Malgré le caractère quelque peu désuet de l'esthétique qu'il permet d'octroyer, l'effet Orton constitue certainement un des effets les plus populaires en photographie. Cela s'explique notamment par la facilité avec laquelle il peut être mis en œuvre en numérique, ainsi que par le fort parti pris visuel qu'il constitue. Voici quelques astuces qui vous aideront à vous exercer. Nous vous invitons évidemment à poster vos résultats en commentaires de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique.

Le principe

Nommé en l'honneur de son inventeur, l'effet Orton est né du désir du photographe Michael Orton d'appliquer à ses photos une esthétique éthérée se rapprochant de la peinture aquarelle. Tout d'abord appliqué à la photographie argentique, le procédé original consiste à superposer plusieurs images (de deux à trois) d'une même composition. Dans le cas d'une superposition de deux prises de vue différentes, toutes deux sont légèrement surexposées, mais l'une sert à récolter les informations de détails tandis que l'autre a pour but de capturer les informations colorimétriques.

Photo : Karen Blaha.

Il vous reste de l'article à lire
Paul Nicoué
Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications