Capteur- Cmos Exmor R (BSI) 13,2 x 8,8 mm (1 pouce), 20 Mpx
Monture/
Optique livrée- 28-100 mm f/1,8-4,9. 7 lamelles circulaires.
Stabilisation- optique
Antipoussièrena
Viseur- non (en option électronique sur griffe flash)
Écran- 7,5 cm, 1 229 000 points (640 x 480 pixels). Inclinable.
Mise au point- par détection de contraste
Modes autofocus- Multi AF/Center AF/Flexible Spot AF/Tracking Focus.
Mesures d'exposition- Multizone, spot et pondérée centrale. Détection des visages.
Modes d'exposition- P,S,A,M. Modes scènes. HDR
Vitesse d'obturation- 30 - 1/2000 s, Bulb
Motorisation- Jusqu'à 10 vps en mode priorité vitesse (exposition et mise au point bloquées)
Sensibilité ISO-
Mémoire- MS Duo/Pro Duo, Pro HG Duo MS micro, Carte SD et SDHC SDHX
Alimentation- batterie Li-Ion, 330 vues annoncées
Connexion- Micro USB, Hi-Speed USB (USB2.0), micro HDMI. Wi-Fi.
Dimensions- 102 mm x 58 mm x 36 mm
Poids- 240 g
LogicielsSuite de logiciels Sony
Dans la boîte/

Caractéristiques

Sony RX100 M2 vue 3_4

Il y a un an, le RX100 rencontrait un joli succès en mariant élégamment un boîtier compact, sobre et raffiné avec un assez grand capteur de 1 pouce (13,2 x 8,8 mm) plus imposant que la majorité des compacts experts. Avec le RX100 II, Sony présente plus un compagnon qu'un véritable remplaçant (gageons toutefois que le RX100 disparaisse du catalogue dans les mois à venir). Au programme des nouveautés : un capteur 1" en technologie BSI, une connexion sans fil Wi-Fi, un écran inclinable et une griffe pour différents accessoires.

Avec le nouveau capteur BSI, le RX100 II devrait une fois de plus surclasser la concurrence pour se rapprocher des performances des COI (Compacts à Objectifs interchangeables) en basse lumière.

L'écran orientable est un véritable atout pour varier la prise de vue (ras du sol, au niveau de la ceinture, au-dessus d'un obstacle...). Nous regrettons déjà qu'il ne soit pas tactile pour faciliter la mise au point ou naviguer dans les images.

La griffe porte accessoire «professionnalise» le petit compact expert de Sony et permet enfin de connecter un viseur électronique, mais également un flash, une torche LED ou un moniteur de contrôle. Les fonctionnalités du RX100 II s'en trouvent décuplées.

Bien sûr, le principal atout du RX100 II reste sa compacité. Le boîtier, doté d'un zoom optique 3,6x, tient toujours dans la poche malgré la présence d'un écran inclinable (double charnière).

Prise en main

L'atout numéro un du RX100 est sa compacité : malgré l'utilisation d'un capteur 1", le compact expert de Sony tient dans une poche... de pantalon. Le nouveau venu dispose d'une griffe accessoire et d'un écran inclinable qui viennent donner un peu d'embonpoint au boîtier. La griffe porte accessoire est un renflement assez anecdotique, mais l'écran arrière est un peu plus encombrant.

Le RX100 II conserve toutefois des proportions qui permettent au boîtier de tenir dans une poche et c'est bien là l'essentiel. Au niveau de la masse, la version M2 est plus lourde de 40 g ce qui n'est pas négligeable. Dans une poche de pantalon, le RX100 II ne passe pas inaperçu...pour celui qui le porte. La finition semble de bonne qualité. Pourtant et comme avec le RX100, nous avons noté plusieurs éclats de peinture sur le boîtier et des éraflures sur l'écran au bout de quelques jours dans un sac classique.

Comparaison des dimensions entre le RX100 et le RX100 II sur Camerasize.com

Nous l'avons déjà dit, le RX100 II ne remplace pas (pour l'instant) le RX100, mais l'accompagne dans une gamme d'appareils experts. Le nouvel arrivant reprend les grandes lignes de son grand frère et la présence d'une griffe flash lui donne un air encore plus sérieux. Le boîtier est globalement assez sobre et affiche une ligne épurée. La face avant est à la rigueur un peu trop lisse pour une bonne préhension. Notez que Sony prévoit la possibilité de coller une petite poignée. Une poignée (AG-R1) vendue en option par Sony une quinzaine d'euros et qui aurait pu être livrée en standard dans la boîte.

Sony RX100 2 face

Le dessus de l'appareil propose toujours un flash sur l'épaule gauche, mais dispose désormais d'une griffe porte accessoire à la norme ISO. Cette griffe dispose d'une griffe de connexion pour brancher divers accessoires comme un viseur électronique, un écran de contrôle, des torches Led, un micro stéréo ou des blocs XLR pour la partie audio. À droite, vous trouver la commande pour la mise sous tension, le zoom et le déclencheur. Le barillet pour le choix du mode d'exposition comporte les traditionnels modes PSAM, les modes Auto et Auto+, un mode film , un mode scène, un mode panoramique par balayage et la possibilité de rappeler des configurations enregistrées (MR).

Sony RX100 II vue de dessus

Au dos, l'écran LCD monté sur une double charnière (inclinable sur 90° / -45°) est très appréciable. Vous trouverez toujours la commande pour l'enregistrement vidéo, la touche menu, lecture et aide. La touche Fn est personnalisable et permet d'assigner 7 fonctionnalités sur un total de 17 possibilités ! Pas mal.Sony RX100 II test review écran LCD

Notez que la commande centrale et les directions droite / gauche du joypad sont également personnalisables. La bague autour de l'objectif est également personnalisable (ouverture, zoom, ISO...). Celle-ci est non crantée à l'inverse de celle du S100 de Canon. En vidéo, cette bague fluide est pratique, car silencieuse. En photo, l'absence de crans est parfois déconcertante notamment pour gérer précisément l'ouverture ou la vitesse sans avoir à regarder l'écran.

Sony RX100 II dos

Interface

Le Sony RX100 II propose de belles nouveautés au niveau des connexions. La prise micro HDMI située dans la semelle du RX100 migre ici sur le côté juste en dessous du port USB/multi-terminal. Un emplacement plus judicieux si l'envie vous prend de photographier sur trépied avec un retour vidéo HDMI.

Sony RX100 II connexion

Le Mutli-terminal est également nouveau. Il s'agit d'une broche micro USB qui permet entre autres de connecter une télécommande filaire. Pas de prise micro / caques pour juger de la qualité d'enregistrement audio. Il faudra repasser.

Le RX100 II modernise les connexions de la série RX. Ainsi, la connexion Wi-Fi fait son apparition. Vous pouvez donc à partir d'une application installée sur un smartphone ou une tablette contrôler à distance l'appareil photo ou transférer vos images. Les possibilités de contrôle sont spartiates (flash, retardateur, zoom, déclenchement...). Nous aurions aimé un peu plus de liberté et d'options. Pour plus de facilité, le RX100 II est compatible NFC (Near Field Communication) pour paramétrer automatiquement la connexion Wi-Fi entre deux périphériques. Il n'est malheureusement pas possible de connecter le compact à un réseau Wi-Fi pour envoyer directement ses images vers Internet ou un périphérique distant. Contrairement au Nex-6, il n'est également pas possible de mettre à jour les fonctionnalités du RX100 II à l'aide de nouveaux modules. Dommage.

L'interface Sony PlayMemories sur Android.

Logiciels

Le RX100 II est livré avec deux logiciels :

  • Sony PlayMemories

  • Sony Image Data Converter

Le premier est une solution légère pour gérer sa photothèque. L'application permet de charger les images provenant de l'appareil photo sur un ordinateur, de trier les clichés et les vidéos, d'ajouter des notes des commentaires, d'imprimer les images, de créer des disques optiques (DVD, Blu-ray), d'envoyer sur certains réseaux sociaux (YouTube, Picasa, Flickr, Facebook...) de créer des cartes postales (il faut un compte Sony PlayMemories) et retoucher les photos. Les options sont assez limitées, notamment au niveau de la retouche. Pour exploiter tout le potentiel de vos images, il sera préférable d'utiliser Imaga Data Converter pour développer vos fichiers bruts.

Sony RX100 II logiciel gestion image PlayMemoriesSony PlayMemories livré avec le RX100 pour gérer et partager ses images.

Les traiter les fichiers raw (.arw), Sony livre donc Image Data Converter, un logiciel un peu rêche (l'interface semble sortir des années 2000), mais qui permet de retrouver toutes les options du boîtier pour améliorer les images. Ainsi, vous pouvez travailler sur l'histogramme, régler l'exposition, la réduction du bruit électronique, la saturation des couleurs. La traduction est parfois aléatoire. Ainsi, le logiciel parle de Correction des ombres pour la correction du vignetage...Pas simple. Image Data Converter offre également quelques options pour classer et trier ses images , mais tout cela reste assez sommaire et ne viendra pas remplacer une véritable solution pour créer un flux de travail comme peut le propose Adobe Lightroom, Apple Aperture ou BibblePro ou AfterShot.

Sony RX100 II test review logiciel imge data converter

Alimentation, stockage

Le Sony RX100 II est équipé d'une batterie Li-Ion de 3,6 V / 1240 mAh (4,5 Wh). Dans des conditions classiques d'utilisation, le compact engrange environ 330-350 vues et quelques minutes de vidéo. Pour ce type de compact, c'est une performance honorable.

So,y RX100 II test review batterie / charge

La charge de la batterie s'effectue par un port Micro USB (comme ceux des téléphones ou des tablettes) et Sony ne livre pas de chargeur de batterie indépendant. Vous ne pourrez donc pas recharger une batterie supplémentaire sans monopoliser le boîtier à moins d'acheter un véritable chargeur. La charge par Micro USB est également bien pratique : la prise est désormais standard et vous pouvez mettre en charge l'appareil avec un simple ordinateur par exemple. Le RX100 II ne propose qu'un simple témoin de charge (au niveau de la commande de mise sous tension). Il n'est pas pas possible de connaître l'état de charge de l'appareil (par un clignotement pas exemple) sans allumer le compact.

Cartes mémoire

Le compact expert peut recevoir à la fois des cartes MemoryStick et SD : MS Duo/Pro Duo, Pro HG Duo MS micro, Carte SD et SDHC SDHX. Il est également compatible avec les cartes Wi-Fi Eye-Fi. L'intérêt est d'ailleurs moindre, le RX100 II disposant déjà d'une connexion Wi-Fi. Notez que Sony ne précise pas si le compact est compatible avec la norme de transfert UHS-I, la plus rapide du moment.

Flash

Sony RX100 II flash pop-up test review

Le RX100 II est équipé d'un flash pop-up sans commande externe. Il est possible de corriger la puissance du flash sur +/- 2 IL. Il dispose de plusieurs modes :

  • Off / forcé

  • auto

  • Slow sync

  • synchro arrière (2e rideau)

Comme souvent avec les compact, le flash n'est pas très puissant, mais il permet facilement de déboucher un contre-jour ou donner un peu de tonus à une image en soirée. Le flash du RX100 II est annoncé pour 17,1 m au grand-angle et ISO auto. Une petite règle de calcul de puissance des flashes (ISO Auto max : 3200 ISO) permet d'estimer un NG d'environ 5,4.

Sony RX100M2 exemple 16

Le temps de recyclage du flash est correct avec une latence d'environ 1,5 s entre deux photos.
Sony RX100 II griffe

La griffe porte accessoire permet de fixer les flashes cobra Sony HVL-F20, F60M, F36AM et F43AM. Ce dernier intègre une série de Led pour faciliter l'éclairage en vidéo.

Visée, autofocus

C'est une des nouveautés intéressantes du RX100 II : la griffe porte accessoire permet de relier un viseur électronique (FDA-EV1MK) ou un écran de contrôle (CLM-V55)sur le dessus de l'appareil. Ainsi, l'écran LCD n'est plus le seul élément pour viser.
Sony RX100 II test review viseur électronique

Le viseur est vendu en option (450 euros tout de même...) est assez imposant et inclinable. Il intègre une dalle Oled XGA (1024 x 768 pixels) de 2 359 000 points. Ce viseur est compatible avec le RX1 et le HX50. La dalle est identique à celle de l'Alpha 77 : le point est invisible et le rendu assez fin. Comme tous les viseurs électronique, la dynamique reste assez réduite et le passage d'une zone claire à une zone sombre demande un petit temps d'adaptation.

Écran LCD

L'autre nouveauté appréciable est l'écran LCD inclinable monté sur une double charnière. La dalle est identique à celle du RX100 et affiche 1 228 800 points pour une diagonale de 7,5 cm et une définition VGA. Celui-ci est dans un ratio d'image 4/3. Toute la surface n'est donc pas utilisée, pour afficher la visée lorsque les clichés sont réalisés en 3:2 qui est le ratio d'image par défaut (une bande noire permet d'afficher les informations de prise de vue).

Sony RX100 II test review écran LCD

L'écran utiliser une technologie d'affichage avec 4 sous pixels : RVBB (rouge, vert, bleu et blanc). Le sous pixel blanc permettant d'augmenter la luminance et donc la luminosité en plein soleil. Au final, la définition de l'écran reste donc bien VGA soit 640x480 pixels. En plein soleil, l'écran brille toujours beaucoup trop pour être confortable et si les pixels blancs améliorent un peu le rendu, la visée en plein soleil reste problématique, surtout que l'écran marque beaucoup (empreintes digitales. En pleine lumière, l'affichage est fluide, mais celui-ci a tendance à saccader dès que la luminosité vient à baisser. En intérieur et en soirée, l'affichage «bave» un peu sans être rédhibitoire. En vidéo, l'affichage reste par contre très fluide quelles que soient les conditions lumineuses.

Un petit passage sous notre sonde donne les résultats suivants.

Sony RX100 II test review mesures sonde écran

  • le gamma moyen est à 2,3.

  • la température des couleurs se situe autour de 7100 K. C'est un peu élevé. L'écran présente donc des images froides, mais clinquantes.

  • le deltaE94 moyen est à 2,3. Ce qui est très bon

Mise au point

Contrairement aux capteurs 1" des Nikon 1 qui intègrent des pixels pour réaliser une mise au point par corrélation de phase, le capteur du RX100 II est classique et l'autofocus fonctionne par détection de contraste. Naturellement, le compact dispose d'une reconnaissance des visages pour faciliter (ou pas) la sélection des sujets. Le RX100 II dispose de 4 modes autofocus : AF ponctuel, AF continu, AF avec retouche manuelle et mode manuel. En mode manuel, le compact propose de zoomer dans l'image afin de vérifier la netteté du sujet. Vous pouvez également activer un mode peaking qui affiche un liseré de pixels coloré sur la zone nette. Il est également possible d'activer un suivi du sujet en sélectionnant une zone à l'aide de la touche centrale du joypad.

Les collimateurs AF peuvent être sélectionnés automatiquement ou fixés au centre. Un mode spot flexible permet également de positionner le point AF sur une bonne partie de la surface de cadrage. Dommage que l'écran ne soit pas tactile, il aurait été possible de choisir rapidement au doigt la zone de mise au point.

Performances

Réactivité

Le RX100 II est, comme son grand frère, un compact plutôt réactif.

Le temps de déployer le zoom optique, il faut compter environ 2,3 secondes pour le premier déclenchement. C'est donc assez classique. L'autofocus est réactif dans la plupart des situations : bonne lumière ou pénombre, la mise au point requiert environ à 0,5 s. Le compact n'est pas le meilleur de sa catégorie, mais ces performances permettent d'utiliser le RX100 II de manière fluide et agréable.

Le compact dispose de deux modes rafale : un mode continu qui conserve un autofocus entre les images et un mode priorité vitesse qui enchaine les vues sans poser de question. Avec l'autofocus, la cadence à 2,7 vps est juste honorable et tombe à 2,5 vps en raw. En mode priorité vitesse, le RX100 frôle les 10 vps en JPeg ce qui est très bon.

Les tests des performances sont réalisés une carte SD Sandisk Extreme Pro UHS-I 8 Go.

action temps cadence commentaires
Mise sous tension (temps nécessaire pour obtenir la première image avec mise au point) 2,3 s / moyen
Latence au déclenchement 0,03 s / excellent
Temps entre 2 images
(JPeg)
0,7 s / assez bien
Temps entre 2 images
(Raw)
0,8 s s bien. Sur 5 vues. Après 1,3 s
Autofocus lumière 0,35 s s bien
Autofocus pénombre (3 lux)avec lampe d'assistance 0,6 s s bien
Autofocus en macro / /
Rafale JPeg / 9,8 vps / 2,7 vps En mode priorité vitesse, le RX100 atteint pratiquement 10 vps sur au moins 10 vues. En mode continu (avec autofocus), la cadence tombe à 2,7 vps sur au moins 10 vues.
Rafale Raw / 5 vps / 2 vps En mode priorité vitesse, le RX100 atteint 5 vps sur au moins 10 vues. En mode continu (avec autofocus), la cadence tombe à 2,5 vps sur au moins 10 vues.

En mode lecture, le RX100 II est un peu lent. La visualisation, le zoom dans les images n'est pas instantané et il faut parfois patienter une bonne seconde pour le compact affiche l'image désirée.

Précision, colorimétrie

Outre son capteur 1", le zoom optique 28-100 mm est l'autre argument intéressant du RX100. Certes, avec une ouverture glissante f/1,8-4,9, l'optique n'est pas la plus lumineuse du moment, mais celle-ci offre une belle polyvalence.

Focale 28 mm 35 mm 50 mm 70 mm 100 mm
Ouverture minimale f/1,8 f/2,8 f/3,5 f/4,0 f/4,9
Ouverture maximale f/11

Réussir à faire entrer un zoom 3,6x dans un boîtier de moins de 4 cm d'épaisseur, voici l'autre défit des ingénieurs de Sony. Le pari est d'autant plus compliqué qu'il faut couvrir un cercle optique pour contenir un capteur de 13,2 x 8,8 mm.

Précision

Grand-angle 28 mm

Avec un capteur 20 Mpx, la taille des photodiodes est d'environ 2,4 µm. Il faut donc une optique d'excellente facture pour ne pas limiter la résolution optique du capteur. En outre, la diffraction, en théorie, devrait apparaître pour une ouverture de f/7,2.

Ci-dessous, vous trouverez des extraits 100% de notre scène de test (centre) à différentes ouvertures, le zoom étant positionné au grand-angle. À pleine ouverture (f/1,8), l'image est détaillée, mais le micro contraste n'est pas très poussé et l'image apparait très douce. Même constat à f/2. L'image est plus piquée à f/2,8 et surtout à f/4. La meilleure image est obtenue à f/5,6, la diffraction faisant son apparition à f/11.

Sony RX100 II test review : évolution du piqué au grand-angle en fonction de l'ouverture

Le bord de l'image reste en retrait par rapport au centre. Une différence surtout visible aux grandes ouvertures. Vous gagnerez en homogénéité en fermant le diaphragme à f/4.

Sony RX100 II test review : évolution du piqué au grand-angle en fonction de l'ouverture en bordure d'image

50 mm

En poussant le zoom à 50 mm, la qualité des images reste similaire au grand-angle avec des clichés doux jusqu'à f/4 et une précision maximale à f/5,6. À f/11, la diffraction fait son œuvre.

Sony RX100 II test review : évolution du piqué 50 mm en fonction de l'ouverture

La périphérie des images gagne en homogénéité avec une ouverture minimale de f/3,5.

Sony RX100 II test review : évolution du piqué 50 mm en fonction de l'ouverture bordure d'image

100 mm

A fond de télé, l'image est également un peu plus diffuse, mais tous les détails sont là. Les clichés mériteront un peu d'accentuation logicielle pour améliorer la perception visuelle.

Sony RX100 II test review : évolution du piqué 100 mm en fonction de l'ouverture au centre de l'image

Les bords gagnent également en netteté, mais les ouvertures sont déjà beaucoup plus faibles, les meilleures images sont réalisées à f/8 et f/11.

Sony RX100 II test review : évolution du piqué 100 mm en fonction de l'ouverture bordure d'image

Distorsion

Sur les fichiers JPeg, la distorsion est pratiquement invisible. Les fichiers sont donc parfaitement traités à la volée par le processeur de traitement des images (comme le vignetage et les aberrations chromatiques), car si l'on en juge par les fichiers raw, l'optique présente bien des défauts au niveau de la géométrie !

À gauche le fichier JPeg traité par le RX100 II et à droite, le même fichier en version raw ouvert avec RawTherapee : la correction logicielle est flagrante, mais bien réalisée.

Flare

Nous avons noté pas mal de flare avec le RX100 notamment au grand-angle et à pleine ouverture. Sur les quelques essais réalisés, le flare est toujours un peu présent, mais l'optique semble un peu moins sensible à ce problème. Ci-dessous vous trouverez une scène photographiée à la fois avec un RX100 et un RX100 II, la différence est notable.

Sony RX100 II test review avis flare optique

Bokeh ou flou arrière

La profondeur de champ dépend de 3 facteurs :

l'ouverture : plus l'optique est ouverte, plus la profondeur de champ est courte

la distance de mise au point : plus celle-ci est courte, plus la profondeur de champ est courte

la focale : plus elle est grande, plus la profondeur de champ est courte

Si la taille du capteur ne joue pas directement sur la profondeur de champ, elle joue sur la focale équivalente et donc indirectement sur la profondeur de champ.

Le RX100 II et son capteur 1" pose donc une question : est-il préférable d'avoir un grand capteur ou une optique lumineuse pour obtenir un flou arrière agréable. Pour notre test, nous avons comparé deux images : la première est réalisée avec le LX7 au télé à f/2,3 (90 mm). L'autre est réalisée avec le RX100 II au télé et à f/4,9. L'image du RX100 II a été redimensionnée pour correspondre à celle du LX7. Au finale sur notre portrait réalisé à environ 1,5 m, la différence de flou est marginale. Vous pouvez cliquer sur l'image ci-dessous pour la visualiser en pleine définition. Nous ne prenons en compte que la profondeur de champ dans ce test, une optique lumineuse apportant bien évidemment d'autres avantages, notamment en basse lumière.

Zoom optique / numérique

Comme les nouveaux boîtiers Sony, le RX100 II dispose d'une fonction zoom optique et Clear image qui permettent d'améliorer le zoom optique. Vous pouvez télécharger les images en pleine définition en grand-angle, télé, Clear Image et Zoom numérique.

RX100 II test review zoom optique / numérique

Balance des blancs

Sous un éclairage de type lumière du jour (notre labo est calé à 5400 K), le Sony RX100 II donne de très bons résultats. La balance des blancs est neutre (Delta ab moins de 1). Les couleurs sont relativement fidèles avec une saturation légèrement poussée.

Sony RX100 II test review avis balance des blancs auto 5400 K

Sous un éclairage tungstène (le plus courant en intérieur : ici, des lampes halogènes dont la température de couleur est d'environ 3000 K comme l'indique notre mesure ci-dessous), la balance des blancs automatique n'est vraiment pas performante : le delta grimpe à plus de 13 et les couleurs deviennent un peu folles. Visuellement, l'image affiche une belle dominante jaune-orange.

Sony RX100 II test review avis balance des blancs auto 3000K

En passant le RX100 II en mode balance des blancs préréglée tungstène n'arrange pas le rendu des images. On note une dominante bleutée très froide. Le compact n'arrive pas à trouver le bon équilibre. Une raison de plus pour utiliser l'enregistrement raw pour les clichés.

Sony RX100 II test review avis balance des blancs tungstene 3000 K

Gestion du bruit électronique

L'une des principales nouveautés du RX100 M2 est l'intégration d'un capteur Cmos BSI (rétroéclairé). Cette technologie permet aux photodiodes de collecter plus de lumières et devrait faciliter la gestion du bruit électronique dans les hautes sensibilités ISO. Sur les petits capteurs (1/2,3"), la technologie Back Side Illuminated fonctionne très bien et a permis de gagner facilement un IL. Toutefois, tous les constructeurs s'accordent à dire que plus le capteur est grand, moins cette technologie se montre efficiente. Voyons les résultats avec un capteur 1 pouce.

Pour notre test, nous reprenons le protocole habituel : la scène est éclairée sous 200 lux, le RX100 positionné en mode M avec le couple 1/4 s et f/5,6 pour une valeur ISO de 100. Nous faisons ensuite varier la sensibilité ISO ainsi que la vitesse d'obturation. Les images sont visibles à 100% et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (ARW).

Nous l'avions déjà noté avec le RX100, le nouveau compact expert de Sony RX100 M2 a un rendu assez dense des des noirs.De 100 à 400 ISO, le bruit est pratiquement indiscernable sur les clichés, mais la dynamique décline très légèrement à 400 ISO. Le passage à 800 marque un pas : le rendu est globalement plus sombre et les noirs plus denses. Vous pouvez clairement le voir sur le ventilateur de la carte graphique : à 100 ISO, le rendu des valeurs permet d'avoir un bon rendu du relief. Celui-ci disparait brusquement à 800 ISO. De même dans les hautes valeurs (détail du billet coréen) : les fins motifs ont tendance à se fondre dans la masse du billet. Sur les aplats colorés, le bruit électronique est toutefois peu visible avec un moutonnement contenu et peu de pixels colorés. Seuls les plus fins détails commencent à se brouiller suite au lissage.

Ce lissage est un peu plus appuyé à 1600 ISO. Les fins détails sont dissous, mais les aplats colorés sont bien rendus. Le traitement localisé du bruit fonctionne ici parfaitement (lissage important sur les aplats, mois fort sur les zones texturées). La dynamique baisse encore d'un cran. Le carré de lainage ne présente pratiquement plus de contraste et le carré de coton blanc n'affiche pratiquement plus de détails. À 3200 ISO, les images ont encore une bonne tenue face à la montée du grain. Celui-ci est encore très discret et le lissage modéré, mais bien visible. La dynamique n'évolue plus et reste au même niveau. 6400 ISO marque une nouvelle étape : le lissage devient plus agressif et l'image perd en impression de netteté. En petit format, l'image est encore facilement observable (écran 1920x1080). La dynamique ne baisse pas pour autant, mais elle est déjà très basse. À 12 800 ISO, l'image est dégradée. On évitera tant que possible cette sensibilité.

Pixum partenaire de Focus Numérique pour l'évaluation de la qualité des imagesPour l'observation de la qualité des images en format 30x45 cm, nous réalisons un tirage chez notre partenaire Pixum. Cela nous permet de comparer facilement les appareils à la plus basse sensibilité et à 6400 ISO.

Vous pouvez également comparer les résultats du RX100 M2 avec les principaux concurrents que sont naturellement le RX100, le Nikon 1 V2 (qui dispose d'un capteur 1 pouce également), le Fujifilm X20 (capteur 2/3") ou le Canon G1X doté d'un plus grand capteur 1,5".

Finalement le bénéfice de la technologie BSI n'est pas simple à mettre en évidence. Le bruit est effectivement moins visible à 3200 ou 6400 ISO. Ci-dessous, vous trouverez une comparaison de scène test à 6400 ISO entre le RX100M2 et le RX100. Sur le bruit électronique et le lissage, le gain est bien visible.

Sony RX100 II et RX100 comparaison

Mais la baisse de dynamique est importante, notamment À nos yeux, celle-ci est finalement aussi importante que le bruit électronique qui n'est finalement pas si gênant à ces sensibilités. Pour retrouver une image équilibrée, il faudra rehausser les valeurs sombres et donc remonter le bruit électronique.

Le RX100 M2 l'emporte sur les autres concurrents à la fois par une définition supérieure qui rend le grain plus fin et plus élégant et un traitement plutôt réussi qui mixte conservation de détail et lissage. Le problème de dynamique se pose toutefois. Là aussi, le RX100 M2 est malmené par les autres boîtiers.

Au final, le gain au niveau du bruit électronique est bien visible et le RX100M2 gagne bien une valeur d'exposition avec une valeur 6400 ISO plus facilement exploitable. Mais le rendu très dense des valeurs sombres un est un vrai problème, tout du moins sur notre scène de test. Il faudra vérifier en extérieur sur des scènes de la vie courante.

Exposition, RAW

Sur la période de notre test, le RX100 II s'est bien comporté et globalement, les images sont bien exposées. Nous avons toutefois noté une tendance à vite «griller» les hautes lumières sur les scènes contrastées.

Exposition

Le correcteur d'exposition permet d'ajuster les valeurs sur +/- 3 IL et le bracketing sur 3 vues permet de jouer sur 0,3 ou 0,7 IL. L'obturateur est toujours limité au 1/2000 s et il n'y a toujours pas de filtres ND (densité neutre) disponible. Il est donc toujours difficile de photographier en plein soleil et à pleine ouverture. Le compact expert propose différents modes de prise de vue pour améliorer la dynamique des images comme le mode DRO (Dynamic Range Optimizer) ou un mode HDR qui combine plusieurs vues.

Panoramique par balayage

Potentiel des fichiers raw

Pour évaluer le potentiel des fichiers bruts du Sony RX100 II, nous analyserons les résultats obtenus par DxOMark.

Sensibilité

Ce graphique permet de vérifier les valeurs ISO annoncées par le constructeur et les valeurs mesurées de sensibilité. Si le boîtier est très fidèle à 80 et 100 ISO, il a tendance à sous-estimer les valeurs supérieures. Pour atteindre les valeurs ISO en JPeg, le RX100 II retraite les fichiers à la volée.
Sony RX100 II sensibilité

Rapport signal / bruit : comparaison avec RX100 et Nikon V2

Les 3 boîtiers équipés d'un capteur 1" jouent dans un mouchoir de poche et les résultats sont assez proches jusqu'à 3200 ISO. Notez que le capteur Sony «entasse» 20 Mpx contre 14 pour le V2 de Nikon. Pour DxOMark, le RX100 II l'emporte d'une courte tête pour toutes les sensibilités ISO et domine les deux autres boîtiers à 6400 et 12800 ISO.
Sony RX100 II test review rapport signal bruit comparaison

Dynamique

Les capteurs des Sony RX100 et RX100 II sont excellents en dynamique et surclassent le capteur utilisé dans le V2 de Nikon. Entre les deux modèles Sony, les différences sont plus ténues et le nouveau venu ne prend vraiment un avantage qu'à partir de 6400 ISO.
Sony RX100 II test review dynamique comparaison

Mode vidéo

Le Sony RX100 II est plutôt bien taillé pour la vidéo HDTV 1080. Il est possible d'enregistrer directement en vidéo en appuyant directement sur la touche ad hoc ou de positionner l'appareil en mode vidéo afin d'avoir accès à plus de réglages et notamment les modes PSAM.

Il enregistre dans un format AVCHD (version 2) en :

  • 50 p (28 Mbps : 2 images de référence, profil High@4.2). Dans ce mode, 1 minute de vidéo représente environ 200 Mo sur la carte.

  • 50 i (24, 17 Mbps)

Avec le format .MP4, la définition passe en 1140x1080 à 12 Mbps. Vous pouvez également filmer en VGA (640x480 pixels).

Pour filmer en 24p, il faut passer le compact en mode NTSC (ce qui nécessite un redémarrage complet du boîtier). Vous avez alors accès au mode 60p et 24p, mais pas 30p. Quant au mode PAL, il vous autorise le 50p et le 25p, mais pas le 24... Difficile à suivre.

Il n'est donc pas possible d'enregistrer en HDTV 720p, ce qui est dommage, car ce format est moins gourmand que le mode 1080 tout en gardant un avantage certain sur le mode VGA. Une petite mise à jour firmware serait la bienvenue.

S'il est possible d'enregistrer des vidéos directement en appuyant sur la touche rouge, vous disposez également d'un mode vidéo qui permet d'accéder aux réglages P, A, S et M. En associant certaines fonctionnalités à la touche Fn (ISO par exemple) vous pouvez également faire faire varier les options pendant le filmage. Il est possible d'enregistrer des photos en 17 Mpx pendant l'enregistrement vidéo, mais uniquement lorsque l'appareil est en 50i. Notez que l'enregistrement est d'ailleurs très lent. Vous pouvez télécharger le fichier JPeg en pleine définition en cliquant sur le vignette ci-dessous.

Côté son, le compact enregistre en stéréo (AC3 / 256 Kbps) et l'effet de spatialisation est plutôt bien rendu.

Qualité des images

Comme la majorité des appareils photo dotés d'un grand capteur, le RX100 II produit une image globalement satisfaisante, mais le sous-échantillonnage de l'image nécessaire pour passer de 20 à 2 Mpx (HDTV 1080) détériore la qualité des images avec du moiré et de l'aliasing. Globalement les images délivrées par le compact expert de Sony sont assez douces. Dans les images ci-dessous, vous noterez que l'Olympus OM-D EM-5 produit une image plus piquée avec un meilleur contraste et une accentuation nettement plus visible (liseré blanc autour des zones noires). Le caméscope TM700 de Panasonic reste pour nous une référence avec son capteur 2 Mpx dédié à la vidéo.

Sony RX100 II test review mode vidéo détail mire précision HDTV 1080

Panasonic TM700 test review qualité des images mire

Autofocus, stabilisation et rolling shutter

En mise au point continu, l'autofocus et le zoom optique sont fonctionnels. La mise au point n'est pas très rapide, mais souple (pas d'effet de pompage) et silencieuse.

Le rolling shutter (déformation des images sur des sujets en mouvement rapide) est visible, mais pas rédhibitoire. Le zoom optique est fonctionnel pendant le filmage et est capable de lenteur. Celui-ci est à peine audible pendant l'enregistrement.

Il est intéressant de noter que la stabilisation réduit l'angle de vision du zoom. Dans ce cas, la focale équivalente n'est plus que de 35,5 mm au grand-angle.

Sony RX100 II stab active - stab classique

Exemples de photos

Sony RX100M2 exemple 1
Sony RX100M2 exemple 2
Sony RX100M2 exemple 3
Sony RX100M2 exemple 4
Sony RX100M2 exemple 5
Sony RX100M2 exemple 6
Sony RX100M2 exemple 7
Sony RX100M2 exemple 8
Sony RX100M2 exemple 9
Sony RX100M2 exemple 10
Sony RX100M2 exemple 11
Sony RX100M2 exemple 13
Sony RX100M2 exemple 12
Sony RX100M2 exemple 14
Sony RX100M2 exemple 15
Sony RX100M2 exemple 16
Sony RX100M2 exemple 17
Sony RX100M2 exemple 18

Verdict

Sony RX100 II test review recommandé

Il y a tout juste un an, Sony bouleversait en profondeur le marché du compact haut de gamme / expert en introduisant un grand capteur de 1" (13,2 x 8,8 mm) jusqu'alors réservé aux compacts à objectifs interchangeables de Nikon, les 1. Au milieu des petits imageurs de 1/1'7" (environ 7,6 x 5,7 mm), le Sony RX100 fait figure de géant avec tous les bénéfices associés : bonne gestion du bruit électronique, définition exceptionnelle... Mais le vrai tour de force du RX100 réside dans l'intégration de ce capteur dans un petit boîtier qui tient dans une poche de pantalon tout en conservant un véritable zoom optique. De quoi transformer le RX100 en un inséparable compagnon pour le photographe voulant voyager très léger en ne sacrifiant pas la qualité des images.

Les RX100 II ne remplace pas le RX100, mais vient plutôt compléter la gamme. Sony se repose-t-il sur ses lauriers ? Sans doute un peu, mais ceux qui ont caqué il y a 12 mois pour le RX100 sont ravis de ne pas avoir à dépenser plus de 500 euros pour mettre à jour leur boîtier. En outre, la concurrence semble avoir été terrassée par le RX100 et finalement 1 an après, le RX100 n'a pas vraiment de concurrent. Certes les boîtiers experts équipés de capteur APS-C sont désormais plus nombreux (Nikon Coolpix A, Ricoh GR), mais ils sont plus imposants et dépourvus de zoom optique.

De son côté, le RX100 II corrige les quelques lacunes que nous avions pointées (tout en laissant pour une prochaine version) et apporte quelques nouveautés rafraîchissantes : un nouveau capteur Cmos BSI plus performant en haute sensibilité, une griffe accessoire «communicante» pour connecter un viseur électronique, un micro stéréo

ou un moniteur, un écran inclinable ainsi qu'une connexion Wi-Fi.

Le nouveau capteur Cmos BSI se montre encore plus performant dans les hautes sensibilités ISO autorisant des clichés 3200 voire 6400 ISO. Une véritable prouesse pour un appareil qui tient dans une poche. Sur ce seul point, le RX100 II n'a aucun rival hormis... le RX100. Le zoom optique (3,6x 28-100 mm f/1,8 - 4,9 stabilisé) est très classique et peu lumineux au télé, mais il est globalement satisfaisant avec un bon rendu des détails avec un capteur 20 Mpx exigeant. Il est également un peu moins sensible au flare que le RX100. Le compact est globalement très agréable à utiliser : l'autofocus est très réactif même en basse lumière, la latence au déclenchement imperceptible et le mode rafale convaincant. Le RX100 II dispose de modes intéressants comme le panoramique par balayage ou le HDR. Le boîtier offre en outre quelques personnalisations comme la bague autour de l'objectif ou la touche Fn qui permet d'accéder à différentes options rapidement. La connexion Wi-Fi permet de piloter le compact à distance et de transférer les images sur une tablette ou un smartphone.

Le RX100 II n'est pas parfait et nous aurions aimé un écran tactile pour faciliter la mise au point et la navigation dans les images, une poignée livrée en standard pour améliorer la prise en mains (elle est toutefois disponible en option) et une finition de meilleure qualité (la peinture et l'écran ne sont pas très résistants aux chocs). Si le Wi-Fi est bienvenu, un GPS et une connexion filaire USB 3 auraient été bien sentis. Nous regrettons également l'absence d'entrée micro / sortie casque pour aller un peu plus loin en vidéo. Une optique un peu plus longue et surtout un peu plus lumineuse en télé aurait été appréciée, tout comme la possibilité d'utiliser des filtres de densités neutres pour photographier facilement à pleine ouverture. On le voit, il reste encore des évolutions pour la suite.

Le RX100 II est une belle évolution du précédent modèle et mérite amplement un recommandé. Un an après le lancement de la série RX, Sony n'a pas encore de véritable concurrent.

Face à la concurrence

| | | | Panasonic LX7 |

| Panasonic Lumix LX7. Certes un peu ancien, le LX7 reste toutefois une référence en matière de compact expert avec notamment un zoom optique 24-90 mm f/1,4-2,3 vraiment lumineux. Il dispose toutefois d'un capteur 1/1,7" beaucoup plus petit que le modèle Sony. Pourtant, le LX7 est plus grand et offre beaucoup de réglages directement accessibles sur le boîtier. Sur ce point, le LX7 convient mieux à un usage expert, le RX100 II étant plus un compact haut de gamme. Les deux possèdent une bague de réglage autour de l'objectif paramétrable, une griffe sur laquelle il est possible de connecter des accessoires comme un viseur électronique. Le Sony RX100 II surclasse son concurrent au niveau de la gestion du bruit électronique, de la définition, de la connexion Wi-Fi, de l'écran inclinable ou de certaines fonctionnalités comme le panoramique par balayage.

| | | | Leica X Vario | | Leica X Vario. Leica vient de dévoiler le seul compact monobloc à capteur APS-C doté d'un véritable zoom optique 28-70 mm. Si le produit est intéressant (autofocus assez agréable, finition haut de gamme, bel écran LCD, facilité de prise en main, flash intégré, griffe pour accessoires...), son zoom est à la fois son principal intérêt et son talon d'Achille. En effet si un zoom optique est attendu sur compact «grand public» ce dernier n'est vraiment pas à la hauteur des espérances d'un photographe aussi fortuné soit-il. Leica offre en effet un f/3,5-6,4 non stabilisé bien décevant. La compacité et le piqué sont certes au rendre-vous, mais pour 2500 euros, nous voulons de l'exceptionnel. Le RX100 II est, d'un premier abord, moins impressionnant, mais les prouesses techniques des ingénieurs de Sony sont remarquables : capteur 1" BSI, zoom optique 3,6x stabilisé qui tient dans la poche, Wi-Fi, écran inclinable...

**| | | | Canon G15 |


<esi:include src="/esi/product/675/prices-box/offers" onerror="continue" />

| Canon S110**. Chez Canon, choisir un compétiteur n'est pas évident : les G1X (grand capteur 1,5") et le G15 (1/1,7") sont trop imposants pour rivaliser directement avec le compact expert de Sony et le PowerShot S110 est clairement positionné en dessous avec un tarif à moins de 300 euros. Nous retiendrons toutefois le G15 pour affronter le RX100 II. Il dispose d'un capteur 1/1,7" (12 Mpx) nettement plus petit que l'imageur Sony, mais propose un zoom optique 5x plus intéressant : 28-140 mm f/1,8-2,8. Au télé, le Canon est largement plus lumineux que le 100 mm Sony. Les deux optiques sont stabilisées. Le G15 intègre un écran LCD 921 000 point fixe et non tactile et d'un viseur optique intégré. Au niveau ergonomie, le Canon est plus confortable avec une vraie poignée et de nombreuses commandes physiques, le Canon est toutefois beaucoup plus volumineux que son concurrent. Le Sony RX100 II surclasse son adversaire sur la gestion du bruit électronique, la connectivité, l'écran inclinable et le mode vidéo beaucoup plus complet.

| | | | Fujifilm X20 test review |

| Fujifilm X20. Autre compact expert à grand capteur, le X20 est sans doute celui qui fait le plus d'ombre au RX100 II de Sony. Il dispose d'atouts uniques comme un viseur optique intégré et un zoom optique manuel. Il dispose également d'un capteur 2/3" (8,8 x 6,6 mm) plus grand que le traditionnel 1/1,7" tout en restant plus petit que le 1" du Sony. Malgré un traitement du bruit électronique hors norme et une dynamique ahurissante, le X20 s'incline devant le capteur Sony plus grand et mieux défini. Pour autant, le X20 n'en est pas moins à l'aise dans les ambiances lumineuses délicates notamment grâce à son zoom optique f/2-2,8 nettement plus lumineux au télé que le f/4,9 du Sony. Au niveau réactivité, les deux compacts jouent les coudes à coudes avec toutefois un léger avantage pour le Sony.

Reste que le RX100 II est tout simplement plus «moderne» avec un mode vidéo AVCHD 2 (1080 50p), un écran 920 000 points inclinable, une connexion Wi-Fi, une griffe flash, un mode panoramique par balayage... En outre, le modèle Sony est beaucoup plus compact.

+
  • Excellente compacité en prenant en compte le zoom et la taille du capteur
  • Excellente gestion du bruit jusqu'à 3200 ISO
  • Présence d'un zoom optique 28-100 mm stabilisé
  • Ouverture f/1,8 au grand-angle
  • Bonne réactivité générale
  • Latence du déclenchement infime
  • Ecran LCD inclinable et belle définition (VGA)
  • Connexion Wi-Fi intégré
  • Mode rafale à 10 vps
  • Mode HDR et panoramique par balayage
  • Flash intégré
  • Possibilités de personnalisation intéressantes
  • Mode vidéo performant : HDTV 1080 50p et mode PASM
  • Micro USB universel pour la recharge
  • Bonne autonomie de la batterie
  • Griffe flash et connexion pour accessoires
  • Pas d'écran tactile
  • Faible ouverture au télé (f/4,9 à 100 mm)
  • Quelques faiblesses de l'optique dans les coins à pleine ouverture
  • Flash peu puissant
  • Pas de prise micro / casque pour la vidéo
  • Fragilité du revêtement noir et de l'écran
  • Poignée uniquement disponible en option (corps un peu trop lisse par défaut)
  • Balance des blancs automarique perfectible sous un éclairage tungstène
  • Pas de filtre ND intégré (obturation au 1/2000 s seulement)
  • Pas de mode vidéo HDTV 720
  • Mise sous tension un peu lente
  • Pas de connexion USB 3
  • Pas de chargeur de batterie livrée
  • Pas de filtage pour fixer un filtre ND facilement
  • Pas de GPS intégré
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Sony RX100M2
Priceminister 564,50 €
Fnac.com marketplace 596,99 € Voir l'offre
Fnac.com 636,49 € Voir l'offre
Amazon 649,90 € Voir l'offre
Miss Numérique 669,00 € Voir l'offre
Digixo 669,00 € Voir l'offre
LDLC 669,95 € Voir l'offre
Materiel.net 689,00 € Voir l'offre
Darty.com 699,00 € Voir l'offre
Conrad 699,00 € Voir l'offre
Amazon 726,36 € Voir l'offre
Amazon 960,24 € Voir l'offre
Voir plus d'offres