Capteur1", 20 Mpx
Monture/
Optique livrée24-100 mm f/1,8-2,8
Stabilisationoui, optique
Antipoussière/
ViseurDalle Oled 2 360 000 points
Flashoui, pop-up
Mise au pointsystème à détection de contraste
Modes autofocusAF-S, Ai-Servo, Servo-AF
Mesures d'exposition-
Modes d'expositionPSAM
Vitesse d'obturation1 s à 1/2 000 s
Motorisation5,9 i/s
Sensibilité ISO125-12 800 ISO
MémoireSD Card
Alimentationbatterie NB13-L
Connexionmicro-USB, HDMI, Wi-Fi, NFC
Dimensions112 x 44 x 76 mm
Poids377 g
Logicielssuite de logiciels Canon
Dans la boîte/

Caractéristiques

Canon poursuit le déploiement de ses PowerShot gamme X avec deux nouvelles références : les G5 X et G9 X. Cette gamme se caractérise par l'intégration de capteur de taille supérieure ou égale à 1" (8,8 x 13,2 mm).

Canon Powershot G5X

Présentation

Actuellement, la famille compte le G1 X Mark II (capteur 1,5"), le G3 X avec son zoom optique 24-600 mm et le petit G7 X de poche. Le G9 X vient compléter le tout avec un boîtier encore plus compact, alors que le G5 X propose un viseur électronique embarqué.

L'arrivée de cette série "experte" vient mettre un terme à deux autres lignées importantes chez Canon : les G et S. Il est probable que le G16 et le S120 n'auront pas de successeurs.

Nous nous intéresserons au G5 X et à sa petite bouille de reflex. Car oui, le nouveau boîtier se veut séducteur avec une fabrication de bon aloi et un design assez réussi, "qui fait" sérieux. Le boîtier intègre de nombreux raccourcis : barillet pour le choix des modes d'exposition, molette pour le correcteur d'exposition, molette avant de réglage, roue codeuse à l'arrière : une ergonomie que l'on attend de tout bon compact expert.

Canon G5X test review vue de dos

Si nous regrettons toujours, sur le G3 X, l'absence de viseur électronique embarqué, le nouvel arrivant ne commet pas cette erreur et propose en standard un viseur Oled de 2 360 000 points. C'est donc une première pour cette gamme d'appareils photo qui, jusqu'à maintenant, ne proposait ce mode de visée électronique qu'en option (et plutôt chère...). Le module viseur + griffe porte-accessoire + flash (qui vient se relever à l'avant) est plutôt massif et personnellement, j'aurais bien vu un ensemble amovible pour gagner un peu de place. Ce viseur est associé à un écran LCD monté sur rotule et tactile.

Côté optique, le G5 X est équipé d'un 24-100 mm f/1,8-2,8 identique à celui du G7 X et donc assez classique : performant au centre du grand-angle et en fond de zoom, moins précis en périphérie. Il dispose d'un mode macro à 5 cm toujours bien pratique, ainsi que d'une stabilisation optique sur 3 axes en photo et sur 5 axes en vidéo (2 axes stabilisés électroniquement). L'iris est construit avec 9 lamelles pour assurer un bokeh harmonieux. Le G5 X intègre un filtre de densité neutre (3 IL) qui sera le bienvenu si vous souhaitez photographier à pleine ouverture, l'obturateur étant limité au 1/2 000 s.

Canon G5X test review écran orientable

Parmi les nouveautés, nous retiendrons la possibilité (enfin) de recharger l'appareil via un câble micro-USB (le chargeur est toujours livré en standard). Le boîtier propose une connexion Wi-Fi ainsi qu'une puce NFC pour faciliter l'appairage.

La vidéo n'est pas oubliée, mais la 4K si. Le G5 X filme donc en HDTV 1080 à 60/50p. Le mode créatif, qui enchaîne plusieurs vues avec des filtres et différents cadrages est aussi de la partie.

Prix et disponibilité

Le Canon PowerShot G5 X sera disponible à la fin du mois d'octobre 2015 (donc pour le Salon de la Photo) au prix de 749 €.

Caractéristiques

Test terrain jour 1

L’arrivée du Canon G5 X sur le segment des compacts experts permet de confirmer une tendance à la montée en gamme de ce marché. Cette année, Sony, Canon, Sigma et Leica s'en sont donné à cœur joie avec pas moins de 7 nouveaux boîtiers : les Sony RX1R Mk II, RX100 Mk IV, les Canon PowerShot G5 X, G3 X et G9 X, le Sigma dp0 Quattro et le Leica Q (Typ 116).

Pour affronter une concurrence aiguisée, le G5 X se pare d’un viseur électronique Oled de 2 360 000 points, d’un zoom polyvalent 24-100 mm f/1,8-2,8 et d’un capteur 1 pouce de 20 Mpx ainsi que d'un écran orientable et tactile. Sur le papier, ce nouveau venu a donc de solides arguments puisque sa fiche technique le place devant le Sony RX100 Mk III, actuellement l'un des meilleurs compacts du marché.

Canon G5 X exemple 11

Nous avions donc hâte de tester ce boîtier, d'autant que nous avons un petit faible pour ce type d'appareils, descendants en quelque sorte des compacts experts argentiques qui ont fait les beaux jours de la photographie de rue. Le Canon G5 X peut-il prétendre s'inscrire dans cette lignée ? Réponse par le terrain !

Avec son look de mini reflex, le Canon G5 X est imposant. Son gabarit ne lui permet pas de se glisser dans la poche d'un jeans, à la différence d'un Sony RX100 Mk III, mais sa préhension est bien meilleure. La prise en main bénéficie d'un petit grip à l'avant et d'un repose-pouce à l'arrière qui permet de le saisir fermement et de ne pas le laisser filer entre les doigts. On s'approche d'ailleurs du gabarit d'un Fujifilm X30, mais ce dernier embarque un capteur plus petit. Si les 377 g du G5 X ne le font pas passer inaperçu dans un petit sac à main, son poids contribue à la sensation d'avoir entre les mains un boîtier dense, solide et bien fini. Les finitions d'ailleurs sont exemplaires et l'on se surprend à contempler le rainurage des différentes molettes de réglages. Il n'y a aucun jeu au niveau des touches, les ajustements sont parfaits, le revêtement granité est réussi à défaut d'être du plus bel effet et, surtout, la rotule de l'écran paraît solide et capable de résister à des milliers de manipulations. Enfin aussi on s'attardera sur le crantage desdites molettes et leur fermeté.

Canon G5 X exemple 15

Le positionnement premium du boîtier est donc clairement affiché et rien ne laisse à penser que le G5 X n'est pas conçu pour durer. Tout juste pourra-t-on regretter la trappe en caoutchouc qui protège les ports télécommande, micro-USB et mini HDMI. Eh oui : il manque bien une prise micro...

L'ensemble est admirablement construit. De nombreuses touches de raccourcis rassurent les photographes qui ne veulent pas perdre de temps avec les menus et on notera surtout la présence d'une molette d'index facilitant le réglage de l'ouverture ou de la vitesse en fonction du mode choisi. On retrouve aussi la même roue crantée personnalisable entourant la base de l'objectif que sur le G7 X.

La silhouette générale du G5 X ne fait pas dans l'élégance, mais dans l'efficacité. La proéminence du viseur s'impose sur le dessus du boîtier, mais Canon a eu la bonne idée d'y intégrer aussi un flash pop-up qui servira à déboucher les ombres en contre-jour. À sa gauche, on accède aux différents modes de prise de vue ; à sa droite, on trouve la correction d'exposition ainsi que le déclencheur couronné d'une gâchette de zoom. À l'arrière, on accède aux réglages de l'autofocus, de la mémorisation d'exposition, de la mise au point, du flash, de la cadence d'image, de la transmission Wi-Fi, du menu rapide ainsi qu'à la lecture des images et au menu complet. Sur la tranche droite, sous la trappe des connectiques, on trouve aussi un bouton de connexion vers un périphérique mobile. L'accès à la carte SD passe par la trappe d'accès à la batterie. Notez que pour recharger cette dernière, Canon livre un chargeur, mais qu'il est aussi possible d'utiliser la prise micro-USB.

Si les fonctionnalités ne manquent pas, l'ergonomie des menus est bien conçue et l'interface est claire. On regrettera cependant que sur un boîtier de cette catégorie, il ne soit pas possible de décider de la vitesse en dessous de laquelle on souhaite qu'il monte en sensibilité en ISO auto, car les fréquences de changement "lente", "rapide" ou "standard" ne signifient pas grand-chose. De la même façon, il ne sera pas possible de désactiver totalement la réduction du bruit : dommage.

Canon G5 X exemple 1

L'un des éléments distinctifs du Canon G5 X est son viseur. À l'usage, il s'avère être un précieux allié lors des prises de vue en plein soleil et permet d'avoir une gestuelle naturelle en portant le boîtier à l'œil. Le dégagement oculaire est une peu trop faible pour les porteurs de lunettes, on s'y sent un peu à l'étroit, mais sa fréquence de rafraichissement (réglable) offre un affichage fluide même en pleine nuit. On regrettera cependant que son détecteur de présence soit trop sensible, car lorsque l'on souhaite travailler à hauteur de poitrine grâce à l'écran orientable, l'affichage bascule automatiquement vers le viseur et l'écran devient tout noir. Agaçant à la longue.

Canon G5 X exemple 2
Canon G5 X exemple 4

Au-delà de ces considérations techniques, attardons-nous quelques instants sur la qualité des images.

Le rendu des couleurs du G5 X est en tout point similaire à celui de son frère d'armes le G7 X, avec des tons neutres et une saturation douce. Il est possible d'accentuer les tons verts, bleus et rouges, et de travailler en mode monochrome sépia et diapositive. Si j'apprécie l'idée que l'accès aux jeux de filtres vintage passe par un mode dédié, je ne comprends pas qu'il ne soit pas possible de choisir un seul effet avant déclenchement : le G5 X les enregistre tous en rafale en même temps, et c'est a posteriori que l'on garde l'effet voulu.

Canon G5 X exemple 3
Canon G5 X exemple 7

Le zoom lumineux 24-100 mm f/1,8-2,8 du G5 X proposant une étendue polyvalente, on pourra réaliser un large panel de prises de vues. D'autant que son "grand capteur" de 1 pouce lui autorise quelques jeux de profondeur de champ, ainsi qu'une certaine aisance en haute sensibilité. Cependant, bien qu'offrant une très bonne acutance au centre de l'image, ledit zoom avoue quelques faiblesses en périphérie à presque toutes les focales et ouvertures. Ce n'est pas trop gênant sur des portraits, mais sur des photos de paysage, les bords de l'image s'avèrent mous et peu piqués. C'est d'ailleurs autour de f/2,8 que l'image révèle sa meilleure homogénéité, la diffraction commençant déjà son œuvre de sape au-delà f/5,6. Ne boudons pas notre plaisir, l'ensemble reste tout même agréable, les aberrations chromatiques sont bien gérées et le rendu JPEG est assez flatteur.

Canon G5 X exemple 14
Canon G5 X exemple 12
Canon G5 X exemple 13

De la même façon, le capteur CMOS de 1 pouce (13,2 x 8,8 mm) et de 20 Mpx délivre des images de très bonne qualité jusqu'à 800 ISO, avec un bon rendu des détails et des textures. À 1 600 ISO, le rendu un peu sablonneux reste encore agréable, mais on sent que les fins détails commencent à être dilués. On pourra encore travailler en RAW sans trop d'arrière-pensées, à condition d'accepter l'aspect un peu granuleux de l'image. Au-delà, ça se complique. Même si on sent bien que le processeur DIGIC 6 fait ce qu'il peut pour contenir l'apparition du bruit chromatique et conserver un aspect global flatteur, notamment une bonne colorimétrie, le lissage grignote les plus fines structures et les dévore totalement à 6 400 ISO. Évidemment, à 12 800 ISO, le couperet tombe et l'image est inexploitable.

Au final, on appréciera donc de travailler avec ce G5 X jusqu'à 1 600 ISO, mais si le lissage avait été moins violent et, surtout, le piqué de l'optique plus percutant, il aurait été possible de gagner peut-être encore 1 IL de sensibilité.

Canon G5 X exemple 8
Canon G5 X exemple 9

La réactivité du Canon G5X est de bon aloi, sans en faire un foudre de guerre. On compte à peine plus de 1 seconde à l'allumage et une bonne réactivité de l'autofocus en plein jour, mais ce dernier rame un peu sur les sujets peu éclairés et l'enregistrement des images RAW prend presque 1,5 seconde. Carte SDHC au minimum recommandée.

Canon G5 X exemple 6

Enfin, en ce qui concerne la vidéo, le Canon G5 X délivre une image tout à fait satisfaisante en HDTV 1080 60p, mais fait l'impasse sur la 4K. Un manque qui risque de faire un peu grimacer sur un marché où chaque constructeur se doit de proposer un élément différenciant. Néanmoins et à titre personnel, cette lacune ne sera pas pour moi rédhibitoire, car toutes mes productions vidéos sont pour le moment diffusées en HDTV 1080, et le flux de travail en 4K reste contraignant en termes de ressources de traitement en montage comme en archivage. J'y viendrai, c'est certain, mais pas dans l'immédiat. En revanche, je regrette beaucoup plus l'absence d'une prise micro et casque. Leur présence aurait largement accru la polyvalence du boîtier. En attendant, les images délivrées ici sont assez denses et bien saturées et le rendu sonore stéréo globalement propre, mais un peu trop sensible aux hautes fréquences.

Gestion du bruit électronique

Pour notre test, la scène est éclairée sous environ 250 lux. Notre appareil étalon est le Canon 5D Mark III qui, pour un gris neutre 18 %, requiert le couple f/5,6 - 1/8 s à une sensibilité de 200 ISO (Tamron 24-70 mm f/2,8 Di VC USD). Le Canon G5 X est également calé pour exposer correctement un gris 18 % avec une sensibilité de 200 ISO et une ouverture de f/5,6. Toutes les options sont positionnées par défaut. Nous faisons alors varier la vitesse et la sensibilité ISO. Les images sont visibles à 100 % (JPEG) et vous pouvez télécharger les fichiers bruts (CR2).

Les JPEG

Le Canon G5 X reprend le capteur 1" du Canon G7 X précédemment testé. Il s'agit d'un modèle rétroéclairé (BSI), sans doute d'origine Sony, qui équipe déjà les RX100 Mark III chez Sony ou le Panasonic FZ1000. Avec 20,2 Mpx effectifs, le côté d'un photosite fait environ 2,4 µm. La plage ISO s'étend de 125 à 12 800 ISO.

Tailles des différents capteurs Comparaison des tailles (agrandies 4x) de différents capteurs.

Le processeur DIGIC 6 associé au capteur 1" délivre des JPEG de qualité de 125 à 400 ISO. Sur cette plage ISO, le bruit est imperceptible tout comme le lissage dans une visualisation à 100 % sur écran.

Les plus fins détails sont dénaturés avec une granulation visible à partir de 800 ISO, mais le lissage est bien maîtrisé et les images conservent une excellente tenue avec des couleurs bien rendues et une très bonne précision.

Granulation et lissage sont un peu plus visibles sur les aplats colorés à 1 600 ISO, bien que les images demeurent de très bonne facture à cette sensibilité. À 3 200 ISO, le lissage se fait plus marqué et la granulation, plus présente, mais le moutonnement reste fin et plutôt agréable. Vous noterez toutefois une perte de dynamique assez visible, notamment dans les zones sombres.

Les deux valeurs supérieures (6 400 et 12 800 ISO) sont plus problématiques, avec un lissage très appuyé ayant pour conséquence une perte visible de détails et l’affadissement des couleurs.

Comparaison à tirage équivalent

Nous avons choisi de confronter le Canon G5 X à quelques boîtiers emblématiques actuels, tels que le Panasonic FZ1000 et le Sony RX100 Mark IV.

Nous comparons naturellement les boîtiers à "tirage équivalent". Nous avons "normalisé" les images pour un tirage 40 x 60 cm en 180 dpi, soit une définition de 12 Mpx environ. Les images sont réalisées à 3 200 ISO avec ci-dessous des détails à 100 %.

Attention, les boîtiers ne sont pas équipés d'optiques équivalentes, le piqué initial n'est donc pas le même. Il faut essayer de comparer uniquement le niveau de bruit électronique... Pas si simple.

Le moutonnement du G5 X est bien visible à 3 200 ISO, mais il est plutôt "agréable" et plus délicat que le lissage trop prononcé à notre goût du Panasonic LX100. L'image du RX100 Mark IV est dense, ce qui masque partiellement la granulation. À cette sensibilité, le compact de Canon s'en sort donc assez bien avec une image équilibrée.

Canon G5 X - 3 200 ISOSony RX100M Mark IV - 3 200 ISO
Canon G5 X - 3 200 ISOPanasonic LX100 - 3 200 ISO

Oscilloscope

Passons les images de la montée ISO du G5 X de Canon sous l'œil de l'oscilloscope pour un avis plus "mathématique".

Notre outil confirme notre perception visuelle, avec un bon rendu jusqu'à 800 ISO : grain modéré, bonne dynamique, couleurs denses. À 1 600 ISO, le bruit vient déjà faire vibrer l'oscilloscope et brouiller un peu le jeu du compact à long zoom, les zones denses sont un peu moins distinctes. À 3 200 ISO, le grain dénature encore les images ; les différentes valeurs de gris se fondent et on distingue moins les transitions. Au-delà, les escaliers disparaissent dans les fortes oscillations, qui témoignent d'un bruit destructeur.

Canon G5X test review bruit électronique sur gris 125 ISOCanon G5 X – 125 ISO | Canon G5X test review bruit gamme gris graphique 100 ISO | | Canon G5X test review bruit électronique sur gris 1600 ISOCanon G5 X – 1 600 ISO | Canon G5X test review bruit gamme gris graphique 1600 ISO | | Canon G5X test review bruit gamme gris 3200 ISOCanon G5 X – 3 200 ISO | Canon G5X review bruit gamme gris graphique 3200 ISO | | Canon G5X test review bruit gamme gris 6400 ISOCanon G5 X – 6 400 ISO | Canon G5X test review bruit gamme gris graphique 6400 ISO |

Exemples de photos

test

Canon G5 X exemple 1
Canon G5 X exemple 2
Canon G5 X exemple 3
Canon G5 X exemple 4
Canon G5 X exemple 5
Canon G5 X exemple 6
Canon G5 X exemple 7
Canon G5 X exemple 8
Canon G5 X exemple 9
Canon G5 X exemple 10
Canon G5 X exemple 11
Canon G5 X exemple 12
Canon G5 X exemple 13
Canon G5 X exemple 14
Canon G5 X exemple 15
Canon G5 X exemple 16

Verdict

Canon G5 X test review recommandé

Au final, ce Canon G5 X est un boîtier attachant et particulièrement plaisant à utiliser. L'adjectif qui le qualifie le mieux à notre sens est "polyvalent", tant on peut réaliser avec lui des images variées et de qualité. Son zoom 24-100 mm f/1,8-2,8 lui autorise un large champ de prises de vues, du paysage au portait en passant par la photo de rue, de jour comme de nuit. De plus, son grand capteur (pour sa catégorie) de 1 pouce lui permet de délivrer une excellente qualité d'image jusqu'à 800 ISO et tout à fait acceptable jusqu'à 1 600 ISO. Au-delà, le lissage devient trop fort et l'image se brouille au fur et à mesure que l'on monte en sensibilité pour apparaître finalement dénuée de texture à 6 400 ISO. On regrette aussi le manque d'homogénéité optique de son zoom en périphérie, quelle que soit la focale. En revanche, le viseur électronique du G5 X constitue l'un de ses atouts les plus intéressants. Quant à la dalle Oled de 2,36 millions de points, elle offre une image bien définie et une bonne fluidité, mais on regrette un dégagement oculaire un peu faible qui nuira aux porteurs de lunettes. Cependant le viseur est épaulé par un excellent écran LCD tactile et orientable de 1 040 000 points au rendu flatteur. De plus, si l'esthétique du boîtier ne fait pas l'unanimité, sa construction paraît sans reproche et surtout les finitions le place en tête du segment.

Alors au final, que retiendrons-nous de ce G5 X ?

D'accord, il n'a pas la 4K, d'accord, son zoom n'est pas des plus performants en périphérie, d'accord il a un look tarabiscoté, mais est-il agréable à l'usage ? La réponse est oui et oui, nous le recommandons. Son ergonomie est agréable, sa prise en main rassurante, ses finitions absolument magnifiques. Son viseur lui confère un confort d'usage qui le place en face des Sony RX100 Mk III, Lumix LX100 et Fujifilm X30 et sa qualité d'image largement suffisante tant qu'on ne le pousse pas dans ces derniers retranchements. Par rapport à ses concurrents, il vient se placer juste en face du RX100 Mk III, à l'ergonomie moins étudiée, mais qui se range véritablement dans une poche de pantalon et en dessous du LX100 qui bénéficie d'un capteur 4/3 autorisant une meilleure qualité d'image en haute sensibilité. Le Fujifilm X30 ferme malheureusement la marche à cause de son petit capteur 1/2,3" moins performant.

L'arrivée du Canon G5 X confirme une tendance à la montée en gamme, qui découle de l'effondrement du marché des compacts grand public dû à l'invasion des smartphones. En restant positif, on peut se dire que nous allons assister à une rude bataille pour conquérir le cœur des photographes qui ne veulent pas sacrifier la qualité d'image et une ergonomie étudiée sur l'autel de la compacité. En dépit de quelques défauts, le Canon G5 X ne souffre pas de faiblesses rédhibitoires et réunit une somme d'atouts considérables qu'il faudra prendre en compte au moment du choix, et s'orienter vers le G5 X ne peut en aucun cas être considéré comme un mauvais choix.

+
  • Finitions
  • Ergonomie
  • Qualité d'image jusqu'à 1 600 ISO
  • Zoom polyvalent et lumineux
  • Écran monté sur rotule et tactile
  • Wi-Fi
  • Autofocus performant
  • Recharge possible par micro-USB
  • Filtre ND intégré
  • Viseur électronique
  • Molettes d'index et à la base de l'objectif
  • Optique manquant de piqué en périphérie
  • Lissage trop fort à partir de 3 200 ISO
  • Temps d'enregistrement des RAW
  • Vitesse d'obturation limitée au 1/2000 s
  • Autonomie limitée à 200 vues en sollicitant viseur et écran
  • Pas de vidéo 4K
  • Pas de prise micro ni casque
  • Pas de rétroéclairage des touches
  • Pas de GPS
  • Pas possible de désactiver la réduction du bruit
  • Pas possible de régler la vitesse de changement de la sensibilité
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Les prix
Canon G5 X
Priceminister 551,00 €
Amazon 693,49 € Voir l'offre
Fnac.com 693,50 € Voir l'offre
Materiel.net 699,00 € Voir l'offre
Villatech 699,00 € Voir l'offre
Miss Numérique 709,00 € Voir l'offre
Digixo 709,90 € Voir l'offre
Voir plus d'offres
Contenus sponsorisés