Si l'anamorphose est synonyme pour beaucoup des films en CinemaScope, le GH4 mis à jour et le GH5 de Panasonic, ainsi que sa prochaine mise à jour, pourraient démocratiser la prise de vue en format large anamorphosé. Retour sur ce procédé de compression d'image optique qui donne un véritable look cinéma aux productions vidéo.

Le format d'image dit anamorphosé s'obtient grâce à l'utilisation de lentilles spécifiques qui réalisent une compression optique de l'image, à la prise de vue, sur le support d'enregistrement. L'image est naturellement "décompressée" à la projection par un système optique inverse. Le principe technique, plutôt ancien, connaît son heure de gloire dans les années 50 du siècle dernier. Le cinéma doit faire face à un nouveau concurrent qui prend place dans les foyers : la télévision. Pour se démarquer de ce petit écran envahissant, les décideurs du cinéma, principalement américains, veulent voir les choses en grand, ou plutôt en large. Pour cela, plusieurs solutions sont envisageables : élargir le format de l'enregistrement, utiliser des formats dits panoramiques en réduisant la hauteur de la fenêtre d'enregistrement, ou utiliser un procédé d'anamorphose pour compresser / décompresser les images à la captation et à la projection.

Si le cinéma utilise le plus généralement de la pellicule de 35 mm de large, toute la surface n'est pas exploitée pour la captation des images. En effet, plusieurs contraintes existent : il faut des performations, pour assurer l'entraînement du film, et de la place pour la piste son associée au film. Au final, la surface réellement exploitable est classiquement de 22 x 18 mm, soit un rapport de 1,22:1. Nous sommes donc assez loin des formats panoramiques que sont le 1,65:1 (Europe) ou le 1,85:1 (États-Unis). Pour obtenir de tels rapports de cadre, le 1,85:1 par exemple, il faut réduire la hauteur de la zone du photogramme : si l'on garde les 22 mm de largeur, la hauteur de l'image est réduite à 11,9 mm. Il faut donc agrandir davantage la projection en changeant d'objectif. Les progrès dans le rendu des pellicules compensent désormais la perte de qualité due à une surface sensible plus petite.

Différents ratios d'imagesÀ gauche, le ratio d'image est de 1,22:1. À droite, afin d'obtenir une image plus allongée, la hauteur est diminuée pour atteindre un ratio 1,85:1. On perd irrémédiablement de l'information.

Il vous reste de l'article à lire
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Contenus sponsorisés