Partie intégrante de la large discipline qu'est la photographie d'architecture, la photographie d'intérieur est bien entendu marquée par un souci de documentation doublé d'une exigence esthétique concernant l'agencement des formes et la maîtrise des lignes. Ne serait-ce que par la nature de l'espace photographié, capturer l'intérieur d'un bâtiment constitue cependant une expérience bien différente de la représentation de son extérieur.

Voici quelques astuces qui vous aideront à vous exercer. Nous vous invitons bien sûr à poster vos résultats en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique.

Le principe

Commençons par évoquer ce qui semble le plus évident : là où la photographie d'architecture en extérieur s'attache à représenter un objet ou un ensemble — parfois de taille imposante — et la manière dont il s'ancre dans l'espace urbain, la photographie d'intérieur a pour vocation de représenter un espace clos et la façon dont des objets (meubles et décorations variées) l'habitent.

En résultent, pour le photographe, des limitations dans sa liberté de déplacement et par conséquent dans les angles de prise de vue possibles. De plus, l'esthétique de la photographie capturée repose non seulement sur la structure général de l'intérieur du bâtiment (volumes, agencement des pièces, etc.), mais aussi sur son aménagement.

Il vous reste de l'article à lire
Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications 

Contenus sponsorisés