Dépourvu de traduction littérale en français — les Québécois utilisent parfois les termes de "prise de vue en fourchette" — le bracketing est une technique consistant à capturer plusieurs images d'une même scène tout en faisant varier les paramètres de prise de vue. Bien qu'étant certainement le plus courant, le bracketing d'exposition ne constitue pas la seule variante de cette pratique ; il est ainsi possible d'effectuer un bracketing de profondeur de champ, de mise au point, de balance des blancs, de sensibilité ou encore d'exposition au flash.

Héritée de la photographie argentique, la technique du bracketing a grandement évolué avec l'essor du numérique — non seulement en proposant d'influer sur un plus grand nombre de paramètres, mais aussi en finalité. Si, au départ, l'idée était de faire varier les paramètres de prise de vue pour sélectionner par la suite la meilleure image possible, les possibilités de post-production aujourd'hui disponibles permettent de combiner plusieurs images, de façon à obtenir des résultats impossibles à atteindre avec une unique prise de vue.

Quel que soit le paramètre de prise de vue que vous choisissez de faire varier, l'utilisation du bracketing dans le but de fusionner, a posteriori, les images obtenues a pour préalable la présence d'un sujet immobile et l'utilisation d'un cadrage similaire d'une photographie à l'autre. L'utilisation d'un trépied est ainsi fortement recommandée. Notez également que si les appareils photo récents s'arment d'options permettant de réaliser un bracketing de façon automatique, celui-ci peut tout à fait être géré manuellement.

Bracketing d'exposition

Lorsqu'une scène présente une plage dynamique étendue, c'est-à-dire un fort écart entre hautes et basses lumières, le capteur de votre appareil photo sera parfois dans l'incapacité de retranscrire des détails dans toutes les zones de la photographie capturée. Il est alors possible de capturer plusieurs images (de façon à effectuer un bracketing d'exposition) pour ensuite les fusionner grâce à la technique du HDR (High Dynamic Range). Si différents paramètres permettent d'influer sur l'exposition d'une photographie, il convient bien souvent de modifier le temps de pose de façon à ce que les caractéristiques esthétiques de l'image restent inchangée (un changement d'ouverture de diaphragme influerait non seulement sur l'exposition, mais aussi sur la profondeur de champ).

Prises de vues en bracketing et traitement HDR.

L'option permettant d'effectuer un bracketing d'exposition de manière automatique se nomme AEB (Automatic Exposure Bracketing) sur la plupart des boîtiers. La différence d'exposition entre chaque photographie capturée peut varier en fonction de l'effet désiré. S'effectuant en partie en post-production, la réalisation d'une image HDR nécessite quant à elle l'utilisation de logiciels disposant d'une option spécifique (Adobe Photoshop, Photomatix, etc.)

Bracketing d'exposition au flash

Si ce type de bracketing consiste, comme précédemment, en la capture d'une série de photographies avec différents niveaux d'exposition, les conditions et la finalité de son utilisation sont cependant différentes. Lors de l'utilisation d'un flash conjointement à une lumière ambiante préexistante, la juste balance entre les deux sources lumineuses est parfois bien délicate à trouver. Il est alors possible de sélectionner la fonction de bracketing du flash (ou FEB pour Flash Exposure Bracketing) de façon à faire varier automatiquement l'intensité lumineuse de celui-ci sur une série de prises de vues. Cela permet par la suite de sélectionner le cliché présentant le niveau d'exposition vous paraissant le plus agréable.

Bracketing de la balance des blancs

Également appelé WBB (White Balance Bracketing), le bracketing de la balance des blancs peut être utilisé lorsqu'une scène présente des sources lumineuses aux températures de couleur différentes. Déterminer une balance des blancs avec précision à la prise de vue peut alors s'avérer compliqué. Ce mode de prise de vue capture donc plusieurs clichés avec différentes valeurs de température de couleur. Toutefois, la capture de fichiers RAW autorisant la modification non destructive de la balance des blancs lors de la phase de retouche, notez que cette fonction trouve seulement son utilité lorsque les images capturées sont enregistrées en JPEG.

Bracketing de mise au point

Également appelé focus stacking, le bracketing de mise au point est essentiellement utilisé en macrophotographie. En effet, la profondeur de champ varie en fonction de la distance de mise au point : plus cette dernière est réduite, plus la profondeur de champ est faible. La macro- et la proxi-photographie consistant à photographier des sujets très proches, la profondeur de champ résultante est alors bien souvent de quelques millimètres.

Résultats avant et après focus stacking.

L'unique solution pour obtenir un sujet entièrement net est alors de réaliser plusieurs prises de vues avec différentes distances de mise au point, de façon à assembler les images obtenues en post-production. Si pour cela certains photographes conservent une distance de mise au point fixe et déplacent très légèrement leur appareil photo à l'aide d'une glissière, la solution la plus simple réside dans la fonction focus stacking de certains appareils. C'est par exemple le cas du compact expert Canon G7 X Mark II, de l'hybride Olympus OM-D E-M10 Mark II ainsi que de certains reflex Canon après installation du firmware (micrologiciel) alternatif Magic Lantern.

Tout comme la technique du HDR, la pratique du bracketing de mise au point nécessite l'acquisition d'un logiciel spécialisé (tel que Helicon Focus ou Enfuse) de façon à assembler les différentes photographies capturées.

Pour conclure

Que le bracketing soit effectué de façon automatique ou manuelle, nous vous invitons à porter une attention particulière au nombre de photographies capturées ainsi qu'à l'écart de valeurs entre celles-ci. Dans le cas d'un bracketing d'exposition en vue d'une fusion HDR ou dans le cas d'un bracketing de mise au point en vue d'une fusion de type focus stacking, le résultat de la photographie assemblée peut en effet énormément varier.

Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications 

Contenus sponsorisés