Avant toute sortie astrophotographique, il est essentiel de savoir ce qu’il est possible d’observer dans le ciel. Voici notre sélection de livres et de logiciels pour vous aider à traquer les étoiles.

Moon Venus Mars ISS


L’astronomie est une science qui possède une partie « mécanique » : les corps célestes, comme les planètes de notre système solaire, orbitent autour du Soleil de manière régulière. Avec des calculs et des méthodes appropriées, il est possible de déterminer avec précision des rapprochements, occultations (comme les éclipses), pluies d’étoiles filantes… pour les années et siècles à venir.

Les passages des satellites artificiels ainsi que de l’ISS sont également parfaitement prévisibles, car nous connaissons les caractéristiques de leurs orbites et leur position en temps réel.

Il est donc possible et même impératif d’anticiper ces phénomènes et de pouvoir se préparer pour les prendre en photo. Ainsi et grâce à tous ces documents, j'ai pu gérer correctement l'image ci-contre : la double conjonction de la Lune, Vénus et Mars était prévue dans les almanachs au 31 janvier 2017; grâce au planétarium Stellarium, il était possible de voir qu'à 19 h 59, en se plaçant à 30 km à l'ouest du Mans (vers Le Lude), la Station Spatiale Internationale allait passer pile sur la planète rouge. Il n'y avait plus qu'à photographier cette scène unique !

Les Almanachs et guides du ciel sur papier

L’Almanach du ciel - Ciel et Espace

Ce guide présente, mois par mois, les événements célestes à ne pas rater, accompagné d’explications diverses en astronomie (focus sur des constellations, sur la Lune…), ainsi que d’articles sur l’histoire de cette science qui ne cesse de surprendre et de se renouveler. En deuxième partie, il présente la liste des musées, planétariums et clubs d’astronomie répartis sur tout le territoire. Un très bon moyen pour découvrir le ciel et le photographier;

L'édition papier 2017 étant épuisée, on peut consulter la version digitale ici : Almanach du ciel - Ciel & Espace

Le ciel à l’œil nu – Guillaume Cannat

Nathan Le ciel à l’œil nu

Véritable référence en astronomie amateur qui arrive à sa seizième édition en 2018, ce guide édité par Guillaume Cannat liste, mois par mois, tous les événements remarquables, comme les conjonctions entre les astres par exemple (rapprochement serré depuis notre point de vue sur Terre), la position de telle ou telle constellation dans le ciel, où se situe la Voie lactée… en se concentrant sur des phénomènes facilement observables et à photographier.
Accompagné de nombreuses illustrations, cartes, photographies et d’explications sur les phénomènes astronomiques, c’est un ouvrage complet pour découvrir le ciel à venir tout en apprenant l’astronomie.

ciel-oeil
Amazon 19,90 €

Photographier les astres en toutes saisons – Emmanuel Beaudoin

Un pendant du livre de Guillaume Cannat pour la partie ciel profond (galaxies, nébuleuses, amas globulaires…) est cet ouvrage.
Très didactique et bien pensé, il présente une sélection de 88 objets à photographier selon la saison, votre niveau et votre matériel (votre focale disponible, votre appareil, les logiciels nécessaires). Chaque cible est accompagnée de sa fiche pratique, comprenant une photographie légendée du matériel et des réglages utilisés, les paramètres conseillés, des explications et astuces.
Nous le conseillons toutefois aux photographes ayant les bases en astrophotographie du ciel profond, car les cibles sont dans la majorité hors de portée de ceux découvrant la discipline.
Ce livre n'est plus disponible en librairie, il faut donc se rabattre sur sa version numérique disponible sur le Site Internet de l'éditeur Dunod..

Les sites Internet

Calsky (en anglais)

Ce site, au design tout droit sorti de la fin des années 1990 (comme c’est le cas dans beaucoup de sites en astronomie !), est pourtant très complet.
Il liste, dans l’ordre chronologique et à partir de l’heure et la minute à laquelle vous vous y êtes rendus, tous les événements astronomiques et astronautiques (satellites) à venir, avec beaucoup de détails, depuis votre position.
Vous devez définir votre emplacement géographique en vous rendant dans la section « user profile » (situé dans le menu Calendar, en haut du site) et en indiquant le nom de votre commune ou la ville la plus proche. Ne touchez pas aux autres paramètres et cliquez sur le « go! » en bas de page pour voir votre position prise en compte, puis retournez dans « Astro-Calendar ». Utilisez les filtres disponibles pour afficher les objets qui vous intéressent ainsi que l’étendue temporelle du calendrier personnalisé (option « select duration »).

Son système d’affichage textuel, façon bulletin météo, n’est pas vraiment user-friendly en 2017, mais cela reste un bon moyen de faire de l’astronomie avec un outil « oldschool » ! À utiliser en complément d’autres logiciels et ouvrages.

https://www.calsky.com/

ISS Tracker

Comme son nom l’indique, le site ISS Tracker affiche la position en temps réel de la Station spatiale internationale sur une mappemonde, comme le voient les techniciens des centres spatiaux dans leurs centres de contrôle. Sa vitesse et son altitude sont également disponibles (passez en unités « metric »). Les courbes jaunes affichées sur la carte représentent son orbite en cours et les 2 prochaines. Le cercle blanc, autour de l’ISS, représente la zone de visibilité de la station dans le ciel des observateurs.

http://www.isstracker.com/

SpaceWeatherLive

Nous parlions en introduction d’une notion de mécanique, d’événements répétitifs et immuables à notre échelle  ; il existe pourtant d’autres événements qui peuvent être plutôt imprévisibles, du moins à moyen et long terme. Les aurores en font partie. Grâce au progrès de la science, il est désormais possible de prévoir correctement l’apparition, l’intensité et la position des aurores, environ 24 heures à l’avance.
Le site SpaceWeatherLive regorge d’outils, de graphiques et d’illustrations pour étudier et prévoir ses phénomènes spectaculaires, mais vous pouvez ne retenir que cette page-ci, qui présente de manière concrète où les aurores vont apparaître sur Terre, dans les heures à venir.
Un outil à consulter absolument si vous partez en Islande.

Calsky, ISS Tracker, SpaceWeatherLive.

Les logiciels

Stellarium

S’il y a bien un seul outil à retenir, c’est celui-ci. Gratuit, graphiquement réussi, Stellarium est un outil ludique et pédagogique qui vous permettra de vous présenter de la manière la plus concrète et visuelle possible le ciel à l’heure, la date et la position géographique voulue. Ce planétarium va simuler la voûte céleste avec beaucoup de détails et d’options d’affichage (constellations, objets du ciel profond, représentations artistiques, la pollution lumineuse…), dans l’hémisphère Nord comme dans l’hémisphère Sud. Les satellites et l'ISS sont simulés sur Stellarium, ce qui en fait également un outil de tracking si l'on souhaite la capturer.
Il dispose en outre d’une fonction très intéressante pour planifier vos prises de vue : un simulateur de champ. Cela vous permet de connaître la « taille » de votre future photographie, projetée sur la voute céleste. Très pratique si vous souhaitez savoir si un rapprochement entre 2 objets rentrera dans votre objectif. Cette option nécessite toutefois de connaître quelques caractéristiques de votre appareil (définition du capteur, sa dimension en millimètres, la taille de ses photosites, la focale et le diamètre de filtre pour votre objectif).

Stellarium est disponible pour Windows, OS X et Linux : http://www.stellarium.org/fr/

Le 14 mars 2017, la Lune et Jupiter étaient très proche l’une de l’autre, depuis notre point de vue, sur Terre. Grâce à l’Almanach du Ciel présenté plus haut, j’ai su qu’une conjonction entre ces 2 objets était prévue et que cela valait la peine d’être pris en image. Avec Stellarium, j’ai pu savoir si je pouvais utiliser une lunette astronomique de 700 mm de focale et les prendre en une seule image (cadre rouge). La réponse était oui, même si c’était un peu serré.Le 14 mars 2017, la Lune et Jupiter étaient très proche l’une de l’autre, depuis notre point de vue, sur Terre. Grâce à l’Almanach du Ciel présenté plus haut, j’ai su qu’une conjonction entre ces 2 objets était prévue et que cela valait la peine d’être pris en image. Avec Stellarium, j’ai pu savoir si je pouvais utiliser une lunette astronomique de 700 mm de focale et les prendre en une seule image (cadre rouge). La réponse était oui, même si c’était un peu serré.
Voici l’image finale, Stellarium ayant parfaitement représenté la scène ainsi que le cadrage. Un outil indispensable pour planifier sérieusement ses prises de vues.Voici l’image finale, Stellarium ayant parfaitement représenté la scène ainsi que le cadrage. Un outil indispensable pour planifier sérieusement ses prises de vues.

L’Atlas virtuel de la Lune

Référence incontournable pour les astrophotographes ayant une spécialité pour le lunaire, l’Atlas virtuel de la Lune (AVL) propose une carte incroyablement détaillée de notre satellite naturel, avec la simulation des phases de la Lune, pour représenter les zones éclairées par le Soleil, ou bien à l’ombre. Des centaines de cratères et formations géologiques sont recensées, avec leurs fiches commentées.
Le Google Map de la Lune, en somme, mais en beaucoup mieux.

L’AVL est gratuit, disponible pour Windows, OS X et Linux : https://www.ap-i.net/avl/fr

Stellarium et l'Atlas virtuel de la Lune.

Les Applis mobiles pour les phénomènes astro

Carte du ciel

Excellent compagnon sur le terrain, l’appli Carte du ciel vous permet de vous repérer dans le ciel. Il est le complément de Stellarium, mais sur votre smartphone.
Son principal intérêt est sa fonction s’apparentant à la « réalité augmentée » : il vous affiche en direct que vous avez en face de vous. Très utile si vous n’êtes plus sûr de vous concernant la position d’une constellation ou d’un objet du ciel profond. Ses autres fonctions sont classiques et attendues d’une planétarium sur mobile (zoom, affichage d’informations sur les objets célestes). Vous noterez quelques options payantes, mais elles ne sont pas obligatoires.

Application gratuite disponible sur Android et iOS

Sky Live

Une appli à l'interface agréable, elle propose un résumé de ce qui est à voir chaque soir : quelle est la phase de la Lune, quelles sont les heures de lever et de coucher des planètes et des constellations principales, à quelle heure va se coucher et se lever le Soleil, les horaires éventuels de passage de l'ISS... elle indique également quelques données météo, mais ce n'est pas fiable à 100 %.

L'application est disponible sur iOS au prix de 1,99 €.

ISS Finder

Cette application, plus complète que le site ISStracker, vous propose des outils efficaces pour prévoir votre prise de vue avec précision : alertes de passages selon votre position, dans quelle direction elle apparaitra, jusqu’à quelle « hauteur » elle ira dans le ciel… Les applications photo de cette appli sont très concrètes.
À télécharger absolument sur votre smartphone si vous souhaitez chasser l’ISS.

Application gratuite disponible sur Android et iOS

PhotoPills

Photopills est une application impressionnante, totalement dédiée à la photo.
Il s’agit d’une des meilleures « applis couteau suisse photo » qui existent, notamment en astrophotographie. Les outils intégrés sont nombreux, pertinents, bien conçus et redoutables pour prévoir une sortie astrophoto. Vous pouvez planifier votre prise de vue en fonction des angles d’apparition de la Lune, le Soleil, calculer la taille des trainées d’étoiles en fonction de votre temps de pose dans le cadre d’un circumpolaire, calculer votre exposition optimale en fonction de votre focale (avant que les étoiles ne se transforment en trait, basé sur la « règle des 500 »), votre champ de vision (un peu comme Stellarium)…

L’application, disponible sur Android et iOS, est au prix de 9,99 €. Elle les vaut largement vu les services rendus une fois sur site.

Carte du ciel en représentation, ISS Finder, PhotoPills et Sky Live.

Mark Gee, astrophotographe chevronné, utile PhotoPills pour ses prises de vues spectaculaires, comme il l’explique dans cet épisode de la série de Stéphane Charmoillaux « J’ai shooté avec » à partir de 7 min 35 :

Maxime Oudoux

Photographe Indépendant spécialisé en astrophotographie, amoureux du ciel et des paysages nocturnes. Ses publications 

Contenus sponsorisés