Société aux activités variées mais dont le cœur de métier est depuis plusieurs dizaines d'années la conception de verres optiques, Hoya dédie sa gamme HD Nano aux photographes exigeants. Annoncé comme résistant et doté de propriétés déperlantes, le filtre Hoya HD Nano UV bloque les longueurs d'onde correspondant au rayonnement ultraviolet et se veut un compagnon de choix pour qui souhaite protéger la lentille frontale d'un objectif.

Prise en main

La boîte

Les filtres Hoya HD Nano sont livrés avec une même boîte de protection qui, par sa taille et sa configuration, peut accueillir différents diamètres de filtres. Son design classique se montre utilitaire : les côtés crantés autorisent une bonne préhension et le filtre est fermement maintenu.

La tranche de la boîte étant opaque, il est malheureusement impossible de lire les informations inscrites sur la tranche du filtre. Pour en déterminer la nature sans ouvrir la boîte, il faut donc tenter de le distinguer à travers le couvercle semi-transparent.

Filtre Hoya HD Nano UV prise en main   Filtre Hoya HD Nano UV prise en main

Le filtre

D'une épaisseur de 6 mm et proposé dans des diamètres allant de 52 à 82 mm, le filtre Hoya HD Nano UV se montre logiquement un peu plus fin que le filtre polarisant de même gamme. Une fois vissé sur un objectif, la partie apparente de ce filtre anti-UV a une épaisseur de 4 mm.

Ses propriétés déperlantes réduisent l'adhérence des gouttes d'eau à sa surface. Cela ne dispense pas d'un nettoyage dans les règles en cas de forte pluie, mais permet tout de même de ne pas être surpris par l'arrivée des premières gouttes. La qualité de fabrication du filtre est quant à elle irréprochable.

Filtre Hoya HD Nano UV prise en main   Filtre Hoya HD Nano UV prise en main

L'impact des rayons ultra-violets sur la qualité d'image étant généralement négligeable (excepté en haute altitude), les filtres anti-UV sont le plus souvent utilisés dans le seul but de protéger la lentille frontale des objectifs, auxquels ils sont alors constamment vissés.

Test labo

Les tests labo visent à vérifier les caractéristiques techniques annoncées par le constructeur, ainsi que la quantité et la qualité de la lumière retranscrite par chaque filtre. Nous nous attarderons donc sur les modifications de température de couleur, d'éclairement lumineux et de piqué engendrées par le filtre optique.

Impact sur la température de couleur et l'exposition

L'analyse spectrale de la lumière produite par une lampe à incandescence halogène est effectuée à l'aide d'un spectrophotomètre (X-Rite Colormunki associé à Argyll CMS). Aux résultats d'une première mesure sans filtre sont comparés les résultats d'une deuxième mesure avec filtre.

Pour exprimer des différences de température de couleur, on utilise couramment les mireds. On définit le mired (noté M ou MK-1 pour mégakelvin inverse) comme un million de fois l'inverse de la température de couleur, soit 1 000 000/TC. Selon les conditions d'évaluation, le seuil à partir duquel un observateur ordinaire décèle une différence de température de couleur entre deux sources lumineuses est au plus de 5,5 mireds et au moins de 0,5 mired.

La température de couleur de la lampe à incandescence utilisée est de 2 841 K, soit 352 M, tandis qu'une deuxième mesure à l'aide du filtre Hoya HD Nano UV révèle une température de couleur de 2 823 K, soit 354,2 M. Cette différence de température de couleur de 2,2 M s'avère donc négligeable.

Comme souvent avec les filtres anti-UV, la perte d'éclairement lumineux est ici nulle. Pour une scène donnée, l'indice de lumination reste ainsi rigoureusement identique lorsque le Hoya HD Nano UV est vissé sur l'objectif utilisé.

Impact sur le piqué

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre, d'une ouverture à une autre et varier entre le centre et les bords de l'image. Le piqué peut aussi être détérioré par l'utilisation d'un filtre. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11, par exemple.

Nous avons testé le filtre Hoya HD Nano UV avec un boîtier Canon EOS 5Ds R et un objectif Tamron SP 24-70 mm f/2,8 DiVC USD.

Sans filtreAvec filtre Hoya HD Nano UV

La comparaison des images obtenues ne révèle aucune détérioration du piqué de l'objectif utilisé ni aucune dérive colorimétrique. Ces résultats mettent donc en évidence une très bonne qualité optique.

Verdict

Les mauvaises surprises sont relativement rares avec les filtres anti-UV et le Hoya HD Nano UV ne fait pas exception à la règle. Il présente une très bonne qualité de fabrication, ainsi que des propriétés optiques exemplaires : aucune altération du piqué, de la balance des blancs ou de la luminosité n'est à déplorer. Peut-être peut-on cependant reprocher à Hoya de proposer les filtres HD Nano dans une variété de diamètres limitée.

+
  • Bonne qualité de fabrication
  • Aucune perte de piqué
  • Aucune altération de la balance des blancs
  • Aucune perte de luminosité
  • Propriétés déperlantes
  • Variété de diamètres limitée (de 52 à 82 mm)
En résumé

Plus simples de conception que les filtres polarisants ou à densité neutre, les filtres anti-UV se doivent d'offrir des propriétés optiques exemplaires. C'est le cas du Hoya HD Nano UV : un tel filtre peut donc rester vissé en permanence sur votre objectif favori.

default image
Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications 

Les prix
Hoya HD Nano UV
Digit-photo.com 36,90 €
Digixo 36,90 € Voir l'offre
Miss Numérique 37,00 € Voir l'offre
Digixo 38,90 € Voir l'offre
Amazon 45,73 € Voir l'offre
Ebay.fr 57,25 € Voir l'offre
Contenus sponsorisés