CapteurCMOS Exmor R 1" (13,2 x 8,8 mm) de 20,2 Mpx
Monture/
Optique livrée8,8-25,7 mm soit 24-70 mm f/1,8-2,8. Carl Zeiss Vario Sonnar T*. 10 éléments en 9 groupes. Filtres ND intégrés 3 niveaux. Distance de mise au point : environ 5 cm (W) / environ 30 cm (T) à l’infini.
StabilisationOui, optique sur 5 axes en photo et vidéo.
Antipoussière/
ViseurOui, électronique. 1 440 000 points. Couverture 100 %, détecteur d'œil intégré, bascule automatique viseur-écran. Grossissement : 0,59x à 50 mm. Correcteur dioptrique -4 à +3
ÉcranTFT LCD de 7,5 cm, ratio 4:3. Xtra Fine 1 228 000 pts. Technologie TruBlack pour un contraste maximal Inclinable à 180° haut et 45° bas
FlashAutomatique, forcé on/off, synchro lente, synchro arrière. Flash ISO Auto : de 0,4 à 10,2 m (W), de 0,4 à 6,5 m (T).
Mise au pointDétection de contrastes. Sensibilité : de IL 0 à 20 @ 100 ISO. Sélection : Plage large (auto) / collimateur central / spot flexible (3 tailles : S, M, L).
Modes autofocusAF single shot / AF continu / Direct manuel focus (retouche du point) /Mise au point manuelle (avec zoom d’assistance)
Mesures d'expositionMulti zones, Spot, Pondérée centrale. +/- 3,0 EV, palier +/- 1/3 EV
Modes d'expositionModes de prise de vue : P/S/A/M, Memory Recall, Auto, Sup Auto. Scènes (9), P/A/S/M disponibles en vidéo. 13 effets créatifs : Toy camera, Pop, Postérisation, Retro, Soft High Key, Couleur partielle, Mono High contrast, Soft focus, HDR, Monochrome r
Vitesse d'obturationProgramme Auto : 1" - 1/2000 Mode priorité ouverture : 8" - 1/2000 Mode priorité vitesse : 30" - 1/2000
MotorisationNC
Sensibilité ISOAuto, 125, 160, 200, 250, 320, 400, 500, 640, 800, 1 000, 1 250, 1 600, 2 000, 2 500, 3 200, 4 000, 5 000, 6 400, 8 000, 10 000, 12 800. Multi-frame NR : Auto 125-25 600
MémoireSD/SDHC/SDXC et MemoryStick
AlimentationBatterie NP-BX1
ConnexionMicro HDMI, micro USB, Wi-Fi, NFC
Dimensions101,6 x 58,1 x 41 mm
Poids290 g
Logiciels-
Dans la boîte-

Caractéristiques

Sont RX100 Mark IIIDeux flashes ? Non un flash et un viseur électronique !

Nous avions eu un véritable coup de cœur il y a maintenant 2 ans pour le Sony RX100 premier du nom. C'était le premier appareil vraiment compact équipé d'un grand capteur 1". En juin 2013, la marque intégrait le Wi-Fi, un écran orientable et une griffe flash au RX100 Mark II.

Aujourd'hui, Sony pousse encore plus loin le concept de compact expert en apportant un viseur électronique et une optique plus lumineuse à ce RX100 Mark III. Un best-seller en puissance ?

Présentation

Un design peu revu

Le RX100 Mark III ne tranche pas vraiment avec ses prédécesseurs. De loin, il sera difficile de différencier un RX100, un Mark II et un Mark III, les 3 modèles restant au catalogue. Bon point, le RX100 Mark III est toujours aussi compact et ne prend quelques millimètres d'embonpoint en épaisseur (41 mm contre 36 mm sur le Mark II). Le boîtier tiendra donc facilement dans une poche de blouson et, en forçant un peu, dans une poche de pantalon.

Le compact expert conserve ses lignes épurées, arrondies et son revêtement un peu lisse. De ce côté, nous aurions aimé un peu plus de témérité avec, pourquoi pas, un revêtement texturé plus accrocheur et/ou une poignée intégrée. Rassurez-vous, une poignée optionnelle, mais définitive (elle se colle) est toujours disponible au catalogue comme pour le RX100 Mark II. Nous aurions également apprécié un peu plus d'audace au niveau des finitions, avec des joints d'étanchéité pour rendre le boîtier plus résistant à la poussière ou à l'eau. Rêvons un peu : un boîtier étanche aurait été une excellente surprise ; après tout Nikon propose bien l'AW1, un compact à objectif interchangeable étanche jusqu'à -15 m à moins de 750 € !

Sony RX100 Mark III et poignée en optionLe RX100 Mark III avec sa poignée AG-R2 optionnelle.

Viseur électronique escamotable

Ne boudons pas notre plaisir, car le RX100 Mark III nous réserve de belles surprises. À commencer par un viseur électronique escamotable venant se loger en lieu et place du flash (qui ne disparaît pas pour autant). Pour "sortir" le viseur, il suffit d'abaisser la commande située sur le côté. Tel un flash, le viseur surgit ; il faut alors étirer celui-ci manuellement vers l'arrière afin qu'il soit totalement opérationnel. Cette manipulation supplémentaire est un peu fastidieuse à la longue.

L'extension du viseur met sous tension l'appareil. Notez que pour l'instant, le fait d'enfoncer le viseur éteint également l'appareil. Vous ne pouvez pas refermer le viseur et simplement continuer à photographier : il faut, pour l'instant, rallumer le RX100 Mark III. Une mise à jour du firmware (micrologiciel) pourrait apporter la possibilité de désactiver cette synchronisation. Croisons les doigts.

Sony RX100 Mark III viseur escamotableLe viseur électronique du RX100 Mark III escamoté.

Au niveau de la dalle du viseur, vous retrouverez le presque désormais classique Oled (0,39" soit presque 1 cm) affichant 1 440 000 points (celui que l'on retrouve par exemple dans le RX10 ou l'Alpha 6000). Ce n'est donc pas le modèle haut de gamme (2,4 Mpx) que l'on retrouve par exemple dans les A7/A7R.

Le grossissement étant inférieur à celui de l'Alpha 6000 (0,59x contre 0,7x), la trame d'affichage n'est pas visible et la précision est agréable. Nous sommes loin des afficheurs au rabais de certains bridges ou compact. Le dégagement oculaire est par contre un peu juste pour offrir un vrai confort aux porteurs de lunettes.

L'arrivée du viseur électronique a obligé les ingénieurs à repenser également le système de flash, car oui, celui-ci est toujours disponible. C'est donc la griffe porte-accessoire qui a été sacrifiée pour permettre d'intégrer un flash pop-up (jusqu'à 10 m en auto ISO et au grand-angle). Cerise sur le gâteau, celui-ci est toujours orientable (manuellement) pour permettre l'usage indirect.

Un écran pour le "selfie"

Le RX100 Mark III propose également un nouvel écran LCD. La définition reste identique, avec 7,5 cm de diagonale pour 1 228 000 points, mais le système de double charnière autorise désormais un angle de 180° vers le haut et 45° vers le bas. Idéal donc pour les autoportraits.

Sony RX100 Mark III écran inclinableL'écran peut désormais s'orienter au-dessus de l'appareil.

L'interface du RX100 Mark III reprend les codes établis depuis deux générations avec une bague personnalisable autour de l'optique, un barillet pour le mode d'exposition (PASM, SCN, Panoramique...), une roue codeuse à l'arrière, un trèfle de sélection personnalisable ainsi qu'une touche Fn qui donne accès à un menu rapide (lui aussi personnalisable). Comme si cela ne suffisait pas, le RX100 Mark III dispose d'une touche C au dos de l'appareil également paramétrable.

Sony RX100 Mark III vue de dessusDeux micros de part et d'autre du flash pop-up pour une captation sonore stéréo.

Nous aurions bien aimé que Sony reprenne le concept de la bague crantée / non crantée introduite sur le RX10 (pour l'ouverture uniquement) pour faciliter les réglages, notamment l'ouverture. En effet, si le mouvement est fluide, il est également assez long.

Sony RX100 Mark III vue de dosLe viseur électronique en mode périscope.

Une puce Wi-Fi et NFC sont également de la partie pour un pilotage sans fil à distance et un partage facilité avec un smartphone ou sur Internet.

Une optique lumineuse

L'autre pièce maîtresse du RX100 Mark III, peut-être même plus intéressante que le viseur électronique, reste bien sûr l'optique. Exit le 28-100 mm f/1,8-4,9. Le nouveau compact expert arbore désormais un 24-70 mm (équivalent 24x36) griffé Zeiss, certes plus court, mais surtout plus lumineux : f/1,8-2,8. Voilà qui devrait satisfaire les plus exigeants et qui met fin à l'ouverture f/4,9 des précédents modèles, peu en accord avec les prétentions de l'appareil.

L'optique est bien entendu stabilisée et profite même au passage d'une amélioration puisque désormais, la stabilisation fonctionne sur 5 axes en photo et en vidéo. Ce zoom 3x dispose également d'un mode macro amélioré avec une mise au point à 5 cm au grand-angle et 30 cm au télé.

Sony RX100 Mark III optiqueLe zoom optique comporte 10 éléments répartis en 9 groupes.

Capteur, processeur et autofocus

Au niveau du capteur, Sony reconduit le modèle 1" (13,2 x 8,8 mm) déjà présent dans le RX10. Il s'agit d'un capteur BSI (rétroéclairé) CMOS de 20,2 Mpx. Celui-ci est accompagné du processeur de traitement des images Bionz X, lui aussi présent dans le RX10 et qui permet, d'après Sony, d'améliorer le rendu des fins détails, de réduire le bruit électronique par zone et limiter les effets de la diffraction. Au final, nous devrions obtenir une gestion des hautes sensibilités ISO très proche de celle du RX10 :

Au niveau de l'autofocus, le RX100 Mark III reste fidèle à la technologie par détection de contraste. Dommage que les ingénieurs n'aient pas fait évoluer le système avec un module hybride par corrélation de phase et détection de contraste comme sur le 1" des Nikon 1 ou le capteur APS-C de l'Alpha 6000. Le nouveau compact expert propose également le suivi de sujet et la mise au point automatique sur les yeux. En mode manuel, vous avez la possibilité d'activer un focus peaking coloré.

Vidéo

En vidéo, le RX100 Mark III propose désormais de filmer en XAVC-S à 50 Mbps en plus du traditionnel mode AVCHD à 28 Mbps. Bon point, il est possible de filmer à 25, 50 et 100 ips en XAVC-S et donc de créer facilement de beaux ralentis 4x. Si le XAVC-S est plutôt destiné à la captation 4K télé / ciné, le compact expert reste malheureusement bloqué au HDTV 1080. La sortie HDMI est non compressée, mais elle ne permet apparemment pas l'export en 4K, même avec un boîtier d'enregistrement externe.

Par contre, il est possible d'afficher ses images en 8 Mpx sur un téléviseur compatible. L'enregistrement vidéo est plutôt complet avec les modes PSAM, les assistants pour l'exposition (zébras) / fausses couleurs et la mise au point (focus peaking). Dommage que le compact ne dispose pas d'une entrée micro et d'une sortie casque pour parfaire l'ensemble.
Sony RX100 Mark III vidéo trépied et télécommande

Prix et disponibilité

Humm. Sur ce point important, Sony est pour l'instant muet... Pas de prix (les rumeurs font état d'un tarif à moins de 900 €). Le RX100 est désormais proposé à 450 €, le Mark II à 650 €, le Mark III devrait logiquement se situer entre 850 et 950 €.

Pour la disponibilité, c'est le grand flou, mais là aussi on peut estimer une mise à disposition fin juin / début juillet.

Notons que le boîtier est en pré commande chez B&H aux prix de 798 $ et que les livraisons sont annoncées fin juin.

sony RX100 MK III

Notre premier avis

Vous l'aurez compris, le RX100 Mark III est diablement séduisant et ses évolutions vont dans le bon sens. Nous apprécions l'optique 24-70 mm f/1,8-2,8 stabilisée sur 5 axes, le capteur 1" BSI CMOS de 20 Mpx, l'écran LCD inclinable et l'arrivée d'un viseur électronique escamotable.

Alors, le RX100 Mark III est-il parfait ? Sur le papier, il manque encore quelques points importants, en premier lieu l'écran LCD tactile que nous réclamons depuis longtemps. Nous regrettons toujours l'absence de prise pour un micro externe et un casque pour vérifier la qualité de la prise audio.

Nous aurions également aimé que Sony innove un peu plus au niveau du design et de la finition avec une poignée intégrée et des joints d'étanchéité pour rendre l'appareil résistant aux intempéries.

En outre, bien qu'il soit possible de filmer en XAVC-S, le nouveau venu reste bloqué en HDTV 1080 et s'il est encore un peu tôt, une option 4K aurait été un plus. Notez qu'avec l'arrivée du viseur électronique, la griffe porte-accessoire fait ses adieux. Et tant qu'à demander des choses, nous attendons avec impatience l'intégration d'un système autofocus hybride (corrélation de phase / détection de contraste) dans la série RX100 pour améliorer la réactivité de l'autofocus, notamment sur le suivi de sujet (Nikon dispose d'un modèle très efficace).

Le RX100 Mark III est donc un compact expert alléchant sur le papier et sans doute l'un des plus complets du moment. Nous n'avons qu'un souhait : le recevoir rapidement à la rédaction pour les premiers tests.

Caractéristiques

Déplier

Prise en main

Comme sur les précédents modèles, ce qui plaît avant tout avec le Sony RX100 Mark III, c'est sa compacité. Le dernier modèle en date prend 1 millimètre par-ci ou par-là, mais conserve globalement le même volume et peut donc tenir dans une poche.

Comparaison des dimensions entre Sony RX100 II et RX100 III
comparaison taille entre Sony RX100 II et RX100 III

Avec sa finition métal, le RX100 Mark III n'est pas le plus léger des appareils de poche et accuse 290 g tout équipé sur la balance — une masse qui rassure et offre une bonne impression de solidité. Toutefois, et comme les autres modèles, nous avons noté quelques fragilités : l'écran se raye facilement et la peinture (notamment sur les arrêtes) s'use assez vite.

Sony RX100 Mark III de face, allumé

Par ailleurs, comme nous l'avions déjà mentionné à propos des précédents modèles, la finition très lisse de l'appareil ne permet pas une bonne préhension. Il existe bien une poignée (AG-R2), mais elle est vendue pas moins de 15 € et n'est pas amovible une fois posée : elle vient simplement se coller sur la face avant.

En revanche, malgré sa compacité, le nouvel arrivant dispose d'un équipement complet avec un flash pop-up et surtout un viseur électronique escamotable : un petit miracle technologique avec qui il faudra désormais compter.

Faisons un petit tour du propriétaire. Sur le dessus de l'appareil, vous trouverez donc de gauche à droite : un viseur électronique escamotable, un flash pop-up, la commande de mise sous tension, le levier de zooming et le déclencheur, ainsi que la molette de choix pour le mode d'exposition. Vous noterez également les deux entrées micro pour la captation du son en vidéo. Les possesseurs de RX100 Mark II l'auront immédiatement remarqué, la griffe porte-accessoire apparue sur ce précédent modèle a été remerciée et remplacée par le flash pop-up. Est-ce vraiment dramatique ? Sans doute pas, les photographes souhaitant voyager léger ne s'encombrant probablement pas d'un flash cobra supplémentaire.
Sony RX100 Mark III, vue de dessus

La vue de dessus montre également la bague de réglage qui se situe autour de l'optique. Celle-ci est fluide et peut être assignée à plusieurs options : zoom, ouverture, sensibilité ISO...

Au dos, vous trouverez le bouton pour la vidéo, différentes commandes dont la très pratique Fn (accès à un menu personnalisable avec 12 entrées), la roue codeuse avec bouton de validation ainsi qu'une touche configurable "C".

Sony RX100 Mark III, dos

Comme sur le RX100 deuxième du nom, vous trouverez ici un écran LCD monté sur une double charnière qui permet une inclinaison jusqu'à 180° vers le haut et 45° vers le bas. Malheureusement, celui-ci n'est pas tactile.

Sony RX100 Mark III viseur électronique et charnières, de dos

Naturellement, c'est le viseur qui retient toute notre attention. En effet, celui-ci est invisible jusqu'à l'éjection à l'aide du levier situé sur le côté de l'appareil.

Sony RX100 Mark III viseur électronique

Point curieux, l'éjection du viseur ne le rend pas opérationnel immédiatement. Il faut, dans un deuxième temps, l'extraire de son logement à la main. Une étape de trop qui aurait dû être automatisée. Si le déploiement du viseur met l'appareil sous tension, sa fermeture forcément l'extinction de l'appareil. Là aussi, il faudrait pouvoir débrayer cette fonction : on peut avoir envie de replier le viseur sans pour autant vouloir éteindre l'appareil.

Sony RX100 Mark III viseur électroniqueSony RX100 Mark III viseur électronique

Au niveau de la connectique, vous retrouverez une sortie micro-USB (charge batterie, transfert des images, télécommande filaire) et une sortie HDMI de type D. Vous ne trouverez donc pas de sortie casque ou d'entrée micro pour faciliter la prise de son en vidéo.

Le RX100 Mark III dispose également d'une puce Wi-Fi couplée à une puce NFC pour faciliter la connexion avec un appareil nomade.

Vous pouvez donc, à partir d'une application installée sur un smartphone ou une tablette, contrôler à distance l'appareil photo ou transférer vos images. Les possibilités de contrôle sont spartiates (flash, retardateur, zoom, déclenchement...).

Sony RX100 Mark III contrôle Wi-Fi
L'interface de contrôle à distance Play Memories.

Le RX100 Mark III peut également se connecter à un réseau Wi-Fi afin de télécharger des applications et donc décupler les possibilités de l'appareil. Malheureusement, ces applications sont payantes et relativement chères. Ne comptez pas moins de 10 € pour une fonction time-lapse que l'on trouvera peut-être par défaut dans la prochaine évolution du boîtier. En outre, on retrouve déjà plusieurs de ces fonctionnalités chez certains concurrents... gratuitement.

Sony RX100 Mark III menus des applications à télécharger

Au niveau de la batterie, le compact embarque toujours le modèle NP-BX1 (4,5 Wh), mais le boîtier est sans doute un peu plus gourmand que les précédents puisque nous avons pu à peine dépasser 300 vues par cycle. Le RX100 III ne propose qu'un simple témoin de charge (au niveau de la commande de mise sous tension). Il n'est pas pas possible de connaître l'état de charge de l'appareil (par un clignotement pas exemple) sans l'allumer.

Sony RX100 Mark III, de dessous, trappe d'alimentation ouverte

Déplier

Antipoussière, stabilisation

Antipoussière

Point de problème de ce côté, le zoom optique étant bien fixé au boîtier, aucune poussière ne se risquera à l'intérieur.

Stabilisation optique

Nous photographions une scène au télé (équivalent 75 mm en 24x36) à différentes vitesses avec la stabilisation optique enclenchée afin de vérifier à partir de quel temps de pose les photos sont encore nettes.

Selon nos tests, il est possible de gagner tout juste 2 IL, ce qui est loin d'être une performance exceptionnelle.

Sony RX100 Mark III stabilisation optique

Déplier

Flash

Le Sony RX100 Mark III est équipé d'un flash pop-up sans commande externe. Il est possible d'en corriger la puissance sur +/- 2 IL.

Le flash dispose de plusieurs modes :

  • Off / forcé,
  • Auto,
  • Slow sync,
  • synchro arrière (2e rideau).

Comme souvent avec les compacts, le flash n'est pas très puissant, mais il permet facilement de déboucher un contre-jour ou donner un peu de tonus à une image en soirée. Le flash du RX100 III est annoncé pour 20,4 m au grand-angle et ISO 12 800. Une petite règle de calcul de puissance des flashes permet d'estimer un NG d'environ 3,3, ce qui n'est pas beaucoup...

Bon point toutefois, ce flash est orientable (manuellement) vers le plafond afin d'éviter un éclair trop direct.

Sony RX100 Mark III test contre-jour sans flashSony RX100 Mark III test contre-jour avec flashSans flash à gauche et avec flash à droite pour déboucher le contre-jour.

Déplier

Précision, colorimétrie

Sony RX100 Mark III et poignée en option*

C'est l'une des nouveautés du RX100 dans sa version 3 : le zoom qui équipe désormais le compact expert de Sony est un 24-70 mm f/1,8-2,8. Il est à la fois plus court que le précédent modèle (28-100 mm), mais également plus lumineux à fond de télé (f/2,8 contre f/5,9). La position télé est donc moins intéressante, mais nettement plus lumineuse... Compromis, toujours les compromis.

L'ouverture glissante du zoom... glisse assez vite et l’ouverture f/1,8 n'est disponible qu'au grand-angle 24 mm ; dès 32 mm l'ouverture est "limitée" à f/2,8.

thead thead thead thead
24 mm 25 mm 28 mm 35 mm
f/1,8 f/2 f/2,5 f/2,8

Avec des photodiodes d'environ 2,4 µm de côté, la diffraction devrait logiquement apparaître à partir de f/8.

JPEG VS RAW

Les fichiers JPEG du Sony RX100 Mark III ne sont pas trop accentués. Le graphique ci-dessous montre l'analyse d'une image par DxO Analyzer avec l'accentuation (courbe au-dessus de 100 %).

Vous pourrez donc renforcer un peu le tonus de vos images avant une impression, par exemple, avec une légère accentuation logicielle. À pleine ouverture, le capteur peine à s'exprimer pleinement, comme nous pourrons le vérifier sur les images de notre scène.

Sony RX100 Mark III test review mesure DxO Analyzer

Malheureusement et à l'heure où nous écrivons ces lignes, les fichiers bruts ARW du Sony RX100 Mark III ne sont pas pris en compte par les principaux logiciels de développements de fichiers bruts (DxO Optics Pro, Adobe Lightroom, PhaseOne Capture One Pro...). Nous reviendrons sur ce point peut-être plus tardivement.

Précision Zoom 24-100 f/1,8-2,8

Grand-angle 24 mm (équivalent 24x36)

Au centre
La nouvelle optique Sony est remarquable au centre avec un bon piqué dès la pleine ouverture, devenant excellent à f/4 ; la diffraction vient perturber le rendu des images à f/11.

Sony RX100 Mark III test review zoom grand-angle centre
Au bord
La bordure des images est nettement moins engageante et de f/1,8 à f/2,8, les images sont peu piquées. Il faut fermer à f/4 pour commencer à avoir un rendu plus accrocheur. À f/5,6, c'est encore bon et au-delà, on perd encore en précision.

Sony RX100 Mark III test review zoom grand-angle bordure

À 35 mm (équivalent 24x36)

Au centre
Là encore, le centre de l'image est remarquable avec un excellent piqué à pleine ouverture (f/2,8). Vous ne gagnerez pratiquement rien à fermer le diaphragme de quelques crans. Comme pour les autres focales, la diffraction devient visible à f/11.

Sony RX100 Mark III test review zoom 35 mm centre

Au bord
Les bordures des images légèrement meilleures qu'au grand-angle, mais l'ensemble reste assez faible. Il faut fermer à f/5,6 voire f/8 pour obtenir le meilleur de l'optique.

Sony RX100 Mark III test review zoom 35 mm bordure

Au télé 70 mm (équivalent 24x36)

Au centre
La position télé est de bonne facture avec une ouverture f/2,8 convaincante et un excellent piqué de f/4 jusqu'à f/8.

Sony RX100 Mark III test review zoom télé centre

Au bord
C'est clairement la position télé qui est la plus homogène sur le nouveau RX100 Mark III. À f/2,8, l'image est vraiment agréable et étonnamment meilleure qu'aux autres ouvertures. Là encore, la diffraction fait son œuvre à f/11.

Sony RX100 Mark III test review zoom télé bordure

Au final, la nouvelle optique 24-70 mm f/1,8-2,8 nous laisse un peu sur notre faim. Le centre est bon sur toute la plage focale, mais le manque d'homogénéité est flagrant et seule la position télé est satisfaisante. La luminosité f/1,8-2,8 est intéressante, mais la plage focale 24-70 est plus courte que les 28-100 mm des précédents modèles.

Distorsion

Au grand-angle, les déformations géométriques de l'optique sont bien visibles sur le fichier brut. Elles sont complètement corrigées sur l'image finalisée JPEG. Attention, il faudra donc utiliser des profils de corrections optiques dans votre logiciel de développement de fichiers bruts.

Sony RX100 Mark III test review distorsion grand-angleLe fichier brut à gauche, l'image JPEG corrigée à droite.

Au télé, l'optique ne présente pas beaucoup de distorsion.

Sony RX100 Mark III test review distorsion téléLe fichier brut à gauche, le JPEG corrigé à droite.

Balance des blancs automatique

Sous un éclairage de type lumière du jour (notre labo est calé à 5 400 K), le Sony RX100 Mark III donne d'excellents résultats. La balance des blancs est assez juste, avec un Delta E94 moyen sur la gamme de gris à 1,2. Le rendu des couleurs est également assez fidèle.

Sony RX100 Mark III test review balance blancs auto lumière jour

Sous un éclairage tungstène (le plus courant en intérieur — ici, des lampes halogènes dont la température de couleur est d'environ 3 000 K), la balance des blancs automatique est très chaude avec une dominante jaune orange bien visible.

Sony RX100 Mark III test review balance blanc auto tungstene

Un passage en balance des blancs préréglée tungstène rend l'image au contraire très froide. La neutralité n'est donc pas au rendez-vous et l'image perd le petit côté chaleureux d'un tel éclairage. La gamme de gris est un peu froide avec une dominante bleutée.

Sony RX100 Mark III test review balance blancs réglée tungstène pour 3000 K

Déplier

Gestion du bruit électronique

Comme de coutume, pour notre test, la scène est éclairée sous 200 lux. Le Sony RX100 Mark III est positionné en mode M et l'ouverture, fixée à f/5,6 pour une valeur ISO de 100. L'optique est positionnée au grand-angle. Nous faisons ensuite varier la sensibilité ISO ainsi que la vitesse d'obturation. Les images sont visibles à 100 % et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (ARW).

Les JPEG

Le capteur 1" de 20 Mpx est déjà connu de nos services, puisqu'il équipe déjà le bridge RX10 de Sony. Avec 20,1 Mpx, le côté d'un photosite fait environ 2,4 µm.

Cet imageur associé au processeur de traitement des images Bionz X délivre de belles images de 80 à 400 ISO avec beaucoup de détails et des couleurs vives. Le bruit est pratiquement imperceptible. On pourra facilement pousser jusqu'à 800 ISO. À cette sensibilité, vous noterez les premiers artefacts dans les aplats colorés. L'image devient également un peu plus dense et les plus fins détails sont dilués par le traitement de l'image pour réduire le moutonnement. À 1 600 ISO, l'image devient encore un peu plus dense et les zones sombres perdent en précision. Les limites colorées sont un peu moins franches et le lissage altère un peu plus les fins détails. Le traitement est naturellement un peu plus appuyé à 3 200 ISO et on évitera d'aller au-delà de cette sensibilité ISO.

Aux sensibilités les plus élevées (6 400 et 12 800 ISO), la dynamique baisse de manière importante (peu de détails dans les zones sombres) et le lissage vient sérieusement dégrader les images.

Comparaison à tirage équivalent

Nous avons confronté le récent Sony RX100M3 à ses principaux rivaux comme le Canon G1X Mark II, le Ricoh GR et son capteur APS-C et le Panasonic GM1.

Nous comparons naturellement les boîtiers à "tirage équivalent". Nous avons "normalisé" les images pour un tirage 40 x 60 cm en 180 dpi, soit une définition de 12 Mpx environ. Les images sont réalisées à 1 600 ISO avec ci-dessous des détails à 100 %.

Attention, les boîtiers ne sont pas équipés d'optiques équivalentes, le piqué initial n'est donc pas le même. Il faut essayer de comparer uniquement le niveau de bruit électronique... Pas si simple.

Sony RX100 Mark III comparaison à tirage équivalent pour bruit électronique à 1600 ISO

Globalement, le Sony s'en sort vraiment bien : il vient sans complexe affronter le Ricoh GR, pourtant équipé d'un capteur APS-C nettement plus grand, et devance les deux autres concurrents.

Oscilloscope

Passons certaines images du Sony RX100 Mark III sous l'œil de l'oscilloscope pour un avis plus "mathématique".

Notre outil confirme notre perception visuelle : les images sont globalement satisfaisantes jusqu'à 800 - 1 600 ISO avec une dégradation notable de la qualité à partir de 3 200 ISO. Le bruit s’amplifie et devient vraiment gênant.

thead thead
Sony RX100 Mark III test review bruit électronique sur grisSony RX100 Mark III – 80 ISO Sony RX100 Mark III test review bruit gamme gris graphique 80 ISO
Sony RX100 Mark III test review bruit gamme gris 1600 ISOSony RX100 Mark III – 1 600 ISO Sony RX100 Mark III test review bruit gamme gris graphique 1600 ISO
Sony RX100 Mark III test review bruit gamme gris 3200 ISOSony RX100 Mark III – 3 200 ISO Sony RX100 Mark III test review bruit gamme gris graphique 3200 ISO
Sony RX100 Mark III test review bruit gamme gris 6400 ISOSony RX100 Mark III – 6 400 ISO Sony Alpha 6000 test review bruit gamme gris graphique 12800 ISO

Fichiers bruts

Nous mesurons également le bruit de fond du capteur en reconduisant le protocole de test précédent, mais dans le noir complet avec un bouchon sur l'objectif.

Le graphique ci-dessous représente la déviation standard (donc le bruit) pour les différents pixels colorés : rouges, verts, bleus, et verts. Pour simplifier les résultats, nous n'affichons ici les résultats que pour une des séries des pixels verts. Ces résultats corroborent les images JPEG : un bruit peu présent jusqu'à 1 600 ISO, puis en forte augmentation dans les valeurs suivantes.

Sony RX100 Mark III bruit électronique en fonction de la sensibilité ISO dans les fichiers bruts

Déplier

Exposition, RAW

Dynamique

Notre test de dynamique repose sur des mesures réalisées sur une charte Stouffer comprenant 41 zones de densités différentes (1/3 IL). La mire est rétroéclairée et photographiée en RAW. Nous examinons ensuite le fichier à l'oscilloscope afin de déterminer combien de zones sont discernables.

Avec le RX100 Mark III, nous avons pu compter jusqu'à 22 paliers différents, ce qui représente environ 7,3 IL de dynamique (22 / 3 = 87,3). Une performance moindre par rapport aux capteurs APS-C, mais somme toute assez logique.

Sony RX100 Mark III dynamique

Latitude d'exposition

Pour connaître la latitude d'exposition, nous photographions une mire neutre à différentes expositions (sur- ou sous-exposition). Les fichiers bruts sont ensuite développés avec Adobe Lightroom afin de récupérer les informations en corrigeant l'exposition manuellement.

Malheureusement, les fichiers bruts du RX100 Mark III ne sont pas encore pris en charge par les logiciels de développement (Adobe Lightroom / Dxo Optics Pro). Nous reviendrons donc pour ces mesures lorsque les mises à jour auront eu lieu.

Modes d'exposition

Le compact expert de Sony propose une cellule de mesure de la lumière sur 1 200 points. Il n'existe pas de correcteur d'exposition physique sur le boîtier : il faut passer par une touche pour l'activer. Vous pouvez alors appliquer une correction sur +/-3 IL. En outre, l'écran n'affiche pas les valeurs d'exposition au-delà de +/-2 IL en mode M. Impossible de savoir directement si vous êtes à -3 ou -4 IL pour une série d'expositions en vue d'un HDR.

Le bracketing d'exposition permet d'exploiter au maximum une plage de +/-3 IL sur 3 vues. Vous pouvez également réaliser une variation plus fine (0,3 ou 0,7 IL sur 5 vues).

Comme la plupart des boîtiers Sony, le RX100 Mark III dispose d'un mode HDR qui empile plusieurs clichés (JPEG) pour augmenter la dynamique de capture. Vous pouvez réaliser un bracketing sur 1, 2, 3, 4, 5 et 6 IL. Le mode Optimiseur de dynamique (DRO) joue sur la courbe de rendu des valeurs pour remonter les détails dans les zones sombres. Là aussi vous pouvez jouer sur 5 niveaux d'intensité.

Le compact dispose également d'un mode panoramique par balayage, toujours aussi efficace.

Déplier

Mode vidéo

Sony RX100 Mark III et poignée en option*
*
*
*
*
*
*

Formats vidéo

Le Sony RX100 Mark III est le premier appareil photo de Sony à filmer en XAVC-S en plus des traditionnels modes AVCHD. Il propose également de filmer en MP4.

Sony RX100 Mark III test review modes vidéo

Formats PAL :

  • XAVC-S : HDTV 1080 à 25, 50 ips à 50 Mbps et HDTV 720p à 100 ips et 50 Mbps
  • AVCHD : HDTV 1080 50i (24, 17 Mbps) / 50p (28 Mbps) / 25p (24, 17 Mbps)
  • MP4 : 1440 x 1080 12 Mbps, VGA 3 Mbps (25p)

Il est possible de filmer à la norme NTSC, mais cela requiert la réinitialisation complète du boîtier. Cette manipulation monopolise l'appareil pendant au moins 5 secondes et nécessite surtout le formatage de la carte mémoire ! En mode NTSC, la cadence d'enregistrement change et vous pouvez accéder au mode "cinéma" avec le 24p.

Formats NTSC :

  • XAVC-S : HDTV 1080 à 24, 30, 60 ips à 50 Mbps et HDTV 720p à 120 ips à 50 Mbps

  • AVCHD : HDTV 1080 60i (24, 17 Mbps) / 60p (28 Mbps) / 24p (24, 17 Mbps)

  • MP4 : 1440 x 1080 12 Mbps (30p).

En XAVC-S HDTV 720 (100 ips), 20 secondes de vidéo représentent environ 135 Mo.

En AVCHD HDTV 1080 (50 ips), 20 secondes de vidéo représentent environ 67 Mo.

Si nous apprécions la possibilité de filmer en HDTV 720p (un mode qui permet d'atteindre des cadences plus élevées à 100 ou 120 ips pour des ralentis fluides), les débits de 50 Mbps font grossir très rapidement la taille des fichiers. Le compact Sony ne propose pas différents types de compression — compression Intra (ALL-I) ou compression Inter (IPB).

Fonctionnalités

Le Sony RX100 Mark III est un véritable petit caméscope semi-pro qui propose de nombreux réglages. Ainsi, vous pouvez utiliser les modes classiques d'exposition PSAM, les valeurs pouvant être modifiées durant le filmage. La sensibilité ISO est également modifiable pendant l'enregistrement.

Le compact propose de nombreux assistants pour la vidéo. Il est possible d'utiliser des zébras d'exposition avec plusieurs réglages (70, 75, 80, 85, 90 %), un focus peaking (surlignage des zones nettes avec des pixels colorés : blancs, jaunes ou rouges), une loupe pour faciliter la mise au point manuelle et enfin un histogramme d'exposition.

Certains effets photo sont disponibles et vous pouvez utiliser les modes créatifs pour obtenir différents rendus pour le contraste et les couleurs. Vous pouvez naturellement personnaliser le rendu en jouant sur différents paramètres : contraste, saturation et netteté.

Le compact dispose également d'une sortie HDMI non compressée qui permet une visualisation sur un écran de contrôle ou l'enregistrement de la vidéo en 8 bits, 4:2:2 sur un périphérique externe dédié.

Audio

Contrairement au bridge RX10, le petit compact RX100 Mark III ne dispose ni d'entrée son ni de sortie casque pour améliorer la captation sonore, et vous ne disposez pas d'indicateur pour le niveau sonore pendant l'enregistrement. Il n'est pas possible de connecter un micro externe et encore moins un casque pour contrôler la prise de son.

Précision

Ci-dessous, nous vous présentons différents extraits à 100 % (600 x 300 px) de vidéos tournées avec le RX100 Mark III. La première est en mode classique AVCHD HDTV 1080 25p à 24 Mbps. La précision est classique pour ce type d'appareil, avec un crénelage peu visible et une présence notable de moirage. Le second extrait provient d'une vidéo tournée en XAVC-S 25p à 50 Mbps. Les différences sont assez subtiles.


Dans ce domaine, le petit COI Panasonic Lumix GM1 fait un peu mieux avec une compression moins marquée :

Panasonic GM1 extrait vidéo

Mais, le Sony fait mieux que le compact expert de Canon G1X Mark II :

Canon G1X Mark 2 test review vidéo

Stabilisation optique

Le zoom équivalent 24-70 mm lumineux est également doté d'une stabilisation optique indispensable en vidéo. Celle-ci fonctionne plutôt bien en mode standard et en mode "Active". En mode "Active intelligent", une stabilisation électronique vient compenser encore plus les mouvements, comme en mode trépied. Dans ce dernier cas, le champ est réduit. Notez qu'en mode XAVC-S, seule la stabilisation optique "normale" est disponible.

Mode 100 ips

Le mode XAVC-S propose de filmer à 25/50 ou 100 ips à 50 Mbps. Cette cadence permet de créer des ralentis fluides en rejouant les vidéos à des vitesses classiques (25 ou 50 ips). Toutefois, ce mode a deux contraintes :

  • la définition passe en HDTV 720p ;

  • l'angle de champ se réduit considérablement, passant au grand-angle à un équivalent 40 mm.

Autofocus

En vidéo, la mise au point automatique n'est pas très rapide, mais reste silencieuse et assez pertinente. Vous aurez toutefois un peu de mal à suivre un sujet qui se déplace dans votre direction.

Déplier

Exemples de photos

Sony RX100 Mark III exemple 1
Sony RX100 Mark III exemple 4
Sony RX100 Mark III exemple 2
Sony RX100 Mark III exemple 3
Sony RX100 Mark III exemple 5
Sony RX100 Mark III exemple 6
Sony RX100 Mark III exemple 7
Sony RX100 Mark III exemple 10
Sony RX100 Mark III exemple 8
Sony RX100 Mark III exemple 9
Sony RX100 Mark III exemple 11
Sony RX100 Mark III exemple 12
Sony RX100 Mark III exemple 13
Sony RX100 Mark III exemple 14
Sony RX100 Mark III exemple 15
Sony RX100 Mark III exemple 16
Sony RX100 Mark III exemple 17
Sony RX100 Mark III exemple 18

Licence Creative Commons
Test Sony RX100 Mark III de Renaud Labracherie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Fondé(e) sur une œuvre à http://www.focus-numerique;com.

Déplier

Vidéo de présentation

Déplier

Verdict

Sony RX100 Mark III recommande

Avec cette troisième génération de compact haut de gamme RX100, Sony parvient-il encore à séduire ? La réponse est oui. Un gros OUI. Par deux aspects, le Mark III fait plus que rafraîchir son boîtier.

Tout d'abord le zoom. Le 24-70 mm est lumineux de bout en bout avec des ouvertures f/1,8-2,8 vraiment appréciables pour les photos en basse lumière ou le flou arrière (le fameux bokeh). On est loin du f/4,9 en bout de télé des précédents modèles. Toutefois, la plage focale se réduit et le zoom n'est désormais plus qu'un petit 3x. Il est également un peu moins homogène avec des bordures vraiment "molles" au grand-angle notamment.

Ensuite, nous avons vraiment apprécié le viseur électronique. L'écran LCD étant toujours aussi brillant, malgré son inclinaison possible, il reste difficile à utiliser en plein soleil. Qu'importe : en deux temps trois mouvements, un viseur électronique de qualité surgit du boîtier pour une visée à l’œil agréable. Voilà qui change tout ou presque.

Pour le reste, on ne change pas une équipe qui gagne et le RX100 Mark III propose une fiche technique en béton avec des performances qui se vérifient sur le terrain. Le capteur 1" de 20 Mpx BSI délivre de très bons clichés jusqu'à 3 200 ISO et la définition élevée permet de recadrer à la machette. Le Bionz X (doux nom du processeur pour le traitement des données) autorise jusqu'à 10 images par seconde (environ 3 ips avec le suivi AF) et permet la création d'images panoramiques par balayage. L'autofocus est réactif dans la plupart des situations et le mode vidéo, complet, avec possibilité de filmer avec les modes PASM.

Ce qui plaît également dans ce petit RX100 Mark III, ce sont également toutes les possibilités de personnalisation. La bague autour de l'optique permet de régler rapidement l'ouverture, le zoom ou la sensibilité ISO, et un menu rapide apparaît avec la touche Fn, ce qui permet de régler rapidement les principales options de prise de vue. Le bouton C à l'arrière du boîtier peut se personnaliser avec pas moins de 42 possibilités ! Cerise sur le gâteau, l'appareil est également équipé d'une puce Wi-Fi pour un pilotage distant ou le transfert des images vers un smartphone.

Le RX100 Mark III fait-il un parcours sans faute ? Assurément pas et nous avons encore quelques griefs à son encontre. Nous regrettons l'absence d'écran tactile, la nécessité d'extraire manuellement le viseur électronique avant de s'en servir, l'absence de petite poignée pour améliorer la prise en main ou l'absence de finition à l'épreuve des intempéries. L'extinction automatique de l'appareil lors de la fermeture du viseur électronique agace également assez rapidement.

Il faut cependant bien avouer que la liste des points négatifs s’amincit au fil des versions. Reste le prix. Le RX100 Mark III est cher, très cher — nettement plus qu'un reflex d'entrée de gamme comme le Nikon D5300 qui propose un viseur optique, un écran orientable, un capteur APS-C de 24 Mpx, une puce Wi-Fi / GPS et un mode vidéo intéressant. La compacité a un prix et il est élevé.

Le Sony RX100 Mark III mérite donc naturellement un recommandé et reste le compact de poche le plus agréable du moment.

Face à la concurrence

| |
|
| Panasonic GM1 test review |


<esi:include src="/esi/product/980/prices-box/offers" onerror="continue" />

|

Panasonic GM1. Un compact à objectif interchangeable comme premier concurrents ? Oui, car le GM1 est un COI version lilliputienne. Il ne tient certes pas dans une poche avec son optique de kit (ni aucune autre d'ailleurs), mais il est petit et très léger : en termes de gabarit, nous sommes assez loin des autres Micro 4/3.

Le capteur 4/3" est encore plus grand que le capteur 1" du RX100 et délivre des images d'un cru équivalent, voire un peu meilleur : bon piqué et bonne gestion du bruit électronique. Le GM1 est surtout intéressant par la réactivité de son autofocus. Celui-ci creuse l'écart avec la plupart des compacts "classiques" actuels. Il dispose en outre d'un bel écran tactile (mais non orientable) et d'un mode vidéo plus que convenable. Dernier point en faveur du GM1 : il pourra évoluer en fonction de vos photos en accueillant différentes optiques : longs zooms, focales fixes lumineuses, optiques macro...

Le Sony se défend bien avec un viseur électronique escamotable vraiment pertinent pour la photo en extérieur. Il propose également un zoom 24-70 mm f/1,8-2,8, encore inimaginable sur un COI et de surcroît optiquement stabilisé. Comme ce dernier est également rétractable, le RX100 Mark III peut s'enfouir dans une poche de pantalon, et il offre également un écran orientable

| |
|
| Fujifilm X20 test review |


<esi:include src="/esi/product/760/prices-box/offers" onerror="continue" />

|

Fujifilm X20. Ce compact est le seul autre modèle à proposer un capteur plus grand que le traditionnel 1/1,7" que vous retrouverez chez Canon, Nikon ou Panasonic. Le X20 séduit au premier regard par son look rétro vraiment réussi et son optique à zoom manuel : une fonctionnalité rare et intéressante (précision et rapidité en photo, mais saccades en vidéo...). Ce zoom offre également un mode macro 1 cm appréciable. Le X20 convainc également par son autofocus réactif (capteur X-Trans II avec corrélation de phase intégré) et son viseur optique.

Le Sony RX100 Mark III surclasse toutefois son rival avec une optique plus lumineuse, stabilisée, un écran orientable plus précis, un viseur électronique plus confortable (grossissement), un mode rafale plus rapide et une qualité d'image supérieure. Au niveau de la vidéo, le compact Sony prend également l'avantage avec des modes débrayables.

Déplier
+
  • Viseur électronique escamotable !
  • Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 3200 ISO
  • Compacité pour un appareil avec un capteur 1
  • Bon piqué au centre
  • Autofocus globalement réactif
  • Mode vidéo complet PSAM et sensibilité modifiable à la volée
  • Mode 720 à 100 ips pour des ralentis fluides
  • Wi-Fi et NFC intégrés pour un pilotage distant sans fil ou un transfert vers un smartphone
  • Écran LCD précis et monté sur charnière
  • Flash intégré et possibilité de l'orienter manuellement
  • Mode panoramique par balayage performant
  • Filtre ND intégré
  • Rafale à 10 ips
  • Filtre de densité neutre intégré
  • Latence au déclenchement très faible
  • Recharge par Micro USB universel
  • Écran LCD non tactile et peu lisible en plein soleil
  • Extraction manuelle du viseur électronique obligatoire
  • La fermeture du viseur électronique entraîne automatiquement l'extinction de l'appareil
  • Trop d'accessoires en option : grip, protection d'écran
  • Revêtement d'écran très fragile
  • Pas de finition tout temps
  • Faible autonomie de la batterie
  • Qualité optique perfectible en bordure d'image
  • Pas d'entrée micro ou de sortie casque pour la vidéo
  • Flash peu puissant
  • Mise sous tension un peu lente
  • Pas de GPS intégré, pas de connexion USB 3
  • Pas de chargeur de batterie livré en kit, recharge sur l'appareil uniquement
  • Plus de griffe porte-accessoire pour justement porter les accessoires...
  • Obturation au 1/2000 seulement
  • Format RAW (ARW) propriétaire
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW.

Les prix
Sony RX100 Mark III
RX100 Mark III
Priceminister 619,99 €
Amazon 636,49 € Voir l'offre
Rue du Commerce 636,49 € Voir l'offre
Fnac.com 636,49 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 649,89 € Voir l'offre
Miss Numérique 669,00 € Voir l'offre
LDLC 669,90 € Voir l'offre
Top Achat 679,90 € Voir l'offre
Digixo 698,90 € Voir l'offre
Materiel.net 699,00 € Voir l'offre
Darty.com 699,00 € Voir l'offre
Mistergooddeal 699,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres