Produit par le constructeur chinois Godox, mais également vendu par le biais de la marque polonaise Quadralite – qui distribue de nombreux produits Godox –, l'A1 représente une solution d'éclairage relativement atypique, car destinée aux utilisateurs de smartphones. Équipé d'un flash et d'une lampe LED, il permet tout d'abord, en photo ou en vidéo, de contourner les limitations (puissance et orientation) du flash LED d'un terminal mobile. Il est aussi capable d'agir comme un déclencheur et permet ainsi de contrôler des flashs (Godox ou Quadralite) de façon à bénéficier d'un éclairage de studio tout en photographiant avec un smartphone.

Puissance8 Ws
Temps de recyclage2,5 s (1:1)
SynchronisationBluetooth (application Quadralite) – ondes radio (déclencheur Godox X1T) – filaire (jack 2,5 mm)
Lampe piloteLED 1 W
Gradation1:1 / 1:16 (5 diaphragmes par incréments de 1/3 IL)
AlimentationBatterie
Dimensions8 x 6,5 x 2,3 cm
Poids110 g
Mode manuelOui
Mode TTLOui

Prise en main

D'une taille de 8 x 6,5 x 2,3 cm pour un poids de 110 g, l'A1 se présente sous la forme d'un bloc sobre et compact. Il est affublé, selon la version choisie, du logo de Godox ou de Quadralite. S'il est entièrement fait de plastique, la qualité de fabrication de ce petit module est tout à fait honorable.

Godox Quadralite A1 prise en main

La face de l'A1 comporte un tube flash, trois lampes LED ainsi qu'une cellule (ou posemètre) dont le rôle est de mesurer la lumière réfléchie afin d'ajuster la puissance du flash lorsqu'il est utilisé en mode automatique.

Godox Quadralite A1 prise en main

La tranche supérieure du module intègre un petit écran OLED, quatre boutons et une roue codeuse. Ces éléments permettent la mise sous tension de l'appareil, le déclenchement du flash, l'allumage de la lampe pilote, la sélection du mode de prise de vue (manuel ou automatique), mais également du canal radio et du groupe de flashs. Le mode manuel permet évidemment le paramétrage de la puissance tandis que le mode automatique autorise la modification de la compensation d'exposition.

Godox Quadralite A1 prise en main

Pêle-mêle, on trouve aussi un pas de vis 1/4” (6,35 mm) sur la tranche inférieure du module, ainsi que des ports jack 2,5 mm et USB Type-C sur l'un de ses côtés. La face arrière de l'A1 est de plus affublée d'un aimant qui, associé à une pastille adhésive en métal, permet d'associer physiquement le module à un smartphone.

Godox Quadralite A1 prise en main
Godox Quadralite A1 prise en main
  Godox Quadralite A1 prise en main

En pratique

Que l'A1 soit aimanté à un smartphone ou utilisé en déporté, son bon fonctionnement demande l'utilisation d'une app dédiée, ainsi qu'un appairage en Bluetooth. Si Godox et Quadralite disposent chacun de leur propre application, toutes deux s'avèrent similaires dans leurs fonctionnalités et peuvent être utilisées indifféremment. Notons cependant que, malgré la promesse des deux marques, aucune app n'est pour l'instant disponible sous Android.

Godox Quadralite A1 interface application

Une interface de prise de vue intégrée à l'app permet d'accéder à quelques paramètres. Il est ainsi possible d'activer le retardateur et le flash LED de l'iPhone, de choisir entre format JPEG et format RAW, de sélectionner la balance des blancs et de déterminer la compensation d'exposition, la sensibilité, ainsi que la vitesse d'obturation.

Tout smartphone étant doté d'un obturateur électronique – et non mécanique –, la synchronisation du flash de l'A1 limite très grandement la vitesse d'obturation qu'il est possible de sélectionner. Avec le module grand-angle d'un iPhone 8 Plus, il est ainsi impossible d'utiliser un temps de pose plus court que 1/35 s. Avec le module dédié au portrait, cette limitation est repoussée à 1/60 s. Notons que l'utilisation de telles vitesses d'obturation rend extrêmement complexe, voire impossible, la capture de photographies en plein soleil et de sujets en mouvement.

Godox Quadralite A1 interface application

S'il est possible de paramétrer l'A1 à l'aide des commandes physiques qu'il intègre, l'utilisation de l'app dédiée offre des possibilités bien plus nombreuses. Rappelons tout d'abord qu'en plus de sa capacité à communiquer avec un smartphone à l'aide du Bluetooth, l'A1 agit tel un déclencheur radio compatible avec la plupart des flashs Godox et Quadralite.

L'accès à l'interface de paramétrage des flashs autorise ainsi une vue d'ensemble sur les différents groupes de flashs utilisés et leurs puissances respectives. À partir de cet écran, il est possible de paramétrer le canal radio, de modifier le nombre de groupes de flashs, ainsi que leur puissance (de façon groupée), d'activer les lampes pilotes et le mode stroboscopique, ou encore de sauvegarder les réglages sélectionnés ou d'importer des réglages sauvegardés au préalable.

Godox Quadralite A1 interface application

La sélection d'un groupe de flashs autorise l'accès à une nouvelle interface qui propose de plus fins réglages. Au-delà du paramétrage de la puissance des flashs de ce groupe, il est notamment possible de désactiver ces derniers et de basculer entre les modes manuel et automatique.

Godox Quadralite A1 interface application

Un autre menu permet enfin de contrôler les torches LED Godox et Quadralite. Tout comme les flashs, il est permis de les répartir par groupes et de modifier leurs puissances respectives (de façon groupée ou individuellement). L'app permet en sus de régler la température de couleur de ces torches (de 3 300 à 5 600 K).

Godox Quadralite A1 interface application

Tests labo

Protocole de test

Les tests labo visent à vérifier les caractéristiques techniques annoncées par le constructeur et la qualité de la lumière produite par le système. Nous allons donc nous attarder sur la distribution spectrale (peu intéressante pour un flash, mais pleine de sens pour des éclairages continus LED), la température de couleur, l'Indice de rendu des couleurs, le nombre guide (puissance maximum et gradation) et le temps de recyclage à pleine puissance.

Température de couleur, Indice de rendu des couleurs et distribution spectrale

L'Indice de rendu des couleurs (IRC)

L'Indice de rendu des couleurs (ou IRC) est un chiffre normalisé, compris entre 1 et 100, indiquant la fidélité des couleurs restituées par une source de lumière. Plus l'IRC est élevé, plus la source de lumière est susceptible de restituer des couleurs aux teintes fidèles. Par exemple, une ampoule à incandescence (ampoule standard) aura un IRC proche de 100. Une lampe au sodium basse pression, comme celle utilisée pour l'éclairage urbain de nuit, aura un IRC très faible (20-25).

L'Indice de rendu des couleurs et la température de couleur sont calculés à partir de l'analyse spectrale (irradiance du flash) à différents niveaux de puissance. L'analyse spectrale est effectuée à l'aide d'un spectrophotomètre (X-Rite ColorMunki associé à Argyll CMS).

Godox Quadralite A1 spectre lumineux

L'Indice de rendu des couleurs calculé à partir de l'analyse spectrale du flash est de 94,7. Légèrement faible pour une lumière de ce type, cet IRC témoigne néanmoins d'une lumière propice à la restitution fidèle des couleurs d'un sujet.

Godox Quadralite A1 température de couleur

Nous estimons que la plupart des photographes attendent d'un flash que sa température de couleur soit comprise entre 5 000 et 6 500 K. Nos mesures ont décelé une moyenne de 5 968 K, ce qui est extrêmement proche de la température de couleur promise par Godox et Quadralite (environ 6 000 K).

Nous remarquons pourtant que notre spectrophotomètre n'est pas capable de nous donner des résultats fiables lorsque les plus faibles puissances de l'A1 (1:8 et 1:16) sont sélectionnées – une dérive de la température de couleur pourrait alors être perceptible.

Puissance et gradation

Le nombre guide

Le nombre guide est une méthode de calcul d'exposition au flash simplifiée pour les photographes. C'est le produit du réglage de diaphragme et de la distance flash-sujet pour une sensibilité ISO donnée :

Nombre guide (pour une sensibilité ISO donnée) = diaphragme x distance du flash au sujet

Contrairement aux photos prises en lumière continue, le temps d'exposition n'intervient pas. En effet, le temps du flash (de 1/1000 s au 1/30 000 s) est toujours bien plus court que la vitesse de synchronisation permise par l'appareil photo.

Le nombre guide d'un flash est donné dans des conditions précises. Par exemple pour un flash cobra : 105 mm (zoom du flash), pleine puissance, à 1 m et 100 ISO. Pour un flash de studio, il est généralement donné avec l'utilisation d'un bol réflecteur standard.

Nous mesurons le nombre guide du flash à l'aide d'un flashmètre Gossen Starlite 2. La courbe de gradation est obtenue à partir des données spectrales de l'éclair, mesurées à tous les paliers. Nous prenons en compte comme composante Y du système CIE XYZ, proportionnelle à la luminance.

Godox/Quadralite A1
Zoom NG annoncé NG mesuré
NC 8,1 5,6

Bien que la fiche technique de l'A1 nous promette un nombre guide de 8,1, nous avons de notre côté relevé un nombre guide de 5,6. Cela signifie que le flash A1 n'aura aucun impact en situation de faible luminosité et devra être placé très proche du sujet pour tenir un rôle en situation de faible luminosité.

Godox Quadralite A1 luminance

L'écart de luminance entre les différentes valeurs de puissance se montre relativement constant.

Temps de recyclage

Le temps de recyclage

Le temps de recyclage est un paramètre très important dans le choix d'un flash. Dans certaines situations, il sera nécessaire de réaliser une série rapide de photos tout en conservant l'usage du flash. Les personnes qui se sont essayées à la photo de mariage sont bien conscientes de ce problème.

Plusieurs paramètres entrent en compte : qualité des composants (par exemple, les condensateurs), qualité des piles ou batteries utilisées, usure des piles, température. De plus, le temps de recyclage d'un flash n'est pas constant selon la manière dont il est utilisé. Plus la puissance est faible, plus le temps de recyclage est court.

Godox/Quadralite A1
Puissance Temps de recyclage annoncé Temps de recyclage mesuré
1:1 2,5 s 3 s
1:2 NC 0,9 s

À pleine puissance, nos mesures indiquent un temps de recyclage d'une moyenne de 3 s ; un résultat qui s'avère inférieur au temps de 2,5 s annoncé par le constructeur. Il suffit néanmoins d'utiliser le flash à la moitié de sa puissance pour passer juste en deçà de la barre symbolique de 1 s.

Verdict

Qu'il soit question de la clientèle à laquelle il s'adresse ou de ses fonctionnalités, l'A1 nous semble être un produit quelque peu étrange. En tant que flash (ou lampe LED) externe pour smartphone, il autorise l'utilisation d'une source de lumière artificielle en déporté et permet ainsi d'éviter l'éclairage sans relief qui accompagne toute prise de vue capturée à l'aide d'un flash intégré. Malgré une lumière produite de (relativement) bonne qualité (indice de rendu des couleurs et température de couleur), son temps de recyclage élevé et son faible nombre guide limitent grandement son utilisation. Comme pour tout module photographique externe dont le rôle est de compléter un smartphone, nous demeurons dubitatifs face à l'encombrement supplémentaire qu'il représente.

En tant que déclencheur pour flashs de studio, l'A1 se voit accompagner d'une app aux fonctionnalités étonnamment nombreuses. Si vous disposez de flashs ou de torches LED Godox ou Quadralite, il est ainsi possible de contrôler une configuration d'éclairage complexe du bout des doigts (canal, groupes, puissance, lampe pilote, etc.). La capacité à sauvegarder les réglages sélectionnés et importer des réglages sauvegardés au préalable s'avère extrêmement intéressante. Nonobstant, non contents que cette app ne soit à l'heure actuelle pas disponible pour les terminaux Android, l'utilité de combiner éclairage de studio et photographie au smartphone nous laisse – une fois de plus – extrêmement dubitatifs.

Quelle que soit l'utilité assignée à l'A1, profitons-en d'ailleurs pour rappeler que l'utilisation de sources de lumière artificielle ne résout en rien les limitations d'un smartphone en matière de qualité d'image (capteur de petite taille, optique de piètre qualité, etc.). Ajoutons également que l'obturateur électronique dont est doté tout smartphone limite la synchronisation du flash à des temps de pose relativement longs (1/60 ou 1/35 s) et peu adaptés à la capture de sujets humains.

Au final, l'A1 est un produit aux fonctionnalités intéressantes, mais auquel nous avons bien du mal à percevoir une réelle utilité. Smartphones mis à part, le remplacement des actuels émetteurs radio Godox par de nouveaux émetteurs pouvant être contrôlés par le biais d'une app nous semblerait être une meilleure idée. Cette solution est d'ailleurs déjà employée par Broncolor pour les flashs de la gamme Siros.

Test - 04/01
Godox A1
Digixo 69,90 €
Miss Numérique 75,00 € Voir l'offre
Amazon Marketplace 83,87 € Voir l'offre
Quadralite A1
Il n'y a actuellement aucune offre.
+
  • Qualité de fabrication honorable
  • Lampe pilote
  • Pas de vis 1/4” pour fixation sur trépied
  • Lumière de (relativement) bonne qualité
  • Mode TTL
  • Intégration d'un émetteur radio compatible avec les autres produits Godox et Quadralite
  • App pour smartphone riche en fonctionnalités
  • Mise à jour firmware (micrologiciel) possible
  • Faible puissance
  • Temps de recyclage élevé
  • Absence d'app pour les terminaux Android
  • Impossibilité d'utiliser une vitesse d'obturation plus rapide que 1/60 s
  • Réelle utilité difficile à percevoir…
En résumé

Avec l'A1, Godox et Quadralite présentent un produit aux fonctionnalités nombreuses et intéressantes, mais à l'utilité limitée. À la fois flash externe et déclencheur pour flashs de studio, cet accessoire est plutôt bien pensé, mais il ne parvient pas à dépasser le statut de gadget photographique.

default image
Paul Nicoué
Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications 

Les prix
Godox A1
Digixo 69,90 €
Miss Numérique 75,00 € Voir l'offre
Amazon Marketplace 83,87 € Voir l'offre