Le hors-champ est constitutif de tous les arts visuels et donc de la photographie. Il est tout ce qui échappe au champ de la capture, mais qui pour autant représente une part importante de la narration de la composition, crée le mystère dans votre photographie, fait travailler l’imagination de celui qui la découvre. Dans cet exercice, nous allons apprendre à l’intégrer au mieux pour renforcer vos compositions.

Le principe

Parler de photographier le hors-champ est en soi un contresens puisque, de par sa nature même, le hors-champ se trouve en dehors du champ du sujet photographié. C’est quelque chose qu’on ne voit pas dans l’image. Pour autant, vous le photographiez et le suggérez de par l’attitude du sujet ou à travers un élément présent dans votre composition. Il éveille l’imagination du lecteur en lui laissant deviner ce qu’il ne voit pas et laisse tout à chacun la possibilité d’y voir autre chose.

En plus de ses dimensions esthétique et mystique, le hors-champ peut permettre de replacer une photo dans son contexte. La photographie capture un instant précis à la fois dans le temps, dans l’espace et dans son contexte, le figeant ainsi à tout jamais. Isoler cet instant, selon votre composition, peut le rendre captivant comme incompréhensible pour le lecteur. Il en va de la responsabilité du photographe de maîtriser ce qui entre et sort du champ afin de créer une situation qui laisse autant de place à l’évidence qu’à la suggestion.

Il vous reste de l'article à lire
Samuel Boivin
Samuel Boivin

Grand reporter spécialiste du Val-de-Marne, se revendique d'Albert Londres, Günter Wallraff et autres Robert Namias. Ses publications