Le phénomène

Quand on fait la mise au point, son image se forme sur le film/capteur : chaque élément ponctuel de l'objet est restitué par un point image. En photo, l'image d'un point est une tache qui, si elle est suffisamment petite, sera perçue comme un point net. Une tache, pour être nette, doit être plus petite que ce qu'on appelle le cercle de confusion (dont le diamètre, noté e, dépend du format du capteur). Des objets, placés un peu devant ou derrière le plan de mise au point (comme les points B et C sur le schéma ci-dessous) formeront des images nettes sur le capteur dans la mesure où leurs taches resteront plus petites que e (diamètre du cercle e confusion). La netteté s'étendra alors devant et derrière le plan de netteté : c'est la profondeur de champ.

Des objets plus éloignés du plan de netteté (en vert et en rouge) sur l'axe optique donneront des images trop grandes sur le capteur (comme on peut le constater sur le schéma), elles ne seront donc pas nettes : on dit qu'elles sont hors profondeur de champ.

Quand on ferme le diaphragme, les rayons lumineux s'inclinent davantage, et forment donc des taches plus petites, suffisamment pour être perçue comme nette. C'est pourquoi la profondeur de champ est donc plus étendue quand on ferme le diaphragme !...

La répartition de la profondeur de champ

La profondeur de champ est plus étendue derrière le plan de netteté que devant. On dit donc souvent, et abusivement, que la profondeur de champ est répartie 1/3 devant et 2/3 derrière le plan de netteté, ce qui n'est vrai que pour une seule distance de mise au point (quand la distance de mise au point se fait au tiers de la distance hyperfocale p = H/3) !

Pour une profondeur de champ minimale, on choisit une longue focale, le diaphragme le plus ouvert, un capteur grand format en faisant une mise au point proche de l'objectif. A contrario, si on veut une profondeur de champ maximale, il existe une distance de mise au point qui permet d'obtenir une profondeur de champ maximale, c'est la distance hyperfocale (H). Celle-ci dépend de la focale et de l'ouverture de diaphragme.

L'hyperfocale par les calculs

En faisant la mise au point sur la distance hyperfocale, la profondeur de champ s'étendra de la moitié de la distance hyperfocale à l'infini.

On détermine la distance hyperfocale par la relation suivante :

H = f'2 / e.N où f' = focale, e = diamètre du cercle de confusion ; N : ouverture du diaphragme

Pour cette formule, nous avons donc besoin du diamètre du cercle de confusion et celui-ci varie avec la taille du capteur. Le tableau ci-dessous (source Wikipédia) recense les valeurs les plus courantes :

Format Cercle de confusion (mm)
Photo
APS-C 0.018
35 mm 0.03
645 (6×4.5) 0.045
6×6 0.045
6×7 0.06
6×9 0.07
4×5 0.1
5×7 0.15
8×10 0.2
Photo Numérique
Cinéma
16 mm/Super 16 0.015
35 mm 0.025
Vidéo
2/3" 0.021
1/2" 0.016
1/3" 0.011
1/4" 0.008

La distance hyperfocale diminue si la focale de l'objectif diminue et si le nombre d'ouverture N du diaphragme augmente. Si cette distance diminue, alors la profondeur de champ augmente, puisqu'elle détermine où commence la netteté (à la moitié de cette distance).

Si ce calcul vous semble un brin complexe, sachez qu'il existe pléthore d'applications pour smartphone qui simplifient grandement la détermination de l'hyperfocale (cf. notre article sur deux applications pour Android).

L'hyperfocale par la pratique

En pratique, si vous n'avez pas envie de sortir votre calculatrice, vous pouvez appliquer cette méthode :

  • faites la mise au point à l'infini,

  • activer le testeur de profondeur de champ qui fermera le diaphragme à l'ouverture de travail

Ainsi, le premier plan net est la distance hyperfocale !

Faites ensuite la mise au point dans ce plan : vous aurez alors le maximum de profondeur de champ .

Une autre méthode est possible, qui exploite l'échelle de profondeur de champ sur certains objectifs indiquant l'étendue de la profondeur de champ pour une distance de mise au point. Malheureusement, l'échelle de profondeur de champ tend à disparaître sur les objectifs récents.

Pour se régler directement sur la distance hyperfocale de mise au point, réglez la bague de mise au point de telle sorte que le nombre d'ouverture de droite sur l'échelle (indiquant le dernier plan net) coïncide avec la distance infinie. Par exemple, pour une mise au point sur l'hyperfocale à l'ouverture f/16, on place le repère « 16 » en face du signe infini ∞, représenté en jaune sur l'illustration.

Ainsi, sur l'exemple ci-dessous, notre objectif calé à f/16 et dans cette configuration de mise au point présente une zone de netteté qui s'étend d'environ 3 m (un peu moins dans ce cas) jusqu'à l'infini.

## Quand utiliser l'hyperfocale ?

  • L'hyperfocale sert donc à obtenir la plus grande zone de netteté, ce qui s'avère assez pratique dans plusieurs situations :
  • la photographie de paysage où il est souvent important d'avoir un maximum de profondeur de champ.
  • dans des conditions lumineuses délicates. Dans la pénombre l'autofocus patine et ne répond pas aux sollicitations du photographe. Se caler sur l'hyperfocale permet de contourner le problème. Il ne reste plus qu'à se déplacer physiquement pour être dans la zone de netteté.
  • dans le même esprit, l'hyperfocale permet également d'être très réactif en se passant de la mise au point, qu'elle soit manuelle ou automatique. En vous déplaçant par rapport au sujet pour que celui-ci entre dans la zone de netteté, vous pouvez alors déclencher immédiatement avec comme seule préoccupation : le cadrage.
Contenus sponsorisés