Dans l’article Comprendre les principes de l’exposition, j’ai expliqué que la sensibilité est directement liée à la quantité de lumière que le capteur doit recevoir pour obtenir une image bien exposée. Doubler la sensibilité permet d’obtenir une image bien exposée avec moitié moins de lumière tout en conservant identique le couple ouverture du diaphragme – temps d’exposition (improprement mais souvent appelé vitesse d’exposition).

Cette sensibilité est, en numérique comme auparavant en argentique, exprimée en ISO (on parlait d’ASA autrefois, en pratique c’est la même chose), valeur qui évolue proportionnellement à la quantité de lumière requise. À diaphragme et temps d’obturation égaux, si la lumière baisse de moitié, il faut doubler la valeur ISO pour obtenir une exposition identique. Si elle baisse au quart de sa valeur initiale, il faut multiplier les ISO par 4, etc.

Exemple de photo haute sensibilité : *Fantasia à Marrakech*. Nikon D300 avec Nikkor ED 3,5-4,5/18-70 à 60 mm (90 mm équiv.), 1/60 à f/5,6, flash de l’appareil en appoint, 6 400 ISO. © L. Gérard Colbère.Exemple de photo haute sensibilité : Fantasia à Marrakech. Nikon D300 avec Nikkor ED 3,5-4,5/18-70 à 60 mm (90 mm équiv.), 1/60 à f/5,6, flash de l’appareil en appoint, 6 400 ISO. © L. Gérard Colbère.

Il vous reste de l'article à lire