Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.

Perchée en haut de la Grande Arche de La Défense, aux portes de Paris, l’Arche du photojournalisme est un nouvel espace d’exposition de 1 200 m² situé au même niveau que la terrasse panoramique du bâtiment. C'est la photojournaliste Stephanie Sinclair qui inaugure les lieux avec l’exposition Too Young to Wed, Mariées trop jeunes, visible jusqu’au 24 septembre.

Vue de l'exposition Stephanie Sinclair - Too Young to Wed, Arche du Photojournalisme, La Défense. Photo Pascale Brites

Cela fait environ deux ans que Jean-François Leroy, directeur artistique de l’Arche du photojournalisme, et Stephanie Sinclair ont commencé à discuter de cette programmation. Avant cette exposition, la photojournaliste américaine n’avait été exposée qu’à un seul endroit en France, à Perpignan, en 2010 et 2012, dans le cadre du festival Visa pour l’Image, dont Jean-François Leroy est le fondateur et le directeur général. Il lui apparaissait donc indispensable d’offrir plus de visibilité à cette photographe, lauréate du Grand Prix CARE en 2008 pour son travail sur l’excision en Indonésie, ainsi que de plusieurs World Press Photo, du Prix de l'art pour la paix, du Prix du Centre international de la photographie ou encore d’un Visa d’Or.

Portrait en couleur, petite fille à l'écharpe rouge sur le toit d'un immeuble au Yémen avec femme de dos et fillette, Photo Stephanie Sinclair, série Too Young to WedYémen. Nujoud Ali (12 ans), deux ans après son divorce. Son mari était son aîné de plus de vingt ans. L’histoire de Nujoud a fait l’effet d’une bombe dans le pays et a forcé le Parlement à examiner un projet de loi fixant un âge minimum pour le mariage. © Stephanie Sinclair / Too Young to Wed

Il vous reste de l'article à lire
Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.
Pascale Brites
Pascale Brites

Journaliste technique, elle renforce l'équipe de rédaction en publiant des actualités et des articles pratiques. Ses publications