Canon 5DsR versus Sony Alpha 7R 2 (A7R 2), comparatif

En photo, cette année 2015 est placée sous le signe des pixels. Toujours plus de pixels. C'est Canon qui a ouvert le bal avec l'EOS 5Ds/5DsR, annoncé en février pour le salon CP+ au Japon, et qui enregistre des photos en 50,6 millions de pixels. Sony a riposté en juin avec l'Alpha 7R II et son capteur BSI 24x36 de 42,4 Mpx. Un duel au sommet des pixels s'impose donc, d'autant que les boîtiers sont fondamentalement différents.

Les fiches techniques

Un bon duel requiert la présentation des antagonistes. Pour ce faire, nous opposerons point par point les fiches techniques. Un premier pas pour jauger — sur le papier — les possibilités des concurrents.

Canon 5DsR test review

Canon EOS 5DsR

Amazon.fr MarketPlace 3649,00 €
Digit-photo.com 3799,00 € Voir l'offre

Sony Alpha 7R 2 (A7R 2) test review

Sony A7R II

Priceminister 2018,90 €
Miss Numérique 2999,00 € Voir l'offre

Sur le papier, le Sony A7R II l'emporte largement, avec une fiche technique un cran au-dessus dans pratiquement tous les domaines. L'EOS 5DsR propose certes une définition supérieure, mais en face, le compact à objectif interchangeable (COI) de Sony aligne les arguments : stabilisation par déplacement du capteur, sensibilité jusqu'à 25 600 ISO, autofocus plus large avec 399 collimateurs, déclenchement silencieux, grossissement du viseur supérieur, mode vidéo 4K TV...

Canon EOS 5DsR Sony A7R II
Capteur 50,6 Mpx 42,4 Mpx
Taille du capteur 24 x 36 mm 24 x 35,9 mm
Densité par cm2 / taille photosite 5,86 Mpx / 4,13 µm 4,92 Mpx / 4,5 µm
Filtre AA non non
Capteur stabilisé non oui
Sensibilité 100-6 400 ISO
ext. 50-12 800 ISO
100-25 600 ISO
ext. 50-102 400 ISO
Collimateurs 61 399
Dont croisés 41 /
Plage de fonctionnement -2 EV / +18 EV -2 EV / +20 EV
Collimateur sur le capteur principal non oui (hybride
par corrélation de phase
et détection de contraste)
Mesure d'expo Capteur RVB + IR 150 000 points Capteur 1 200 zones
Compensation d'expo ±5 EV ±5 EV
Mesure spot lié au point AF sélectionné
Obturation max. 1/8 000 s 1/8 000 s
Synchro flash 1/200 s 1/250 s
Rafale max 5 ips 5 ips
Nb max. JPEG en rafale NC NC
Nb max. RAW en rafale NC NC
Viseur pentaprisme (optique) électronique
Définition / 2 359 296 points
Grossissement 0,71x 0,78x
Couverture 100 % 100 %
Taille écran 8,1 cm 7,5 cm
Définition écran 1 040 000 points 1 228 800 points
Orientable non oui
Tactile non non
Wi-Fi non oui
NFC non oui
Bluetooth non non
GPS non non
Intervallomètre oui oui (mais option payante)
USB 2.0 2.0
Prise micro oui oui
Sortie HDMI oui oui
Sortie casque non oui
Flash intégré non non
NG / /
Synchro flash 1/200 s 1/200 s
Format vidéo MPEG4 AVC/H.264
(intra ou intertrame)
XAVCS 4K / XAVC HD
AVCHD / MPEG4 AVC/H.264
Résolution max 1 920 x 1 080 px 3 840 x 2 160 px
Cadence 30p/25p/24p 30p/25p/24p (60/50p en HDTV 1080)
Mémoire CF et SD SD
Autonomie max (CIPA) 700 photos 290 photos
Poids (nu avec batterie) 920 g 625 g
Dimensions Environ 152 x 116 x 76 mm Environ 132 x 101 x 78 mm

La prise en main

Nous le répétons à chaque fois, la prise en main est un élément essentiel et nous ne pouvons nous substituer totalement à vous. C'est une sensation à la fois objective et subjective qui dépend, pour beaucoup, de la morphologie de vos mains. Prenez les appareils en main, portez-les à l'œil : un boîtier doit vous convenir et en cette matière, vous êtes les seuls à pouvoir décider.

Quoi qu'il en soit, de fait, le 5DsR est largement plus volumineux et plus lourd que l'A7R II.

*Info : [camerasize.com](http://camerasize.com/compare/#596,624).*

Ergonomie : égalité

Canon 5DsR : plus intuitif. Le reflex de Canon est (nettement) plus gros et plus lourd. Si ces éléments sont importants, ils ne font pas tout. En effet, l'ergonomie, la forme de la poignée, le placement des commandes, le toucher des molettes sont aussi des critères à prendre en compte.

Ainsi, l'interface physique du 5DsR nous semble mieux pensée, avec des commandes plus larges et plus franches. C'est presque un plaisir de manipuler la roue codeuse ou le basculeur photo/vidéo.

Canon 5DsR de dos

Nous apprécions également sur l'épaule du reflex la présence d'un écran LCD monochrome de rappel, qui permet de vérifier rapidement les principaux réglages de la prise de vue. Le système de double commande (une même touche est associée à deux fonctions que l'on tourne la molette avant ou la roue codeuse arrière) est, quant à lui, à double tranchant. Certains apprécient le fait d'avoir moins de commandes physiques, d'autres abhorrent cette fonctionnalité car ils se trompent sans cesse de molette. C'est avant tout une question d'habitude ; avec le temps, ce système s'avère efficace. La correction d'exposition sur la roue codeuse nous semble une excellente idée : l'accès est rapide et facile.

Avec ses nombreux raccourcis gravés sur le boîtier, le 5DsR se montre plus intuitif. Vous avez un accès direct et simplifié à la balance des blancs, la mesure de lumière, la sensibilité ISO, la motorisation, la mise au point (AF-ON) ou le choix des collimateurs. Le reflex de Canon offre en plus une belle palette de commandes personnalisables qui permet de configurer le boîtier pour une utilisation précise.

Les plus : commandes larges et facilement manipulables. Panneau LCD de rappel.

Les moins : mise sous tension à gauche peu pratique. Beaucoup de commandes sur le boîtier.

Sony A7R II : personnalisation extrême. Le boîtier Sony apparaît beaucoup plus dépouillé et vous noterez pas moins de 3 touches personnalisables. Les touches sont malheureusement à peine affleurantes et un peu petites — malgré la taille réduite du boîtier, il reste encore beaucoup de place. Avec des gants fins, il sera plus difficile de le paramétrer et globalement, l'A7R II est moins agréable à utiliser.

La roue codeuse en est le parfait exemple : autant elle est imposante et agréable à utiliser sur le Canon, autant elle est petite et trop souple sur l'A7R II. Toutefois, elle y est associée à un trèfle de sélection assez pratique. La petite molette en plastique n'est vraiment pas à la hauteur des prétentions du boîtier vendu tout de même, rappelons-le, presque 3 500 € ! Dans le même ordre d'esprit, les molettes de réglage nous paraissent trop souples pour un usage confortable. La molette plus crantée du 5DsR est plus franche et plus agréable à utiliser à notre sens.

Sony Alpha 7R 2 (A7R 2) de dos

Bon point, de nombreuses touches, en plus des C1, C2, C3 et C4, sont personnalisables et la liste des fonctionnalités qu'il est possible d'attacher est vertigineuse. Avec un peu de patience, il est donc possible de configurer son boîtier aux petits oignons, au risque de perdre définitivement celui à qui vous prêteriez votre A7R II.

Les plus : peu de commandes sur le boîtier et nombreuses fonctionnalités. Levier de mise sous tension autour du déclencheur.

Les moins : Commandes petites et peu agréables à utiliser.

Vous l'aurez constaté, il n'est pas évident de départager les deux concurrents sur la partie ergonomie.

Viseur : avantage Canon

Canon 5DsR : la version optique. Naturellement, les deux boîtiers se différencient notamment sur la visée, le Canon proposant un modèle optique à l'aide d'un prisme en toit. La visée est claire, spacieuse et précise, mais le dégagement oculaire, à peine suffisant pour les porteurs de lunettes. Il est possible d'afficher quelques informations comme les différents collimateurs AF, la zone de prise de vue (APS-H, APS-C), un niveau électronique sur 2 axes et des grilles d'aides à la composition, ainsi que différentes informations relatives à la prise de vue : balance des blancs, mesure d'exposition, mode rafale... Globalement, la visée reste assez dégagée pour se concentrer sur le sujet. Les autres informations sont reportées dans une zone noire située sous la visée.

Le principal avantage de la visée optique reste la fluidité. Ici, rien de vient perturber ici la visée, que l'éclairage soit naturel ou artificiel. La dynamique est meilleure et la visée s'adapte aux conditions lumineuses sans aucune latence. En outre, la visée optique est plus douce, plus agréable.

viseur Sony Alpha 7R 2 (A7R 2) et Canon 5Ds R

*Un viseur électronique sur le Sony A7R II, à gauche, et optique sur le Canon 5DsR, à droite.*

Les plus : fluidité et clarté de visée. Dynamique importante. Confort. Ne consomme pas d'énergie.

Les moins : peu de détail en pleine nuit. Pas de prévisualisation de l'image finale.

Sony A7R II : la version électronique. De son côté, le boîtier de Sony offre sans doute l'un des plus beaux viseurs électroniques actuels, avec un grossissement exceptionnel de 0,78x. C'est spacieux, très spacieux. Un peu trop même, et les porteurs de lunettes regretteront le dégagement oculaire à peine suffisant pour embrasser tout le champ couvert. Le rapport 4/3 de la dalle permet d'inscrire une bonne partie des informations de prise de vue au-dessus et au-dessous de la visée.

La visée électronique marque toujours un pas en termes de fluidité par rapport à la visée optique. La trame de la dalle est visible (1 024 x 768 px) et, en basse lumière, un fourmillement est facilement perceptible. Toujours en basse lumière, lors des mouvements (du boîtier ou des sujets), la rémanence vient troubler la visée.

L'affichage électronique apporte toutefois de nombreux avantages, notamment celui de visualiser au plus juste le rendu final des images. Vous pouvez ainsi simuler l'exposition, photographier en noir & blanc ou avec un filtre artistique, ou encore vérifier la balance des blancs en direct. En outre, vous pouvez afficher de nombreux assistants. Ainsi, pour la mise au point manuelle, vous pouvez utiliser le focus peaking (surlignage des zones nettes par des pixels colorés) et une loupe de grossissement. Jamais une mise au point manuelle n'a été aussi simple à réaliser. Pour l'exposition, un histogramme et des zébras sont disponibles pour vous aider à bien paramétrer votre prise de vue. Bien sûr, l'affichage d'un niveau électronique sur deux axes est prévu, en plus des grilles d'aide à la composition.

Paradoxalement, c'est en basse lumière, alors que l'affichage "rame", que la visée électronique présente un net avantage. En augmentant le gain de l'affichage, vous pouvez voir plus de détails pour faciliter le cadrage, en particulier dans les zones sombres, là ou une visée optique sera complètement bouchée.

Les plus : viseur très large. Prévisualisation de l'image finale. Nombreux assistants à la mise au point et à l'exposition.

Les moins : rémanence en basse lumière. Rendu un peu artificiel de la scène visée. Consommation électrique.

Le débat sur la visée optique ou électronique est sans fin et alimente déjà des kilomètres de posts sur différents forums photo. Difficile donc de ne pas déclencher de polémique en prenant parti pour l'un ou l'autre. Personnellement, j'ai encore une petite préférence pour la visée optique avec un seul argument, pour moi essentiel : le confort. La visée optique est plus douce, moins agressive, plus constante et donc plus reposante. Si la rémanence ne vous pose pas de problèmes particuliers, alors la visée électronique est faite pour vous.

Écran LCD : avantage Sony

Canon 5DsR : classique. L'écran LCD du reflex Canon est d'excellente qualité, mais trop classique. Il n'est ni tactile ni orientable. Depuis des années, Canon nous "explique" qu'un écran monté sur rotule est plus fragile et que les boîtiers professionnels doivent être avant tout robustes. De notre côté, depuis des années que nous testons des reflex avec écrans sur rotule (dont le 70D de Canon...), nous n'avons jamais noté de fragilité de ce côté. Ce choix est d'autant plus regrettable que la possibilité de déplacer le collimateur AF à l'aide d'un écran tactile est vraiment agréable et aisé. Pour l'avoir essayé sur des reflex Nikon ou des COI Panasonic ou Olympus, ce procédé s'avère très efficace. En vidéo, la possibilité de choisir la zone de mise au point au doigt est également un véritable "plus", absent ici.

Sony A7R II : inclinable. L'écran LCD du Sony est, lui, monté sur une double charnière qui permet une inclinaison vers le bas de 45° et vers le haut de plus de 90°. Voilà qui facilite la prise de vue au ras du sol ou au-dessus d'un obstacle. Pour ma part, je préfère les écrans sur rotule qui offre une plus grande liberté de mouvement, et notamment un retournement à 180° pratique pour se filmer ou se photographier. Malheureusement, cet écran n'est pas tactile, lui non plus. Impossible de donc de choisir la zone de mise au point au doigt ou de naviguer dans les images d'un simple balayage, comme nous en avons désormais l'habitude avec nos smartphones. Encore une fois, cette limitation est incompréhensible.

Sony Alpha 7R 2 (A7R 2) écran inclinable

Un écran inclinable sur le Sony A7R II.

Menus : avantage Canon

Canon 5DsR : cohérents. Les menus par onglets du reflex Canon sont assez faciles à appréhender et relativement logiques. Canon a eu la bonne idée de regrouper dans une zone spécifique les réglages avancés. En outre, il est possible de créer son propre menu, rassemblant les réglages les plus fréquemment utilisés. Enfin, les réglages concernant la vidéo ne sont accessibles qu'en mode vidéo et ne viendront pas brouiller la lisibilité des options photo. Depuis le 1D X, les reflex haut de gamme Canon disposent d'un onglet spécifique aux réglages du module AF.

Sony A7R II : trop denses. Au fil des ans, les menus Sony ont pris de l'embonpoint et sont désormais presque indigestes. Les options s'alignent sans fin et parfois sans cohérence. Ainsi, dans le même onglet vous pouvez jouer sur des paramètres photo et vidéo. Selon la configuration de l'A7R II, certaines options apparaîtront grisées et les explications avancées sont souvent insuffisantes pour résoudre le problème. Ainsi, si vous photographiez en RAW, les options HDR ne seront pas accessibles. De même, les paramètres du mode panoramique par balayage se sont modifiables qu'en mode panoramique.

Réactivité : avantage Canon

Canon 5DsR : prêt immédiatement. L'un des avantages des reflex, c'est leur disponibilité immédiate. La mise sous tension, très rapide, requiert environ 0,5 s. La mémoire tampon permet d'enchaîner les prises de vues une par une sans la moindre saccade et là encore, le 5DsR se montre très prompt.

Sony A7R II : pour la cadence rafale, mais... La fée électronique se réveille un peu plus lentement et il faut bien compter un peu plus de 1,8 s avant l'enregistrement de la première image. C'est parfois beaucoup trop long, d'autant qu'on hésitera à laisser l'A7R II sous tension en permanence, la batterie présentant une autonomie assez limitée. Le mode rafale permet d'aligner 5 images par seconde (i/s) sur plus de 10 images (carte SDXC UHS-I U3), mais la vidange de la mémoire tampon bloque le fonctionnement de l'appareil et, selon la qualité d'enregistrement (JPEG / RAW), cela peut être très long. Un point qui rend l'utilisation de l'A7R II délicate pour de la photo sportive.

Canon 5DsR Sony A7R II
Rafale Hi avec suivi autofocus (JPEG)
sur au moins 10 images
4,4 i/s (plus de 500 vues) 5,5 i/s (24 images)
Rafale Hi sans suivi autofocus (JPEG) 5,4 i/s 5,5 i/s
Temps de mise sous tension (1ere photo sans mise au point) 0,5 s 1,8 s
Temps de latence au déclenchement 0,03 s 0,05 s

Autofocus et suivi de sujet : avantage Sony et avantage Canon

Canon 5DsR : héritage du 1D-X. Le 5DsR hérite du module AF du reflex sportif 1D-X avec 65 collimateurs répartis en losange. Il est épaulé par une cellule de 150 000 points pour la reconnaissance des visages et des couleurs afin d'améliorer le suivi d'un sujet (EOS Intelligent Tracking and Recognition — ou ITR — AF System). Lors de nos tests, sur un sujet approchant du photographe, nous avons eu un taux de déchet de l'ordre de 50 % sur une rafale à 5 i/s. En mode Single, le Canon 5DsR se montre toutefois plus véloce que le Sony. Sur de la photo d'action, il conserve une petite longueur d'avance.

Sony A7R II : un déluge de collimateurs. Le module autofocus de l'A7R II est intégralement nouveau et marque un vrai progrès par rapport à la génération précédente. Le système hybride à détection de contraste et corrélation de phase compte avec pas moins de 399 points ! Ce nombre record apporte une couverture record également, de 45 % du champ photographié. Mieux, en mode APS-C, avec une optique 24x36, la couverture grimpe à 93 % (75 % avec une optique APS-C). Le suivi latéral est donc facilité et sur ce point, le Sony prend de l'avance sur son concurrent. Mais c'est surtout en vidéo que l'A7R II prend définitivement le dessus, la mise au point étant nettement plus souple et rapide qu'en mode Liveview sur le Canon 5DsR. En outre, avec une mise au point sur le capteur principal, il n'y a plus de problème de front ou back focus.

Sony A7R 2 (Alpha 7R 2) couverture AF corrélation de phase en 24x36

*En traits pleins, la couverture AF par corrélation de phase en 24x36.*

Avec un sujet se dirigeant vers le photographe, nous avons eu un taux de déchet de l'ordre de 50 %, soit le même qu'avec le 5DsR. Sur ce point, il y a donc égalité.

En mode Single, les deux boîtiers jouent au coude à coude avec un temps de mise au point d'environ 0,3 s (50 mm 1,4 pour Canon et 55 mm f/1,8 pour Sony, priorité AF à 2 m de la cible). En basse lumière, le Sony prend clairement l'avantage sur son concurrent.

Bruit au déclenchement : avantage Sony

Canon 5DsR : moins de bruit. Malgré tous les systèmes d'amortissement des mouvements du miroir et de l'obturateur, un reflex produit du bruit au déclenchement et le 5DsR n'échappe pas à cette règle. Le mode S (silencieux) atténue nettement le bruit de la prise de vue, sans pour autant le faire disparaître.

[Canon 5DSR son déclenchement

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/2274/canon-5dsr-declenchement.mp3)

Cliquez sur la vignette pour écouter le déclenchement du Canon 5DsR.

Sony A7R II : pas de bruit. Pas de miroir chez Sony, mais uniquement un obturateur mécanique. On peut même rendre l'appareil totalement silencieux en ayant recours à un obturateur électronique — un avantage indéniable pour la photographie de spectacle. L'obturateur mécanique reste toutefois assez bruyant, comme vous pouvez l'entendre dans l'enregistrement ci-dessous.

[Sony A7R 2 (Alpha 7R 2) test review bruit déclenchement

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/2350/sony-a7r-2-declenchement.mp3)

Cliquez sur la vignette pour écouter le déclenchement de l'A7R II.

Batterie / autonomie : Canon vainqueur haut la main

Canon 5DsR : bien, mais pourrait mieux faire. Selon la norme CIPA, une charge de batterie permet de déclencher environ 700 fois. Pas mal, mais c'est presque 250 vues de moins qu'avec un 5D Mark III, datant de 2012. Une poignée d'alimentation (BG-E11 : 250 €), également disponible, permet de doubler l'autonomie. Le 5DsR est livré avec un chargeur de batterie qui indique le niveau de charge de la batterie.

Sony A7R II : loin du compte. La norme CIPA indique une autonomie de 290 vues. Lors de nos tests, nous avons eu du mal à dépasser 200 vues avec quelques minutes de vidéo. Conscient du problème, Sony livre 2 batteries avec l'A7R II ainsi qu'un chargeur de batterie (ce qui n'était pas le cas sur les précédents modèles). Une poignée d'alimentation (VG-C2EM : 350 €) est également disponible pour doubler l'autonomie du boîtier.

Connectique et mémoire : avantage Sony

Canon 5DsR : minimum. USB 3.0 ! Oui, le reflex 50 Mpx adopte enfin cette norme de transfert ! Malheureusement, la marque s'est arrêtée en ce bon chemin en oubliant la sortie casque et la puce Wi-Fi. Côté mémoire, Canon a opté pour un emplacement CF et un autre SD. Pourquoi deux formats différents ? Le choix est discutable (et discuté).

Sony A7R II : complet. Le COI dispose de tout ce qu'il faut à l'exception d'une sortie USB 3.0 pour faciliter le transfert des fichiers volumineux. Pour la vidéo, il intègre une sortie casque, une entrée micro stéréo et une sortie HDMI non compressée. L'A7R II propose également une puce Wi-Fi (NFC) pour le pilotage à distance sans fil et le transfert vers un smartphone. Côté mémoire, un seul emplacement est disponible. Dommage, il aurait été pratique de séparer photo et vidéo ou d'assurer une copie de sauvegarde. Notez que si vous souhaitez profiter des modes vidéo, il faudra investir obligatoirement dans une carte SDXC performante.

Autres fonctionnalités : avantage Sony

Canon 5DsR : trop classique. Le reflex propose différents modes créatifs comme le HDR ou l'exposition multiple.

Sony A7R II : ouvert. Sony propose depuis quelques années une boutique sur laquelle il est possible de télécharger des modules afin de faire évoluer les possibilités de son appareil. Certaines sont gratuites (pilotage à distance depuis un smartphone), d'autres sont payantes et plutôt chères (time-lapse, reflet lisse...). Le boîtier propose également des filtres artistiques, un mode panoramique par balayage, un mode HDR ainsi que de nombreux profils d'images.

Sony A7R II mode panoramique

Exemple d'image panoramique réalisée avec le Sony A7R II à main levée.

Stabilisation : avantage Sony

Canon 5DsR : tout dans l'optique. Pour bénéficier de la stabilisation, il faudra simplement s'équiper d'une optique... stabilisée.

Sony A7R II : fonctionne avec tout. C'est l'un des atouts de l'A7R II : la stabilisation par déplacement du capteur. De fait, elle fonctionne avec toutes les optiques montées sur le boîtier. Un vrai "plus" si vous utilisez des optiques exotiques, notamment en vidéo. Cette stabilisation permet de gagner jusqu'à 2 IL dans la plupart des situations.

Parc optique : avantage (léger) pour Canon

Canon 5DsR : offre complète. Le 5DsR dispose d'un parc d'optique riche et complet : du fisheye au 800 mm en passant par les optiques à décentrement, le parc Canon est l'un des plus intéressants du marché. Attention, le 5DsR ne peut utiliser que les optiques EF pour 24x36, les modèles EF-S pour APS-C n'étant pas compatibles.

Sony A7R II : plus d'ouverture. Le parc optique Sony est certes moins complet que celui de Canon, mais sans cage reflex et donc sans tirage optique, l'A7R II est capable de recevoir de nombreuses optiques via des bagues d'adaptation. Ainsi, il est possible d'utiliser les optiques Canon (certaines bagues autorisent l'autofocus), Leica, Nikon... Les possibilités sont innombrables. Sachez que les optiques APS-C Sony sont également compatibles, l'A7R II n'utilisant alors qu'une partie du capteur.

Metabones monture EF sur E

Pour 400 $, cette bague Metabones permet de monter les optiques Canon sur un A7R II en conservant (parfois) la mise au point automatique.

Qualité des images

Précision : égalité

Pour le test de précision, nous avons décidé d'utiliser le Sigma 35 mm f/1,4, afin de ne pas favoriser un boîtier par rapport à l'autre du fait de l'optique. Les deux boîtiers sont réglés à 100 ISO f/5,6. L'exposition est fixée par le boîtier, en mode A. Tous les autres réglages sont laissés par défaut.

À 100 % sur écran, il n'est pas simple de voir la différence entre 50 et 42,4 Mpx.

scene comparaison

Nous avons également réalisé une comparaison à taille de tirage équivalente (A1 : 90 x 60 cm / 180 dpi). Là encore, la différence est imperceptible.

Canon 5Ds RSony A7R II
#### Gestion du bruit électronique : avantage Sony **Canon 5DsR : jusqu'à 3 200 ISO.** En mode étendu, la plage ISO va de 100 à 12 800 ISO. Sur notre scène test avec un éclairage maîtrisé, le reflex donne de très bons résultats jusqu'à 3 200 ISO.

Sony A7R II : jusqu'à 6 400 ISO. La plage ISO s'étend en mode étendu de 64 à 102 400 ISO, ce qui offre une belle polyvalence. En outre, les images apparaissent moins dénaturées, notamment à 6 400 ISO.

#### Latitude d'exposition : avantage Sony **Canon 5DsR : 6 diaphragmes.** Le capteur Canon encaisse 6 IL d'exposition et se montre moins performant dans les hautes lumières que son concurrent.

Latitude d'exposition Canon 5DsR hautes lumières

Sony A7R II : 7 à 8 diaphragmes. Le capteur 24x36 de Sony offre une belle plage d'exposition et permet de récupérer jusqu'à 3 IL dans les hautes lumières, là ou les autres capteurs se limitent à 2 IL. Une belle performance, donc.

Latitude d'exposition Sony Alpha 7R 2 (A7R 2)

Mode vidéo : net avantage pour Sony

Canon 5DsR : classique. Le 5DsR filme en HDTV 1080 en 30/25p (compression intra ou inter). Sachant que le standard est désormais 60/50p, le reflex Canon n'est pas le meilleur boîtier pour la production vidéo. La mise au point auto n'est pas très rapide et le reflex dispose de peu d'assistants (focus peaking, zébras..). On peut utiliser un enregistreur externe grâce à la prise HDMI qui n'est pas compressée.

Sony A7R II : 4K TV. Le boîtier de Sony est clairement plus à l'aise en vidéo que son concurrent et offre la possibilité de filmer en 4K TV (3 840 x 2 160 px) en 30/25p et en HDTV 1080 jusqu'en 60/50p. L'autofocus se révèle plus souple et plus rapide et surtout, le boîtier propose de nombreux assistants comme le focus peaking ou les zébras d'exposition. La prise HDMI n'est pas compressée et vous pouvez relier un micro et un casque pour vérifier la captation sonore. En outre, la griffe porte-accessoire permet de connecter un boîtier XLR pour des miros professionnels. Pour finir, l'A7R II propose également de nombreux profils d'image, dont le S-Log qui facilite grandement l'étalonnage des couleurs en post-production.

1080 - 4K scene comparaison

HDTV 1080 - 4K TV comparaison

Concusion

Canon EOS 5DsR Sony Alpha 7R II
Ergonomie = =
Viseur x
Écran LCD x
Menus x
Réactivité x
Autofocus et suivi de sujet x x
Bruit au déclenchement x
Batterie / autonomie x
Connectique et mémoire x
Autres fonctionnalités x
Stabilisation x
Parc optique x
Précision = =
Gestion du bruit électronique x
Latitude d'exposition x
Mode vidéo x

Si, sur le papier, le COI Sony A7R II supplante sur de nombreux points le reflex Canon EOS 5DsR, cette suprématie est moins marquée sur le terrain. Il faut dire que le 5DsR emploie des technologies largement éprouvées, alors que l'A7R II innove sur de nombreux aspects.

Le 5DsR est moins gourmand en énergie et conserve encore une longueur d'avance en termes de réactivité, offrant notamment du répondant en rafale.

En revanche, au niveau de l'autofocus, Sony innove et livre une belle prestation ; tenant la dragée haute au Canon 5DsR, il se permet même d'être plus rapide en basse lumière. Au fil des versions, le confort du module AF s'améliore en couvrant une surface de la visée de plus en plus large. L'A7R II bénéficie aussi du meilleur capteur 24x36 du moment, avec une excellente dynamique associée à une très bonne gestion du bruit électronique. Il ouvre de plus les portes de la vidéo 4K.

Au final, 5DsR ou A7R II ? Cela dépendra surtout de votre orientation photographique. Pour la photo d'action, le 5DsR s'avère mieux taillé. Pour le reste, le Sony A7R II se montre incroyablement efficace malgré sa taille réduite. Encore faut-il s'habituer à la visée électronique. Si nous devions n'en choisir qu'un, notre côté technophile nous ferait opter pour l'A7R II.

Canon 5DsR test review

Canon EOS 5DsR

Amazon.fr MarketPlace 3649,00 €
Digit-photo.com 3799,00 € Voir l'offre

Sony Alpha 7R 2 (A7R 2) test review vainqueur duel

Sony A7R II

Priceminister 2018,90 €
Miss Numérique 2999,00 € Voir l'offre
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Contenus sponsorisés