Nous comparons aujourd'hui deux versions d'un objectif ultra polyvalent pour nombre de photographes : un zoom 24-105 mm. Nous opposons donc la dernière version de Canon, l'EF 24-105 mm f/4 L IS USM II (sortie fin 2016) à la version Sigma, Art 24-105 mm f/4 DG OS HSM (lancée en 2013).

Test - 13/02
Canon EF 24-105mm f/4 L IS II USM
Fnac.com marketplace 516,00 €
Priceminister 745,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 1089,00 € Voir l'offre
Webdistrib 1139,79 € Voir l'offre
Amazon 1233,00 € Voir l'offre
Digixo 1249,00 € Voir l'offre
Materiel.net 1269,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 1269,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1299,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Test - 03/12/2013
Sigma 24-105 mm f/4 DG OS
Fnac.com marketplace 532,00 €
Webdistrib 795,09 € Voir l'offre
Digixo 798,90 € Voir l'offre
Amazon 799,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 799,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 829,00 € Voir l'offre
Fnac.com 829,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Le plus récent des deux zooms que nous confrontons dans ce duel est donc le Canon EF 24-105 mm f/4 L IS USM II, annoncé à la photokina 2016. C'est la deuxième version de cet objectif, après le Canon EF 24-105 mm f/4 L IS USM lancé en 2009 pour accompagner le 5D Mark II. Bien entendu, cette deuxième mouture appartient toujours à la gamme professionnelle de Canon, la série L.

Nous comparons aujourd'hui deux versions d'un objectif ultra polyvalent pour nombre de photographes : un zoom 24-105 mm. Nous opposons donc la dernière version de Canon, l'EF 24-105 mm f/4 L IS USM II (sortie fin 2016) à la version Sigma, Art 24-105 mm f/4 DG OS HSM (lancée en 2013). Plus ancien, le Sigma Art 24-105 mm f/4 DG OS HSM a été annoncé en 2013 et appartient donc à la gamme Art.

Caractéristiques : égalité

Pour ce qui est des caractéristiques, ces deux objectifs sont tout à fait similaires : même plage de focales, même ouverture constante f/4, même présence d'une stabilisation optique, même distance minimale de mise au point.

Lorsque l'on regarde de plus près, le Sigma dispose d'une formule optique plus ambitieuse que le Canon : 19 lentilles réparties en 14 groupes, contre 17 lentilles réparties en 12 groupes pour le Canon. À l'inverse, le Canon jouit d'un diaphragme circulaire à 10 lamelles, contre 9 pour le Sigma. Côté mensurations, le Sigma pèse 885 g, contre 795 pour le Canon, qui est par contre plus long en position repliée : 11,8 cm, contre 10,9 cm pour le Sigma. Le Sigma présente un pas de vis filtre de 82 mm et un diamètre de 9 cm, alors que le Canon présente un pas de vis de 77 mm et un diamètre 8,4 cm.

C'est donc une égalité pour ce qui est des caractéristiques !

Prise en main : avantage Canon

Il n'est jamais facile d'affronter une série L Canon à une Art Sigma pour ce qui est de la prise en main.

En matière de design, c'est très subjectif. Certains apprécieront le côté technique du Canon, tandis que d'autres seront plus charmés par le côté rafiné du Sigma. La qualité de fabrication est irréprochable sur ces deux objectifs : rien à redire sur ce point.

Pour ce qui est du gabarit, les mensurations du Sigma sont plus imposantes que celles du Canon (presque 100 g de différence sur la balance et un diamètre plus conséquent). Sur un objectif de ce type, conçu pour le terrain et les photos de "tous les jours", on privilégiera le modèle Canon, plus léger.

Zoom Canon EF 24-105 mm f/4 L IS USM IICanon EF 24-105 mm f/4 L IS USM II.

D'un point de vue ergonomique, Canon et Sigma n'ont pas fait les mêmes choix. En effet, sur le Canon, on retrouve en premier la bague de zoom et en second la bague de mise au point manuelle. Sur le Sigma, c'est l'inverse ! On peut saluer cette initiative. En effet, le fait de positionner la bague de zoom vers l'extérieur assure une meilleure stabilité lors de la prise en main, et il est vrai que la bague de mise au point manuelle est assez peu utilisée sur ce type d'objectif. Un bon point pour le Sigma, donc.

Zoom Sigma Art 24-105 mm f/4 DG OS HSMSigma Art 24-105 mm f/4 DG OS HSM.

Sur les deux objectifs, la bague de zoom est très réussie : course modérée, précision, confort d'utilisation. Pour ce qui est de la bague de mise au point manuelle par contre, Canon prend une longueur d'avance. Celle du Sigma, trop étroite, manque aussi de fluidité, ce qui n'est pas le cas sur le Canon.

Canon EF 24-105 mm f/4 L IS USM IICanon EF 24-105 mm f/4 L IS USM II.

Compte tenu de ces éléments, nous donnons l'avantage au Canon pour ce qui est de la prise en main. Son poids réduit et la qualité de la sa bague de mise au point manuelle l'emportent sur l'avantage ergonomique du Sigma.

Sigma Art 24-105 mm f/4 DG OS HSMSigma Art 24-105 mm f/4 DG OS HSM.

Tests labo : avantage Sigma

*La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition et de la taille du capteur de votre appareil. Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Nous avons testé l'objectif avec un Canon EOS 5Ds R au capteur 24x36 50 Mpx de 8 736 x 5 856 px. Chaque pixel mesure donc 4 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !*

Pour le modèle Canon

Le nouveau 24-105 mm s'en sort assez bien au labo. Son comportement est très cohérent, ce qui est un plus. Quelle que soit la focale, le piqué augmente progressivement à mesure que l'on ferme le diaphragme, pour redescendre à partir de f/16 à cause de la diffraction. Le niveau de piqué général délivré par ce zoom est assez élevé, particulièrement au centre des images, quelle que soit la combinaison focale/ouverture. Par contre, le piqué souffre d'un manque d'homogénéité assez prononcé dans toutes les configurations entre le centre, les deux tiers et les bords extrêmes des images.

Pour le modèle Sigma

Les performances du Sigma sont très bonnes. L'objectif délivre des images piquées à toutes les focales, dès la plus grande ouverture f/4. Le niveau de piqué au centre des images de f/4 à f/11 est impressionnant de constance. Bien entendu, l'objectif souffre d'un manque d'homogénéité entre le centre, les deux tiers et les bords des images, mais assez contenu et assez bien maîtrisé : constance dans certains cas, amenuisement à mesure que l'on ferme le diaphragme dans d'autres.

Testés avec Imatest

Les images et les mesures parlent d'elles-mêmes. Le Sigma est plus performant que le Canon. Attention, cela ne veut pas dire que le Canon est mauvais, cela veut dire que sur ces critères, il est moins bon que le Sigma. Cela se traduit pour le Sigma par un niveau de piqué général plus élevé et des images plus homogènes, et ce, dans presque toutes les configurations focale/ouvertures possibles. Il prend donc naturellement l'avantage.

scène test photo

Tests terrain : égalité

Voici ce que l’on obtient avec un 24-105 mm monté sur un EOS 5D, équipé d’un capteur plein format 24 x 36 mm. La plage de focales est relativement polyvalente et conviendra à la plupart des sujets. Elle offre un équivalent 38-168 mm si l'objectif est monté sur un reflex à capteur APS-C.

À gauche, une photo prise au 24 mm. À droite, depuis le même point de vue, au 105 mm.

À l'époque, nous avions même testé le Sigma en photo de sport, à l'occasion d'un concours de sauts d'obstacles.

Au premier abord, utiliser un 24-105 mm pour de la photo de sport peut sembler un peu étonnant. Il n'en est rien pour des compétitions de sauts d'obstacles. En effet, cette discipline permet aux photographes d'être vraiment tout proches de l'action. Lorsque l'on sait qu'un obstacle peut mesurer jusqu'à 6 m de largeur, 1,60 m de hauteur et près de 3 m en longueur, on comprend qu'un 600 mm n'est pas forcément la meilleure optique.

Un zoom 24-105 mm f/4 est une alternative intéressante au fameux 24-70 mm f/2,8, souvent trop cher pour beaucoup de photographes. L'objectif est certes moins lumineux (1 IL), mais il dispose d'une plage de focale plus confortable et polyvalente avec une position télé un peu plus longue (105 mm contre 70).

Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM - Canon EOS 5Ds R - Exemple 1
Sigma 24-105 mm f/4 DG OS exemple 1

Concernant l'ouverture, pour ce qui est de la luminosité et des possibilité en basses lumière, c'est compensé par la présence d'une stabilisation optique (encore absente sur quelques 24-70 mm) et les performances des boîtiers en hautes sensibilités ISO. L'ouverture constante f/4 proposée par les deux zooms est un réel plus. Elle assure de pouvoir photographier avec le même trio (ouverture, temps de pose, sensibilité ISO) quelle que soit la focale choisie.

Ces deux objectifs bénéficient de la stabilisation optique. Nous avons effectué nos mesures à fond de zoom, à savoir 105 mm, évidemment à main levée et sur un sujet fixe. Avec le Canon, nous avons résussi à descendre au 1/25 s, soit un gain de 2 IL. Avec le Sigma, nous avons pu descendre au 1/20 s. Les résultats sont donc tout à fait comparables et correspondent à un gain d'environ 2 IL.

Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM - Canon EOS 5Ds R - Exemple 4
Sigma Art 24-105 mm f/4 ART DG OS HSM

Le vignetage est bien présent et visible, principalement aux plus grandes ouvertures. Au grand-angle 24 mm, on le ressent à toutes les ouvertures et plus particulièrement à f/4 et f/5,6. Notons qu'il est plus "entrant" sur le Canon.

Les distorsions, elles, sont assez bien gérées. On les ressent principalement au grand-angle 24 mm et au télé 105 mm.

Vignetage au 24 mm f/4 : à gauche le Canon et à droite le SigmaVignetage au 24 mm f/4 : à gauche le Canon et à droite le Sigma
1N7A3841
Les distorsions au 24 mm : à gauche le Canon, à droite le Sigma.Les distorsions au 24 mm : à gauche le Canon, à droite le Sigma.
1N7A0019

Pour ce qui est des possibilités de jeu avec la profondeur de champ, un 24-105 mm f/4 ne peut malheureusement pas rivaliser avec un 24-70 mm f/2,8, du moins sur la plage 24-70 mm. Néanmoins, il est tout à fait possible de décrocher un sujet principal de son arrière-plan, pour peu que l'on favorise une longue focale et une distance de mise au point assez proche.

À gauche, une photo prise au 12 mm f/4. À droite, au 105 mm f/4.

Sigma 24-105 mm f/4 DG OS exemple 3
Canon EF 24-105 mm f/4 L IS II USM - Canon EOS 5Ds R - Exemple 5

Résultat sur le terrain : égalité entre les deux objectifs.

Verdict : Sigma Art 24-105 mm f/4 DG OS HSM

Sigma 24-105 mm f/4 DG OS
24-105 mm f/4 DG OS
Fnac.com marketplace 532,00 €
Webdistrib 795,09 € Voir l'offre
Digixo 798,90 € Voir l'offre
Amazon 799,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 799,00 € Voir l'offre
Boulanger.com 829,00 € Voir l'offre
Fnac.com 829,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Une fois de plus, c'est bien le modèle Sigma qui sort en tête de ce duel. Pour rappel, c'était également le cas pour les duels qui opposaient le Canon 11-24 mm f/4 et le Sigma 12-24 mm f/4, les 24mm f/1,4 Sigma Art et Canon L II et les 35 mm f/1,4 Sigma Art et Canon L II.

Ici, les deux zooms présentent des caractéristiques techniques et fonctionnalités similaires : même plage de focale, même ouverture constante f/4 et utilisation d'une stabilisation optique. Ne nous méprenons pas, ces objectifs sont tous deux très bons et donneront entière satisfaction à leurs possesseurs. Cependant, force est de constater que le Sigma, bien qu'imparfait sur certains points, procure des images plus piquées et plus homogènes que le Canon. Il convient toutefois de souligner qu'en matière de prise en main, notre préférence va à la série L.

Annoncé en 2013, le Sigma était positionné aux alentours de 900 €. Plus de trois ans après, on ne note pas de baisse significative de prix : à l'heure où nous rédigeons ces lignes, on le trouve sur la toile entre 879 et 729 € (méfiez-vous du marché gris sur les offres les plus alléchantes...). Le Canon pour sa part est beaucoup plus récent : la seconde génération de l'objectif a été annoncée en fin d'année dernière et positionnée à 1 270 €. Entre les deux objectifs subsiste donc encore une différence de prix conséquente de 370 € (même s'il est moins important que dans d'autres duels que nous avons pu faire). Cet écart finit d'enfoncer le clou dans ce duel, d'autant plus que le modèle Sigma est compatible avec le Dock USB (personnalisation des performances de l'objectif) et éligible à leur programme de changement de monture, si un jour l'envie vous prenait de changer de crèmerie.

Arthur Azoulay

Spécialiste des optiques et rédacteur en chef adjoint de Focus Numérique. La photo est pour lui une obsession. Ses publications 

Contenus sponsorisés