Capteur- CMOS EXR 2/3" (8,8x6,6 mm) 12 Mpx
Monture/
Optique livrée- Zoom manuel 4x 28-122 mm (eq. 24x36) f/2-2,8
Stabilisation- optique
Antipoussière/
Viseur- Viseur optique avec zoom, couverture env. 85% et réglage dioptrique : -3.5 - +1.5 m (1/m)
Écran- Écran LCD 7,11 cm, 460 000 points
Mise au point- TTL AF par détection de contraste, avec lampe d'assistance. Macro 1 cm.
Modes autofocus- Single AF / AF continu (EXR Auto, Vidéo) / manuel (inclus one-push AF)
Mesures d'exposition- Mesure TTL sur 256 (multi, centre, moyenne)
Modes d'exposition- Scènes : Lumière naturelle, Lumière naturelle avec flash, Portrait, Optimisation de Portrait, Paysage, Sport, Nuit, Nuit (avec trépied), Feu d'artifice, Coucher de soleil, Neige, Plage, Fête, Fleur, Texte, Plongée Molette de sélection : EX
Vitesse d'obturation- Auto : 1/4 sec. à 1/4000* sec. Autres modes : 30 sec. à 1/4000* sec. * 1/4000 sec. à faible ouverture, 1/1000 sec. à pleine ouverture
Motorisation- Rapide : 7 images/sec max. 8 images (L, M, S) / 16 images (M, S)
Sensibilité ISO- 100 / 200 / 250 / 320 / 400 / 500 / 640 / 800 / 1000 / 1250 / 1600 / 2000 / 2500 / 3200
Mémoire- SD/SDHC/SDXC
Alimentation- Batterie Li-ion NP-50
Connexion- USB 2, mini HDMI, vidéo
Dimensions- 117(L) x 69,6(H) x 56,8(P) mm
Poids- 350 g
Logiciels/
Dans la boîte- Batterie Li-ion NP-50 Chargeur de batterie BC-45W Courroie Bouchon d'objectif Câble USB CD-ROM Manuel utilisateur

Caractéristiques

Fuifilm X10

Fujifilm propose avec le X10 un compact expert au look rétro très séduisant. Celui-ci arrive sur un marché déjà bien «encombré» avec des Canon G12, des Nikon P7100, des Olympus XZ-1 ou des Panasonic LX5 en passant par tous les compacts à objectifs interchangeables.

Le petit frère du réussi X100 présente toutefois quelques avantages qui peuvent faire la différence.

Certains apprécieront le look rétro du X10, son zoom optique manuel (oui oui, une vraie bague mécanique...), son viseur optique, ses nombreuses molettes et raccourcis.

Fujifilm a doté son compact expert d'un capteur CMOS plus grand qu'à l'accoutumée (8,8x6,6 mm) qui devrait logiquement offrir une bonne gestion de la sensibilité ISO. En outre, il est capable de filmer en HDTV 1080.

Alors, le X10 saura-t-il séduire le photographe à la recherche d'un appareil compact un peu hors norme ?

Réponse dans notre test.

Test terrain jour 2

Exposition / Qualité des images.

Écrivons-le franchement, le X10 délivre les images les plus intéressantes parmi les compacts experts du moment.

Globalement le rendu des JPeg est particulièrement agréable et le logiciel de dématricage intégré semble tirer la quintessence des Raw malgré quelques effets de moirage désagréables. Les couleurs sont contrastées sans être excessivement saturées. L'exposition est dans la plupart des cas respectée et la dynamique plutôt intéressante pour un capteur de compact.

Fujifilm X10 exemple 25
Fujifilm X10 exemple 27

En effet avec ses 12 Mpx sur capteur 2/3" BSI CMOS, la densité de pixel a été diminuée de 40% par rapport au capteur qui équipe les compacts grand public de la marque (16 Mpx et capteur 1/2,3"). Cette baisse de la densité a pour elle deux effets positifs : une amélioration de la dynamique et une baisse du bruit en haute sensibilité ISO. En effet, de 100 à 400 ISO, les résultats sont impeccables. Un léger moutonnement apparaît déjà à 200 ISO sur écran 100%, mais celui-ci n'est en aucun cas gênant à taille d'impression.

Fujifilm X10 exemple 28

À 200iso le JPeg est très piqué et détaillé. On note un léger moiré sur le maillage de la grue.

À 800iso la granulation devient un peu plus présente et les plus fins détails commencent à être un peu dilués. Le grain reste cependant fin et agréable. À partir de 1600 ISO, une légère dérive chromatique apparaît et le lissage se fait plus excessif. Pourtant on reste surpris par la qualité du traitement du bruit. Celui-ci reste fin et discret. Certains trouveront même qu'il donne une certaine texture au rendu. Si vous travaillez en Raw, une légère postproduction sur le bruit de chrominance vous permettra de tirer de beau A3, mais si vous êtes vraiment exigeant arrêter vous à 800 ISO par prudence.

Fujifilm X10 exemple 29

1250 ISO et toujours du détail sur le plumage et l'oeil de la poule...

Fujifilm X10 exemple 34

1600 ISO reste la limite raisonnable pour un A3. La granulation reste fine et la dérive chromatique encore contenue. Le grain apporte une texture intéressante à l'image. Cependant à100% les fins détails sont déjà dilués. Mieux vaut ne pas dépasser 800iso si vous êtes exigeant.

À 3200 iso un cap est franchi et l'image est franchement dégradée bien qu'imprimable sur un 10x15 voir un 13x18 cm. La dynamique devient plus réduite et les fins détails disparaissent. Au-delà, les 6400 et 12800 ISO relèvent plus du secours qu'autre chose, comme sur beaucoup de compact haut de gamme d'ailleurs. La dynamique est trop réduite, le lissage est excessif et une bouille de pixel brouille les plus fins détails. La dérive colorimétrique est aussi trop importante. Notez à propos que ces deux valeurs ne sont utilisables qu'en JPeg et sur des tailles d'images réduites M (2816 x 2112 ) et S (2048x1536).

Fujifilm X10 exemple 31

Un urbexeur ne peut s'empêcher de visiter une friche même en vacances ! Mais de ces anciens abattoirs, il ne reste rien. À 3200 ISO l'image est franchement dégradée, la dynamique réduite (les aberrations chromatiques très visibles sur les forts contrastes) et l'image moutonne. Pourtant le 10x15 est encore acceptable.

N'espérez pas utiliser les 12800 ISO pour autre chose que du secours d'autant plus que le bruit apparait en bande dans les ombres.

Dans l'ensemble le gain par rapport à la concurrence ne saute pas aux yeux au premier abord, mais en analysant l'image de plus près on s’aperçoit de quelques subtilités propres au Fuji : extension de la gamme dynamique, traitement du grain particulièrement agréable jusqu'à 800 ISO voir 1600 ISO.

Optique

À la pleine ouverture et au grand angle le piqué est déjà très bon au centre et devient homogène sur l'ensemble du champ dés f/2,8. La diffraction ne devenant vraiment gênante qu'à partir de f/8. À 35 mm, c'est entre f/2,8 et f/5,6 que l'image est la plus homogène et au 50 mm l'écart se creuse entre f/2,8 et f/4.

Notez que le centre reste toujours piqué, lui, jusqu'à f/5,6. En bout de zoom (112 mm) c'est à f/2,8 que le résultat est le plus probant. Globalement, le piqué reste malgré tout honorable sur l'ensemble du champ jusqu'à f5,6. D'une façon générale, plus on zoom plus l'image se dégrade, mais le rendement reste maximum entre f/2,2 et f/4. Le centre lui, oscille globalement entre très bon et bon entre f/2 et f/8 même si à cette ouverture la dégradation devient un peu plus significative. Enfin, notez une distorsion en barillet plutôt présente entre le grand angle et le 35 mm. Celle-ci s'estompe réellement au 50 mm et reste facilement corrigible. Le vignetage quant à lui n'est pas significatif pour être gênant.

Fujifilm X10 exemple 22

Au 50mm ( équiv 35mm) à f/2,5, il est possible de commencer à détacher son sujet de l'arrière-plan.

Fujifilm X10 exemple 23

Au grand angle et en fermant le diaphragme d'un cran, l'image est sur l'ensemble du champ.

Cette optique nous surprend en tout cas par sa polyvalence et grâce à la combinaison de sa grande ouverture et de son capteur 2/3 de pouce il est possible de créer des flous d'arrière-plan intéressants pour un compact !

Prise en main

Fujifilm X10 test review face avantFujifilm X10 : un look rétro qui colle à la ligne X (X100, X-Pro1).

Le X10 présente une belle finition en simili cuir (en réalité du plastique) qui entoure le boîtier et qui assure une bonne préhension. Le compact expert inspire confiance : les molettes sont fermes et ne présentent pas de jeu, les touches sont souples sans être molles, le mouvement de l'optique est fluide. Le X10 est un boîtier bien construit. Un léger renflement fait office de poignée. Si celle-ci apparaît comme très fine, elle n'en est pas moins agréable. Sur l'avant, vous noterez également la présence d'un sélecteur pour le fonctionnement de l'autofocus (MF, AF-C ou AFS-).

Fujifilm X10 test review dosLe sens du détail chez Fujifilm : notez le viseur optique rond qui confère au X10 une belle allure.

L'arrière richement équipé. Vous trouverez une roue codeuse cernant un trèfle de sélection ainsi qu'un bouton de validation. Vous trouverez également une molette de réglages et différentes touches pour accéder rapidement à certaines fonctions (AEL/AFL, WB, mode AF...). À côté du viseur, un bouton poussoir permet de sortir le flash. Dommage que la touche Raw ne soit pas personnalisable (vous pouvez uniquement jouer sur le choix du format de fichier Raw ou JPeg). Vous noterez également l'absence de bouton pour l'enregistrement direct de la vidéo.
Fujifilm X10 test review vue de dessusSi le X10 ne dispose pas de prise pour une télécommande électrique, vous pouvez parfaitement visser un déclencheur souple.

Le X10 propose un barillet pour le choix du mode d'exposition et également deux positions pour des modes personnalisés (C1, C2). Un autre barillet permet de corriger rapidement l'exposition et une touche Fn (paramétrable) permet de modifier un paramètre à l'aide de la molette de réglage arrière (valeur ISO par exemple).

Fujifilm X10 test review prise en mains batterie et carte mémoire

Le compartiment pour la batterie et la carte mémoire se situe dans la semelle du boîtier. La batterie, la bien connue NP-50, propose une autonomie assez limitée. Pendant nos tests (usage intensif), nous n'avons pas dépassé 200 déclenchements et quelques minutes de vidéo. Il sera donc prudent de prévoir une seconde batterie. Vous pouvez également limiter l'usage de l'écran LCD en cadrant à l'aide du viseur optique.

Fujifilm X10 test review connexions

Le X10 propose deux connecteurs : USB et HDMI. Le strict minimum donc.

Visée, autofocus

Si Fujifilm a doté son X10 d'un viseur optique, le compact dispose également d'un écran LCD malheureusement fixe, mais plutôt satisfaisant au niveau du rendu des couleurs et des tonalités.

Écran LCD

Un petit passage sous la sonde montre un excellent gamma (2,3) sur toute la plage de luminosité et une température des couleurs idéale calée à 6000 K. Le rendu des couleurs, sans être mauvais, n'est pas extraordinaire avec un DeltaE 94 de 5.

Fujifilm X10 test review écran LCD temperature couleur et gamma

Fujifilm X10 test review écran delta E couleur

Précision, colorimétrie

Le zoom manuel 24-112 mm f/2-2,8 est bien sûr l'une des pièces maîtresses du Fujifilm X10. Sa bague manuelle offre un confort et une précision rare sur un compact et sa luminosité f/2-2,8 est plus qu'appréciable pour les reportages en intérieur ou en soirée. Sur le papier, ce zoom optique 4x est donc très tentant, qu'en est-il en studio.

Les fichiers RAF ne sont malheureusement pas pris en charge par notre logiciel d'analyse DxO Analyser, nous devons nous contenter des fichiers JPeg. Dans un premier temps, nous observons la courbe MTF. Les images JPeg sont assez douces et la courbe ne montre pas d'accentuation excessive (au-dessus de 100%).

Fujifilm X10 tes review qualité JPeg

Résolution optique au grand-angle 28 mm

Au centre de l'image, le zoom est plutôt étonnant avec d'excellents résultats dès f/2 ou l'optique est pratiquement à son meilleur rendement. Elle reste à cet excellent niveau jusqu'à f/4 et la diffraction se fait sentir à f/5,6 pour dégrader plus significativement. La périphérie de l'image est moins impressionnante et reste constamment en net retrait par rapport au centre.

Fujifilm X10 test review résolution optique au grand angle fichiers JPeg

Résolution optique au télé 112 mm

Les images au télé sont globalement moins piquées, mais plus homogène. L'optique atteint son meilleur rendement à f/5,6. Le piqué reste appréciable au centre jusqu'à f/8.

Fujifilm X10 test review résolution optique au téél fichiers JPeg

Distorsion et aberrations chromatiques

La distorsion n'est pas complètement corrigée au grand-angle et une très légère déformation géométrique en barillet est visible (-0,8 % TV).

Fujifilm X10 test review distorsion au grand angle

Celle-ci disparait complètement au télé (0,1 % TV). Les aberrations chromatiques ne sont également pas un problème sur le X10 (elles sont probablement corrigées à la volée).

Fujifilm X10 test review distorsion au grand angle

Vignetage

L'assombrissement des coins est guère visible sur les clichés en studio et seront pratiquement invisible sur des images de la vraie vie. Un léger voile noir sera visible au grand-angle et à la plus grande ouverture (f/2), mais globalement ce défaut optique ne sera pas gênant.

Fujifilm X10 test review vignetage grand-angle et téléMesure du vignetage au grand-angle (f/2) à gauche et à télé (f/2,8) à droite.

Balance des blancs

Sous un éclairage de type lumière du jour (notre labo est calé à 5400 K), le Fujifilm X10 donne de très bons résultats. La balance des blancs est neutre (DeltaE 94 à moins de 1). Les couleurs sont par contre sont bien saturées et plus clinquantes que la réalité.

Fujifilm x10 test review balance des blancs sous éclairage jour / auto

Sous un éclairage tungstène (le plus courant en intérieur : ici, des lampes halogènes dont la température de couleur est d'environ 3000 K comme l'indique notre mesure ci-dessous), la balance des blancs automatique n'arrive pas corriger correctement la dominante colorée des images. Sur la gamme de gris, le DeltaE 94 grimpe à plus de 6. Les couleurs prennent clairement des teintes plus chaudes. Notez qu'un DeltaE 94 à 6 est plutôt un bon score par rapport aux principaux concurrents.

température de couleur lampe halogene salle photo

Fujifilm x10 test review balance des blancs sous éclairage halogene / auto
En passant le X10 en balance des blancs programmée en tungstène, les images recouvrent une teinte plus neutre (DeltaE 94 3,8). La balance des blancs tire alors vers des teintes beaucoup plus froides.

Fujifilm x10 test review balance des blancs sous éclairage halogene et réglage tungstene

Gestion du bruit électronique

Nouveau venu dans la gamme des compacts experts chez Fujifilm (gamme X), le X10 a la difficile tâche de côtoyer l'excellent X100, équipé d'un capteur APS-C à 12 Mpx. L'atout du X10, c'est la présence d'un capteur CMOS inversé (BSI : Back Side Illuminated) qui devrait logiquement fournir une bonne gestion du bruit électronique, ce capteur 2/3 de pouce étant légèrement plus grand que les modèles 1/1,7" qui trônent habituellement dans les compacts experts.

Pour notre test, nous nous sommes limités à la plage de sensibilités disponibles en pleine définition (100-3200 ISO). La focale du X10 est fixée à 11,7 mm (soit environ 46 mm en eq. 24x36) et l'ouverture à f/5,6. La scène est éclairée sous 200 Lux comme pour tous les autres appareils testés.

Les fichiers JPeg

Les résultats sont plutôt intéressants. Les JPeg délivrés par le X10 sont plutôt bien accentués (contraste élevé) et de 100 à 800 ISO, le bruit électronique est très bien contenu et pratiquement invisible de 100 à 400 ISO. Un très léger lissage est perceptible à 800 ISO. À 1600 ISO et à 100% sur écran, le grain est visible, mais reste fin et très peu coloré. Les images sont donc parfaitement exploitables et il est possible de pousser à 3200 ISO sans trop de difficulté, le grain devenant naturellement plus visible, mais encore une fois peu coloré. Le lissage est également plus sensible et les plus fins détails disparaissent.

Au final, le X10 équipé de son capteur 2/3" CMOS BSI donne d'excellents résultats. Nous sommes certes assez loin des images délivrées par un X100, mais le compact expert fait mieux que la plupart des concurrents comme le Nikon P7100 ou le Canon G12. Notez que la différence avec ce dernier est assez légère et qu'il faut grimper dans les "tours" (1600 et 3200 ISO) pour apprécier les atouts du X10. Il est d'ailleurs intéressant de noter que le Canon S100, doté d'un capteur CMOS 1/1,7" 12 Mpx, délivre des images très proches en termes de gestion du bruit électronique.

Pixum partenaire de Focus Numérique pour l'évaluation de la qualité des imagesPour l'observation de la qualité des images en format 30x45 cm, nous réalisons un tirage chez notre partenaire Pixum. Cela nous permet de comparer facilement les appareils à la plus basse sensibilité et à 3200 ISO.

Vous pouvez également comparer les résultats du X10, avec le Canon G12, le Nikon P7100 ou l'Olympus XZ-1.

Exposition, RAW

Pour évaluer le potentiel des fichiers bruts du Fujifilm X10, nous analyserons les résultats obtenus par DxOMark. Les résultats observés sur les fichiers JPeg sont-il proches des données enregistrées dans les .RAF?

Sensibilité ISO

Les mesures effectuées par DxOMark montrent que le capteur dispose d'une plage ISO de 100 à 1600 ISO, le dernier cran (3200 ISO) étant une interpolation logicielle

Fujifilm X10 test review ISO raw DxO Mark

Fujifilm X10 versus Canon S100 versus Nikon P7100

Nous avons choisi de comparer 3 boîtiers compacts représentatifs du marché actuel, mais doté de capteurs différents. Le Fujifilm X10 est équipé d'un capteur CMOS EXR de 6,6x8,8 mm avec une densité de photodiodes de 21 Mpx/cm2, le Canon S100 utilise un capteur CMOS maison de 5,5x7,5 mm (densité 30 Mpx/cm2) alors que le Nikon P7100 se "contente" d'un relativement ancien capteur CCD 5,7x7,6 mm (densité 23 Mpx/cm2). Le compact de Fujifilm offre donc la densité de pixels la moins élevée des 3 modèles analysés.

Fujifilm X10 test review comparaison fichiers bruts bruit électronique

Les mesures DxOMark mettent en évidence une supériorité du modèle Fujifilm. À 1600 ISO, le X10 devant d'environ 1 dB les deux autres modèles aux courbes presque identiques.

Concernant la dynamique des images, le X10 fait pratiquement jeu égal avec le S100 de Canon, les deux compacts experts dominant largement les capacités du capteur CCD du Nikon P7100.

Fujifilm X10 test review dynamique fichier raw

Mode vidéo

Le Fujifilm X10 enregistre la vidéo en HDTV 1080p 30 im/s et compresse les images en H.264 dans un fichier .MOV. Le son lui est enregistré en stéréo via deux micros situés sur la face avant de l'appareil. La qualité d'image quoique dans la bonne moyenne est un peu décevante. La compression provoque quelques effets de moiré et d'effets en escalier sur les lignes planes. La dynamique d'image est réduite, les hautes lumières sont vite brûlées, mais l'image reste contrastée et pêchue. Le plus désagréable est le bruit provoqué par l'AF qui gratte pour trouver le point. Le son par contre est plutôt correct. Notez que le seul réglage possible pendant l'enregistrement est la compensation d'exposition. Dommage on aurait aimé jouer sur l'ouverture et la mise au point, surtout en mode macro. Enfin, Fuji propose des modes adaptés au Slow motion avec des enregistrements d'image de 70, 120 et 200 im/s, mais la définition restent trop faible (320x112pour ce dernier). Ils ont en tout cas le méritent d'exister.

Le X10 ne sera donc pas choisi pour sa fonction vidéo, mais si celle-ci est utilisé comme Nota Bene à l'image ou en appoint pour un souvenir de qualité, elle remplira largement son office.

Exemples de photos

Voici une galerie d'images réalisées avec le Fujifilm X10. Les principaux paramètres sont utilisés par défaut, seule la simulation de film argentique est positionnée en Velvia pour un rendu des couleurs plus saturé. Comme d'habitude, vous pouvez visualiser les JPeg en pleine définition en cliquant sur les vignettes et télécharger les fichiers bruts (format RAF propriétaire).

Nous débutons notre série d'images avec une virée nocturne dans un quartier indien de Paris. Sous les lumières assez dures d'une vitrine en pleine nuit, le X10 délivre une image à 400 ISO pleine de tonus et avec beaucoup de détails. Mêmes conditions lumineuses avec les fruits et les légumes. Le X10 pousse la sensibilité à 3200 ISO (le réglage est en automatique). Le lissage est clairement visible, mais l'image est facilement exploitable.

Fujifilm X10 exemple 1
Fujifilm X10 exemple 2

Direction gare du Nord pour une scène encore très difficile avec un fond très sombre et des éclairages ponctuels puissants. Le boitier est toujours à 3200 ISO. Le ciel moutonne sérieusement, mais le grain est plutôt "réussi" et peu coloré. Vous noterez la présence de lumières parasites en haut et à gauche de l'image.

Fujifilm X10 exemple 3

Pour ce filé nocturne, le boîtier est paramétré en mode S au 1/40 s.

Fujifilm X10 exemple 4

Autre scène délicate avec des éclairages ponctuels très puissants qui viennent contraster avec un fond assez sombre. Le ciel comporte beaucoup de grain et vous noterez la présence de trames colorées. Sur le reste de l'image, le X10 s'en sort vraiment bien avec un bon rendu des détails malgré une sensibilité ISO au maximum.

Fujifilm X10 exemple 5

Petit passage dans le parc Monceau à Paris. Les arbres tentent en vain de conserver quelques feuilles sur leurs branches. Vous noterez la présence d'aberrations chromatiques longitudinales au niveau des branches (teinte bleutée). Le mode Velvia donne un éclat très agréable aux couleurs automnales, malgré un ciel bas et une lumière très uniforme.

Fujifilm X10 exemple 6
Fujifilm X10 exemple 8
Fujifilm X10 exemple 7
Fujifilm X10 exemple 9
Fujifilm X10 exemple 10

Quelques points de rouille sur les grilles du parc sont une excellente occasion d'utiliser le mode super macro qui permet de s'approcher à 1 cm du sujet au grand-angle.

Fujifilm X10 exemple 11
Fujifilm X10 exemple 12
Fujifilm X10 exemple 13
Fujifilm X10 exemple 14
Fujifilm X10 exemple 15
Fujifilm X10 exemple 16
Fujifilm X10 exemple 17

Nous finissons notre galerie d'images avec deux portraits de Fatiha. Le premier permet d'apprécier la faible profondeur de champ à f/2,2 malgré le grand-angle et le petit capteur. Si les yeux sont nets, les éléments plus en arrière s'effacent progressivement notamment au niveau des oreilles et des boucles d'oreille. En allongeant le zoom et en fermant un peu, on conserve également une transition entre les zones nettes /floues intéressante.

Fujifilm X10 exemple 18
Fujifilm X10 exemple 19

Une dernière photo piège pour le X10 de Fujifilm. Dans des conditions très très difficile (lampe HMI dans le champ), il est possible de mettre en évidence un peu de flare.

Fujifilm X10 exemple 20

Licence Creative Commons
Fujifilm X10 de Renaud Labracherie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à www.focus-numerique.com.

Verdict

Fujifilm X10 test review recommandé

L'avis de Renaud Labracherie

Difficile, dans un premier temps, de ne pas être séduit par le X10 de Fujifilm. Le boîtier attire l’œil par son côté «vintage» et sa prise en mains rassure. La qualité de fabrication est impeccable, le boîtier est agréable à utiliser et dispose d'arguments intéressants, voire uniques comme un viseur optique presque agréable ou une véritable bague de zoom manuelle. Des attributs qui permettent de renouer avec une pratique «presque ancestrale» de la photographie (on porte l'appareil à l'oeil, on tourne la bague de zoom...). Si le X10 manque de nerf à la mise sous tension, il se rattrape bien avec une mise au point rapide dans la plupart des situations et une latence au déclenchement pratiquement nulle.

Au final, l'objet est encombrant sans être trop lourd. Avec son zoom non rétractable, il tiendra difficilement dans une poche et il sera préférable de compter sur un petit sac dédié à la photo ou non. C'est le prix à payer (en partie) pour disposer d'un capteur d'une taille relativement importante (plus grand que les autres compacts actuels) et d'un zoom optique 4x lumineux. La qualité d'image est d'ailleurs au rendez-vous avec une bonne gestion du bruit électronique et une optique d'un bon niveau. Si l'interface s'avère agréable malgré quelques incohérences, les menus et l'interface graphique restent parfois confus. Malgré ces quelques points négatifs, le X10 de Fujifilm gagne facilement son recommandé.

L'avis de David Lefevre
Au chapitre des doléances, je pointerai également le viseur qui n'affiche aucune information. Pour le reste, pas de reproche particulier et je salue comme toujours la présence de la touche AEL indispensable dans mes réalisations de prise de vue. Cependant, la mesure matricielle est fiable et l'étendue de la dynamique des raw importante. En tout cas la qualité des images m'a paru très intéressante, non seulement au niveau de la colorimétrie, mais surtout au niveau du traitement du grain. Même en JPeg jusqu'à 1600 ISO la granulation reste fine et les dérives colorimétriques très peu marquées. Le zoom optique lumineux est d'un bon niveau et seule la vidéo reste en retrait. Outre l'impossibilité de jouer sur des réglages lors de l'enregistrement, c'est surtout la dynamique réduite, les sauts de mise au point et le son désagréable qui rendent le mode vidéo peu intéressant. Elle fera néanmoins l'affaire pour un souvenir d'images animées de quelques secondes. Avec son look néo rétro, son ergonomie plutôt bien étudiée et sa qualité d'image surprenante en photo, le X10 remporte non seulement un recommandé Focus Numérique, mais m'apparait comme un coup de coeur sur l'année 2011.

Face à la concurrence

| | | | Sony NEX-5N test review | [tab_prix2(,,,411,id_ln,,,)] |
Sony NEX-5N. Faut-il comparer le X10 à un compact à objectifs interchangeable ? La question mérite au moins d'être posée. Avec le zoom 3x 18-55 mm livré en kit, le NEX-5N est effectivement plus imposant que le X10 de Fujifilm, mais il faut bien reconnaître que Sony a réussi le tour de force d'intégrer un capteur APS-C dans un boîtier très fin et léger et disposant d'un écran orientable. Ce capteur offre une qualité d'image largement au-dessus de celle proposée par le X10. Ce capteur offre également de nombreux avantages comme une meilleure gestion de la profondeur de champ, une cadence rafale élevée, mode photo en relief et un enregistrement vidéo en HDTV 1080 (50p, autofocus silencieux...). Naturellement, la différence majeure du NEX-5N réside dans sa capacité à pouvoir changer d'objectif. Sur ce point difficile de trancher et cette possibilité pourra être perçu aussi bien comme une aubaine que comme une contrainte selon les utilisateurs. Sachez toutefois que le parc optique Sony en monture E est pour l'instant assez maigre et que l'achat d'optique haut de gamme reste très onéreux (comptez entre 800 et 1000 euros pour le 24 mm f/1,8 Zeiss). Le X10 a donc l'avantage de proposer un zoom optique polyvalent (28-112 mm, mode macro 1 cm) et lumineux. En outre, le X10 bénéficie d'un viseur optique décent et d'une interface beaucoup plus intuitive.

| | | | Canon S100 | [tab_prix2(Canon,S100,2,1066,id_shopping,0,120039753,0)] |
Canon S100. Le compact de Canon a un avantage indéniable sur le X10 : il tient dans une poche de pantalon ! Vous pouvez donc l'avoir en permanence sur vous. Les deux appareils partagent un certain nombre de caractéristiques comme un capteur plus grand qu'accoutumé pour un compact ou la présence de nombreux réglages. Toutefois, le S100 propose une approche plus «simple» de la prise de vue avec une interface plus dépouillée. Le X10 propose un viseur optique, un zoom manuel et de nombreux raccourcis sur le boîtier. D'un point de vue qualité d'image, le X10 est plus performant, mais la différence n'est pas véritablement flagrante. Le X10 prend une peu d'avance avec une optique plus lumineuse et donc plus polyvalente. Le Canon S100 prend toutefois l'avantage avec un mode vidéo beaucoup plus abouti.

| |
|
| Nikon P7100 test review | [tab_prix2(,,,418,id_ln,,,)] |
Nikon P7100. Le compact expert de Nikon offre une excellente prise en mains et une interface complète avec un viseur optique et un écran LCD orientable. Côté capteur, le CCD 10 Mpx officie toujours au sein du P7100 délivrant une qualité d'image en retrait par rapport au X10 (Cmos). Un choix qui limite également le compact Nikon à l'enregistrement vidéo en 720p à 24 vps. Le P7100 propose un zoom plus long (28-200 mm), mais également moins lumineux (f/2,8-5,6). De son côté, le X10 propose un zoom optique manuel plus réactif et un viseur optique beaucoup plus agréable.

+
  • Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 1600 ISO
  • Qualité de fabrication et bonne tenue en mains
  • Viseur optique assez large et lumineux
  • Zoom de bonne qualité et lumineux
  • Bague de zoom manuelle parfaitement fluide
  • Bon mode macro 1 cm
  • Mise sous tension avec la bague de zoom
  • Mise au point rapide et latence au déclenchement insignifiante
  • Dynamique des images importante
  • Mode rafale intéressant (7 vps)
  • Vidéo HDTV 1080 stéréo et zoom optique
  • Déclenchement totalement silencieux
  • Viseur sans indication (notamment la mise au point). Pas de correction de la parallaxe
  • Pas d'écran inclinable
  • Touche Raw non personnalisable en dehors du format d'enregistrement
  • Autonomie limitée de la batterie (à peine 200 vues)
  • Format Raw propriétaire (RAF)
  • Boîtier assez imposant au final
  • Mode vidéo tout automatique non débrayable. Qualité d'image juste honnête.
  • Mise sous tension un peu lente
  • Pas de commande pour l'enregistrement vidéo rapide
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Fujifilm X10
X10
Il n'y a actuellement aucune offre.