Capteur- APS-C, 16 Mpx
Monture-
Optique livrée- 18,3 mm f/2,8 équivalent à 28 mm en 24x36. 7 éléments en 5 groupes (2 éléments asphériques)
Stabilisation- non
Antipoussière/
Viseur- non
Écran- LCD 7,6 cm, 1 230 000 points
Mise au point- Système autofocus TTL par détection de contrastes. Standard : env. 0.3m - infini Macro : env. 0.1m - infini Grossissement maxi. : Env. 0.2x (avec le mode Macro, et longueur focale 18.3mm) Lampe d’assis
Modes autofocus- AF Multi, AF Spot, AF précis, Suivi du sujet AF, MF, Snap, infini, priorité reconnaissance des visages (seulement en mode Auto ), AF continu
Mesures d'exposition- Mesure multiple, centrale, et ponctuelle avec verrouillage de l’exposition automatique. Manuel (+4.0 à -4.0EV par incrément de 1/3EV); auto bracketing (-2.0 à +2.0EV, par incrément de 1/3EV ou 1/2)
Modes d'exposition- Programme AE, Priorité Ouverture AE, Priorité vitesse d’obturation AE, Priorité vitesse/ ouverture AE, Manuel
Vitesse d'obturation- 1/4000-300 sec., Pose B
Motorisation-
Sensibilité ISO- Sensibilité: Auto, AUTO-HI, Manuel ISO 100 - 25600
Flash- oui, pop-up. NG 5,4 (équivalent ISO 100)
Mémoire- interne 54 Mo - Compatible cartes mémoires SD/SDHC, SDXC et Eye-Fi (séries X2)
Alimentation- Batterie rechargeable DB-65 lithium-ion (290 photos CIPA)
Connexion- Sortie vidéo: NTSC/PAL USB: USB haute-vitesse HDMI: Port micro-HDMI (Type D)
Dimensions- 6,1 x 11,7 x 3,47 cm
Poids- 245 g
Logiciels- Silkypix Developer Studio 3.0 LE for PENTAX RICOH IMAGING
Dans la boîte- Batterie rechargeable DB-65 Chargeur secteur USB AC-U1 Câble USB CD Dragonne Cache-griffe flash

Caractéristiques

Ricoh Pentax GR APS-C 16 Mpx

Les compacts à grands capteurs ont le vent en poupe en ce début d'année 2013. Après la mise à jour de la gamme X Premium et leX100S chez Fujifilm et le Coolpix A chez Nikon, c'est au tour de Ricoh (Pentax) de dévoiler le GR, un compact photo de poche équipé d'un capteur APS-C de 16 Mpx.

Bon point, le GR reprend le format très compact des précédents modèles (GRD III, GRD IV) et surtout l'ergonomie très étudiée de ces appareils experts. Vous retrouverez donc une molette sur l'avant de la poignée, un basculeur, un bouton poussoir et un trèfle de sélection à l'arrière. Le tout est complété par 2 boutons personnalisables et un barillet pour le choix du mode d'exposition verrouillé.

Le GR est équipé d'un bel écran de 7,6 cm affichant 1 230 000 points pour une définition VGA (640 x 480 pixels). Celui-ci n'est malheureusement ni tactile ni orientable.

Côté capteur, c'est un modèle APS-C de 16 Mpx, sans doute équivalent à celui du Pentax K-5 IIs et donc dépourvu de filtre passe-bas, qui équipe le GR. Contrairement aux capteurs de reflex Pentax, celui-ci n'est pas stabilisé mécaniquement. Dommage.

L'optique est un équivalent 28 mm ouvrant à f/2,8. Pas de système de stabilisation optique non plus, mais une construction soignée avec 7 éléments répartis en 5 groupes (2 éléments asphériques) et un diaphragme à 9 lamelles pour des bokeh harmonieux.

Un viseur optique est disponible en option, mais il n'est pas possible d'utiliser un viseur électronique contrairement aux autres modèles de la gamme.

Le GR de Ricoh est-il le compact expert que tout le monde attend (petit, doté d'un assez grand capteur) ?

Réponse dans notre test.

Note : les tests du Ricoh GR sont réalisés la plupart du temps avec les réglages par défaut du boîtier. Dans le cas contraire, les réglages sont précisés dans le texte.

Prise en main

Ricoh GR test review prise en mains

De prime abord, il n'est pas évident de distinguer le nouveau GR à grand capteur APS-C des précédentes moutures dotées de petits capteurs (cf. notre vidéo de présentation). Le travail d'intégration des ingénieurs est remarquable et le boîtier tient parfaitement dans une poche de veste ou même dans une poche de pantalon. La mise sous tension fait sortir l'optique d'environ 1,5 cm. L'ensemble reste donc très compact, même en utilisation.

Les premiers contacts sont vraiment agréables. Le compact expert est doté d'une petite poignée bien dessinée et surtout recouverte d'un revêtement en caoutchouc qui assure une bonne préhension. Un revêtement que vous retrouverez à l'arrière pour placer le pouce. Les différentes commandes sont également un peu «caoutchoutées» pour en faciliter l'utilisation. Les matériaux semblent de bonne qualité et l'ensemble inspire confiance. Sur ce premier point, le GR est une vraie réussite.

Le compact dispose de 3 attaches pour fixer des dragonnes d'un côté ou de l'autre de l'appareil. Petit détail, les bords de l'appareil sont plats, ce qui permet d'imaginer des prises de vue en portrait en posant simplement l'appareil sur une surface plane.

Ergonomie

Les photographes experts sont très pointilleux sur l'utilisation de leur appareil : ils aiment pouvoir personnaliser les commandes avec avoir un nombre important de raccourcis pour paramétrer l'appareil rapidement sans avoir à passer par les menus souvent fastidieux. Le Ricoh GR répond parfaitement à cette demande avec une interface physique bien étudiée. Sur le dessus de l'appareil, vous trouverez de gauche à droite : un flash pop-up, une griffe flash pour les accessoires, le commutateur de mise sous tension, un large - et donc agréable - déclencheur, une molette de réglage et un barillet pour le choix du mode d'exposition avec son loquet de verrouillage. Notez que la molette de réglage est à peine assez large et proéminente pour être vraiment agréable à utiliser. Un modèle cliquable serait également un plus.

Sur ce barillet vous trouverez le mode vidéo (le GR n'a pas de touche directe pour lancer l'enregistrement), 3 modes personnalisés, les classiques mode P,S (Tv), A (Av) et M. Le GR dispose en outre d'un mode TAv hérité des reflex Pentax qui permet de jouer sur le couple ouverture / vitesse, l'appareil réglant automatiquement la sensibilité ISO. Voilà qui vient pallier l'absence de décalage de programme en mode P. Ricoh GR Test review vue de dessus

Les photographes attachés au cadrage dans un viseur (qu'il soit optique ou électronique) remarqueront immédiatement l'absence de viseur intégré comme sur le Fujifilm X100S ou le Canon G15. Bien sûr, le GR dispose d'une griffe flash sur laquelle il est possible d'insérer un viseur optique qui n'est autre qu'un simple bout de verre (sans doute vendu moins de 200 euros) : hormis le cadre de visée, il n'y a aucune autre information affichée. Ricoh propose pourtant bien des viseurs électroniques pour sa gamme GX, mais la griffe du GR est dépourvue de connecteur. Dommage. Notez que le voyant vert, témoin de la mise sous tension, peut être désactivé dans les menus.

À l'arrière vous trouverez un bel écran LCD de 7,5 cm affichant pas moins de 1 230 000 points (quadruplet rouge, vert, bleu et blanc). Cette technologie permet d'augmenter le contraste pour améliorer la lisibilité en plein soleil. Bon l'écran reste brillant, mais il est plus agréable que les concurrents plus traditionnels.

Ricoh GR test review structure écran LCDLes quadruplets rouge, vert, bleu et blanc de l'écran du GR.

Les angles de vision sont larges et l'affichage fluide avec une bonne lumière. En soirée ou basse lumière, le rafraîchissement des images ralenti et les images «bavent» un peu. Personnellement, je préfère un affichage plus granuleux, mais plus fluide. L'écran n'est ni tactile ni orientable. C'est comme ça. Ricoh GR test review vue de dos

Au niveau des mesures de l'écran, le GR s'en sort assez bien avec un très bon contraste supérieur à 1000:1, un gamma moyen à 2, une température des couleurs fixés à 6000 K et une DeltaE94 moyen à 5,8.

Ricoh GR mesures écranDe gauche à droite : mesure du gamma, température des couleurs et DeltaE94.

Le GR reprend les grandes lignes de l'interface physique des précédents modèles. Une excellente initiative, puisque les Ricoh GRD sont unanimement reconnu pour leur ergonomie. Ainsi, vous trouverez en haut un basculeur cliquable (ADJ/ISO) permettant d'accéder, d'un coup de pouce, à 5 options personnalisables dans lesquelles vous pourrez choisir les valeurs toujours à l'aide du pouce avec le basculeur vertical. Rien que pour ces possibilités, il faut essayer un Ricoh GR ! En temps normal, ce basculeur permet de corriger l'exposition sur +/- 4IL.

Le joypad dispose d'une position personnalisable et vous trouverez deux autres commandes personnalisables (Fn2 à l'arrière et la touche Effect sur le côté). Quant au 3e basculeur, il permet d'attribuer au bouton central la fonction de mémorisation d'exposition/point ou la fonction d'autofocus continu.Ricoh GR test review avis vue de côté touche Effect

Outre la touche Effect, vous trouverez la commande du flash sur le côté de l'appareil.

Au niveau des connexions, le Ricoh GR offre une prise USB propriétaire qui permet la recharge de la batterie et le transfert des données. Vous trouverez également une sortie micro HDMI pour diffuser les images sur un téléviseur, mais point d'entrée micro ou de sortie casque pour épauler l'appareil en mode vidéo. Vous noterez l'absence de connexions modernes comme le Wi-Fi ou le GPS.

Ricoh GR test review connectique

Côté batterie, le GR reprend la batterie Li-Ion DB65 déjà accueillie dans le GRD IV. Celle-ci affiche 4,5 W.h ce qui est moindre par rapport à la concurrence : . En utilisation normale, nous avons réussi à déclencher environ 200 fois avec environ 10 minutes de films HDTV 1080. De quoi tenir un petit weekend, mais guère plus.

Le compact expert n'est pas livré avec un chargeur de batterie, mais un chargeur USB. Celui-ci immobilise donc l'appareil le temps de la charge. Pour s'équiper d'une seconde batterie, il sera sage d'acheter avec un chargeur de batterie. Notez que le compartiment batterie donne également accès à la carte mémoire. Une disposition qui empêche le changement de carte lorsque l'appareil est monté sur trépied. Un petit détail, mais sur un compact expert, ce sont ces détails qui comptent. Ricoh GR test review batterie, autonomie et carte mémoire

Aun final, le GR s'avère un appareil photo expert agréable à prendre en mains et qui tient dans une poche de pantalon. Une vraie réussite donc hormis l'absence de viseur intégré.

Ricoh GR test review avis vue de face

Menus

Nous l'avons vu, le Ricoh GR propose une personnalisation importante de l'interface physique. Vous retrouverez le même souci du détail et de la personnalisation dans les menus de l'appareil.

L'interface graphique est réduite à sa plus simple expression avec 3 onglets :

appareil photo

personnalisation des commandes

réglage de l'appareil photo

Ricoh GR test review avis menuRicoh GR test review avis menuRicoh GR test review avis menuRicoh GR test review avis menu

La définition VGA de l'écran LCD permet un affichage précis des textes, mais l'ensemble reste très sobre et surtout sans aide contextuelle. L'organisation semble logique de prime abord, mais certains détails sont étonnants. Ainsi, il est possible de régler les éléments liés à la sensibilité ISO dans le premier onglet, mais le réglage ISO-Auto s'effectue lui dans le 3e. Même remarque sur les filtres ND. L'activation s'effectue dans le premier onglet, mais le passage du mode manuel ou mode auto se règle lui dans le 3e onglet !

On note également quelques traductions hasardeuses comme Cadrage Auto pour bracketing (cette erreur subsiste depuis plusieurs générations d'appareils photo Ricoh malgré nos remarques). L'option Taux d'image est également peu compréhensible sans le manuel utilisateur.

Globalement, le Ricoh GR se configure assez facilement. Notez que le compact se personnalise suffisamment (il dispose de 3 modes de mémorisation des réglages MY1, 2 et 3) pour ne pas avoir à revenir trop souvent dans les menus.

Logiciels

Le Ricoh GR est livré avec le logiciel Silkypix Developer Studio 3.0 LE pour développer les fichiers Raw. Ce logiciel dispose de nombreuses options pour bénéficier de tous les avantages des fichiers bruts. Toutefois l'interface est un peu vieillotte et le flux de travail photographique pas forcément aisé. Le logiciel a le mérite d'être livré en standard avec le boîtier. Pour plus de confort, vous pourrez vous rabattre rapidement vers Adobe Lightroom,

fujifilm X20 test review logiciel silkypixSilkypix est un logiciel pour le moins austère, mais relativement complet pour traiter les fichiers bruts du Ricoh GR.

Flash

Le Ricoh GR dispose d'un flash escamotable (pop-up) d'un nombre guide (NG) 5,4 à 100 ISO et en m. Un flash peu puissant donc qui permettra toutefois d'éclairer à moins de 4 m à 400 ISO et à pleine ouverture. Ce flash permettra également d'éclairer légèrement une personne en contrejour.

Ricoh GR test review prise en mains

Il est possible de corriger l'exposition du flash sur +/- 2L, mais pour cela, il faut malheureusement rentrer dans les menus, ce qui n'est pas vraiment très pratique à moins de configurer une commande personnalisée dans ce sens. Le flash intégré dispose de tous les modes inimaginables : auto, forcé, slow, auto avec réduction des yeux rouges, réduction des yeux rouges, slow avec réduction des yeux rouge et...manuel. Oui, il est possible de régler manuellement la puissance du flash. Une première, à ma connaissance, sur un compact. Là aussi, il est possible d'activer l'option depuis une commande personnalisable.

Ci-dessous vous trouverez deux exemples de photos. À gauche : sans flash, le blouson ne présente pas de détail et le visage est vraiment sombre. À droite : un petit coup de flash réveille l'ensemble de la photo avec un visage lumineux et des détails dans les zones plus denses.

Vous pouvez également piloter un flash cobra avec la griffe porte accessoire pour accéder à plus de puissance et donc plus de créativité (vous pouvez par exemple l'orienter vers le plafond). De haut en bas : scène en lumière d'ambiance, avec flash pop-up direct et avec flash cobra orienté vers le plafond.

Visée, autofocus

Nous avons déjà évoqué lors de la prise en mains les qualités et les défauts inhérents au GR lors de prise en mains (écran LCD, absence de viseur intégré...). Nous nous intéresserons donc dans cette partie à la mise au point.

Mise au point automatique

Le GR dispose de nombreux mode autofocus : multi, spot, précis, suivi de sujet, Snap et infini. Si les premiers sont classiques, attardons-nous sur les deux derniers. Le mode snap permet un déclenchement immédiat pour une mise au point à une distance prédéterminée : 1m, 1,5m, 2m, 5m ou l'infini. Un mode très pratique en soirée par exemple ou l'on pourra régler la distance à 2m et déclencher pratiquement en mode rafale ! Notez que le fonctionnement est cumulable avec l'autofocus : en appuyant à mi-course sur le déclencheur l'autofocus se met en route, mais en enfonçant complètement le déclencheur d'un coup, l'appareil réalise le point instantanément à la distance définie pour le mode Snap. Imparable. Le mode infini réalise quant à lui, une mise au point... à l'infini pour là aussi, un déclenchement instantané.

Ricoh GR test reviex écran de mise au point manuelle

Seule petite déception : la distance de mise au point en mode macro qui permet de s'approcher à seulement 10 cm du sujet. Sur ce point, le GR ne fait donc pas mieux que son concurrent direct, le Coolpix A de Nikon.

Mise au point manuelle

Nous l'avons déjà noté lors de la prise en mains, le GR ne dispose pas de bague de réglage autour de l'objectif pour la recherche du point. La mise en œuvre n'a d'ailleurs rien d'agréable puisqu'il faut choisir le réglage à l'aide de la touche macro pour ensuite jouer sur la distance à l'aide de la molette avant. Une échelle des distances s'affiche à l'écran et symbolise également la profondeur de champ. Le compact permet d'utiliser quelques assistants comme une loupe avec taux de zoom et taille paramétrables et même une sorte de peaking sur fond de noir & blanc. Notez que le point est également déplaçable sur une bonne partie de l'écran.

Performances

La mise au point pour un compact APS-C est toujours un élément important à prendre en compte lorsque 'lon connait la réactivité des reflex dans ce domaine.

Globalement, le GR donne entière satisfaction dans ce domaine avec une mise au point rapide que l'on photographie en bonne lumière ou en soirée avec une lumière plus tamisée.

La mise sous tension est correcte et le mode rafale à 4 vps est conforme à celle annoncée par le constructeur. Classiquement l'autofocus n'est pas fonctionnel en mode rafale. De manière assez étonnante Pour nos tests, nous avons utilisé une carte SDHC UHS-I Extreme Pro de SanDisk.

action temps cadence commentaires
Mise sous tension (temps nécessaire pour obtenir la première image sans mise au point) 1,25 s / assez bien
Latence au déclenchement 0,03 / très bien
Autofocus lumière(40mm f/2,8 passage de l'infini à 1 m de la cible) 0,25 s / bien
Autofocus pénombre (3 lux)(40 mm f/2,8 passage de l'infini à 1 m de la cible) 0,33 s bien
Rafale JPeg 4 i/s Conforme à la fiche technique (sur 16 vues)
Rafale Raw 8 i/s Très bien. Sur 4 vues seulement

Précision, colorimétrie

Pour notre test de précision, nous avons réglé le Ricoh GR par défaut. Nous utilisons le logiciel DxO Analyzer avec les fichiers JPeg.

Les JPeg

précision

Ricoh GR test review mesure optique DxO Analyser

Les fichiers JPeg sont assez doux avec une légère accentuation (la courbe dépasse 100% entre 0,1 et 0,2 cycle par pixel).

À pleine ouverture (f/2,8), le centre de l'image est excellent et l'optique permet au capteur de s'exprimer complètement et le GR est capable de distinguer plus de 68 paires de lignes par mm (lp/mm en équivalent 24x36).

Ricoh GR test review mesure DxO Analyser précision

Classiquement, les bords sont en retrait par rapport au centre qui est excellent. Les mesures DxO Analyser montrent une différence importante entre le centre et la périphérie de l'image. Sur notre scène test, la différence est moins flagrante et l'on note surtout une baisse de piqué à f/16 due à la diffraction. Globalement, l'optique du GR est plus performante que celle du Nikon Coolpix A.

Ricoh GR test review évolution du piqué en périphérie de l'image en fonction de l'ouverture

Distorsions

L'optique Ricoh est une belle réussite au niveau de la correction des déformations géométrique. Les distorsions sont vraiment peu visibles en JPeg et en Raw, les fichiers sont identiques. Il n'y a donc pas de corrections logicielles des distorsions.

Ricoh GR test optique distorsion

Balance des blancs

Sous un éclairage de type lumière du jour (notre labo est calé à 5400 K), le Ricoh GR donne de bons résultats concernant la balance des blancs (Delta E aux environs de 1,4). Sous un éclairage halogène (environ 3000 K), la balance des blancs automatique également performante avec un DeltaE à moins de 2. Une belle performance. Les balances préréglées tungstène sont étonnamment moins précises. Notez que le GR propose deux balances des blancs tungstène, le mode 2 permettant de conserver une tonalité un peu chaude des images.

Ricoh GR test review balance des blancsDe gauche à droite : balance automatique/lumière du jour, balance automatique/halogène, balance tungstène/halogène.

Gestion du bruit électronique

Le Ricoh GR embarque un capteur Cmos APS-C de 16,2 Mpx. Un modèle sans doute très proche de ceux qui équipent le reflex de la marque, le K-5 IIs. Tout comme ce dernier, le capteur du GR ne dispose pas de filtre passe-bas ce qui devrait, en toute logique, fournir des images très piquées. Qu'en est-il du traitement du bruit électronique dans les hautes sensibilités ? Voici quelques images réalisées sur toute la plage ISO offerte par le compact.

Notez que le GR est l'un des rares appareils voire le seul, qui permette de personnaliser le réglage du traitement du bruit électronique en fonction de la plage ISO utilisée.

R

Pour notre test, nous reprenons le protocole habituel : la scène est éclairée sous 200 lux, le GR positionné en mode M avec le couple 1/4 s et f/5,6 pour une valeur ISO de 100. Nous faisons ensuite varier la sensibilité ISO ainsi que la vitesse d'obturation. Les images sont visibles à 100% et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (.DNG) qui devraient logiquement s'ouvrir avec de nombreux logiciels de développement.

Pixum partenaire de Focus Numérique pour l'évaluation de la qualité des imagesPour l'observation de la qualité des images en format 30x45 cm, nous réalisons un tirage chez notre partenaire Pixum. Cela nous permet de comparer facilement les appareils à la plus basse sensibilité et à 6400 ISO.

De 100 à 400 ISO le bruit électronique est parfaitement géré et les clichés sont superbes : pas de moutonnement, pas de marbrure...Il faut grimper à 800 ISO pour voir les tous premiers signes de lissage sur les plus fins détails et encore...Le premier saut qualitatif se situe à 3200 ISO. Les images restent très fouillées, mais les aplats colorés se constellent de petits amas peu gracieux (plus visibles dans les bleus). Il est toutefois possible de distinguer de très fins détails, notamment sur le billet coréen, ce qui reste une belle performance. À 6400 ISO, la granulation est plus visible, mais de manière assez étonnante, notre scène apparaît de manière plus agréable qu'à 3200 ISO, même si la dynamique de l'image baisse : les tons sombres sont désormais très denses. La texture apportant un rendu différent, mais plus singulier. Une affaire de goût sans doute. Sur notre charte colorée, les teintes «bavent» un peu, mais globalement les images sont encore facilement exploitables. À 12 800 ISO, les détails sont dilués, la dynamique restreinte et la granulation bien présente. Elle est toutefois peu colorée, le GR gérant assez bien le bruit chromatique. À réserver toutefois à de petits tirages, un affichage sur écran ou une postproduction en noir & blanc.

Vous pouvez également comparer le Ricoh GR aux autres compacts dotés de grands capteurs comme le Nikon Coolpix A (APS-C), le Fujifilm X100S (APS-C) ou le Canon G1X.

Le Nikon A produit des images plus douces avec une granulation plus fine à partir de 3200 ISO, mais le niveau de détail est pratiquement similaire. Le X100S reste un cran au-dessus avec un grain à peine visible et des détails à foison. L'écart entre le Fujifilm X100S et les deux autres compacts APS-C se creuse encore à 6400 ISO : même à cette sensibilité ISO élevée, le X100S produit des images étonnantes avec peu de bruit, une belle dynamique, des couleurs bien saturées et un rendu des détails impressionnant. Le Coolpix A prend un peu d'avance sur le Ricoh GR avec un grain plus fin et des couleurs qui bavent un peu moins.

Exposition, RAW

Ricoh ne donne pas d'information sur le système d'exposition utilisé par le GR. Nous savons uniquement qu'il est possible d'activer les 3 modes classiques : matriciel, pondéré central et spot. Il est possible de corriger l'exposition sur +/- 4 IL.

Vous pouvez également réaliser un bracketing d'exposition sur 3 vues avec différents décalages pour chaque vue (jusqu'à +/-2 IL). Un bracketing DR (Dynamique Range) est également au programme pour déboucher les zones un peu denses.

Analyse des fichiers bruts

Il est toujours intéressant de comparer les JPeg et les fichiers raw développés avec un logiciel afin de pouvoir extraire le maximum d'information des images. Avec le Ricoh GR, la comparaison est vraiment impressionnante et le format DNG des fichiers bruts permet d'utiliser la plupart des logiciels actuels. Dans notre essai, nous avons ouvert le fichier de notre scène test à f/ 5,6 dans Adobe Lightroom 5 (bêta) avec les paramètres par défaut. Les résultats sont éloquents. Le JPeg est donc un peu flouté pour réduire l'apparition de moirage.

Ricoh GR test review raw / jpeg

Fichier raw développé dans LR5

Fichier JPeg brut

L'absence de filtre passe-bas et un meilleur traitement JPeg permettent réellement d'exploiter les capacités du capteur et nous avons rarement vu autant de détail sur une photo de notre scène test. Les plus fins détails sont bien présents et il est possible de voir la texture du livre. Impressionnant. Revers de la médaille, le moirage est facilement visible sur différentes textures de la scène : livre, texte blanc sur noir, pattes des puces électroniques sur la carte graphique... Ricoh GR

Pour évaluer le potentiel des fichiers bruts du Ricoh GR, nous analyserons les résultats obtenus par DxOMark. Les résultats observés sur les fichiers JPeg sont-il proches des données enregistrées dans les .DNG ? Nous en profiterons pour comparer les résultats du GR avec ceux du Coolpix A qui dispose d'un imageur similaire.

Tous les résultats DxOMark pour le Ricoh GR

Rapport signal/bruit (SNR)

Entre les deux compacts, le rapport signal/bruit est très proche et...très bon. D'après DxOMark, la gestion du bruit électronique est très bonne jusqu'à 12 800 ISO, ce qui est effectivement une belle performance. Rapport signal / bruit comparaison Ricoh GR / Nikon Coolpix A

Dynamique

Les deux imageurs sont également très performants et assez proches, même si le Nikon est un peu meilleur à 100 ISO. Avec la montée de la sensibilité et donc du bruit électronique, la dynamique baisse pour atteindre un premier point critique à 6400 ISO et "descendre" à 6 IL à 25600 ISO.

Dynamique comparaison Ricoh GR / Nikon Coolpix A

Mode vidéo

Nous l'avons déjà noté dans la prise en mains, le Ricoh GR ne dispose pas de commande pour l'enregistrement vidéo. Vous devez impérativement passer par le barillet du choix du mode d'exposition pour enregistrer en vidéo. Corolaire, il n'est donc pas possible de prendre des photos pendant l'enregistrement vidéo, le déclencheur étant monopolisé par la vidéo.

Formats d'enregistrement

Le Ricoh GR dispose des modes suivants en vidéo :

HDTV 1080 à 30 (29,97),25 et 24 (23, 976) vps

HDTV 720 à 60 (59,94), 50, 30 (29,97), 25 et 24 (23, 976) vps

VGA à 30,25 et 24 (23, 976) vps

Toutes les vidéos sont en mode progressif (images pleines). Il est possible de réaliser des ralentis fluides en HTDV 720 avec une lecture à 30 ou 25 vps.

Le compact enregistre en AVCHD H.264 dans un fichier .MOV avec un débit moyen de 20 Mbps. Le profil utilisé est High@4.0 avec 2 images de référence sans les options CABAC (cf. la page H.264 de Wikipedia). Le son est enregistré en stéréo (PCM).

Automatisme et autofocus

L'enregistrement vidéo est commandé par le déclencheur, mais il est possible de mettre sur pause à l'aide de la touche Fn2 sans créer un nouveau fichier. Le Ricoh GR n'offre aucune latitude de réglage pendant l'enregistrement vidéo e tous les paramètres sont figés pendant le filmage : impossible de changer la balance des blancs, l'ouverture, la cadence.

L'autofocus (cf. vidéo ci-dessous) n'est pas très réactif, mais il est assez fluide et totalement silencieux. Il n'est malheureusement pas possible de réaliser une mise au point manuelle pendant le filmage.

autofocus vidéo Rioch GR from Focus Numerique on Vimeo.

Il est possible d'utiliser les styles d'image (Effect) pour modifier le rendu des vidéos (monochrome, saturé...) et jouer sur différents paramètres comme l'accentuation, le contraste, la luminosité, la saturation et les teintes. Vous pouvez également modifier la balance des blancs avant l'enregistrement.

Qualité des images

Le Ricoh est assez décevant en vidéo sur notre mire de précision. Les détails sont peu présents et le moirage visibles sur les fins détails. L'absence de stabilisation optique n'arrange rien et à mains levée, les vidéos tremblent beaucoup.

Nikon Coolpix A test review mode vidéo

Les effets de rolling shutter sont légèrement visibles, mais ne sont pas réellement un problème.

Son

Le compact expert est équipé de deux micros pour une captation stéréo. Les deux micros sont toutefois assez rapprochés et nous aurions aimé un écart plus important pour renforcer l'effet gauche/droit. Le Nikon A ne propose pas d'autre alternative à ces micros pour la captation sonore et ne dispose pas d'une entrée micro par exemple et à fortiori pas de sortie casque pour le contrôle de la prise son. Il n'est, apparemment, pas possible de modifier le niveau d'enregistrement sonore ni avant ni pendant le filmage.

Exemples de photos

Ricoh GR exemple 1
Ricoh GR exemple 2
Ricoh GR exemple 3
Ricoh GR exemple 4
Ricoh GR exemple 5
Ricoh GR exemple 6
Ricoh GR exemple 7
Ricoh GR exemple 8
Ricoh GR exemple 11
Ricoh GR exemple 9
Ricoh GR exemple 10
Ricoh GR exemple 12
Ricoh GR exemple 13
Ricoh GR exemple 14
Ricoh GR exemple 16
Ricoh GR exemple 15
Ricoh GR exemple 17
Ricoh GR exemple 18
Ricoh GR exemple 19
Ricoh GR exemple 20

Licence Creative Commons Test Ricoh GR de Bruno Labarbère est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Verdict

Ricoh GR test review avis recommandé

Après le rachat de Pentax par Ricoh il y a maintenant presque 2 ans, le compact expert GR est le premier appareil développé conjointement par les deux sociétés. Si le GR est le digne héritier de la lignée GRD inaugurée en 2005, ce modèle devrait bénéficier du réseau de distribution Pentax en France et être plus facilement disponible chez les revendeurs. Il faut bien l'avouer, nous avons toujours eu un petit faible pour les blocs-notes experts de Ricoh, mais ils étaient particulièrement difficiles à dénicher.

Le GR peut-il se faire une place dans le club ultra privé des compacts experts à grands capteurs tenus pour l'instant par Fujifilm, Nikon, Leica, Canon et Sony ? La réponse est oui !

Le retour de Ricoh dans le monde de la photo se fait de belle façon et le GR est une vraie réussite. Une réussite au niveau de la conception : malgré l'intégration d'un capteur APS-C nettement plus grand que les capteurs 1/1,7" généralement utilisé, le nouveau GR est à peine plus gros que le GRD IV. Plus impressionnant, le boîtier est tout juste plus épais que le RX100 doté d'un capteur 1" (et d'un zoom). Il est toutefois beaucoup plus large. Quoi qu'il en soit, le GR affiche des dimensions qui lui permettent de tenir dans une poche de pantalon et là est bien l'avantage n°1 : vous pouvez l'avoir sur vous en permanence sans avoir à sortir l'artillerie lourde en matière de sac. La principale contrepartie reste l'absence de zoom; il faudra «se contenter» d'une focale fixe 28 mm ouverte à f/2,8. Une focale que certains estimeront un peu courte, notamment pour le portrait. Le GR propose un mode recadrage afin de capturer un équivalent 35 mm. Pas bête.

Côté ergonomie, le GR propose toujours une agréable combinaison de commandes personnalisables, basculeurs verticaux et horizontaux et une molette cliquable. Aujourd'hui, le compact expert de Ricoh est sans doute ce qui peut se faire de mieux en la matière. Seul petit écueil ? L'impossibilité de lancer sur le vif l'enregistrement vidéo à l'aide d'une commande dédiée. La mise au point automatique est rapide dans la plupart des situations et le GR dispose d'une palanqué d'assistants pour la mise au point manuelle. Il manque toutefois une bague de mise au point autour de l'objectif pour parfaire l'ensemble.

Le couple capteur APS-C 16 Mpx / optique fonctionne parfaitement avec une belle qualité d'image dès f/2,8. La gestion du bruit électronique du processeur d'image permet de grimper jusqu'à 6400 ISO sans trop de risque, ce qui ouvre pas mal de perspectives photographiques au GR.

Après ce tableau plutôt idyllique, il convient d'égrainer quelques aspects sur lesquels la marque doit encore travailler d'après nous. Nous déplorons l'absence d'une bague de mise au point autour de l'objectif pour les opérations manuelles, l'absence de stabilisation optique ou mécanique, la qualité du mode vidéo, l'autonomie un peu trop limitée ou l'absence de mode panoramique par balayage.

Au final, le Ricoh GR reçoit donc aisément un recommandé.

Face à la concurrence

**| | | | Fujifilm X100S test review |

Fnac.com marketplace 1399,00 €

| Fujifilm X100S**. Le Ricoh GR peut-il inquiéter le maître jusque là incontesté des compacts APS-C ? Oui et non. Oui car le GR est moins cher, plus compact, plus discret, plus rapide sur certains points (autofocus notamment) et qu'il est doté d'une ergonomie à toute épreuve. Mais le X100S a de sérieux atouts pour lui à commencer par la qualité d'image superlative du couple capteur X-trans / Optique f/2 qui permet de grimper jusqu'à 12800 ISO sans le moindre souci. Le X100S arbore également fièrement un look rétro réussi et surtout un viseur hybride optique / électronique véritable pièce maîtresse de l'ensemble.

| | | | Nikon Coolpix A test review |

Il n'y a actuellement aucune offre.

|

Nikon Coolpix A. A quelques mois d'intervalles, les deux marques présentent des modèles assez similaires sur le plan esthétique et technique : compacité, capteur APS-C 16 Mpx, absence de viseur. Moins cher, le GR devance son rival du côté de l'ergonomie. Le compact Ricoh possède une interface quasi irréprochable doublée d'une personnalisation très poussée. Techniquement, il dispose d'un obturateur plus rapide (1/4000 s) et son autofocus est également plus véloce dans pratiquement toutes les situations. Dans pratiquement tous les autres domaines le GR fait jeu égal avec le compact expert de Nikon et le Coolpix A n'arrive pas vraiment à dégager un avantage certain sur son concurrent pourtant moins onéreux.

+
  • Qualité de fabrication
  • Optique f/2,8 de bonne qualité
  • Pas de filtre passe-bas pour des images extrêmement détaillées
  • Excellente gestion du bruit électronique jusqu'à 6400 ISO
  • Format DNG pour l'enregistrement Raw
  • Différents formats d'images : 4/3, 1/1, 3/2
  • Personnalisation du boîtier poussée et excellente ergonomie
  • Bonnes finitions et belle compacité pour un boîtier APS-C
  • Affichage complet à l'écran : histogramme, niveau, grilles...
  • Mises au point rapides : snap, infini
  • Autofocus et boîtier globalement réactif
  • Filtres artistiques réussis
  • Mode rafale à 4 vps (sans suivi AF) en JPeg et 8 vps en Raw (4 vues)
  • Latence du déclenchement infime
  • Balance des blancs automatique performante
  • Pas de stabilisation optique ou mécanique
  • Pas de bague autour de l'objectif pour la mise au point manuelle
  • Pas d'écran orientable ou tactile
  • Pas de GPS, pas de connexion Wi-Fi. Il faudra utiliser une carte Wi-Fi pour le transfert des images.
  • Menus un peu longs, parfois abscons (taux images...) et sans aide contextuelle
  • Faible autonomie de la batterie : environ 200 vues. Pas de chargeur de batterie livré en standard.
  • Pas de format 16/9e
  • Pas d'image panoramique par balayage
  • Pas d'entrée micro, pas de sortie casque
  • Luminosité de la focale fixe f/2,8 assez banale
  • Pas de commande dédiée pour la vidéo
  • Pas de prise USB 3 ou au format Micro USB pour la recharge
  • Distance de mise au point macro à 10 cm seulement
  • Présence de moirage dans certaines conditions
  • Qualité vidéo décevante : manque de précision, moirage
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Ricoh GR
Fnac.com marketplace 1399,00 €
Contenus sponsorisés