Si le noir & blanc est souvent considéré comme un allié de choix dans la pratique de la photographie artistique, un maniement habile des couleurs offre également des partis pris esthétiques forts. La maîtrise des couleurs — notamment à travers le choix de la balance des blancs — peut ainsi largement influer sur l'ambiance suggérée au spectateur, tandis que la composition d'une image peut grandement être influencée par la présence d'éléments colorés.

Voici quelques astuces qui vous aideront à vous exercer. Nous vous invitons bien sûr à poster vos résultats en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique.

Le principe

Tout comme en peinture, il est possible de considérer en photographie qu'à toute image correspond une certaine palette de couleurs. Les nuances peuvent ainsi s'associer — par exemple en formant un dégradé d'une même teinte ou camaïeu — , se compléter, se répondre ou au contraire s'opposer. Pour comprendre les relations qu'entretiennent les couleurs entre elles, il peut être utile de se référer à un cercle chromatique. Une relation analogue désigne ainsi le lien entre des couleurs adjacentes sur le cercle chromatique — celles-ci peuvent alors former un dégradé —, tandis qu'une relation complémentaire désigne des couleurs qui s'opposent (le bleu et le orange, par exemple, comme on a pu récemment le voir dans les travaux de Reine Paradis).

Photo : Dominik Martin.

Si le choix d'une palette de couleurs semble plus évident en peinture qu'en photographie, les notions de mise en scène, de cadrage, d'éclairage, de paramètres de prise de vue et de retouche sont autant d'outils à disposition du photographe. Ce dernier opère ainsi à la façon d'un chef cuisinier qui compose un plat, en prenant en compte les formes, les matières et les couleurs. Si l'interprétation de cet agencement dépend du spectateur, il est aisé de comprendre la force signifiante des couleurs chaudes, des couleurs froides, d'un léger dégradé ou encore d'une violente opposition.

En pratique

Que votre pratique de la photographie repose sur la mise en scène ou sur la capture d'instants fugaces, il convient, pour exploiter les couleurs efficacement, de prêter une attention particulière à la qualité de la lumière. On notera ainsi qu'un éclairage doux (comme celui procuré par un ciel gris et uniforme) a tendance à atténuer le contraste entre les couleurs, tandis qu'une lumière dure (telle que procurée par une source ponctuelle) a tendance à le renforcer.

Photo : Alexandre Godreau.

La température de couleur des sources lumineuses est elle aussi à prendre en considération. Que la balance des blancs de votre photo soit paramétrée sur votre appareil dès la prise de vue ou sur votre ordinateur lors du traitement de fichiers RAW, il est important d'identifier les variations de température de couleur suivant le moment de la journée, la nature de la lumière ambiante et l'utilisation des diverses sources d'éclairage artificiel.

Pour conclure

Photo : Rod Long.

Lors de vos choix techniques et artistiques concernant la colorimétrie, retenez non seulement que toute photographie ne constitue qu'une interprétation de la réalité, mais aussi qu'un traitement neutre n'est pas forcément le plus à même de retranscrire le réel tel que vous l'avez perçu lors de la prise de vue. Profitez-en donc pour laisser parler votre créativité !

N'hésitez pas à poster vos images en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique !

Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications 

Contenus sponsorisés