Largement popularisée par Ryan Brenizer, photographe américain spécialisé dans la photographie de mariage, la méthode Brenizer s'adresse aux photographes qui souhaitent associer une courte profondeur de champ à un angle de prise de vue relativement large. En d'autres termes, cette technique vous permettra d'obtenir une esthétique proche d'un moyen format tout en utilisant un matériel bien moins onéreux.

Voici quelques astuces qui vous aideront à vous exercer. Nous vous invitons bien sûr à poster vos résultats en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique.

Le principe

Parfois appelée "bokehrama" pour sa mise en valeur du flou de profondeur de champ (le bokeh) et ses similitudes avec la pratique de la photographie panoramique, la méthode Brenizer est particulièrement prisée des portraitistes. Nous avons déjà évoqué l'importance du flou d'arrière-plan dans la pratique classique du portrait, tout en précisant qu'un tel effet dépend grandement de la taille du capteur de l'appareil utilisé et de l'ouverture de diaphragme choisie. Il est cependant possible d'accentuer artificiellement cet effet, de façon à détacher encore plus le modèle de l'arrière-plan et ainsi créer une esthétique surprenante.

Exercice photo méthode BrenizerPhoto : Yann Cœuru.

Le concept de la méthode Brenizer est relativement simple à appréhender : elle consiste — tout comme la photo panoramique — en la capture de plusieurs photographies en vue d'un assemblage en postproduction. Une différence de taille existe cependant entre photographie panoramique et bokehrama : là où la photographie panoramique consiste à assembler des photos capturées avec un objectif grand-angle et une faible ouverture de diaphragme, le bokehrama consiste prend le parti inverse, de façon à réduire la profondeur de champ plutôt qu'à l'optimiser.

En pratique

La méthode Brenizer est souvent appliquée dans le cadre du portrait, et partage donc de nombreux points communs avec cette pratique. Le matériel nécessaire est ainsi similaire : un boîtier 24x36 équipé d'un "petit téléobjectif" (tel qu'un 85 mm) à grande ouverture est le meilleur dispositif pour obtenir une profondeur de champ réduite et l'effet escompté. Il est possible de s'essayer à la méthode Brenizer avec un boîtier APS-C ou Micro 4/3 équipé d'un objectif similaire en matière d'angle de champ et d'ouverture, même si l'effet sera moins marqué.

Exercice photo méthode BrenizerPhoto : Mikey Tapscott.

Lors de la phase de prise de vue, gardez à l'esprit que les différentes photos doivent être capturées avec des réglages identiques, de façon à être assemblées par la suite. Il convient donc d'opérer en réglages manuels, de choisir une ouverture de diaphragme élevée (par exemple f/2), une balance des blancs adaptée, et de sélectionner une sensibilité et une vitesse d'obturation opportunes pour une bonne exposition. Vous devrez ensuite vous placer à une distance assez réduite du sujet pour obtenir un joli bokeh, verrouiller votre mise au point sur le sujet et effectuer une série d'une vingtaine de photographies au minimum. L'utilisation d'un trépied n'est pas obligatoire, mais il est important de conserver le même emplacement de prise de vue et de veiller à ce que les images capturées se chevauchent légèrement pour en faciliter l'assemblage.

Pour conclure

Exercice photo méthode BrenizerPhoto : Garrett.

Les options logicielles qui s'offrent à vous en ce qui concerne l'assemblage sont extrêmement nombreuses. Photoshop et Lightroom disposent de leur propre module dédié à cette tâche ; notre tutoriel sur la méthode Brenizer s'attardait quant à lui sur Microsoft ICE, tandis que nous avons dédié un article plus récent à la postproduction de panoramiques avec Hugin.

N'hésitez pas à poster vos images en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique !

Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications 

Contenus sponsorisés