib 215,47 € Voir l'offre
Conrad 239,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres