Phénomènes optiques et météorologiques au caractère esthétique hors-norme, les arcs-en-ciel constituent logiquement un sujet photographique récurrent. Si leur apparition est difficilement prévisible avec exactitude, il est cependant possible de se préparer à leur manifestation. Voici quelques astuces qui vous aideront à vous exercer. Nous vous invitons évidemment à poster vos résultats en commentaires de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique.

Le principe

Résultat de la réfraction de la lumière à travers des gouttes d'eau, l'arc-en-ciel se manifeste par une décomposition de cette lumière en différentes couleurs. Son apparition dépend de plusieurs facteurs : des gouttes d'eau doivent tomber ou être en suspension dans l'air tandis que l'observateur tourne le dos à la source lumineuse qui éclaire celles-ci. Il est donc bien entendu possible de voir des arcs-en-ciel lorsque le soleil et la pluie sont tous deux de sortie, mais également à proximité de chutes d'eau ou encore lorsque le temps est brumeux. Si la source de lumière participant au phénomène est bien souvent le soleil, la lune ou une source d'éclairage artificiel peuvent également le provoquer.

Photo : Jeff Finley.

Comme vous vous en doutez certainement, la principale difficulté pour photographier un arc-en-ciel est de le trouver. Bien qu'il n'existe pas de solution miracle, gardez à l'esprit qu'un tel phénomène apparaît plus volontiers en début ou en fin d'averse, et lorsque le soleil n'est pas à son zénith. Il convient de plus de travailler rapidement, car un arc-en-ciel peut évoluer ou même disparaître en seulement quelques minutes. Si vous souhaitez vous exercer à la photographie d'arc-en-ciel en vous libérant de ces contraintes, vous pouvez néanmoins miser sur sa création aux abords d'une chute d'eau ou d'une fontaine.

En pratique

Pour donner lieu à une photographie de qualité, la prise de vue d'un arc-en-ciel doit l'associer à un cadre qui le met en valeur. Ce phénomène optique ne doit d'ailleurs pas nécessairement être considéré comme le sujet principal de l'image, mais plutôt comme un élément renforçant la composition d'une photographie de paysage. Un fond sombre, tel que des nuages situés à l'arrière-plan, peut notamment permettre de faire ressortir les vives couleurs de l'arc-en-ciel.

Si vous avez la chance de le percevoir en entier, tâchez de jouer avec la symétrie provoquée, ou encore de vous déplacer quelque peu pour placer un sujet (le sommet d'une montagne, une maison, un arbre solitaire, etc.) en son centre. Au contraire, si vous ne pouvez capter qu'une partie du phénomène, essayez de faire interagir le pied de l'arc coloré avec un élément au sol.

Photo : Nanda Green.

Toute approche photographique est permise face à l'apparition d'un arc-en-ciel, mais une configuration matérielle et des paramètres de prise de vue propices à la photographie de paysage nous semblent à privilégier. Objectif grand-angle et trépied doivent ainsi faire partie de votre attirail.

Associé à une petite ouverture de diaphragme (par exemple, f/8 ou f/11), le premier permet d'embrasser la totalité du paysage qui s'offre à vous. Le second autorise un cadrage plus rigoureux, ainsi que l'adoption d'un long temps de pose lorsque la luminosité vient à manquer. Dans ce type de situation, un déclencheur à distance permet de réduire en supplément les vibrations parasites occasionnées par le déclenchement. Enfin, un filtre polarisant peut s'avérer intéressant pour sa capacité à renforcer la saturation des couleurs et à augmenter la densité du ciel.

Conclusion

Photo : Ian Dooley.

Bien que cet exercice photo se soit uniquement attardé sur le phénomène naturel qu'est l'arc-en-ciel, la réfraction de la lumière – et donc sa décomposition en différentes couleurs – peut être causée par des instruments fabriqués par l'être humain. Un prisme constitue ainsi un merveilleux outil pour créer des effets de lumière particulièrement propices à la capture de portrait.

N'hésitez pas à poster vos images en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique.

Paul Nicoué
Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications