Plus puissant et polyvalent que le Neo, le Rotolight Aeos est un système d'éclairage LED capable de procurer tour à tour lumière continue et éclairs. Son ambition est d'être une solution intéressante pour les créateurs d'images qui manient aussi bien les outils photo que vidéo. Tout en s'avérant plus facilement transportable, l'Aeos reprend la plupart des fonctionnalités de l'imposant Anova Pro, notamment un système LED bicolore, un mode de synchronisation haute vitesse et des effets d'éclairage personnalisables.

Température de couleur3 150 K – 6 300 K
Gradation0 % – 100 %
AlimentationSecteur ou batterie (monture V-Lock)
Dimensions29,5 x 29,5 x 2 cm
Poids1,4 kg (torche seule) / 1,7 kg (torche et rotule)
SynchronisationFilaire (jack 3,5 mm) – ondes radio
AutresSynchronisation haute vitesse (HSS) / effets de lumière continue personnalisables (CineSFX et Designer Fade) / mode True Aperture Dimming

Prise en main

Pourvu d'une face avant ayant la forme d'un cercle et affichant une myriade de diodes LED, le Rotolight Aeos ressemble à première vue à son petit frère, le Neo. Il est logiquement plus imposant et plus lourd : ses dimensions atteignent 29,5 x 29,5 x 2 cm pour un poids d'environ 1,6 kg sans rotule, et de 1,9 kg avec rotule (contrairement aux poids respectifs de 1,4 kg et 1,7 kg donnés par la marque). Comptez 0,7 kg supplémentaires pour la batterie fournie par Rotolight et vous vous retrouvez avec une configuration certes transportable, mais quelque peu pesante lors d'une utilisation prolongée sans trépied.

Si l'Aeos fait la part belle au plastique, il semble plus robuste et de meilleure qualité que celui utilisé dans la fabrication du Neo. La sensation de solidité du produit est d'ailleurs renforcée par les poignées dont il se dote (pour un portage à la main), pour leur part conçues en aluminium.

rotolight aeos prise en main rotolight aeos prise en main

Ce sont donc quelques centaines de diodes qui se répartissent sur la face avant du Rotolight Aeos, tout autour du logo de la marque. De couleur bleue ou orange, elles autorisent un paramétrage de la température de couleur de 3 150 à 6 300 K. La monture présente sur la périphérie de la face de l'Aeos a quant à elle pour rôle d'accueillir une vitre en plastique sous laquelle des filtres colorés et diffuseurs peuvent être placés.

rotolight aeos prise en main

La tranche de l'Aeos est équipée de deux pas de vis 1/4” et de deux autres 3/8”. Ceux-ci permettent de fixer le système d'éclairage LED sur un trépied ou d'y attacher des accessoires tels que des volets coupe-flux (vendus séparément ou en kit). Notez que le Rotolight Aeos est livré avec une solide rotule 3D équipée d'un plateau de type Arca-Swiss, lui-même surmonté d'une vis 1/4”.

rotolight aeos prise en main
rotolight aeos prise en main
rotolight aeos prise en main

Bien que plus riche en connectiques que celui du Neo, le dos de l'Aeos se présente peu ou prou de la même façon : un écran de petite taille et deux boutons de couleur rouge autorisent le contrôle des divers paramètres du système d'éclairage. Après mise sous tension, ces deux boutons permettent donc le réglage de la puissance (de 0 à 100 %) et de la température de couleur (de 3 150 à 6 300 K) par un simple mouvement de rotation. Une pression simultanée donne accès à un menu qui liste les fonctionnalités du Neo (effets de lumière, configuration du flash, luminosité de l'écran, etc.).

rotolight aeos prise en main

La face arrière de l'Aeos est garnie d'une prise d'alimentation, un port USB Type-B, une prise synchro-flash, ainsi que des prises DMX autorisant un branchement à une console d'éclairage. Enfin, une monture V-Lock peut accueillir une batterie pour un usage itinérant du système d'éclairage LED.

rotolight aeos prise en main

En pratique

Bien que disposant d'un principe de fonctionnement relativement aisé à appréhender, l'interface de l'Aeos souffre énormément du peu d'informations affichées à l'écran. Rappelant un peu un vieux radio-réveil, l'écran proposé par Rotolight ne peut afficher qu'un maximum de quatre signes simultanément. Si le changement de la puissance et de la température de couleur de l'Aeos est facile à mettre en œuvre lorsque le système d'éclairage fonctionne en tant que source de lumière continue, le fait de fouiller dans des sous-menus pour accéder aux options de paramétrage devient très rapidement laborieux.

rotolight aeos prise en main

Parmi ces sous-menus, notons la possibilité d'activer et paramétrer des effets de lumière couramment utilisés dans le cadre de tournages de fictions audiovisuelles. Il est ainsi possible de simuler les variations d'éclairage produites par un orage, un feu, un gyrophare de police ou un écran de télévision. Pour produire des effets plus classiques, il est aussi possible de paramétrer un fondu vers le noir ou un effet stroboscopique.

Toujours en situation d'éclairage continu, on peut profiter d'un mode appelé True Aperture Dimming. Une fois celui-ci sélectionné, l'utilisateur indique au système d'éclairage la distance qui le sépare du sujet ainsi que le temps de pose et la sensibilité ISO utilisés. Le Rotolight Aeos renseigne alors l'utilisateur sur l'ouverture de diaphragme à adopter pour obtenir une bonne exposition en fonction des paramètres de prise de vue cités précédemment et de la puissance à laquelle il éclaire. Il est par la suite possible de faire varier cette puissance selon l'ouverture souhaitée. Pour faire simple, ce mode de fonctionnement permet – dans certains cas – d'adapter la puissance de l'Aeos à des paramètres de prise de vue précis.

Contrairement au Rotolight Neo, il est loisible d'utiliser l'Aeos tel un flash. Le principal avantage de ce mode opératoire consiste en l'adoption d'une puissance équivalente à 250 % de celle permise par une utilisation de l'Aeos en tant que source d'éclairage continu. Par rapport à un flash classique, l'Aeos dispose de plus d'un temps de recyclage virtuellement nul.

La synchronisation peut alors être effectuée à l'aide d'un simple câble synchro-flash ou de n'importe quelle combinaison d'émetteur et de récepteur radio (ce dernier doit alors être branché à l'Aeos). Notez cependant que l'Aeos intègre un récepteur Elinchrom Skyport qui autorise un contrôle plus précis du système d'éclairage LED à l'aide d'un émetteur Elinchrom EL-Skyport HS. Il est alors possible de contrôler dix Aeos répartis en quatre groupes, d'en paramétrer la puissance et la température de couleur à distance (aussi bien en lumière continue qu'en flash), d'activer les effets CIneSFX et d'utiliser la synchronisation haute vitesse.

Émetteur Elinchrom EL-Skyport HS.

Tests labo

Protocole de test

Les tests labo visent à vérifier les caractéristiques techniques annoncées par le constructeur et la qualité de la lumière produite par le système. Nous allons donc nous attarder sur la distribution spectrale (peu intéressante pour un flash, mais pleine de sens pour des éclairages continus LED), la température de couleur, l'Indice de rendu des couleurs, le nombre guide (puissance maximum et gradation) et le temps de recyclage à pleine puissance.

Le Rotolight Aeos disposant d'un système LED bicolore, nous avons choisi d'effectuer nos tests en laboratoire à 4 200 K, température de couleur à laquelle – selon Rotolight – toutes les diodes LED fonctionnent à pleine puissance.

Température de couleur, indice de rendu des couleurs et distribution spectrale

L'Indice de rendu des couleurs (IRC)

L'Indice de rendu des couleurs (ou IRC) est un chiffre normalisé, compris entre 1 et 100, indiquant la fidélité des couleurs restituées par une source de lumière. Plus l'IRC est élevé, plus la source de lumière est susceptible de restituer des couleurs aux teintes fidèles. Par exemple, une ampoule à incandescence (ampoule standard) aura un IRC proche de 100. Une lampe au sodium basse pression, comme celle utilisée pour l'éclairage urbain de nuit, présentera un IRC très faible (20-25).

L'Indice de rendu des couleurs et la température de couleur sont calculés à partir de l'analyse spectrale (irradiance du flash) à différents niveaux de puissance. L'analyse spectrale est effectuée à l'aide d'un spectrophotomètre (X-Rite ColorMunki associé à Argyll CMS).

rotolight aeos spectre lumineux

Le spectre lumineux du Rotolight Aeos manque d'homogénéité : il présente un premier pic à 460 nm ainsi qu'un second (moins marqué) à 640 nm. Nous avons relevé un Indice de rendu des couleurs de 95,2, soit très proche du chiffre annoncé par Rotolight (96) et relativement élevé par rapport à ce que l'on peut attendre d'un éclairage LED.

rotolight aeos temperature de couleur

Extrêmement stable sur toute la plage de puissances paramétrables, la température de couleur de la lumière produite par l'Aeos ne correspond malheureusement pas exactement au chiffre indiqué par l'écran du système d'éclairage. À 4 200 K, nous avons relevé une température de 4 358 K. Ce type d'écart peut être gênant si vous souhaitez faire en sorte que la température de couleur de l'Aeos corresponde à celle produite par une autre source. Pour aller plus loin, nous avons répété nos mesures à 3 150 K et 6 300 K ; nous avons alors relevé des températures de couleur respectives de 3 267 K et 6 155 K.

Puissance et gradation

Le nombre guide

Le nombre guide est une méthode de calcul d'exposition au flash simplifiée pour les photographes. C'est le produit du réglage de diaphragme et de la distance flash-sujet pour une sensibilité ISO donnée :

Nombre guide (pour une sensibilité ISO donnée) = diaphragme x distance du flash au sujet

Contrairement aux photos prises en lumière continue, le temps d'exposition n'intervient pas. En effet, le temps du flash (de 1/1000 s au 1/30 000 s) est toujours bien plus court que la vitesse de synchronisation permise par l'appareil photo.

Le nombre guide d'un flash est donné dans des conditions précises. Par exemple pour un flash cobra : 105 mm (zoom du flash), pleine puissance, à 1 m et 100 ISO. Pour un flash de studio, il est généralement donné avec l'utilisation d'un bol réflecteur standard.

Nous mesurons le nombre guide du flash à l'aide d'un flashmètre Gossen Starlite 2. La courbe de gradation est obtenue à partir des données spectrales de l'éclair, mesurées à tous les paliers. Nous prenons en compte comme composante Y du système CIE XYZ, proportionnelle à la luminance.

Rotolight Aeos
Zoom NG annoncé NG mesuré
NA 24 (100 ISO – 3 pieds) 4 (100 ISO – 1 m)

Le nombre guide donné par Rotolight est de 24 pour une sensibilité de 100 ISO et une distance de 3 pieds. Pour une bonne exposition, cela signifie qu'il faudrait utiliser une ouverture de f/8 et une sensibilité de 100 ISO lorsque la source de lumière est placée à 0,91 m (3 pieds) du sujet. Nos mesures mettent en évidence un nombre guide de 4 pour une sensibilité de 100 ISO et une distance de 1 m. Il faut donc utiliser une ouverture de f/4 et une sensibilité de 100 ISO lorsque la source de lumière est placée à 1 m du sujet. Bien que le mode flash autorise une puissance équivalente à 250 % de celle permise par une utilisation de l'Aeos en tant que source d'éclairage continu, la quantité de lumière produite est donc largement inférieure à ce qu'il est possible d'obtenir avec un flash classique.

rotolight aeos luminance

Lorsque l'Aeos est placé à 3 m, que sa puissance est réglée à 100 % et sa température de couleur à 4 200 K (en mode lumière continue), l'éclairement lumineux atteint une moyenne de 410 lux. On remarque aussi que l'écart de luminance entre les différentes valeurs de puissance est relativement constant.

Temps de recyclage

Le temps de recyclage

Le temps de recyclage est un paramètre très important dans le choix d'un flash. Dans certaines situations, il sera nécessaire de réaliser une série rapide de photos tout en conservant l'usage du flash. Les personnes qui se sont essayées à la photo de mariage sont bien conscientes de ce problème.

Plusieurs paramètres entrent en compte : qualité des composants (par exemple, les condensateurs), qualité des piles ou batteries utilisées, usure des piles, température. De plus, le temps de recyclage d'un flash n'est pas constant selon la manière dont il est utilisé. Plus la puissance est faible, plus le temps de recyclage est court.

Le Rotolight Aeos reposant sur la technologie LED, il a pour avantage non négligeable de proposer un temps de recyclage nul lorsqu'il est utilisé en tant que flash, quelle que soit la puissance paramétrée.

Verdict

Surfant toujours sur le concept d'un système d'éclairage LED qui pourrait aussi bien servir une pratique photo que vidéo, l'Aeos est le produit le plus polyvalent fabriqué par Rotolight. Il parvient à faire oublier la faible qualité de fabrication du Neo et à surpasser ce dernier en matière de puissance, tout en s'armant de certaines fonctionnalités du plus imposant Anova Pro 2. Parmi celles-ci, la possibilité de le faire fonctionner, au choix, sur secteur ou avec une batterie V-Lock, de profiter de prises DMX pour la synchronisation et le contrôle à distance de plusieurs panneaux LED, mais aussi de choisir entre un fonctionnement en lumière continue ou de façon similaire à un flash. Signalons d'ailleurs que ce dernier mode de fonctionnement autorise l'utilisation d'un émetteur Elinchrom EL-Skyport HS et de la synchronisation haute vitesse.

Si elle s'avère moins surprenante, car déjà disponible sur le Neo, la possibilité de régler la balance des blancs de 3 150 K à 6 300 K se montre toujours aussi utile. Bien que plus anecdotiques, les différents effets de lumière paramétrables sont eux aussi toujours de la partie. Dommage que l'interface de paramétrage soit aussi peu intuitive, notamment à cause du peu d'informations affichées par l'écran.

Il nous semble que les quelques défauts du Rotolight Aeos font de lui un produit assez peu adapté à la photographie. Tout d'abord, bien que tout à fait transportable, l'Aeos est bien plus encombrant que de nombreux flashs autonomes. Malgré son intéressante capacité à enchaîner les éclairs avec un temps de recyclage nul, il convient également de rappeler que sa puissance (NG 4) est bien inférieure à celle d'un simple flash cobra. Si, contrairement au Neo, l'Aeos peut délivrer suffisamment de lumière pour être utile en plein jour, il demandera alors à être placé très proche du sujet.

Si votre pratique de la captation d'images entre dans le champ de la vidéo, l'Aeos peut être une alternative intéressante aux lampes à incandescence et fluorescentes. Il pourra alors agir en tant que source principale à l'occasion d'une interview en intérieur ou bien en tant que source d'appoint – rapide à mettre en place – pour une configuration d'éclairage plus complexe.

+
  • Bonne qualité de fabrication
  • Choix entre alimentation sur secteur et sur batterie
  • Choix entre lumière continue et flash
  • Effets de lumière paramétrables
  • Contrôle radio et synchronisation haute vitesse en mode flash
  • Prises DMX pour contrôle à l'aide d'une console
  • Possibilités de paramétrage de la balance des blancs (de 3 150 à 6 300 K)
  • Bon indice de rendu des couleurs
  • Temps de recyclage nul
  • Un peu trop lourd et imposant pour constituer un véritable système d'éclairage nomade
  • Interface de paramétrage peu intuitive (très peu d'infos sont affichées à l'écran)
  • Différence entre la température de couleur indiquée par l'Aeos et celle de la lumière produite
  • Puissance faible pour une utilisation photo (NG 4)
En résumé

Bien que Rotolight souhaite placer l'Aeos à la frontière des utilisations photo et vidéo, il nous semble que ce produit est plus à l'aise dans le cadre de la captation d'images animées que d'images fixes. La possibilité de l'utiliser en tant que flash tout en profitant d'un déclenchement radio, de la synchronisation haute vitesse et d'un temps de recyclage nul est certes intéressante, mais l'Aeos se révèle hélas trop peu puissant pour remplacer un véritable flash en toutes circonstances.

default image
Paul Nicoué
Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications 

Les prix
Rotolight Aeos
Digixo 895,30 €
Miss Numérique 1049,00 € Voir l'offre