Si nous évoquions, à l'occasion d'un précédent exercice photo, la relative facilité avec laquelle il est possible d'exploiter le bruit électronique d'images monochromes, il va de soi que la pratique du noir et blanc en photographie numérique ne se limite pas aux situations de faible luminosité. Oubliez le monde tel que vous le voyez et apprenez à le retranscrire en nuances de gris !

Voici quelques astuces qui vous aideront à vous exercer. Nous vous invitons bien sûr à poster vos résultats en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique.

Le principe

La photographie noir et blanc étant par essence une transposition, l'expression d'un photographe, cette discipline a ceci de particulier qu'elle n'est pas soumise à l'idée de restitution fidèle de la réalité. Selon les goûts du photographe, la retranscription d'une même scène peut ainsi se faire à l'aide d'un doux monochrome ou d'une esthétique extrêmement contrastée. Notons de plus que l'utilisation d'un appareil numérique procurera un rendu plus précis — voire plus chirurgical — que ce qu'il est possible d'obtenir en utilisant des films noir et blanc.

Photo : Wiebrig Krakau.

Photographier en noir et blanc constitue un exercice d'observation et d'abstraction singulier. Il convient en effet de ne pas tenir compte des couleurs en tant que telles, mais de la composition de la scène et du contraste provoqué par la lumière. Dans l'idéal, une image monochrome doit donc être pensée comme telle dès la prise de vue.

En pratique

Pour s'habituer à cet exercice quelque peu difficile, il est possible de configurer votre appareil de façon à photographier directement en noir et blanc. L'aperçu qui vous est donné sur l'écran arrière ou dans le viseur électronique étant alors en nuances de gris, vous aurez l'occasion de penser la photographie différemment et de vous concentrer sur l'agencement des lignes et des formes plutôt que sur les jeux de couleurs.

Notez cependant que nous vous conseillons vivement l'utilisation du format RAW. Bénéficiant de toutes les informations enregistrées par le capteur, les fichiers ainsi capturés vous permettront une bien plus grande marge de manœuvre lors de la phase de retouche.

Photo : Dmitri Popov.

Si ce concept est aujourd'hui beaucoup moins exploité que durant l'âge d'or de la photographie argentique, sachez qu'il est possible d'utiliser des filtres colorés de façon à changer la manière dont la surface photosensible capte la lumière et interprète ainsi la scène photographiée. Un tel filtre a en effet la particularité de bloquer une partie des longueurs d'onde correspondant à sa couleur complémentaire. Visser un filtre rouge sur un objectif, par exemple, a pour effet d'atténuer les teintes proches du cyan et du bleu. Un photographe de paysage peut donc utiliser ce type de filtre pour assombrir le ciel et en faire ressortir les détails.

Les logiciels de retouche photo s'inspirant de procédés physiques utilisés depuis longtemps en argentique, ceux-ci proposent bien souvent des outils permettant de simuler les effets que procurent les filtres. Il convient pour cela de partir d'un fichier RAW — en couleurs donc — et de paramétrer avec précision la luminosité des différentes teintes de couleurs après avoir converti l'image en noir et blanc.

Pour conclure

Photo : Bady QB.

Portrait, photographie de paysage, d'architecture, de rue, de sport ou encore de nu, l'esthétique monochrome ne se limite à aucune discipline photographique. Notez de plus que des image capturées à l'aide de techniques telles que le low key et le high key se prêtent particulièrement à une conversion en noir et blanc.

N'hésitez pas à poster vos images en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique.

Voir aussi

Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications 

Contenus sponsorisés