En photographie, la notion de progrès technologique suit parfois des chemins bien étranges : alors que le marché du moyen format connaît aujourd'hui un renouveau avec la sortie des boîtiers Hasselblad X1D et Fujifilm GFX, les appareils grand format connaissent eux aussi un regain d'intérêt de la part des photographes, non seulement pour la qualité d'image et les possibilités qu'ils offrent en matière de prise de vue, mais aussi pour l'originalité de la pratique photographique qu'ils induisent, cette dernière renouant avec des temps de prise de vue en opposition avec l'urgence de nos usages modernes. Partons à la découverte du système de prise de vue qu'est la chambre photographique.

Définition et principe

Permettant un contrôle de l'image plus conséquent que les appareils classiques et étant ainsi destinée aux photographes professionnels, la chambre photographique — ou chambre grand format — est un dispositif photographique relativement rudimentaire développé à partir du milieu du 19e siècle. Il se caractérise notamment par l'utilisation de surfaces photosensibles de taille supérieure aux normes qui constituent le moyen format, elles-mêmes supérieures à la norme 24x36. Si des plaques de verre étaient utilisées à l'origine, elles ont depuis été remplacées par des plans-films et des dos numériques, dont les tailles vont généralement de 4 x 5" (10,16 x 12,7 cm) à 8 x 10" (20 x 25 cm). Quelques formats supérieurs sont parfois utilisés, mais ils restent relativement marginaux.

Comparaison entre le format 24x36 (35 mm), le moyen format (4,5 x 6, 6 x 6, 6 x 7 et 6 x 9 cm) et le grand format (4 x 5 et 5 x 8 pouces).

Bien qu'il existe plusieurs physionomies d'appareils grand format, ces derniers se composent d'un corps avant supportant l'objectif, d'un corps arrière supportant un dépoli de mise au point, un châssis porte-film ou un dos numérique, d'un banc optique et de son support afin de faire varier la distance entre les deux premiers éléments, ainsi que d'un soufflet aux parois étanches à la lumière et formant une chambre noire, à l'intérieur de laquelle les rayons lumineux cheminent de l'objectif à la surface photosensible. Précisons que ce type de système photographique privilégie bien souvent les objectifs à obturateur central.

Schéma d'une chambre photographique grand format

On distingue cependant 3 grands types de chambres grand format. Profitant d'un poids contenu et d'une robustesse conséquente, les chambres de type folding n'autorisent que des mouvements limités, mais peuvent être transportées et étaient ainsi très populaires auprès des journalistes dès la fin du19e siècle. Plus encombrantes et nécessitant l'utilisation d'un trépied, les chambres pliantes — ou field cameras — disposent quant à elles d'un banc optique formé par un panneau rabattable et extensible. Souvent utilisés en photographie de paysage ou d'architecture, ces appareils peuvent gérer des opérations de décentrement et de bascule plus conséquente que la chambre folding. Enfin, ce sont les chambres monorails qui autorisent la plus grande amplitude de mouvement ; ces appareils modulables sont cependant peu transportables et se destinent ainsi au studio.

Chambre pliante Penta 45F.

Avantages et inconvénients

Le principal avantage d'une chambre grand format réside bien entendu dans la taille élevée du plan-film ou du capteur utilisé. De tels formats assurent une grande précision dans la retranscription des couleurs et des détails, ainsi qu'une faible perte d'informations lors de la création de tirages de grande taille. S'il est difficile de juger objectivement de la qualité du bokeh, on notera que la taille de la surface photosensible a un impact direct sur la profondeur de champ, et par conséquent l'esthétique des photographies obtenues (à paramètres de prise de vue équivalents, plus la taille de la surface photosensible est grande, plus la profondeur de champ est réduite).

Nous ne reviendrons pas ici sur l'ensemble des notions techniques détaillées dans notre récent tutoriel sur la bascule et le décentrement, mais il est important de retenir que les corps avant et arrière d'une chambre photographique peuvent être déplacés de façon à offrir un certain contrôle sur la distance de mise au point, la profondeur de champ et la perspective. La précision offerte par un appareil de ce type en fait un outil privilégié pour des domaines tels que la photographie d'architecture et la reproduction d'œuvres d'art.

Parmi les 3 types de mouvements possibles, les mouvements du plan de l'objectif sont utilisés pour contrôler la mise au point : elle s'effectue par le déplacement du corps arrière le long du banc optique. L'action de décentrement désigne quant à elle le déplacement dans son plan d'un des deux corps de la chambre hors de sa position normale afin de modifier le cadrage de l'image — le décentrement peut être horizontal ou vertical. Appelé bascule, le dernier mouvement possible consiste en une modification de la position angulaire d'un des deux corps de la chambre ; elle-ci a pour effet de modifier la perspective et le plan de netteté de l'image.

Mouvements de décentrement et de bascule du corps avant.

Ces différents mouvements octroient de plus certaines libertés quant à l'orientation du plan de netteté. Grâce à la loi optique de Scheimpflug, on peut compenser une faible profondeur de champ en orientant le plan de netteté de façon à ce qu'il coupe le sujet dans sa plus petite épaisseur. À l'inverse, la technique "anti-Scheimpflug" consiste à utiliser le même principe de façon à minimiser la zone de netteté de l'image. Il est ainsi possible d'obtenir les effets de type "miniature" ou "maquette" désormais bien connus du grand public.

Vous l'aurez compris, un tel contrôle sur l'image ne peut cependant pas aller sans quelques inconvénients. Les appareils grand format sont d'une part lourds et encombrants, et d'autre part plus complexes à utiliser que des appareils conventionnels. S'ils conviennent à certaines disciplines photographiques spécifiques, il faut bien souvent les utiliser avec un imposant trépied et composer avec la lenteur d'opération qu'induit le réglage de paramètres minutieux (mise au point sur dépoli, mouvements de décentrement et de bascule, etc.). Mis à part quelques modèles haut de gamme, il convient d'ailleurs de noter que la plupart des chambres photographiques n'incorporent aucun automatisme ni aucun système de mesure de la lumière. Il est donc nécessaire d'utiliser un accessoire supplémentaire, tel qu'un posemètre de façon à déterminer l'exposition adéquate.

Chambre monorail Sinar F.

Notons de plus que la question du coût peut être considérée comme un inconvénient majeur de la pratique de la chambre photographique. Boîtiers, objectifs, films, dos numériques et autres accessoires sont onéreux. Le ticket d'entrée dans le monde du grand format est élevé et exige une sérieuse réflexion préalable quant à la compatibilité entre de tels dispositifs et votre pratique photographique.

Pour conclure

S'ils existent depuis les origines de la photographie, les appareils grand format constituent des outils bien particuliers. Le choix d'un tel outil implique l'adhésion à un temps photographique bien différent de celui auquel nous habituent les appareils bourrés d'automatismes qui peuplent nos besaces photo et nos poches. Cependant ces pratiques très différentes se complètent plus qu'elles ne s'opposent.

Cambo Actus Mini et appareil hybride Sony A7R.

S'il est impossible de profiter de la qualité d'image octroyée par des films et capteurs de très grande taille autrement que par le biais d'une chambre photographique, plusieurs solutions plus conventionnelles peuvent être considérées de façon à goûter au contrôle de la perspective et de la profondeur de champ. Certains photographes d'architecture s'équipent ainsi d'un objectif à bascule et décentrement avec de classiques appareils reflex, tandis que les optiques de la marque Lensbaby permettent de jouer sur le plan de netteté de l'image tout en conservant un prix relativement modique. On note également l'apparition sur le marché de dispositifs tels que ceux mis en avant par la gamme Cambo Actus, qui miment le fonctionnement d'une chambre grand format sur bien des points, mais s'appuient sur des appareils reflex ou hybrides en guise de dos numérique.

Paul Nicoué

Rédacteur polymorphe. Chantre occasionnel de la photophonie, grand chambellan des accessoires photo et chevalier de l’ordre du degré Kelvin. Ses publications