En photographie, les effets de faible profondeur de champ sont bien souvent considérés comme une arme esthétique redoutable d'efficacité. Seulement voilà, il est des situations de prise de vue rapprochée (en proxi- et macro- photographie) où une zone de netteté trop peu étendue nuit à la lisibilité de l'image. La solution réside alors dans la capture de prises de vues multiples à l'aide du bracketing de mise au point, puis leur assemblage par la technique de focus stacking.

Voici quelques astuces qui vous aideront à vous exercer. Nous vous invitons bien sûr à poster vos résultats en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique.

Le principe

Pour rappel, la profondeur de champ désigne la zone de netteté d'une photo, c'est-à-dire la distance entre le premier et le dernier plan net. Celle-ci est définie par les facteurs que sont la taille de la surface photosensible (capteur ou pellicule), l'ouverture de l'objectif, sa longueur focale et la distance de mise au point. C'est ici ce dernier facteur qui nous intéresse : plus la distance de mise au point est réduite, plus la profondeur de champ est faible. Macro- et proxi-photographie consistant à photographier des sujets très proches, la profondeur de champ résultante est alors bien souvent de quelques millimètres.

Focus stackingPhoto : USGS Bee Inventory and Monitoring Lab.

Comme nous l'évoquions à l'occasion d'un courrier lecteur abordant la notion de focus stacking et d'un article plus général sur le bracketing, la meilleure solution pour obtenir un sujet entièrement net consiste alors à réaliser plusieurs prises de vues avec différentes distances de mise au point, de façon à assembler les images obtenues en post-production.

La technique du focus stacking revêt ainsi un rôle important pour assurer la lisibilité de certains sujets de petite taille — notamment lorsqu'il est question de photographier des bijoux, domaine dans lequel la perception des plus fins détails de l'objet peut être primordiale.

En pratique

Bien que les véritables objectifs macro puissent constituer un investissement conséquent, de nombreuses options bon marché permettent la pratique de la photographie rapprochée : c'est le cas de certains objectifs adaptés à la proxiphotographie, des bagues-allonges ou des bonnettes macro. Il est ainsi possible de s'initier aux rudiments de la photographie rapprochée et du focus stacking à peu de frais.

Fortement conseillée lors de la capture de toute photographie rapprochée, l'utilisation d'un trépied se révèle ici essentielle : en plus d'octroyer stabilité et confort lors de la prise de vue, ce dernier assure une cohérence de cadrage entre les différents clichés qui seront par la suite assemblés.

Focus stackingPhoto : Gabriel González.

Il est théoriquement possible d'effectuer un bracketing en opérant différentes mises au point de façon manuelle, mais une telle opération est laborieuse. Si la solution la plus courante réside encore dans l'utilisation d'une distance de mise au point fixe et d'une glissière permettant de déplacer l'appareil photo sur un axe précis, de récents appareils (Canon G7 X Mark II, Olympus OM-D E-M10 Mark II, etc.) parviennent à automatiser le décalage de mise au point de l'objectif auquel ils sont associés — sans surprise, une telle fonction porte alors le nom de focus stacking.

Quelle que soit la méthode adoptée, notez que le bracketing de mise au point nécessite que le sujet soit immobile. Le respect de cette condition facilitera grandement l'assemblage des images capturées à l'aide d'un logiciel spécialisé (tel que Helicon Focus ou Enfuse).

Pour conclure

Focus stackingPhoto : Benjamin Balázs.

Appliqué aux sujets adéquats, le focus stacking pourrait bouleverser votre pratique de la photographie rapprochée. À l'attention des plus téméraires : une telle technique de prise de vue peut de plus être mariée à la pratique du HDR — il convient alors, pour un même sujet, d'effectuer un bracketing d'exposition ainsi qu'un bracketing de mise au point.

N'hésitez pas à poster vos images en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique !

Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications 

Contenus sponsorisés