Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.

Vous avez sans doute déjà vu certaines des photographies de Liu Bolin, ce photographe chinois, connu pour ses talents de caméléon. S’il est régulièrement exposé à la galerie Paris-Beijing qui le représente, c’est la première fois qu’il occupe la tête d’affiche d’une institution parisienne. Baptisée Ghost Stories, l’exposition qui lui est consacrée à la Maison européenne de la photographie se tient jusqu’au 29 octobre.

Liu Bolin Hiding in the city - Paris 04, Safe Door, 2011 120 x 150 © Liu Bolin, courtesy of the artist / Galerie Paris-Beijing.

Il y a au premier abord un aspect ludique dans les photographies de Liu Bolin, une sorte de "Où est Charlie ?" qui consiste à chercher dans l’image où se cachent l’artiste ou ses complices. Certains se contenteront de cet aspect et salueront la réalisation technique de ces mises en scène ; trois vidéos accessibles dans l’exposition dévoilent d'ailleurs l’envers du décor.

Il vous reste de l'article à lire
Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.
Pascale Brites

Journaliste technique, elle renforce l'équipe de rédaction en publiant des actualités et des articles pratiques. Ses publications