Malgré sa présentation il y a plus d'un an, l'Olympus OM-D E-M1 Mark II n'en demeure pas moins un boîtier Micro 4/3 capable de rivaliser avec le tout récent Panasonic G9. C'est sur ce principe que nous avons décidé de faire s'affronter les deux modèles haut de gamme…

Test - 30/11/2016
Olympus OM-D E-M1 II
Darty.com 1699,00 €
Miss Numérique 1699,00 € Voir l'offre
Amazon Marketplace 1699,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1699,99 € Voir l'offre
Miss Numérique 2399,00 € Voir l'offre
Amazon 2399,99 € Voir l'offre
Fnac.com 2399,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Test - 15/01
Panasonic Lumix G9
Fnac.com marketplace 1359,99 €
Rakuten - priceminister 1399,99 € Voir l'offre
Amazon Marketplace 1589,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1604,56 € Voir l'offre
Materiel.net 1679,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 1679,00 € Voir l'offre
Digixo 1679,00 € Voir l'offre
Darty.com 1689,00 € Voir l'offre
Boulanger 1689,00 € Voir l'offre
Digit-photo.com 1899,00 € Voir l'offre
La Redoute 2189,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Dévoilé à la photokina 2016, l'OM-D E-M1 Mark II a marqué le monde des hybrides en proposant un boîtier apte à tenir tête aux reflex experts de l'époque avec un capteur à 20 Mpx et une réactivité à toute épreuve. Présenté en fin d'année 2017, le G9 de Panasonic tente à son tour de séduire les photographes experts avec son boîtier sans compromis.

Fiches techniques comparées

Commençons par la présentation de nos antagonistes. Nous opposerons ici les fiches techniques point par point, un premier pas pour jauger (sur le papier) les possibilités de deux concurrents.

Olympus OM-D E-M1 II Panasonic G9
Année 2016 2017
Définition de l'écran 20,4 Mpx 20,33 Mpx
Capteur Live MOS 17,3 x 13 mm (ratio 4:3) Live MOS 17,3 x 13 mm (ratio 4:3)
Taille des photosites 3,3 µm 3,3 µm
Monture Micro 4/3 Micro 4/3
Taille de l'image 5 184 x 3 888 px 5 184 x 3 888 px
Filtre passe-bas Non Non
RAW 12 bits 12 bits
Stabilisation Oui, mécanique. Sur 5 axes. Gain de 5,5 IL selon le constructeur. Double stabilisation optique/mécanique possible Oui, mécanique. Sur 5 axes. Gain de 6,5 IL selon le constructeur. Double stabilisation optique/mécanique possible
Processeur d'image TruePic VIII Venus Engine
Visée Électronique. OLED 2 360 000 points Électronique. OLED 3 680 000 points
Champ couvert par la visée 1 1
Grossissement 0,74x 0,83x
Flash intégré Non Non
Synchro flash 1/250 s 1/250 s
Stockage 2x SD/SDHC/SDXC (compatibilité UHS-I et II) 2x SD/SDHC/SDXC (compatibilité UHS-I et II)
Rafale 15 i/s en obturation mécanique. 60 i/s en obturation électronique 12 i/s mise au point fixe et obturation mécanique. 60 i/s mise au point fixe et obturation électronique. 9 i/s en obturation mécanique et AF-C et 20 i/s en obturation électronique et AF-C
Vitesse d'obturation 1/8 000 à 60 s (mécanique). 1/32 000 à 60 s en obturation électronique 1/8 000 à 60 s (mécanique). 1/32 000 à 60 s en obturation électronique
Module AF Hybride corrélation de phase / détection de contraste sur capteur principal Détection de contraste sur capteur principal + DFD
Collimateurs croisés 121 /
Sensibilité AF / -4 IL / 18 IL
Détection AF max. / /
Mesure d'exposition Mesure TTL 324 zones. Correction d'exposition sur +/- 5 IL 1 728 zones
Sensibilité ISO de base 200 – 6 400 ISO 200 – 12 800 ISO
Sensibilité ISO étendue 100 – 25 600 ISO 100 – 25 600 ISO
Vidéo 4K 4 096 x 2 160 @24p
UHD 3 840 x 2 160 @30/25/24p
HDTV 1 920 x 1 080 @30/25p
UHD 3 840 x 2 160 @60/50/30/25/4p
HDTV 1 920 x 1 080 @60/50/30/25/24p
Format vidéo H.264/MPEG4 (MOV) H.264/MPEG4 (MOV)
Micro Stéréo intégré + externe Stéréo intégré + externe (mini-jack 3,5 mm)
Casque Oui Oui
Écran LCD LCD de 7,6 cm. Orientable (rotule) et tactile LCD 7,5 cm. Orientable (rotule) et tactile
Définition de l'écran 1 037 000 points 1 040 000 points
GPS Non Non
Bluetooth Non Oui
Wi-Fi Oui Oui
Connecteurs HDMI type-D, USB type-C USB-3, HDMI-C
Boîtier tropicalisation Oui Oui
Autonomie CIPA Batterie Li-ion / 440 vues Batterie Li-ion (7,2 V, 1 860 mAh, 14 Wh) / 400 vues
Dimensions 134 x 91 x 69 mm 137 x 97 x 92 mm
Poids 574 g 658 g

Prise en main

L'optique 8-18 mm de Panasonic est remarquable avec des déformations assez bien maîtrisées, notamment au 8 mm. Panasonic G9.

Nous le répétons à chaque occasion : la prise en main est un aspect essentiel et nous ne pouvons nous substituer complètement à vous. C'est une sensation à la fois objective et subjective qui dépend pour beaucoup de la morphologie de vos mains. Prenez les appareils en main, portez-les à l'œil : un boîtier doit vous convenir, et en cette matière, vous êtes le seul à pouvoir décider.

Gabarit : égalité

En matière de compacité, l'Olympus OM-D E-M1 Mark II fait mieux que son concurrent. Plus compact et léger, le boîtier expert n'en propose pas moins une large poignée qui offre une bonne préhension, même avec une optique un peu longue comme le 12-100 mm f/4 ou le télé 300 mm f/4. Le Panasonic G9 présente effectivement un peu plus d'embonpoint, mais la poignée est plus large et la prise en main encore plus confortable. On est dans un volume équivalent tout en restant inférieur aux reflex experts de Canon comme le 80D ou de Nikon tel le D7500.

Une fois de plus, choisir entre le G9 ou l'E-M1 Mark II relève davantage d'un choix personnel et de l'envergure de vos mains, serait-on tenté de dire. Il faut essayer pour se faire une idée.

Olympus E-M1 Mark II vs Panasonic G9 gabarit

Olympus E-M1 Mark II vs Panasonic G9 gabaritSource : camerasize.com

N'oubliez pas qu'il est possible d'équiper les deux boîtiers de poignées d'alimentation certes optionnelles, mais qui apporteront à la fois une meilleure prise en main et une autonomie pratiquement doublée, ce qui n'est pas négligeable.

Olympus HLD-9
Villatech 239,48 €
Amazon 245,70 € Voir l'offre
Fnac.com 284,99 € Voir l'offre
Miss Numérique 299,90 € Voir l'offre
La Redoute 299,90 € Voir l'offre
Panasonic DMW-BGG9
Fnac.com marketplace 332,21 €
Amazon 332,49 € Voir l'offre
Fnac.com 332,50 € Voir l'offre
Miss Numérique 349,00 € Voir l'offre
Digixo 349,00 € Voir l'offre

Les deux boîtiers présentent une finition à l'épreuve des intempéries et la construction semble à la hauteur des prétentions des deux compétiteurs. Les boîtiers sont faits pour durer et résister aux petits tracas du quotidien comme la pluie, la neige ou la poussière.

Ergonomie et fonctionnalités

Olympus EM-1 Mark II + 12-40 mm f/2,8 @f/2,8.

Interface : avantage Panasonic

Nos deux protagonistes jouent clairement la carte des “petits reflex” concernant la question du style. Panasonic et Olympus proposent un renflement sur le dessus de leurs boîtiers comme s'ils hébergeaient un prisme en toit optique. Or, il n'en est rien et ce renflement n'est qu'esthétique et présent pour évoquer la visée reflex. En “bons” boîtiers experts, nos deux concurrents mettent en avant les nombreux raccourcis physiques pour modifier rapidement les réglages de l'appareil. Dans ce domaine, c'est Olympus qui est le plus généreux et le dessus de l'E-M1 Mark II est une véritable tour de contrôle. C'est dense et parfois un peu fouillis avec notamment un levier au dos du boîtier qui permet d'octroyer une seconde série de fonctionnalités à certaines touches.

De son côté, le Panasonic s'inspire une fois de plus des reflex experts en proposant un bel écran LCD monochrome de rappel des réglages sur l'épaule droite. Un élément qui a obligé à repositionner la molette de choix du mode d'exposition sur l'épaule gauche du boîtier. De fait, le G9 semble moins encombré et plus simple d'accès avec “simplement” quatre commandes : vidéo, balance des blancs, ISO et correcteur d'exposition. L'essentiel est là !

Duel Olympus E-M1 Mark II vs Panasonic G9Olympus OM-D E-M1 Mark II vu de dessus.
Duel Olympus E-M1 Mark II vs Panasonic G9Panasonic G9 vu de dessus.

L'arrière du Panasonic G9 semble également plus ergonomique avec une roue codeuse qui peut aussi faire office de trèfle de sélection, un joystick pour à la fois naviguer dans les menus, mais également déplacer rapidement les collimateurs AF et quelques commandes personnalisables. Vous trouverez aussi un levier pour sélectionner rapidement la méthode de mise au point. C'est clair et efficace.

Olympus présente un dos beaucoup plus sobre que le dessus, et c'est tant mieux. Il n'apporte pas de remarque particulière, ou plutôt une seule : la position de la commande pour modifier la zone AF demande une petite contorsion du pouce ou de l'index pour être activée.

Duel Olympus E-M1 Mark II vs Panasonic G9Panasonic G9 vu de dos.
Duel Olympus E-M1 Mark II vs Panasonic G9Olympus OM-D E-M1 Mark II vu de dos.

C'est surtout au niveau de l'interface graphique et des menus que Panasonic prend l'avantage. L'interface du G9 – et des Panasonic en règle générale – est mieux pensée pour une utilisation tactile et globalement se veut plus limpide et facilement accessible que celle d'Olympus qui s'avère trop dense, complexe et parfois difficile à saisir, même avec l'aide activée. Bon point, les deux boîtiers sont facilement personnalisables et il est possible d'attribuer de nouvelles fonctionnalités à certaines touches. Chez Panasonic, il est même possible de créer des raccourcis tactiles.

Duel Olympus E-M1 Mark II vs Panasonic G9Menu d'un Olympus OM-D E-M1 Mark II.

Les deux boîtiers peuvent utiliser leur écran tactile comme des joypads géants pour déplacer les collimateurs AF. Sur ce point encore, le Panasonic G9 prend l'avantage avec une meilleure fluidité des mouvements. On remarque que le Panasonic propose un mode nuit qui affiche sur l'écran arrière les images en noir et rouge pour ne pas trop agresser le regard tout en apportant un peu de discrétion.

Visée : avantage Panasonic

Les deux boîtiers sont équipés d'une visée électronique. En 2016, l'E-M1 Mark II marquait les esprits avec sa dalle OLED de 2 360 000 points (désormais classique) et surtout un grossissement important de 0,74x (éq. 24x36), ce qui en faisait l'un des viseurs parmi les plus larges du marché. Aujourd'hui, le G9 vient redéfinir le niveau pour les appareils haut de gamme avec à la fois une dalle de 3 680 000 points plus précis et surtout un grossissement de 0,83x ! C'est CinémaScope ! En outre, il est possible de réduire le grossissement à 0,7x ou 0,77x pour faciliter la vie des porteurs de lunettes (une excellente idée). Enfin, le rafraîchissement de l'image à 120 i/s apporte un confort non négligeable pour suivre un sujet en mouvement.

Quoi qu'il en soit, les deux viseurs électroniques présentent les mêmes défauts, à savoir un affichage saccadé ou “baveux” en basse lumière.

Autonomie : avantage Panasonic

L'autonomie reste le talon d'Achille des boîtiers hybrides. Impossible de proposer un modèle haut de gamme qui ne sache pas réaliser plus de 200 clichés avec une batterie. Olympus a donc équipé l'E-M1 Mark II d'une batterie Li-Ion de 12,8 Wh (BHL-1). La marque annonce une autonomie de 500 vues, mais lors de nos tests, nous n'avons pas pu atteindre ce chiffre en restant largement au-dessus de 400 déclenchements.

Non contente d'apporter une batterie plus puissante (BLF19 14 Wh), Panasonic propose également une gestion économique de l'appareil très efficace qui permet d'atteindre près de 800 vues. Pour cela, il faut activer une fonction qui coupe l'appareil dès que l'œil n'est plus présent. En outre, le G9 peut se recharger à l'aide de la prise micro-USB, ce qui n'est pas possible avec l'E-M1 Mark II.

Panasonic DMW-BLF19E
Digixo 67,89 €
Villatech 69,68 € Voir l'offre
Materiel.net 69,90 € Voir l'offre
LDLC 69,95 € Voir l'offre
Miss Numérique 71,90 € Voir l'offre
Webdistrib 71,92 € Voir l'offre
Fnac.com 76,05 € Voir l'offre
Boulanger 79,99 € Voir l'offre
La Redoute 79,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Olympus BLH-1
Conrad 69,99 €
Fnac.com marketplace 74,99 € Voir l'offre
Amazon 75,99 € Voir l'offre
Fnac.com 75,99 € Voir l'offre
Miss Numérique 84,90 € Voir l'offre
La Redoute 89,90 € Voir l'offre
Rakuten - priceminister 92,15 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Vous avez évidemment la possibilité d'utiliser une poignée d'alimentation avec les deux boîtiers pour pratiquement doubler l'autonomie. Notez qu'il n'est pas possible, contrairement à la poignée du X-T2 de Fujifilm, d'utiliser deux batteries supplémentaires dans la poignée.

Mémoire et connecteurs : (très léger) avantage Panasonic

Les deux boîtiers disposent de deux emplacements SD tous compatibles avec la norme UHS-II. Nous ne départagerons pas nos deux antagonistes sur ce point. Au niveau des connecteurs, le jeu est également serré. D'un côté, l'E-M1 propose une prise USB-C pour le transfert des images (impossible de recharger via cette connexion…), une sortie HDMI type-D, une entrée micro et une sortie casque ainsi qu'une puce Wi-Fi.

De l'autre, le G9 propose une prise USB-3 de type mini, une sortie HDMI type-C plus large et plus pratique pour l'enregistrement externe, par exemple, une entrée micro et une sortie casque ainsi qu'une prise pour télécommande. En outre, vous trouverez des puces Wi-Fi et Bluetooth pour faciliter l'appairage.

Les deux boîtiers sont équipés d'une prise synchro flash pour travailler avec des flashs de studio en mode filaire, ce qui peut encore dépanner de nos jours.

Connecteurs sur l'E-M1 II d'Olympus.Connecteurs sur l'E-M1 II d'Olympus.
Connecteurs sur le G9 de Panasonic.Connecteurs sur le G9 de Panasonic.

Travailler en mode connecté : égalité

Les deux boîtiers disposent d'une application pour travailler en mode connecté filaire. Vous pouvez également utiliser des applications pour piloter à distance les boîtiers sans fil à partir d'un smartphone ou d'une tablette.

Stabilisation : (très léger) avantage Panasonic

La double stabilisation optique et mécanique constitue un atout important pour les deux adversaires. Olympus a été le précurseur, mais Panasonic a rejoint son partenaire depuis quelques années et les résultats sont très intéressants. Baptisés Sync IS par Olympus et Dual IS 2 par Panasonic, les deux systèmes offrent finalement des performances similaires. Les deux marques revendiquent un gain de 6,5 IL que nous n'avons jamais réussi à atteindre.

Avec l'E-M1 Mark II équipé du 12-100 mm f/4, nous avons obtenu un gain de 4 à 4,5 IL. Avec le Panasonic G9 équipé du 12-60 mm f/2,8-4, le gain est similaire entre 4 et 4,5 IL. Ce n'est donc pas sur ce point précis que nous pourrons départager les concurrents. Nous pourrons toutefois accorder un petit satisfecit à Panasonic qui dispose d'un parc d'optiques stabilisées plus important puisque la stabilisation mécanique n'est apparue chez le constructeur d'Osaka qu'en 2013 avec le GX7. En outre, il n'est pas certain que les optiques stabilisées Panasonic fonctionnent parfaitement avec le système de stabilisation double d'Olympus et inversement.

Vous pouvez visualiser une image réalisée à 100 mm à main levée au 1/6 s. Le centre est recadré à 100 %.

Autres : égalité

Les concurrents de notre féroce duel présentent de nombreuses fonctionnalités intéressantes pour faciliter certaines prises de vue. Chez Olympus, vous retrouverez les modes LiveTime ou LiveComposite pour des créations de light painting aisées. Vous trouverez également des fonctions de focus stacking et de timelapse. L'E-M1 Mark II propose aussi des filtres créatifs de bon aloi.

Des filtres créatifs intéressants avec l'Olympus E-M1 Mark II.

De son côté du ring, le G9 propose également le timelapse, un mode panorama à main levée et différents modes de bracketing, dont le focus stacking. Les modes 4K et 6K photo sont présents pour réaliser des rafales à 60 ou 30 i/s, respectivement à 8 et 18 Mpx (JPEG). Ces modes autorisent également la réalisation de la mise au point a posteriori.

P1086232P1086233

Réactivité

Olympus E-M1 II + 300 f/4Olympus E-M1 II + 300 f/4.

Autofocus : égalité

Si les deux constructeurs partagent le même capteur en terme de définition, celui d'Olympus diverge de son concurrent dans sa construction. En effet, l'E-M1 Mark II dispose d'un système autofocus hybride à corrélation de phase sur le capteur et détection de contraste. Vous pouvez compter sur un système à 121 collimateurs hybrides à double croix. Chez Panasonic, c'est un système à détection de contraste qui opère. Toutefois, il est épaulé par la technologie DFD (Depth from Defocus) qui analyse le flou de deux images afin de déterminer le sens de mise au point, ce qui limite les effets de pompage.

Autofocus à détection de contraste Panasonic G9.Autofocus à détection de contraste Panasonic G9.
Autofocus hybride Olympus E-M1 Mark II.Autofocus hybride Olympus E-M1 Mark II.

Lors de nos tests en studio, nous n'avons pas noté de différence entre les deux modèles, que l'on soit en plein jour ou en basse lumière. Sur un sujet statique et en vue simple, les performances sont équivalentes.

Attention toutefois, la technologie DFD ne fonctionne qu'avec les optiques Panasonic, et si vous pouvez parfaitement utiliser les optiques Olympus sur un G9, les performances en seront légèrement dégradées.

Suivi autofocus : (léger) avantage Olympus

Les duellistes proposent différentes méthodes de suivi de sujet avec notamment la reconnaissance des visages et des yeux, le suivi d'un sujet ou la gestion automatique au sujet le plus proche. Les deux boîtiers donnent d'excellents résultats, mais l'E-M1 Mark II nous semble un peu plus efficace sur le suivi d'un sujet. Les tests de suivi autofocus sont compliqués à réaliser et dépendent pour beaucoup du sujet, des conditions de lumière, du contraste, et nous effectuons toujours nos essais en extérieur sur différents sujets en mouvement. L'avis est donc avant tout le fruit d'un ressenti général.

Rafale : égalité

Les deux boîtiers proposent d'étonnantes rafales qui peuvent atteindre 60 i/s avec une obturation électronique que l'on soit en JPEG ou RAW, ce qui est très impressionnant. Cela dit, détaillons…

Avec une obturation mécanique, l'E-M1 Mark II est un peu plus rapide avec 15 i/s contre 12 i/s en mode AF-S et 10 i/s contre 9 i/s en mode AF-C.
Avec une obturation électronique, l'E-M1 Mark II, tout comme le G9, est capable de rafales à 60 i/s en mode AF-S et 18 i/s contre 20 i/s pour le G9 en mode AF-C.

Il est intéressant de noter que les deux boîtiers proposent l'enregistrement d'images en boucle avant le déclenchement pour ne pas rater une occasion. Il s'agit du mode Pro-Capture chez Olympus (14 images sont capturées en permanence avant le déclenchement) et le mode Pre Burst chez Panasonic. Celui-ci ne fonctionne qu'en mode 4K/6K.

Qualité des photos

Un tour dans la nature. Panasonic G9 + 20 mm f/1,7 @f/1,7.

Gestion du bruit électronique : (léger) avantage Olympus

Les deux boîtiers partagent un capteur 4/3” de 20 Mpx. Les images devraient assez logiquement être proches au niveau de la gestion du bruit électronique. Les résultats montrent que l'Olympus E-M1 Mark II est un peu moins agressif en ce qui concerne le lissage du bruit et laisse la photo s'exprimer plus librement. Les aplats sont un peu plus granuleux et certains détails sont davantage visibles. C'est aussi une histoire de goût, l'image du G9 étant également plus contrastée.

olympus-E-M1-II-3200iso-detailpanasonic-g9-3200iso-detail

Nous avons développé des images RAW avec Lightroom (réglages par défaut) et les résultats sont également différents avec une granulation plus présente chez Panasonic, notamment dans les aplats. Il semble plus simple d'extraire des détails du RAW d'Olympus.

Olympus-em1-II-3200iso-LR-detailpanasonic-g9-LR-3200iso-detail

Pixel Shift : (léger) avantage Olympus

Dans ce domaine encore, Olympus est précurseur. Cette fonctionnalité est apparue en 2015 avec l'OM-D E-M5 Mark II et permet d'obtenir des images JPEG en 50 Mpx plus précises et dénuées d'artefacts comme le moirage, mais aussi des fichiers RAW de 80 Mpx. Chez Panasonic, même principe de décalage de pixels pour obtenir des images en 40 ou 80 Mpx (JPEG et RAW). Dans les deux cas, le mode à 80 Mpx n'est pas vraiment concluant et il est préférable de se limiter au premier stade, à savoir 40 et 50 Mpx, le gain en précision sur les clichés plus “larges” n'étant pas évident à mettre en évidence. Un léger avantage pour Olympus, donc, qui propose une définition supérieure.

Dynamique : égalité

Lors de nos mesures en studio, nous n'avons pas noté de différence entre les deux boîtiers pour recouvrer des détails dans les hautes et basses lumières à partir des fichiers bruts. Itou, les deux présentent une latitude de travail d'environ 6 IL.

Vidéo : avantage Panasonic

Sans être aussi riche et perfectionné que son aîné le GH5, le G9 offre une belle prestation en vidéo avec l'enregistrement au format UHD à 360/50/30/25/24p et jusqu'à 150 Mbps (60p). De quoi satisfaire la plupart des cas d'utilisation. De son côté, l'E-M1 Mark II n'est pas en reste et propose l'enregistrement UHD, mais uniquement à 30/25/24p et à 100 Mbps. En HDTV 1080, le boîtier d'Olympus gère l'enregistrement en ALL-I (compression image par image plus simple pour le montage) à 200 Mbps, mais jusqu'à 30 i/s seulement (il faut passer en IPB pour atteindre 60p). Le G9 propose quant à lui des débits assez faibles en HDTV 1080 à 28 Mbps.

La qualité d'image est en faveur du boîtier Panasonic avec des vidéos plus précises aussi bien au format UHD que HDTV 1080, comme vous pouvez le constater sur les extraits ci-dessous.

panasonic-g9-ea350abc__w910panasonic-g9-uhd-25p-100_100
Olympus-Em1-2-1080-25p-detailPanasonic-G9-HDTV-1080-25p-detail

Les deux boîtiers proposent une stabilisation efficace, et si les hybrides sont avant tout destinés à la photographie, ils bénéficient de certaines fonctionnalités intéressantes comme le focus peaking, des histogrammes d'exposition ou des profils d'image. Attention, aucun des deux boîtiers ne propose l'enregistrement en Log pour faciliter l'étalonnage. Le G9 se distingue avec des zébras.

Au niveau de l'autofocus, le Panasonic G9 prend le pas sur son concurrent avec une meilleure réactivité, mais ce point n'est pas réellement décisif.

Conclusions

Nous arrivons au terme de notre duel et il est temps de compter les points de part et d'autre…

Olympus OM-D E-M1 II Panasonic G9
Prise en main
Gabarit = =
Ergonomie et fonctionnalités
Interface +
Viseur +
Autonomie +
Mémoire et connecteurs +
Stabilisation +
Autres = =
Réactivité
Autofocus = =
Suivi autofocus +
Rafale = =
Qualité des images
Gestion du bruit électronique +
Pixel shift +
Dynamique = =
Vidéo +

Lire aussi…

s
Et le vainqueur est... Panasonic G9

Mathématiquement et par sa jeunesse, le Panasonic G9 remporte ce duel. Mais il faut bien garder à l'esprit que l'OM-D E-M1 Mark II présente une impressionnante fiche technique et des performances qui sont toujours d'un excellent niveau. Le problème est qu'Olympus n'a pas jugé bon d'ajuster le prix de son boîtier à celui de son rival qui s'avère bien plus attractif. Le différentiel permet d'acheter une optique supplémentaire, ce qui est loin d'être négligeable. Du côté des optiques, nous avons toutefois une préférence pour les modèles Olympus. Pour plus d'informations, dévorez notre guide d'achat d'optiques Micro 4/3. Eh oui, meilleur boîtier chez Panasonic, meilleures optiques chez Olympus… Le dilemme est sans fin !

Olympus OM-D E-M1 II vs Panasonic G9
Renaud Labracherie
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications