Capteur1 pouce (13,2 x 8,8 mm) ratio 3:2. 20 Mpx
MontureNA
Optique livréeVario-Sonnar T* 24-600 mm f/2,4-4
StabilisationOui
AntipoussièreNA
ViseurDalle Oled (XGA) 2 359 296 points / grossissement 0,7x / dégagement oculaire de 23 mm
Écran7,5 cm / 1 228 800 points / inclinable
Mise au pointNC
Modes autofocusAF-S / AF-C / manuel
Mesures d'expositionMultizone / pondération centrale / spot / correction d'exposition +/- 3 IL
Modes d'expositionPSAM / auto / mode scènes
Vitesse d'obturation30 à 1/2 000 s (à f/2,4 la vitesse maximale est fixée à 1/1 000 s) / obturation électronique jusqu'au 1/32 000 s
MotorisationJusqu'à 14 ips sans suivi AF / 5 ips avec suivi AF
Sensibilité ISO64-12 800 ISO
MémoireSD / SDHC / SDXC
AlimentationNC
ConnexionUSB 2 / micro HDMI / casque / entrée micro 3,5 mm / Wi-Fi / NFC
Dimensions132 x 94 x 127 mm
Poids1 051 g
LogicielsCapture One
Dans la boîteNC

Caractéristiques

Troisième itération de la série, le Sony RX10 III déboule avec un nouveau zoom optique 24-600 mm f/2,4-4 impressionnant et une fiche technique quasi identique au RX10 Mark II.

Sony RX10 Mark III test review

Avec son capteur 1" Exmor RS rétroéclairé et collé (stacked) de 20 Mpx, la fiche technique du nouveau RX10 Mark III reprend celle, déjà intéressante, du RX10 II. Ce capteur intègre notamment un circuit électronique qui permet d'embarquer de la mémoire et de traiter encore plus rapidement les informations.

sony Exmor RS

Présentation

Vous retrouverez donc sur le RX10 III les fonctionnalités qui ont fait le succès du compact à long zoom :

  • possibilité de capturer des photos d'une définition de 20 Mpx jusqu'à 12 800 ISO ;
  • capacité à filmer en UHD (3 840 x 2 160 px) sans regroupement de pixels pour limiter les effets d'aliasing ; enregistrement HDTV 1080 à 100 Mbps ;
  • modes experts en vidéo (focus peaking, zébras, profils S-Log et S-Gamut, sortie HDMI non compressée, timecode, double enregistrement, etc.) ;
  • mode rafale à 14 ips (sans autofocus) ;
  • obturation électronique au 1/32 000 s ;
  • un autofocus rapide ;
  • mode HFR (High Frame Rate) jusqu'à 1 000 ips en 1 136 x 384 px.

Sony RX10 III vue de dos, écran orientable Toujours pas d'écran tactile sur le RX10 III.

Vous trouverez cependant quelques innovations comme les trois bagues sur l'objectif pour l'ouverture (avec ou sans clic), le zoom et la mise au point. Un bouton sur l'optique permettra également de conserver la distance de mise au point et sera personnalisable.

Une optique impressionnante

La nouveauté réside donc dans l'optique, un zoom équivalent à un 24-600 mm (en 24x36) ouvert à f/2,4-4 ! Une véritable prouesse technologique qui permet au RX10 III de supplanter la concurrence au niveau de la plage focale et de la luminosité. Sony répond donc de manière intéressante à Canon et Panasonic.

Sony RX10 III Sony RX10 II Panasonic FZ1000 Canon G3X
24-600 mm 24-200 mm 25-400 mm 24-600 mm
f/2,4-4 f/2,8 f/2,8-4 f/2,8-5,6
stabilisation optique stabilisation optique stabilisation optique stabilisation optique

Le zoom 25x présente une formule optique qui ne comprend pas moins de 8 éléments en verre ED (Extra Low Dispersion), 1 élément Super ED et 2 lentilles asphériques. La distance minimale de mise au point est de 72 cm à 600 mm avec un grandissement de 0,49x. Les ingénieurs ont également travaillé sur la stabilisation optique et Sony indique un gain de l'ordre de 4,5 IL. Des informations qu'il faudra vérifier lors de nos tests.

Sony RX10 III optique

Disponibilité et prix

Le Sony RX10 III sera disponible au mois d'avril au tarif conseillé de 1 600 €.

Notre premier avis

Sony propose un boîtier qui se place face aux principaux acteurs du segment des appareils à capteur 1" et long zoom. Ce zoom 24-600 mm f/2,4-4 est impressionnant, mais il faudra bien sûr confirmer les arguments marketing de la marque (piqué, stabilisation, etc.) lors des tests. Il n'en reste pas moins que le RX10 III est sur le papier l'un des boîtiers les plus polyvalents du moment, avec le mode photo 20 Mpx, un mode rafale à 5 ips (avec suivi AF), un mode vidéo UHD complet et une amplitude de zoom plus qu'appréciable.

Nous regrettons toutefois que Sony n'ait pas corrigé quelques défauts, comme l'absence d'écran tactile, ou opté pour un écran sur charnière, bien plus pratique à notre sens.

Sony RX10 III zoom optique 24-600 mm : une impressionnante amplitude de zoom optique.

Caractéristiques

Prise en main

Sony RX10 Mark III compact expert test review vue trois quart

Gabarit

Pour faire rapide, le Sony RX10 Mark III est un 24-600 mm f/2,4-4 qui tient dans un petit sac photo. Une véritable prouesse technique et un véritable fantasme du photographe animalier. Pour autant, le boîtier n'est pas un petit gabarit. Il est ainsi nettement plus imposant que le G3 X de Canon qui propose lui aussi un 24-600 mm (certes moins lumineux). Il est également plus volumineux que le Panasonic FZ1000 qui propose pour sa part un 25-400 mm f/2,8-4. En outre, c'est au niveau du poids que le RX10 Mark III accuse une différence nette face à ses compétiteurs : avec plus de 1 100 g, il est nettement plus lourd que le FZ1000 (831 g) ou le G3 X de Canon (733 g).

compact expert Sony RX10 Mark III comparaison des dimensionsSony RX10 Mark III vs Panasonic FZ1000

compact expert Sony RX10 Mark III test review comparaison dimensions*Sony RX10 Mark III vs Canon G3 X.*Source : Camerasize.

Ergonomie

Le RX10 Mark III joue des lignes assez classiques avec un boîtier sobre, peut-être un peu austère. La prise en main est assez agréable. Le revêtement, plaisant, assure une bonne accroche ; la poignée est bien dimensionnée et offre une bonne préhension, ce qui est important pour un boîtier de plus de 1 kg.

Sony RX10 Mark III compact expert test review vue de 3_4 Le Sony RX10 Mark III : évolution dans la continuité avec un superbe 24-600 mm.

Le zoom optique est véritablement la pièce maîtresse du RX10 III et s'impose de lui-même. La construction est remarquable, avec deux bagues (de zooming et de mise au point) au mouvement fluide et très agréable. Un regret ? Oui, la préférence d'une bague électrique à une bague mécanique pour le zoom : la motorisation électrique est parfois peu précise et pas assez rapide. Nous apprécions la bague de diaphragme qui permet de jouer rapidement avec l'ouverture : elle est crantée, mais vous pouvez l'utiliser dans un mode fluide (idéal en vidéo) d'un simple clic.

Le dessus de l'appareil est classique. Sur l'épaule gauche : le barillet pour le choix du mode d'exposition avec les positions PSAM, MR (mode personnalisé), vidéo, HFR (vidéo haute fréquence), scène, panoramique par balayage et Auto. Sur l'épaule droite trône un écran LCD monochrome de rappel, deux commandes personnalisées C2/C1, le déclencheur serti d'une bague de zoom et d'un levier pour la mise sous tension.

Sony RX10 Mark III compact expert test review vue de dessusSony RX10 Mark III : mode PSAM, mode personnalisé, tout auto, vidéo et filtres. Il ne manque rien pour une utilisation experte.

Au dos de l'appareil, vous trouverez la commande pour la vidéo, une molette de réglage — malheureusement trop petite pour être facilement utilisée —, ainsi qu'une roue codeuse et différentes commandes. Globalement, ces commandes sont trop petites pour être aisées. Nous apprécions les 3 commandes personnalisables C1/C2/C3, ainsi que l'appel de raccourcis sur l'écran via la touche Fn. Ces raccourcis sont également personnalisables. Sony RX10 Mark III compact long zoom  test review vue de dos Bonne initiative, le logement pour la carte mémoire est situé sur le côté de l'appareil et non dans la semelle.

Visée

La visée électronique est confiée à une dalle Oled de 2 359 296 points. Pour ce modèle haut de gamme, nous aurions aimé voir apparaître une nouvelle génération, surtout qu'il existe aujourd'hui des viseurs plus précis comme celui du Q de Leica qui affiche 3,68 millions de points. Le visée reste toutefois précise et fluide dans la plupart des situations lumineuses. Le viseur dispose d'un détecteur de présence bien pratique, mais l’œilleton est un peu dur et peu agréable. La dalle affiche dans un ratio 4/3 et les informations peuvent être déportées dans les bandes noires en haut et en bas pour dégager la visée. Sony RX10 Mark III compact long zoom test review viseur électronique

Le RX10 III est équipé d'un écran LCD inclinable monté sur une double charnière horizontale afin de l'orienter vers le haut (un peu plus de 90°) et vers le bas (45°). Malheureusement, cet écran n'est toujours pas tactile. Il affiche 1 228 800 points dans un ratio 4/3 ; en mode vidéo, on perd donc beaucoup d'espace.

Sony RX10 Mark III compact long zoom test review écran LCD vers le hautSony RX10 Mark III compact long zoom test review écran LCD vers le basL'écran LCD n'est pas complètement orientable et ne peut pas se retourner contre le dos de l'appareil pour assurer une bonne protection.

Autonomie

Le Sony RX10 III utilise une batterie NP-FW50 (1 020 mAh / 7,2 V pour 7,3 W.h, environ 70 €). La marque annonce environ 400 déclenchements selon la norme CIPA. De notre côté, nous avons peiné à réaliser plus de 300 vues avec quelques minutes de vidéo. Pour un week-end, une seconde batterie sera donc un précieux allié.

Sony RX10 Mark III test review hybride batterie autonomie

Notez que le RX10 Mark III n'est pas livré avec un chargeur de batterie, mais avec un chargeur micro-USB. Bon point, il est possible d'utiliser le boîtier tout en rechargeant la batterie avec un accumulateur externe.

Connexions et mémoire

Au niveau du stockage mémoire, pas de surprise : Sony propose un emplacement SD/SDH/SDXC. La fiche technique n'indique pas si le boîtier est compatible avec les dernières normes de transfert UHS-I ou UHS-II.

Notez que pour filmer en vidéo UHD, il fallait jusqu'à maintenant impérativement utiliser une carte SDXC. Une limitation levée sur le RX10 Mark III, qui accepte toute capacité de stockage du moment que la vitesse d'écriture est suffisante.

Nous regrettons cependant que sur un tel boîtier, il n'y ait qu'un seul emplacement pour carte mémoire : un deuxième slot aurait été le bienvenu. Sony RX10 III test review compact long zoom connexions

Côté connectique, le nouvel hybride dispose du minimum :

  • interne :

  • sur le dessus :

  • sur le côté :

  • sortie USB 2 (microUSB),

  • sortie HDMI (type D),

  • sortie casque (mini-jack 3,5 mm),

  • entrée micro stéréo (mini-jack 3,5 mm) ;

  • connecteur mi-shoe pour différents accessoires dont le bloc audio XLR-K2M (500 € environ) ;

  • puce Wi-Fi, NFC.

Pour les smartphones non compatibles, il faudra se connecter manuellement via un QR Code, ce qui est assez simple à faire.

Une fois connecté, il est facile de visionner les images présentes dans l'appareil et de les transférer sur votre smartphone ou votre tablette pour un partage sur Internet. Vous pouvez les transférer soit en pleine définition ("Original"), soit dans un format plus rapide à transmettre (2M, VGA). Vous l'avez noté, il n'est pas possible de transférer les fichiers bruts.

Sony RX1R 2 (RX1RM2) test review Wi-Fi

L'application Commande à distance, pour piloter à distance le boîtier.

L'application PlayMemories permet également de piloter à l'appareil à distance. Par défaut, elle est très (trop) basique et ses options sont limitées. De manière assez étonnante, Sony propose une version bien plus complète sur son service d'applications : PlayMemories Online. Vous devez créer un compte et télécharger l'application, qui est gratuite. Pourquoi ne pas installer directement cette version ? Mystère et boule de gomme (c'est sans doute une bonne manière d'inciter à une création de compte sur PlayMemories...).

Cependant, atteindre le service en ligne PlayMemories Online via un réseau déjà existant est plutôt ardu. Sans interface tactile, saisir des identifiants et des mots de passe requiert une infinie patience et comme précédemment, on est à deux doigts de la crise de nerfs, selon son degré de paranoïa et l'efficacité de son mot de passe... Ensuite, l'interface reste assez lente.

Sony Alpha 6000 test review logiciel Wi-Fi

Sans écran tactile, la configuration Wi-Fi et au PlayMemories est fastidieuse...

L'application Commande à distance numérique permet quant à elle de configurer un minimum d'options, comme la sensibilité ISO, l'ouverture et la vitesse, la balance des blancs et le mode autofocus. En outre, vous pouvez sélectionner directement à l'écran la zone de mise au point. Étonnamment, cette application est gratuite et plus évoluée que la fonctionnalité installée par défaut. Pourquoi diable obliger l'utilisateur à se connecter au service Sony pour en bénéficier alors qu'il serait si simple de préinstaller cette version ?

Enfin, la plupart des applications disponibles sur la boutique PlayMemories Online sont généralement payantes et l'addition est plutôt salée : pas moins de 10 € pour une fonction "timelapse", par exemple, que l'on trouvera peut-être par défaut (du moins nous l'espérons) dans la prochaine évolution du boîtier. Des fonctionnalités que l'on retrouve déjà chez certains concurrents... gratuitement. Bref, comme précédemment, l'offre reste au final assez restreinte et très chère.

Bruit au déclenchement

Le Sony RX10 Mark III fonctionne avec un obturateur central jusqu'au 1/2 000 s. Il est très discret et vous n’entendrez qu'un léger cliquetis. Pour un déclenchement totalement silencieux, il est possible d'utiliser l'obturateur électronique, qui permet en outre de grimper au 1/32 000 s.

Logiciels

En septembre 2014, Sony nouait un partenariat avec le fabricant danois Phase One pour livrer en standard Capture One Express avec certains modèles (une heureuse initiative).

Capture One est sans doute l'un des plus complets du marché. Le logiciel, largement éprouvé, a trouvé sa place dans les studios pour travailler en mode connecté, notamment avec les dos numériques. Le passage en version "Pro" devrait être facturé 23 € ; elle vous ouvre les portes du travail en mode connecté (ce qui n'est pas possible en version de base "Express"). Malheureusement, il n'est pas livré avec un logiciel de montage vidéo. C'est d'autant plus regrettable que Sony disposait jusqu'à peu d'un très bon logiciel : Vegas Vidéo.

Sony A7R 2, test review, logiciel, Capture One Express, capture d'écranLe logiciel Capture One Express livré avec le RX10 Mark III.

Antipoussière, stabilisation

Pour notre test de stabilisation optique, nous avons positionné le RX10 Mark III sur l'équivalent 400 mm (notre labo n'est pas assez long pour des focales plus longues...). Nous faisons alors varier la vitesse d'obturation avec la stabilisation optique activée. Nous effectuons ensuite 10 prises de vue à main levée et vérifions sur écran la netteté des différents clichés.

Lors de nos tests, nous réussi à obtenir plus de 60 % d'images nettes au 1/50 s, soit un gain de l'ordre de 2,5 à 3 IL : c'est très intéressant pour ce type d'objectif.

Sony RX10 Mark III test review stabilisation optiqueNombre de photos nettes sur 10 essais à 400 mm avec la stabilisation optique activée.

Performances

Malgré une plage focale "interminable", l'autofocus du Sony RX10 III se comporte très bien avec une bonne lumière. En revanche, en basse lumière avec un contraste qui faiblit, sa réactivité est plus hasardeuse.

En studio, elle dépasse la demi-seconde, ce qui est tout à fait acceptable. Sur le terrain, où les conditions sont souvent plus délicates, le RX10 III s'est montré moins pertinent et beaucoup plus hésitant. Sur ce point, ce compact à long zoom doit progresser. On regrette également une mise sous tension un peu lente, mais il faut dire que développer une optique rétractable 24-600 mm n'est pas chose aisée. Toutefois, patienter plus de deux secondes avant de pouvoir déclencher peut mettre parfois au bord de la crise de nerf.


Côté rafale, le RX10 III joue les bons élèves avec une rafale avec suivi autofocus à plus de 6 ips et une rafale avec priorité au déclenchement à plus de 14 ips. De quoi assurer des prises de vue sur de la photo d'action.

Précision, colorimétrie

Si le Sony RX10 III est une copie conforme du RX10 II au niveau du boîtier, le nouveau venu dispose d'un impressionnant zoom optique 24-600 mm f/2,4-4 polyvalent. Une plage focale ahurissante et une ouverture glissante intéressante peuvent-elles faire bon ménage ? Voici nos mesures en labo, et les résultats sont vraiment surprenants.

Zoom optique exceptionnel de 24 à 600 mm

Rarement un zoom optique nous aura fait autant parler à la rédaction. Il faut dire que le ce 24-600 mm concocté par les ingénieurs de Sony constitue une véritable prouesse technique, puisqu'il délivre une excellente qualité d'image d'un bout à l'autre de la plage de zoom.

Ouverture glissante

focale 24 mm 28 mm 35 mm 50 mm 100 mm et +
ouverture f/2,4 f/2,8 f/3,2 f/3,2 f/4

24 mm

En position grand-angle, le RX10 Mark III est parfaitement à l'aise avec un excellent piqué au centre jusqu'à f/11, ouverture à partir de laquelle la diffraction vient brouiller les plus fins détails.

Sony RX10 III test review qualité optique à 24 mm

Vous pouvez cliquer sur les vignettes ci-dessous pour comparer des extraits de notre scène de test à 100 % aux différentes ouvertures : f/2,4 - f/4 - f/5,6 - f/8 - f/11- f/16. Sony RX10 III test review qualité optique 24 mm bord Sony RX10 III test review qualité optique 24 mm bord

35 mm

En zoomant un peu, l'optique devient très homogène tout en conservant un excellent piqué. Nous ne notons pas de défaut à ce niveau ; seule la diffraction à f/11 vient gâcher la fête.

Sony RX10 III test review qualité optique à 35 mm

50 mm

En poussant à 50 mm, la bordure devient un tout petit moins précise, mais globalement le résultat est encore de très bonne facture avec un piqué au centre excellent jusqu'à f/11.

Sony RX10 III test review qualité optique à 50 mm

70 mm

À 70 mm, comme précédemment, le centre reste excellent ; seule la périphérie de l'image manque un peu de précision. Là encore, le zoom optique obtient globalement un excellent score.

Sony RX10 III test review qualité optique à 70 mm

100 mm

Même constat à 100 mm : l'optique pique, pique, pique... Nous sommes déjà à f/4 pour la plus petite ouverture.

Sony RX10 III test review qualité optique à 100 mm

200 mm

En poussant le zoom à 200 mm, l'optique gagne en homogénéité et le piqué est toujours de la partie jusqu'à f/11. C'est vraiment impressionnant.

Sony RX10 III test review qualité optique à 200 mm

400 mm

À 400 mm, les résultats sont encore très bons. On a rarement vu à la rédaction un 400 mm de cette qualité.

Sony RX10 III test review qualité optique à 400 mm

600 mm

Nous arrivons en bout de course et si l'optique accuse un petit coup de fatigue, les résultats sont encore remarquables : seuls les bords sont véritablement en retrait.

Sony RX10 III test review qualité optique à 600 mm

Mode macro

Même avec une telle amplitude de zoom, l'optique dispose d'une distance de mise au point très courte : 3 cm au grand-angle et 72 cm au télé. De quoi ravir les amateurs de proxy-photographie.

Dans la vraie vie

Un zoom optique 24-600 mm est vraiment impressionnant et sur le terrain, il permet de débusquer des détails avec une efficacité diabolique. Ci-dessous deux clichés pris du même endroit à 24 et 600 mm.

Sony RX10 Mark III zoom optique exemple

Au final

Le zoom optique 24-600 mm f/2,4-4 est réellement impressionnant à plusieurs titres :

  • plage focale importante,

  • piqué soutenu sur pratiquement toute la plage focale,

  • distance de mise au point minimale de 3 cm.

Bref, c'est une vraie réussite technique, un vrai bonheur à utiliser et une pièce maîtresse dans l'argumentation du RX10 III.

Gestion du bruit électronique

Pour notre test, la scène est éclairée sous environ 250 lux. Notre appareil étalon est le Canon 5D Mark III qui, pour un gris neutre 18 %, requiert le couple f/5,6 - 1/8 s à une sensibilité de 200 ISO. Le Sony RX10 Mark III est également calé pour exposer correctement un gris 18 % avec une sensibilité de 200 ISO et une ouverture de f/5,6.

Nous faisons alors varier la vitesse et la sensibilité ISO. Les images sont visibles à 100 % (JPEG) et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (.ARW). Le boîtier est configuré par défaut, notamment pour ce qui est de rédaction du bruit électronique.

Les JPEG

Le Sony RX10 III est équipé d'un capteur 1" de 20 Mpx Exmor RS, probablement le même que celui qui équipe le Mark II présenté en 2015. Il s'agit donc d'une version stacked (S) qui intègre une puce de traitement des données pour accélérer les processus liés à la captation. C'est également un capteur BSI (Back Side Illuminated ou "rétroéclairé")

Avec cette définition (20,1 Mpx effectifs), la taille des photodiodes est d'environ 2,4 µm. La plage ISO s'étend nativement de 64 à 12 800 ISO.

Tailles des différents capteurs Comparaison des tailles (agrandies 4x) de différents capteurs.

Le capteur 1" de 20 Mpx donne encore ici pleinement satisfaction avec une plage de 100 à 800 ISO d'excellente qualité. Le bruit est parfaitement maîtrisé, le lissage, modéré et les artéfacts, invisibles. Vous n'aurez donc aucun scrupule à pousser le curseur à 1 600 ISO. Là encore, le traitement du bruit électronique est remarquable, avec un bon équilibre entre granulation / lissage et pixels colorés.

Le premier cap est franchi à 3 200 ISO. Le moutonnement est immédiatement plus visible et l'image perd en spontanéité et en finesse. Cette sensibilité est toutefois facilement exploitable pour des formats raisonnables et a fortiori pour un affichage écran.

Les valeurs supérieures sont plus problématiques : les couleurs sont plus fades, la granulation plus grossière et les marbrures violettes sont plus faciles à mettre en évidence. Il faudra réserver les sensibilités 6 400 et 12 800 ISO aux cas extrêmes. Pour faciliter le travail, il sera possible de retoucher les images en noir & blanc.

Comparaison à tirage équivalent

Nous comparons naturellement les boîtiers à "tirage équivalent". Nous avons "normalisé" les images pour un tirage 40 x 60 cm en 180 dpi, soit une définition de 12 Mpx environ. Les images sont réalisées à 1 600 ISO avec ci-dessous des détails à 100 %.

Attention, les boîtiers ne sont pas équipés d'optiques équivalentes, le piqué initial n'est donc pas le même. Il faut essayer de comparer uniquement le niveau de bruit électronique... Pas si simple.

Nous avons choisi de confronter le Sony RX10 Mark III à quelques boîtiers emblématiques actuels :

Dans cet exercice, il est intéressant de noter que les RX10 Mark II et Mark III ne présentent pas de différences fondamentales. La qualité des images à 1 600 ISO est identique et les ingénieurs de Sony ne semblent pas avoir modifié les algorithmes de traitement des données. Le Canon G3 X se comporte vraiment bien et remporte cette confrontation avec une granulation plus fine et plus agréable. Les deux Sony se placent directement derrière et le FZ1000, beaucoup plus ancien, arrive en queue de peloton.

Sony RX10 Mark III - 1 600 ISOSony RX10 Mark II - 1 600 ISO
Canon G3X - 1 600 ISOPanasonic FZ1000 - 1 600 ISO

Oscilloscope

Passons certaines images obtenues avec le RX10 Mark III sous l'œil de l'oscilloscope pour un avis plus "mathématique".

Si les les dégradés sont parfaitement rendus à 100 ISO, l'oscilloscope indique un bruit déjà visible dans les zones les plus denses. Le graphique s'affole un peu à partir de 3 200 ISO.

Sony RX10 Mark III test review bruit électronique sur gris 100 ISOSony RX10 Mark III – 100 ISO | Sony RX10 III test review bruit gamme gris graphique 100 ISO | | Sony RX10 Mark III test review bruit électronique sur gris 1600 ISOSony RX10 Mark III – 1 600 ISO | Sony RX10 Mark III test review bruit graphique 1600 ISO | | Sony RX10 Mark III test review gamme gris à 3 200 ISOSony RX10 Mark III - 3 200 ISO | Panasonic GX80 test review bruit gamme gris graphique 3200 ISO | | Sony RX10 Mark III test review bruit gamme gris 6400 ISOSony RX10 Mark III – 6 400 ISO | Sony RX10 mark III test review bruit  graphique 6400 ISO | | Sony RX10 III test review bruit gamme gris 12800 ISOSony RX10 Mark III – 12 800 ISO | Sony RX10 III test review bruit graphique 12800 ISO |

Au final, le Sony RX10 Mark III présente la même gestion du bruit électronique de son prédécesseur : le bruit est bien traité jusqu'à 1 600 ISO, et il sera possible de pousser à 3 200 ISO sans trop d'inquiétude.

Mode vidéo

Formats vidéo

Le Sony RX10 III, comme son prédécesseur, est capable d'enregistrer en HDTV 1080, mais également en UHD à savoir en 3 840 x 2 160 px dans un format XAVC-S (voir "Comprendre les formats XAVC et XAVC-S). Il intègre également le format XAVC-S pour l'enregistrement HDTV 1080, ainsi que les formats plus classiques AVCHD et MP4.

  • Formats en PAL
  • XAVC-S 4K (H.264) : UHD (3840 x 2160 px) 25p (100 Mbps ou 60 Mbps)
  • XAVC-S (H.264) : HDTV 1080 100p (50 Mbps), 50p (50 Mbps) et 25p (50 Mbps)
  • AVCHD (H.264) : HDTV 1080 50i (24, 17 Mbps) / 50p (28 Mbps) / 25p (24, 17 Mbps)
  • MP4 (H.264) : 1920 x 1080 50p (28 Mbps), 25p (16 Mbps) et 720p 30 ips (6 Mbps)

Sony Cyber-shot RX10 3, test review mode vidéo

Il est possible de filmer à la norme NTSC, mais cela requiert la réinitialisation complète du boîtier. Cette manipulation monopolise l'appareil pendant au moins 5 secondes et nécessite surtout le formatage de la carte mémoire !

En mode NTSC, la cadence d'enregistrement change et vous pouvez accéder au mode "cinéma" avec le 24p.

    • Formats NTSC
  • XAVC-S 4K (H.264) : UHD (3840 x 2160 px) 30/24p (100 Mbps ou 60 Mbps)
  • XAVC-S (H.264) : HDTV 1080 120p (50 Mbps), 60/30p (50 Mbps) et 24p (50 Mbps)
  • AVCHD : HDTV 1080 60i (24, 17 Mbps) / 60p (28 Mbps) / 24p (24, 17 Mbps)
  • MP4 : 1920 x 1080: 60p (28 Mpbs), 30p (16 Mbps) et 720p 30 ips (6 Mbps)

Dommage, le RX10 Mark III n'offre pas l'accès au format 4K Ciné (4 096 x 2 160 px).

Il est possible de filmer sur une plage de sensibilités allant de 64 à 12 800 ISO. Le boîtier offre une entrée micro stéréo et une sortie casque, et la prise accessoire permet en outre de brancher un module pour micros XLR.

Mode HFR

En mode HDTV 1080, il est possible de filmer jusqu'à 120 ips, ce qui permet de ralentir les vidéos de 4,8x sans perte de qualité. En outre, il est possible d'activer un mode HFR qui permet de filmer

Le RX10 III intègre également un mode HFR proposant trois vitesses d'enregistrement : 1 000 i/s (ralenti 40x), 500 i/s (ralenti 20x) et 250 i/s (ralenti 10x) avec une lecture en 25p. Le HFR est disponible en HFR P, HFR A, HFR S et HFR M, reprenant les classiques réglages PASM qui permettront donc de jouer sur l'exposition et la profondeur de champ. Attention : en toute logique, la vitesse d'obturation sera forcément d'au moins 1/1 000 s à 1 000 i/s, 1/500 s à 500 i/s et 1/250 s à 250 i/s, ce qui impose de filmer dans de très bonnes conditions lumineuses si vous voulez éviter que la montée en sensibilité ne dégrade l'image.

Attention également, si les vidéos sont enregistrées en HDTV 1080, elles ne sont pas captées dans cette définition.

  • 1 000 i/s : 1 136 x 384 px ;
  • 500 i/s : 1 676 x 566 px ;
  • 250 i/s : 1 824 x 1 026 px.

Le mode 250 i/s est donc assez proche de la définition native du HDTV 1080 et sera facilement exploitable.

Attention encore, l'enregistrement HFR ne dure pas plus de 2,1 secondes.

En mode 1 000 i/s, l'image jouée en 1080 de haut est donc très étirée et paraît floue. Il est regrettable que l'appareil ne propose pas également l'enregistrement en natif.

Assistants

Le Sony RX10 III propose de nombreux assistants pour vous épauler lors de vos enregistrements :

  • zébras (70 / 75 / 80 / 85 / 90 / 95 / 100 / 100+) ;
  • loupe lorsqu'on met au point manuellement ;
  • peaking level / color ;
  • enregistrement du TimeCode : REC RUN ou FREE RUN ;
  • Dual Video REC (enregistrement simultané en XAVC-S et MP4 movie, ou en AVCHD et en MP4, pour utilisation de PROXY plus légers à monter) ;
  • marqueurs 4:3 / 13:9 / 14:9 / 15:9 / 1.66:1 / 1.85:1 / 2.35:1.

Sony A7 II test review mode vidéo marqueurs video

Profils, HDMI

La sortie HDMI du RX10 III n'est pas compressée. Vous pouvez capturer les vidéos en 4K 4:2:2 et 10 bits sur un enregistreur externe, mais attention : le signal reste en 4:2:0 8 bits ; seule l'encapsulation du fichier a des caractéristiques supérieures.

Le RX10 III reprend les différents profils colorimétriques présents sur l'A7S et l'A7 II. Les gammas, matriçages ainsi que tous les autres réglages vidéo peuvent être paramétrés dans les Picture Profiles, comme sur les caméscopes semi-pros de la marque (pour plus de détails, vous pouvez vous reporter à notre article "RAW, Log et REC709"). Vous pourrez donc exploiter au mieux les capacités du capteur avec, en contrepartie, un temps de post-traitement important.

Notez que ces profils sont encore et toujours cachés derrière des noms obscurs (PP1, PP2, PP3...). C'est toujours aussi peu pratique pour passer de l'un à l'autre sans consulter leurs caractéristiques.

Sony Cyber-shot RX10 3, test review mode vidéo profil image

Bon point, il est désormais possible de filmer en Gamma S-Log tout en conservant un aperçu facilement compréhensible avec la fonction Gamma Display Assist. L'image est automatiquement convertie sur l'écran en mode Rec709 (800%).

Cartes mémoire

Les cartes SDXC ou SDHC sont acceptées par le RX10 III. S'il était auparavant impératif d'avoir une carte mémoire SDXC pour filmer en UHD/4K, cette limitation n'a plus cours avec le RX10 Mark III : une excellente nouvelle.

Exemple de vidéo

Spectacle intérieur 4K

Exemples de photos

images exemple

Sony RX10 Mark III exemple 1
Sony RX10 Mark III exemple 2
Sony RX10 Mark III exemple 3
Sony RX10 Mark III exemple 4
Sony RX10 Mark III exemple 5
Sony RX10 Mark III exemple 6
Sony RX10 Mark III exemple 7

Verdict

Sony RX10 III test review recommandé

En oubliant le prix, il est difficile de ne pas séduit pas le nouveau RX10 III de Sony. Les précédents modèles avaient déjà placé la barre assez haut et ce Mark III enfonce définitivement le clou. Disposer d'un zoom optique 24-600 mm f/2,4-4 tenant dans un petit sac photo est juste jubilatoire, d'autant que la qualité est au rendez-vous. Habituellement, le compromis entre plage focale et piqué est obligatoire. Sony nous prouve avec le RX10 Mark III qu'il est possible de concevoir un zoom polyvalent (mode macro à 3 cm en grand-angle) de qualité. Vous l'aurez compris : c'est l'argument massue !

Pour autant, le zoom optique, aussi fabuleux soit-il, ne doit pas éclipser le reste du boîtier. Certes l'effet de surprise n'est plus là puisqu'il s'agit d'un copié-collé du déjà très bon RX10 II. La gestion du bruit électronique est remarquable jusqu'à 1 600 ISO et le RAW offre une belle latitude de retouche. En conservant une luminosité de bon aloi, le RX10 Mark III conserve une bonne réactivité au niveau de la mise au point, même en basse lumière. Le viseur électronique est de bonne facture et l'écran s'oriente de bas en haut. Naturellement, ce Mark III manque un peu d'audace et nous espérions un écran tactile et plus libre (monté sur une véritable rotule), un viseur électronique plus haut de gamme ou des commandes redessinées un peu plus faciles à manipuler.

Côté vidéo, le RX10 III est une étonnante machine à filmer qui dispose de tout l'attirail pour séduire les reporters qui souhaitent partir légers tout en conservant des fonctionnalités expertes comme le focus peaking ou l'enregistrement en Log. Il est également possible de filmer en UHD et de stocker les informations sur un enregistreur externe.

Au final, le Sony RX10 III reçoit facilement un recommandé et si le prix peut rebuter certains, ce boîtier offre une polyvalence et une qualité rarement atteintes.

Face à la concurrence

Panasonic FZ1000 vue de face

Miss Numérique 629,00 €
Villatech 642,87 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 653,08 € Voir l'offre
Amazon 655,00 € Voir l'offre
Rue du Commerce 699,00 € Voir l'offre
Materiel.net 699,00 € Voir l'offre
Darty.com 699,00 € Voir l'offre
Digixo 699,00 € Voir l'offre
Fnac.com 699,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Panasonic FZ1000

Avec presque 2 années au compteur, le FZ1000 peut être considéré comme un boîtier ancien — d'ailleurs Panasonic tarde à le mettre à jour. Pour autant, c'est encore le meilleur adversaire du RX10 Mark III.

Car finalement, le FZ1000 a encore de beaux atouts (il avait remporté le duel qui l'opposait à l'époque au RX10 premier du nom) : un autofocus rapide et performant en basse lumière, l'enregistrement vidéo UHD, un viseur électronique agréable, un écran LCD orientable. Mais c'est surtout le prix du FZ1000 qui fait principalement son intérêt, puisque l'ensemble est désormais disponible à moins de 650 €, soit moins de la moitié de ce qu'il faut débourser pour un RX10 Mark III.

Certes, le zoom optique n'est pas aussi polyvalent et le mode vidéo est moins complet, mais la différence de prix est un argument de poids. Rappelons que le modèle Sony dispose d'une rafale plus rapide, d'un écran LCD plus rapide, d'une gestion du bruit électronique un peu plus fine...

Canon Powershot G3X

Miss Numérique 799,00 €
Amazon 809,12 € Voir l'offre
Boulanger.com 819,00 € Voir l'offre
Fnac.com 819,99 € Voir l'offre

Canon G3X

Autre acteur de renom sur le segment de compact à long zoom et grand capteur, Canon dispose dans sa gamme du G3X également équipé d'un zoom optique 24-600 mm.

Mais les similitudes s'arrêtent là. Le zoom du RX10 III est à la fois plus lumineux (f/2,4-4 contre f/2,8-5,6) et de bien meilleure qualité. Une fois de plus, Sony fait payer la qualité : le boîtier est pratiquement deux fois plus cher que son rival.

Le RX10 III a toutefois d'autres avantages comme un viseur électronique intégré (le Canon G3X en est dépourvu et il faut rajouter plus de 350 € pour en obtenir un en option) ou la possibilité de filmer en UDH. En vidéo, le RX10 III est d'ailleurs mieux équipé des options(S-Log, HFR...) et des assistants à foison. Le compact à long zoom est également plus rapide et propose un haut niveau de personnalisation.

+
  • Zoom 24-600 mm f/2,4-4 précis sur toute la plage focale. Bague de diaphragme mécanique.
  • Stabilisation optique performante
  • Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 1 600 ISO
  • Mode macro à 3 cm (ou 72 cm à 600 mm)
  • Boîtier facilement personnalisable
  • Mode panoramique par balayage
  • Autofocus rapide dans la plupart des situations lumineuses
  • Mode vidéo UHD à 30/25 et 24p
  • Entrée micro et sortie casque
  • Possibilité de connecter facilement un micro au format XLR
  • Sortie HDMI non compressée
  • S-Gamut et S-Log en vidéo. Mode HFR (haute fréquence) pour les ralentis
  • Viseur électronique de qualité
  • Recharge de la batterie par micro-USB
  • Wi-Fi et NFC
  • Rafale à plus de 6 ips
  • Autofocus un peu lent en basse lumière
  • Toujours pas d'écran tactile !
  • Écran LCD inclinable sur l'axe horizontal seulement
  • Pas de zoom mécanique (motorisation électrique peu précise)
  • Diffraction visible à partir de f/8
  • Mise sous tension un peu longue
  • Impossible de zoomer avec le déclencheur à mi-course
  • Zoom électrique un peu lent (une seule vitesse)
  • Pas de GPS intégré
  • Commandes trop petites (boutons, molettes...)
  • Pas de logiciel de montage vidéo (Vegas Video) livré en standard
  • Pas de chargeur de batterie livré en standard
  • Autonomie un peu limitée
  • Balance automatique perfectible avec des éclairages artificiels
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Sony RX10 Mark III
Priceminister 1396,54 €
Fnac.com marketplace 1446,90 € Voir l'offre
Amazon 1528,50 € Voir l'offre
Miss Numérique 1549,00 € Voir l'offre
Digixo 1579,00 € Voir l'offre
Amazon 1584,38 € Voir l'offre
Materiel.net 1599,00 € Voir l'offre
Fnac.com 1659,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Contenus sponsorisés