Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.

Le stabilisateur est un dispositif électro-mécanique destiné à compenser le flou de bougé lorsque des photos sont faites sans trépied et avec un temps de pose trop long pour assurer la netteté des images. Deux principes existent : la stabilisation par l’objectif et la stabilisation par le capteur. Chacune de ces deux méthodes possède ses avantages et ses inconvénients.

Comme je vous l’expliquerai par ailleurs, le flou de bougé est un ennemi redoutable du photographe. S’il est notable, le rattrapage de netteté peut s’avérer très difficile, voire bien souvent impossible. Je supposerai ici que vous aurez mis en œuvre tous les conseils possibles pour vous en prémunir au moyen d'une tenue en mains de l'appareil la plus stable possible, d'un positionnement sur un trépied – ou un monopode –, ou encore d'une augmentation de la sensibilité ISO (de façon à raccourcir le temps de pose). En effet, actuellement, tout du moins sur un reflex, on peut conserver une qualité d’image plus qu’acceptable jusqu’à 2000 ISO voire plus.

Malgré tout, la lumière peut manquer au point que, même en réglant l’appareil sur une sensibilité proche du maximum, on risque le flou, par variation de l’inclinaison de l’appareil ou par mouvements de gauche à droite. Ou encore, plus insidieusement, parce qu’en enfonçant le déclencheur, on provoque une légère rotation de l’appareil. Souvent, ces différents risques se combinent pour aboutir à des images ratées. La situation peut concerner, certes dans des conditions un peu différentes, l’amateur avec son compact dont la montée en ISO est très limitée – ou destructrice de la qualité de l'image – et le professionnel qui a obligation de ramener des images exploitables dans les conditions les plus difficiles.

Il vous reste de l'article à lire
Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.