CapteurCapteur CMOS Exmor RS (13,2 x 8,8 mm). 20,2 Mpx.
Monture/
Optique livrée24-200 mm f/2,8. Zeiss Vario-Sonnar T *, 14 éléments dans 11 groupes (7 éléments asphériques, dont la lentille AA)
StabilisationOui, optique.
Antipoussière/
Viseur-
FlashAuto / Flash activé / Synchronisation lente / Synchronisation arrière / Flash désactivé / Sans fil (avec flash compatible en option). ISO Auto : env. 1,0 m à 10,2 m, ISO 12 800 : env. 20,4 m
Écran7,5 cm (4:3) / 1 228 800 points. Orientable : 107° vers le haut, env. 42° vers le bas
Mise au pointPar détection de contraste.
Modes autofocusAutofocus. Mise au point manuelle.
Mesures d'expositionMatricielle, pondérée centrale, spot
Modes d'expositionPASM. Correction d'exposition +/- 3 IL.
Vitesse d'obturation30 s à 1/32 000 s
Motorisation14 i/s sans autofocus. 5 i/s avec autofocus.
Sensibilité ISO64-12 800 ISO
MémoireSD/SDHC/SDXC/MemoryCard
AlimentationBatterie rechargeable (NP-FW50)
ConnexionMicro-HDMI, USB, Wi-Fi, NFC, micro stéréo, sortie casque
Dimensions129 x 88 x 102 mm
Poids813 g
LogicielsCapture One Pro pour Sony
Dans la boîte/

Caractéristiques

Après un remarquable et remarqué Cyber-shot RX10, Sony réitère et présente une seconde mouture, le RX10 II, sur un marché qui ne comporte que trois acteurs : Canon, Panasonic et Sony.

sony RX10 II

Au programme pas de révolution, mais un nouveau capteur Exmor RS (et donc une nouvelle puce de traitement des données) qui offre des fonctionnalités inédites : vidéo 4K, vidéos hautes fréquences, rafale à 14 i/s... Vous noterez également l'intégration d'un viseur plus précis. Pour le reste, pas ou peu de changement : même zoom 24-200 mm f/2,8 constant et capteur 1" de 20 Mpx.

Disponibilité et prix

Le Sony Cyber-shot RX10 II est disponible au prix public conseillé de 1 600 €.

Caractéristiques

Test terrain jour 1

Le Sony Cyber-shot RX10 II étant assez proche de la précédente version au niveau de l'ergonomie, nous ne reviendrons pas sur cet aspect et vous invitons à consulter le test du RX10, premier bridge Sony à capteur 1".

J'avais particulièrement apprécié le Sony RX10 premier du nom, même si au final, entre ce modèle et son concurrent direct, le Panasonic FZ1000, j'avais une préférence pour le Panasonic qui offrait à la fois un autofocus plus rapide, un viseur plus agréable, un zoom optique plus lumineux et un mode vidéo 4K Télé.

La nouvelle version du RX10 apporte quelques nouveautés bienvenues comme un nouveau capteur 1" BSI Exmor RS ("stacked") associé à un nouveau processeur qui permet d'enregistrer en 4K Télé, mais également jusqu'à 1 000 i/s en 1 136 x 384 px. Le mode rafale passe également à 14 i/s !

Pour cette évolution, nous avons décidé d'aller tester le boîtier chez nos voisins allemands, l'occasion de découvrir également quelques zones touristiques du Bade-Wurtemberg, aux alentours de Stuttgart.

En intérieur

Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 1 600 / 3 200 ISO

Notre première étape est le musée Mercedes-Benz de Stuttgart, un superbe et gigantesque bâtiment qui regroupe une impressionnante collection de véhicules à l'étoile à trois branches. La scénarisation est magnifique, avec une frise chronologique et de vastes salles dédiées aux voitures. Malgré une architecture qui fait la part belle aux façades vitrées, l'ambiance lumineuse est assez tamisée à l'intérieur.

Heureusement, le RX10 II est équipé d'une optique f/2,8 constant qui permet de limiter la montée dans les hautes sensibilités ISO. En JPEG, un capteur 1" donne généralement de très bons résultats jusqu'à 1 600 ISO ; comme nous l'avons vu dans la gestion du bruit électronique, il sera possible de monter facilement jusqu'à 3 200 ISO avec les fichiers bruts et un bon logiciel de développement.

Sony RX10 II exemple 5
Sony RX10 II exemple 9

Sur des sujets plus sombres, le RX10 II monte naturellement dans les tours. Là encore, selon le sujet et les ambiances lumineuses, les images sont plus ou moins faciles à exploiter.

Sony RX10 II exemple 4

Pour pousser le RX10 II dans ses retranchements, j'ai attendu des heures plus tardives et des endroits bien plus sombres. Là encore, les résultats sont vraiment bons avec des images très agréables à 1 600 ISO, et un moutonnement visible mais acceptable à 3 200 ISO.

Au-delà, le lissage s'avère destructeur, mais il est possible d'obtenir des 10 x 15 cm de qualité.

Une fois de plus, la gestion du bruit électronique dépend grandement de l'ambiance lumineuse (vous pourrez comparer les résultats dans la partie labo). Globalement, le RX10 II laisse une excellente impression en basse lumière, avec une bonne gestion du bruit électronique épaulée par une optique lumineuse.

En réalisant l'exposition sur la lampe, le fond de l'image plus sombre ne souffre pas de moutonnement disgracieux.

Sony RX10 II exemple 14
Même à 4 000 ISO, cette image conserve de nombreux détails.
Sony RX10 II exemple 23

Mise sous tension un peu lente

Pour ces photos en intérieur, la mise sous tension n'est pas forcément un critère très pénalisant. Pourtant (et sans doute à force de tester des reflex à l'allumage quasi instantané), le RX10 II se montre assez lent au démarrage. Il faut "patienter" presque 2 secondes avant de pouvoir déclencher : difficile, donc, de prendre une photo sur le vif. Rappelons qu'à la décharge du RX10 II, celui-ci doit "préparer" un zoom optique 24-200 mm f/2,8 constant.

Viseur et écran

Le viseur affiche désormais 2 359 000 points dans un ratio 4/3. La visée en 3/2 est donc assez dégagée, les informations étant reléguées dans les bandes noires en haut et en bas de l'écran. Le grossissement est important et l'image, spacieuse. Le dégagement oculaire est suffisant pour les porteurs de lunettes.

En pleine lumière, l'affichage est fluide et même dans le musée, la fluidité était acceptable, même si de petits décalages étaient facilement perceptibles. Dans la pénombre, le bruit à l'écran monte sensiblement, mais l'affichage reste assez clair avec une rémanence contenue.

Pas de changement au niveau de l'écran arrière : le RX10 II conserve une dalle LCD de 1 230 000 points inclinable vers le haut et le bas et toujours pas tactile. Est-ce finalement important ? En un sens, cette fonctionnalité n'est pas essentielle, mais le tactile est aujourd'hui fortement ancré dans nos usages et commence à se généraliser : Nikon, Canon, Panasonic, Olympus l'ont déjà adopté. Son absence sur le RX10 II se fait rapidement sentir, que ce soit pour naviguer dans les images en mode lecture, faire le point en vidéo ou tout simplement déplacer le collimateur AF quand on a l'œil dans le viseur. C'est pourtant si pratique.

Je regrette également l'absence de rotule qui permettrait de protéger l'écran contre l'appareil, la surface de la dalle étant toujours aussi fragile.

Zoom f/2,8 constant

Le zoom 24-200 mm f/2,8 est une superbe pièce optique. Nous ne reviendrons pas sur ses performances en labo : nous vous invitons à relire la partie optique du test du RX10 puisque le zoom est identique en tous points. L'optique est excellente au centre à 24, 35 et 100 mm dès f/2,8. À fond de télé, il faudra fermer d'un cran pour avoir un très bon piqué.

La bague de zoom/mise au point s'avère un modèle du genre. Bien sûr, il s'agit d'une commande électrique, mais elle est fluide et très agréable à utiliser. On retrouve — presque — le "smooth", le soyeux d'une optique Zeiss (l'optique est signée de la marque allemande). Un vrai régal pour zoomer et surtout pour réaliser une mise au point manuelle, d'autant que Sony propose à la fois une loupe et un focus peaking. Voilà qui est parfait.

Sony RX10 II exemple 2

En plus du zoom optique, Sony propose deux zooms numériques pour pousser vos investigations photographiques un peu plus loin. Ci-dessous, vous trouverez 3 images correspondantes aux 3 zooms disponibles : 200 mm, zoom numérique x2 et zoom numérique x4.

Le zoom x2 est tout juste acceptable et le zoom 4x sera à utiliser avec parcimonie. Le zoom 24-200 mm se montre toutefois assez polyvalent pour la plupart des situations.

Reste l'éternelle question : 24-200 mm f/2,8 ou 25-400 mm f/2,8-4. Sony ou Panasonic ? La réponse n'est pas évidente et tout dépend surtout de vos besoins et de votre pratique photo. Personnellement, j'ai une préférence pour le 24-200 mm f/2,8, mais le chasseur d'images pourra également être séduit par un 400 mm f/4 de poche ! Bref, un débat sans fin que je serais ravi d'avoir au Salon de la Photo si vous passez par notre stand.

S'il est plus agréable de pouvoir zoomer directement avec l'appareil photo, je conseille d'utiliser uniquement le zoom optique et de retravailler les images sur ordinateur afin de récupérer le maximum d'informations.

Sony RX10 II exemple 6
Sony RX10 II exemple 7
Sony RX10 II exemple 8

Vous trouverez ci-dessous deux exemples de photos réalisées à fond de télé f/4. Le piqué de l'optique est remarquable avec des images détaillées et un beau rendu des matières.

Sony RX10 II exemple 18
Sony RX10 II exemple 20

En mode macro, le RX10 II se débrouille également bien. La distance de mise au point est de moins de 10 cm seulement au grand-angle. Associé au capteur de 20 Mpx, qui permet facilement de recadrer dans l'image, on peut facilement produire des images détaillées de petits sujets.

Sony RX10 II exemple 10
Sony RX10 II exemple 22

La stabilisation optique fonctionne efficacement elle aussi et là encore, je vous invite à lire le test de la stabilisation optique du RX10 puisqu'elle n'a pas évolué. Elle permet de gagner entre 2 et 3 IL, ce qui est loin d'être négligeable. En vidéo, la stabilisation optique est naturellement active, mais elle est en outre épaulée par un système électronique pour limiter les effets de roulis.

Avec du soleil de plein front, l'optique présente du flare. Difficile de lutter dans ces conditions lumineuses et si le contraste diminue, le flare apporte toujours une touche photo/cinéma que certains photographes recherchent.

Sony RX10 II exemple 17

Le relativement grand capteur 1" associé à l'optique lumineuse permet de jouer avec la profondeur de champ. Grâce à la mise au point manuelle, on peut même de réaliser des photos créatives.

Sony RX10 II exemple 16

Pour terminer sur l'objectif, il est intéressant de noter que la bague de diaphragme est débrayable, ce qui permet de jouer sur l'ouverture de manière totalement silencieuse : cela peut être pratique en vidéo.

Autofocus, suivi de sujet et rafale

Le Cyber-shot RX10 II gagne un peu en célérité tout en restant un cran moins bon que son concurrent direct, le Panasonic FZ1000. Le bridge de Sony n'en reste pas moins très agréable à utiliser et la mise au point est rapide en pleine lumière, que l'on soit au grand-angle ou au télé, avec une latence de l'ordre de 1/3 s. Même en basse lumière, l'autofocus est réactif et pertinent.


Sony Cyber-Shot RX10 II | Create infographics

Sony annonce également avoir amélioré la cadence rafale. Un mode spécifique à 14 i/s est effectivement disponible, mais attention : la mise au point et la mesure d'exposition sont fixées sur la première image. Impossible donc de suivre un sujet venant dans votre direction. La rafale est toutefois bien adaptée à la décomposition d'un mouvement rapide. Pour encore plus de précision dans la décomposition, il sera toujours possible d'utiliser le mode vidéo 4K Télé, qui permet d'extraire des images de 8 Mpx à la cadence de 30-25 i/s.

Comme sur la plupart des appareils photo Sony actuels, la sélection du collimateur AF demeure peu intuitive et nécessite le passage par différents menus. Il faut absolument que Sony travaille sur ce point pour faciliter l'accès au choix du collimateur autofocus.

Le mode rafale avec suivi de sujet atteint la cadence de plus de 6 i/s ce qui est déjà très confortable. Sur un sujet en mouvement (une personne qui marche normalement, en l'occurrence), nous avons obtenu un taux de déchet de l'ordre de 50 % en mode AF-C avec collimateur central. En mode "suivi de sujet automatique", le taux n'est globalement pas meilleur, voire en retrait.

Sony Cyber-shot RX10 2, test review, suivi autofocus en mode rafaleSuivi autofocus AF-C, collimateur central 1/500 s, f/2,8.

Le RX10 II n'est donc pas taillé pour la photo d'action ou sportive avec un sujet en déplacement. Le système autofocus par détection de contraste montre ici clairement ses limites et on attend avec impatience une évolution avec des capteurs dédiés à la corrélation de phase, comme en propose Nikon sur son V3, par exemple.

Autonomie

Lors de notre séjour en Allemagne, nous avons pu déclencher un peu moins de 400 fois, avec quelques minutes de vidéo. C'est correct, sans permettre de partir l'esprit tranquille pour un week-end photo.

Bon point, le RX10 II est livré avec deux batteries, mais étonnamment et contrairement au RX100 Mark IV, sans chargeur secteur ! Votre appareil sera donc doublement monopolisé pour charger vos accus. Un choix curieux.

WI-Fi, NFC et applications

Pas de réelles nouveautés en la matière ; pour cette partie, nous vous invitons à consulter le test du RX100 Mark III.

Modes créatifs

Le Cyber-shot RX10 II dispose de quelques outils créatifs intéressants comme le mode Panoramique par balayage, des filtres artistiques et différents modes HDR pour améliorer la dynamique des images en JPEG. Le mode HDR fonctionne bien, même à main levée, l'appareil effectuant un alignement avant la fusion des images. Si vous photographiez en RAW, vous aurez droit à de nombreux messages vous indiquant que cette fonctionnalité n'est pas disponible, parce que vous avez justement opté pour le RAW. Il aurait été intéressant d'avoir la possibilité de désactiver le RAW depuis ces messages, afin d'accéder immédiatement à toutes les possibilités de l'appareil, mais non. Il faudra passer par les menus, désactiver le mode RAW et revenir dans votre configuration initiale. Un peu rébarbatif.

Sony Cyber-shot RX10 2, test review, mode panoramique par balayage
Exemple de photo panoramique par balayage

Sony Cyber-shot RX10 2, test review, exemple HDRIllustration du mode HDR auto à main levée. À gauche le JPEG classique, en bas le RAW travaillé avec Lightroom.

Gestion du bruit électronique

Pour notre test, la scène est éclairée sous environ 250 lux. Notre appareil étalon est le Canon 5D Mark III qui, pour un gris neutre 18 %, requiert le couple f/5,6 - 1/8 s à une sensibilité de 200 ISO (Tamron 24-70 mm f/2,8 Di VC USD). Le Sony RX10 II est également calé pour exposer correctement un gris 18 % avec une sensibilité de 200 ISO et une ouverture de f/5,6. Nous faisons alors varier la vitesse et la sensibilité ISO. Les images sont visibles à 100 % (JPEG) et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (ARW).

Les JPEG

Le RX10 Mark II est équipé d'un nouveau capteur 1" baptisé Exmor RS. Le S est nouveau et fait référence à une nouvelle technologie "stacked" présentée par Sony en 2012 pour sa gamme de téléphones. Pour faire bref, l'idée est d’intégrer sous la couche photosensible une couche électronique, contenant de la mémoire et des puces de traitement des données afin d'accélérer les processus liés à la captation d'une image.

sony Exmor RS
Au centre, les deux blocs de mémoire intégrés au capteur Exmor RS.

Le capteur lui-même reste un capteur Exmor R donc BSI (rétroéclairé) et la définition est maintenue à 20 Mpx. Étonnamment d'ailleurs, la définition du capteur était absente de pratiquement tous les supports de la présentation. La définition ne serait-elle plus au centre des préoccupations de nos chers fabricants ? Quoi qu'il en soit, l'arrivée d'un nouveau capteur est toujours un grand moment à la rédaction.

Tailles des différents capteurs
Comparaison des tailles (agrandies 4x) de différents capteurs.

Que donne ce nouveau capteur associé à un nouveau processeur de traitement des données pour les JPEG ?

De manière assez classique, les images entre 80 et 400 ISO ne présentent pas de bruit électronique, même lors d'une visualisation sur un écran HDTV 1080 à 100 %. Seul point un peu surprenant, l'exposition de la scène à 400 ISO est un peu plus dense — un phénomène que nous avions déjà noté avec le précédent modèle, le RX10. En mode "normal", l'appareil doit sans doute ajuster l'exposition correctement, ce qui n'est pas possible en mode M.

Le phénomène est encore plus sensible à 800 ISO et les noirs se bouchent. Le traitement du bruit électronique commence à venir brouiller la restitution des plus fins détails ; on le constate notamment sur la carte IGN. Les lignes de transitions sont également moins franches (zones colorées de la charte Kodak).

Les plus fins détails sont gommés à 1 600 ISO (voir le billet de banque ou la carte IGN au centre) et l'image se "densifie" encore un peu plus. L'ensemble reste toutefois correct et amplement suffisant pour une impression A3.

À 3 200 ISO, l'image devient vraiment dense et l'on perd le rendu des détails dans les zones sombres. Le grain monte, devient plus grossier et plus facilement observable sur les aplats colorés. Un palier est clairement franchi à cette sensibilité ; pour s'assurer des images de qualité, il conviendra de ne pas la dépasser.

À 6 400 ISO, l'image se fait plus fade : les couleurs sont moins prononcées et les noirs, bouchés. Cette sensibilité est acceptable pour des impressions petits formats. Quant à la valeur 12 800 ISO, elle ne sera à utiliser qu'en cas de nécessité, l'image étant vraiment dégradée avec un moutonnement peu esthétique et un lissage des détails important.

Mode vidéo

Formats vidéo

Le Sony Cyber-shot RX10 II est donc le premier bridge Sony à enregistrer en 4K Télé (3 840 x 2 160 px) sur carte en XAVC-S. Il intègre également le format XAVC-S pour l'enregistrement HDTV 1080, ainsi que les formats plus classiques AVCHD et MP4.

  • Formats en PAL
  • XAVC-S 4K (H.264) : 4K télé (3840 x 2160 px) 25p (100 Mbps ou 60 Mbps)
  • XAVC-S (H.264) : HDTV 1080 100p (50 Mbps), 50p (50 Mbps) et 25p (50 Mbps)
  • AVCHD (H.264) : HDTV 1080 50i (24, 17 Mbps) / 50p (28 Mbps) / 25p (24, 17 Mbps)
  • MP4 (H.264) : 1920 x 1080 50p (28 Mbps), 25p (16 Mbps) et 720p 30 ips (6 Mbps)

Sony A7R 2 (Alpha 7R 2) test review mode vidéo XAVC-S

Il est possible de filmer à la norme NTSC, mais cela requiert la réinitialisation complète du boîtier. Cette manipulation monopolise l'appareil pendant au moins 5 secondes et nécessite surtout le formatage de la carte mémoire !

En mode NTSC, la cadence d'enregistrement change et vous pouvez accéder au mode "cinéma" avec le 24p.

    • Formats NTSC
  • XAVC-S 4K (H.264) : 4K télé (3840 x 2160 px) 30/24p (100 Mbps ou 60 Mbps)
  • XAVC-S (H.264) : HDTV 1080 120p (50 Mbps), 60/30p (50 Mbps) et 24p (50 Mbps)
  • AVCHD : HDTV 1080 60i (24, 17 Mbps) / 60p (28 Mbps) / 24p (24, 17 Mbps)
  • MP4 : 1920 x 1080: 60p (28 Mpbs), 30p (16 Mbps) et 720p 30 ips (6 Mbps)

Il est possible de filmer sur une plage de sensibilités allant de 64 à 12 800 ISO. Le boîtier offre une entrée micro stéréo et une sortie casque, et la prise accessoire permet en outre de brancher un module pour micros XLR.

Assistants

Le Sony RX10 II propose de nombreux assistants pour vous épauler lors de vos enregistrements :

  • zébras (70 / 75 / 80 / 85 / 90 / 95 / 100 / 100+) ;
  • loupe lorsqu'on met au point manuellement ;
  • peaking level / color ;
  • enregistrement du TimeCode : REC RUN ou FREE RUN ;
  • Dual Video REC (enregistrement simultané en XAVC-S et MP4 movie, ou en AVCHD et en MP4, pour utilisation de PROXY plus légers à monter) ;
  • marqueurs 4:3 / 13:9 / 14:9 / 15:9 / 1.66:1 / 1.85:1 / 2.35:1.

Sony A7 II test review mode vidéo marqueurs video

Profils, HDMI

La sortie HDMI du RX10 II n'est pas compressée. Vous pouvez capturer les vidéos en 4K 4:2:2 et 10 bits sur un enregistreur externe, mais attention : le signal reste en 4:2:0 8 bits ; seule l'encapsulation du fichier a des caractéristiques supérieures.

Le RX10 II reprend les différents profils colorimétriques présents sur l'A7S et l'A7 II. Les gammas, matriçages ainsi que tous les autres réglages vidéo peuvent être paramétrés dans les Picture Profiles, comme sur les caméscopes semi-pros de la marque (pour plus de détail, vous pouvez vous reporter à notre article "RAW, Log et REC709"). Vous pourrez donc exploiter au mieux les capacités du capteur avec, en contrepartie, un temps de post-traitement important.

Ci-dessous, différents profils utilisés sur le RX100 Mark IV, équivalents à ceux du RX10 II :

Notez que ces profils sont encore et toujours cachés derrière des noms obscurs (PP1, PP2, PP3...). C'est toujours aussi peu pratique pour passer de l'un à l'autre sans consulter leurs caractéristiques.

Sony A7 II test review mode vidéo profil image

Cartes mémoire

Les cartes SDXC ou SDHC sont acceptées par le RX10 II, mais il nous a encore une fois été impossible d'enregistrer en XAVC-S avec nos cartes SDHC, ce qui est d'autant plus curieux qu'elles proposent des débits supérieurs à ceux demandés pour le XAVC-S. La caméra limite alors à l'enregistrement du AVCHD ou MP4 à un débit plus bas (compression supérieure). Voilà un bridage étonnant et contraignant qu'il faut prendre en compte.

Pour l'enregistrement 4K, une carte SDXC est indispensable.

Mode HFR

Le Cyber-shot RX10 II intègre également un mode HFR proposant trois vitesses d'enregistrement : 1 000 i/s (ralenti 20x), 500 i/s (ralenti 10x) et 250 i/s (ralenti 5x) avec une lecture en 50 ou 25p. Le HFR est disponible en HFR P, HFR A, HFR S et HFR M, reprenant les classiques réglages PASM qui permettront donc de jouer sur l'exposition et la profondeur de champ. Attention : en toute logique, la vitesse d'obturation sera forcément d'au moins 1/1 000 s à 1 000 i/s, 1/500 s à 500 i/s et 1/250 s à 250 i/s, ce qui impose de filmer dans de très bonnes conditions lumineuses si vous voulez éviter que la montée en sensibilité ne dégrade l'image.

Attention, si les vidéos sont enregistrées en HDTV 1080, elles ne sont pas captées dans cette définition.

  • 1 000 i/s : 1 136 x 384 px ;
  • 500 i/s : 1 676 x 566 px ;
  • 250 i/s : 1 824 x 1 026 px.

Le mode 250 i/s est donc assez proche de la définition native du HDTV 1080 et sera facilement exploitable.

Attention, l'enregistrement HFR ne dure pas plus de 2,1 secondes. N'oublions pas que le RX10 II est également capable de filmer en HDTV 1080 à 100p pour des ralentis 4x pendant 29 minutes — un mode que ne propose pas l'A7R II.

En mode 1 000 i/s, l'image jouée en 1080 de haut est donc très étirée et paraît floue. Il est regrettable que l'appareil ne propose pas également l'enregistrement en natif. Ci-dessous, des exemples de vidéos HFR réalisées avec le RX100 Mark IV, identique au RX10 II concernant cette fonctionnalité vidéo.

Exemples de photos

Sony RX10 II exemple 1
Sony RX10 II exemple 2
Sony RX10 II exemple 3
Sony RX10 II exemple 4
Sony RX10 II exemple 5
Sony RX10 II exemple 6
Sony RX10 II exemple 7
Sony RX10 II exemple 8
Sony RX10 II exemple 9
Sony RX10 II exemple 10
Sony RX10 II exemple 11
Sony RX10 II exemple 12
Sony RX10 II exemple 13
Sony RX10 II exemple 14
Sony RX10 II exemple 15
Sony RX10 II exemple 16
Sony RX10 II exemple 17
Sony RX10 II exemple 18
Sony RX10 II exemple 19
Sony RX10 II exemple 20
Sony RX10 II exemple 21
Sony RX10 II exemple 22

Verdict

Hormis son prix nettement en hausse et les modes HFR en vidéo, le Sony Cyber-shot RX10 II ne présente pas de véritables surprises et la 4K était attendue. Elle est heureusement présente. Cette 2e mouture ne s'adressera donc pas aux possesseurs de RX10 qui ne trouveront, dans ce Mark II, qu'une bien piètre évolution. À moins que la vidéo 4K soit une priorité.

Le RX10 II reprend donc les excellentes bases de son aîné : une belle fabrication, un zoom optique 24-200 mm f/2,8, lumineux et polyvalent (et introuvable sur une autre configuration de type objectifs interchangeables), une bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 3 200 ISO, un capteur 1" bien défini (20 Mpx), un mode rafale rapide et désormais un mode vidéo 4K épaulé par la possibilité de connecter des micros et d'utiliser un casque.

L'arrivée de la vidéo 4K est accompagnée des modes HFR (Hautes Fréquences) qui permet d'enregistrer jusqu'à 1 000 i/s pour de superbes et impressionnants ralentis. Avec les profils d'images, le S-Log et la sortie HDMI non compressée, le RX10 II est une impressionnante machine à filmer. Un petit caméscope haut de gamme et de poche.

Au final, le Cyber-shot RX10 II séduit assurément, et reçoit un recommandé. Mais nous restons sur notre faim. Le RX10 présentait des lacunes qui n'ont nullement été corrigées sur cette deuxième itération : toujours aucun écran tactile, pas de GPS, un temps de mise sous tension trop long... Avec une hausse plus que conséquente du tarif, nous attendions des évolutions plus marquées.

Face à la concurrence

Panasonic FZ1000 vue de face

Amazon 617,50 €
Priceminister 633,51 € Voir l'offre
Materiel.net 649,00 € Voir l'offre
Darty.com 649,00 € Voir l'offre
Digixo 649,00 € Voir l'offre
Fnac.com 649,99 € Voir l'offre
Miss Numérique 659,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 739,65 € Voir l'offre
Priceminister 740,00 € Voir l'offre
Priceminister 789,50 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 884,99 € Voir l'offre
Voir plus d'offres

Panasonic FZ1000

Le bridge qui avait détrôné le RX10 il y a un an a aujourd'hui un sérieux concurrent avec notamment (et surtout) la possibilité de filmer en 4K.

En vidéo, le RX10 II prend même désormais l'avantage avec des débits plus importants en AVCHD, des modes HFR et la possibilité d'utiliser des profils d'image et le fameux S-Log de Sony.

En photo, le match reste serré et les deux capteurs délivrent des images assez proches. Un point différencie les deux concurrents : le zoom. D'un côté un zoom à ouverture constant f/2,8, mais limité à 200 mm. De l'autre, une ouverture glissante f/2,8-4 à l'amplitude plus généreuse (25-400 mm). Pas simple de trancher et tout dépend de votre pratique photographique. Le FZ1000 dispose d'un écran complètement articulé et surtout tactile. En outre, et c'est important, il est nettement moins cher !

Canon Powershot G3X

Priceminister 740,00 €
Fnac.com marketplace 765,90 € Voir l'offre
Materiel.net 799,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 799,00 € Voir l'offre
Fnac.com 819,99 € Voir l'offre

Canon G3X

Canon a rejoint Sony et Panasonic sur le segment des appareils à long zoom et capteur 1". Toutefois, ce dernier fait l'impasse sur le viseur électronique intégré ce qui pénalise lourdement le boîtier. Oubliez également la vidéo 4K : Canon mise avant tout sur l'impressionnant zoom optique 24-600 mm qui fait du G3X un appareil photo polyvalent. Côté autofocus, les deux boîtiers jouent dans la même cour avec un système à détection de contraste assez performant dans les deux cas.

Mis à part ce zoom et l'écran tactile, le G3X est dominé par le RX10 II : meilleure autonomie, obturation jusqu'au 1/32 000 s, mode vidéo HFR, mode panoramique par balayage, S-Log en vidéo, mode rafale à 14 i/s et 6 i/s avec suivi de sujet...

+
  • Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 3 200 / 6 400 ISO
  • Déclenchement totalement silencieux. Possibilité de photographier au 1/32 000 s
  • Zoom 24-200 mm f/2,8 de très bonne facture. Stabilisation optique efficace.
  • Écran LCD inclinable. Viseur électronique spacieux et précis.
  • Chargement par micro-USB
  • Mode panoramique par balayage. Mode HDR convaincant.
  • Connexion griffe accessoire multiformat pour flash, micro XLR, torche...
  • Menus personnalisables. Logiciel Capture One Pro livré en standard.
  • Écran LCD de rappel rétroéclairable
  • Connexion Wi-Fi / NFC pour le pilotage distant et le téléchargement d'applications
  • Mode vidéo complet. Possibilité de filmer en 4K Télé.
  • Entrée micro / sortie casque pour un contrôle facilité de la captation sonore
  • Modes vidéo HFR (hautes fréquences) intéressants
  • Qualité de fabrication du boîtier. Bague de mise au point très agréable.
  • Filtre ND disponible pour profiter au maximum de l'ouverture f/2,8
  • Bague de diaphragme débrayable (silencieuse)
  • Choix du collimateur AF peu intuitif
  • Écran LCD non tactile, un peu trop fragile et qui ne peut pas se retourner complètement.
  • Temps de mise sous tension un peu long
  • Effet de diffraction à partir de f/8
  • Autonomie de la batterie à peine suffisante : environ 400 vues (2 batteries livrées).
  • Pas de chargeur de batterie livré, pourtant il y a deux batteries.
  • Pas de GPS intégré
  • Format brut propriétaire (.ARW)
  • Suivi autofocus insuffisant pour de la photo sportive.
  • Menus parfois mal organisés : pas de menu spécifique à la vidéo.
  • Obligation d'utiliser une carte SDXC pour filmer en 4K ou en HFR
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Sony RX10 II
Priceminister 1343,14 €
Digixo 1367,90 € Voir l'offre
Miss Numérique 1379,00 € Voir l'offre
Fnac.com marketplace 1392,98 € Voir l'offre
Amazon 1395,96 € Voir l'offre
Fnac.com 1399,99 € Voir l'offre
Materiel.net 1699,00 € Voir l'offre
Voir plus d'offres