canon 860 is, fujifilm f50fd, panasonic fx55, ricoh r7

## L'appareil idéal existe-t-il ?

Les reflex produisent actuellement sans doute les meilleures images. Pourtant, ceux-ci sont, malgré une tendance à la miniaturisation, à la fois lourds, encombrants et peu discrets. Difficile de passer inaperçu, dans une soirée d'amis par exemple, avec un Canon EOS 40D rivé à l'oeil. Avec un reflex en bandoulière, vous attisez forcément la curiosité dans des situations où la discrétion est de rigueur : spectacle, photos de rue...Bref, les caractéristiques physiques d'un appareil reflex ne sont pas idéales dans toutes les situations et parfois un simple compact ou ultracompact s'acquitte parfaitement de sa tâche photographique.

Parmi la pléthore d'appareils ultracompacts, il est bien souvent difficile de faire son choix. Pour notre comparatif, nous avons sélectionné 4 boîtiers : le Canon Ixus 860 IS, le Fujifilm FinePix F50fd, le Panasonic Lumix DMC-FX55 et enfin le Ricoh Caplio R7. Si tous n'ont pas exactement les mêmes caractéristiques techniques, ils disposent en revanche de certaines spécificités très intéressantes pour le photographe. Certains ont des grands-angles (Canon, Panasonic, Ricoh), des zooms importants (Ricoh), des larges écrans ou des systèmes de stabilisation. Bien sûr, l'appareil idéal serait doté de toutes ces qualités. Bien sûr celui-ci n'existe pas (encore) et le choix d'un ultracompact sera une fois de plus une affaire de compromis. Reste à définir vos critères prioritaires et quelles sont vos exigences.

Alors, lequel de ces appareils ultracompacts vous convient-il le mieux ? Réponses dans les prochaines pages.

Canon Ixus 860 IS

## Canon Ixus 860 IS

8 millions de pixels et un écran 3 pouces

Remplaçant de l'ultracompact vedette, le modèle 850 IS, le Canon Ixus 860 IS arrive avec un nouvel habillage plutôt séduisant. La coque n'est plus entièrement en métal, mais se partage désormais avec une partie en plastique noir. Le dos de l'appareil évolue considérablement avec un bel écran de 3 pouces (7,6 cm) serti d'un plastique noir laqué du plus bel effet.

Si le Canon Ixus 860 IS partage certaines caractéristiques techniques avec son prédécesseur (processeur d'images DIGIC III, zoom optique 3,8x, zoom grand-angle 28 mm, détection des visages, système de stabilisation optique...), le nouvel ultracompact apporte également son lot de nouveautés. Ainsi, la définition de l'appareil passe de 7 à 8 millions de pixels, l'écran est désormais plus vaste et le système de détection des visages encore plus réactif.

On reste toutefois sur notre faim concernant, par exemple, la plage de sensibilité qui reste limitée à 1600 ISO, l'absence de mode à priorité (pour plus de créativité) ou le mode vidéo qui plafonne en 640 x 480 pixels, alors que les premiers modèles d'appareils qui filment en haute définition font leurs apparitions.

  • Capteur :

    CCD 8 mégapixels (1/2,5 pouce)

  • Zoom :

    3,8x, 28-105 mm en eq. 24x36, f/2,8-5,8

  • Stabilisation :

    oui, par déplacement de lentilles

  • Écran LCD :

    3 pouces (7,6 cm), 230 000 points

  • Mesure d'exposition :

    évaluative avec détection de visage, pondérée centrale et spot

  • Modes d'exposition :

    Auto

  • Mise au point :

    autofocus TTL sur 9 points, spot, détection des visages

  • Sensibilité :

    Auto, 80, 100, 200, 400, 800, 1600 ISO

  • Mémoire :

    emplacement SD/SDHC

  • Mode vidéo :

    640 x 480 pixels, 30 img/s avec son, avec zoom numérique (AVI)

  • Définition image :

    3 264 x 2 448 pixels

  • Format image :

    JPEG

  • Alimentation :

    batterie Lithium-ion NB-5L (environ 240 clichés normes CIPA), avec chargeur

  • Connexion :

    USB 2, vidéo

  • Dimensions :

    92,6 x 58,8 x 25,9 mm

  • Poids :

    179 g

  • Logiciels :

    ZoomBrowser EX / ImageBrowser, PhotoStitch

Fujifilm FinePix F50fd

## Fujifilm FinePix F50fd

La stabilisation optique, enfin

La lignée des compacts Fujifilm FinePix F compte désormais un nouveau membre : le FinePix F50fd. Un nouvel arrivant qui débarque avec de sérieux atouts : définition du capteur à 12 millions de pixels, large écran de 2,7 pouces et surtout une plage de sensibilité ISO importante.

En effet, le Fujifilm FinePix F50fd permet de photographier de 100 à 3200 voire 6400 ISO. Pour atteindre ces performances, le compact utilise un regroupement de pixels. Ainsi, à 3200 ISO, la définition des images sera de 6 millions de pixels et de 3 mégapixels pour la sensibilité 6400 ISO.

La grande nouveauté reste toutefois l'intégration d'un "vrai" système de stabilisation optique par déplacement du capteur. Une fonctionnalité attendue pour compléter l'excellente gestion du bruit électronique qui a fait la réputation de la gamme.

On regrettera toutefois l'absence de véritable grand-angle ou même d'un véritable zoom. L'objectif 3x est en effet assez (trop ?) commun. On retiendra toutefois, le prix très abordable de l'ultracompact de Fujifilm, un argument de poids lors de la décision d'achat.

  • Capteur :

    SuperCCD HR 12 mégapixels (1/1,6 pouce)

  • Zoom :

    3x, 35-105 mm en eq. 24x36, f/2,8-5,1

  • Stabilisation :

    oui, par déplacement du capteur

  • Écran LCD :

    2,7 pouces (6,9 cm), 230 000 points

  • Mesure d'exposition :

    TTL sur 256 zones, pondérée centrale et spot

  • Modes d'exposition :

    P,A,S et modes scènes

  • Mise au point :

    autofocus par contraste, détection des visages

  • Sensibilité :

    Auto, 100-1600 ISO, 3200 ISO en mode 6 mégapixels, 6400 ISO en mode 3 mégapixels

  • Mémoire :

    25 Mo interne, emplacement xD/SD/SDHC

  • Mode vidéo :

    640 x 480 pixels, 30 img/s avec son, sans zoom optique (AVI)

  • Définition image :

    4000 x 3000 pixels

  • Format image :

    JPEG

  • Alimentation :

    batterie Lithium-ion, NP-50 (1000 mAh) environ 230 vues (normes CIPA), avec chargeur

  • Connexion :

    USB 2, vidéo, vidéo

  • Dimensions :

    60 x 86 x 20,5 mm

  • Poids :

    162 g

  • Logiciels :

    FinePix Viewer

Panasonic Lumix DMC-FX55

## Panasonic Lumix DMC-FX55

Stabilisation optique et écran de 3 pouces

Avec le Lumix DMC-FX55, Panasonic livre une version luxueuse de son modèle phare, le FX33, avec un large écran de 3 pouces (7,6 cm) et un design très légèrement revu.

Le nouveau modèle dispose toujours des caractéristiques techniques qui ont fait la réputation des ultracompacts de la marque : stabilisation optique, 3 formats d'images (19/9, 3/2 et 4/3), zoom optique 3,6x, zoom grand-angle (28 mm), système de détection des visages et ISO Intelligent.

Le Panasonic Lumix FX55 est également équipé du mode Auto Intelligent qui analyse les scènes photographiées et adapte automatiquement l'appareil selon les réglages les plus appropriés (macro, paysage, portrait) sans que l'utilisateur ait à s'en occuper.

Sur la fiche technique de l'ultracompact de Panasonic, il y a peu à redire hormis une taille de capteur trop petite (c'est le cas pour tous les compacts actuels), un mode vidéo qui ne s'intéresse pas au format HD et des réglages manuels (A,S et M) toujours absents.

  • Capteur :

    CCD 8 mégapixels (1/2,5 pouce)

  • Zoom :

    3,6x, 28-100 mm en eq. 24x36, f/2,8-5,6

  • Stabilisation :

    oui, par déplacement de lentilles

  • Écran LCD :

    3 pouces (7,6 cm), 230 000 points

  • Mesure d'exposition :

    multiple

  • Modes d'exposition :

    Auto

  • Mise au point :

    autofocus par contraste (sur 9,3 ou 1 points), détection des visages

  • Sensibilité :

    Auto, 100-1600 ISO, 1600-6400 ISO en mode haute sensibilité

  • Mémoire :

    27 Mo internet, emplacement SD/SDHC

  • Mode vidéo :

    848 x 480 pixels (16/9) ou 640 x 480 (4/3), 30 img/s avec son, sans zoom optique (QuickTime)

  • Définition image :

    3264 x 2448 pixels (4/3) ou 3264 x 2176 pixels (3/2) ou 3264 x 1840 pixels (16/9)

  • Format image :

    JPEG

  • Alimentation :

    batterie Lithium-ion (1000 mAh), avec chargeur

  • Connexion :

    USB, vidéo

  • Dimensions :

    94,9 x 57,1 x 22,8 mm

  • Poids :

    xx g

  • Logiciels :

    Lumix Simple Viewer 1.3 et ArcSoft software suite

Ricoh Caplio R7

## Ricoh Caplio R7

Zoom 7x, stabilisé

Avec le Caplio R7, Ricoh perpétue la tradition de la série R qui associe un grand-angle 28 mm, un zoom important (7,1x) et un système de stabilisation optique par déplacement du capteur.

Extérieurement, le Caplio R7 ne présente que peu de différences avec les précédents modèles à zoom 7x. Assez épais, le boîtier est équipé d'un large écran LCD de 2,7 pouces et un fonctionnement...résolument bruyant.

Outre son intéressant zoom 28-200 mm, le Ricoh Caplio R7 se distingue de la concurrence par un excellent mode macro (4 cm pour la mise au point) et surtout par la présence de véritables modes à priorité (A et S) qui permettent un peu de créativité avec ce petit appareil.

Bien sûr, le prix très attractif du Ricoh Caplio R7 est également à prendre en compte lors du choix final.

  • Capteur :

    CCD 8 mégapixels (1/2,5 pouce)

  • Zoom :

    7,1x, 28-200 mm en eq. 24x36, f/3,3-5,2

  • Stabilisation :

    oui, par déplacement du capteur

  • Écran LCD :

    2,7 pouces (6,9 cm), 230 000 points

  • Mesure d'exposition :

    TTL sur 256 zones, pondérée centrale et spot

  • Modes d'exposition :

    Auto, modes scène

  • Mise au point :

    autofocus TTL par détection de contraste, détection des visages

  • Sensibilité :

    Auto, 64, 100, 200, 400, 800, 1600 ISO

  • Mémoire :

    24 Mo internet, emplacement SD/SDHC

  • Mode vidéo :

    640 x 480 pixels, 30 img/s sans son, avec zoom numérique (AVI)

  • Définition image :

    3 264 x 2 448 pixels

  • Format image :

    JPEG

  • Alimentation :

    batterie Lithium-ion DB-70, avec chargeur

  • Connexion :

    USB 2, vidéo

  • Dimensions :

    99,6 x 55 x 23,3 mm

  • Poids :

    179 g

  • Logiciels :

    Caplio Software

canon 860 is, fujifilm f50fd, panasonic fx55, ricoh r7, logiciels

## Prise en main

Canon Ixus 860 IS

Le petit compact Canon est assez séduisant avec un design très contemporain alliant plusieurs matériaux : métal et différents plastiques. La finition est exemplaire et, excepté les deux trappes (sortie vidéo/USB et carte mémoire/batterie qui semblent un peu fragiles), la construction de l'Ixus 860 IS semble très fiable. j'ai toutefois noté que la coque métallique se raille assez facilement.

Malgré des dimensions très réduites, qui permettent à l'ultracompact de tenir facilement dans une poche ou un petit sac, l'interface reste parfaitement claire et accessible. L'arrière est occupé par un large écran de 3 pouces (7,6 cm) offrant de très larges angles de vision et une remarquable fluidité. En pénombre, l'affichage reste fluide, mais sévèrement bruité. 5 boutons et une couronne tactile complètent l'interface du compact. L'ergonomie des menus est exemplaire et l'Ixus 860 IS se maîtrise en quelques minutes avec une interface graphique claire et réactive.

L'Ixus 860 IS est clairement un appareil "grand public" et il ne dispose que de peu de réglage. Le mode "Manuel" n'est qu'une sorte de leurre et ne permet de régler la vitesse d'obturation ou l'ouverture du diaphragme, mais permet d'accéder à des options pour un usage avancé : balance de blancs, correcteur d'exposition, mesure de la lumière. L'affichage des informations est complet et je regrette juste que Canon s'obstine à ne toujours pas proposer un histogramme d'exposition à la prise de vue.

La nouvelle fonction "décalage ISO automatique" est plutôt une bonne idée : lorsque l'appareil détecte une vitesse d'obturation trop lente, la touche d'impression directe s'allume en bleue et si celle-ci est enfoncée, la sensibilité ISO se décale automatiquement vers de plus hautes valeurs. En pratique, maintenir le bouton enfoncé tout déclenchant est une manipulation assez délicate qui, ironie du sort, vous fera sans doute bouger l'appareil. Une tirette sur le dessus de l'appareil permet d'accéder rapidement aux différents modes : photo, vidéo et modes scène. Pratique.

En mode lecture, l'Ixus 860 IS offre les contrôles classiques : navigation dans les images (à l'aide de la couronne tactile), zoom (10x), suppression, impression directe, diaporama, correction des yeux rouges, protection, recadrage, modification des couleurs, rotation et annotation vocale. Sur les vues, les informations sont complètes (avec un histogramme d'exposition).

Canon-ixus-860-is-menus
envoyé par focusnumerique

Fujifilm FinePix F50fd

Par rapport au FinePix F31fd qu'il remplace, le nouveau FinePix F50fd apporte de sensibles changements au niveau du design : le boîtier gagne en galbe et en élégance. Il reste d'une taille relativement modeste et trouvera naturellement sa place dans une poche de pantalon ou un petit sac. La finition est excellente et la construction semble très robuste.

À l'arrière, vous découvrirez un écran de 2,7 pouces confortable (il n'est pas brillant) et fluide en pleine lumière. Les couleurs affichées sont saturées et sont trop flatteuses pour être fidèles. En pénombre, l'affiche saccade et il est impossible d'afficher un histogramme d'exposition pendant la prise de vue.

L'interface se compose d'une molette de sélection des modes d'exposition (vidéo, photo, mode à priorité A/S, automatique, haute sensibilité...) et d'une croix de sélection épaulée par 4 touches de fonction. La touche F permet d'accéder rapidement au menu photo pour modifier la sensibilité ISO, le rendu des couleurs ou la taille des images. J'aurai apprécié trouver dans ce menu, la balance des blancs, sans doute plus utile que le rendu colorimétrique. Si le FinePix F50fd dispose bien de modes à priorité (A,S), la mise en oeuvre reste relativement délicate. Comme sur l'Ixus 860 IS, le mode M n'est pas vraiment "manuel", mais permet de modifier de nombreuses options pour une utilisation avancée.

Les menus sont relativement clairs, mais sont réellement linéaires. En mode lecture, les options sont classiques : navigation, suppression, rotation (il n'y a pas de rotation automatique des images), impression, mais pas d'histogramme d'exposition.

Fujifilm-f50fd-menus
envoyé par focusnumerique

Panasonic Lumix DMC-FX55

À première vue, le Panasonic FX55 n'est qu'une "simple" copie du FX33 doté d'un écran de 3 pouces. Pourtant, l'arrivée du LCD plus vaste a sans doute contraint le fabricant à quelques modifications. L'appareil est ainsi légèrement plus large et arbore quelques modifications cosmétiques, comme cet agréable renflement sur le devant de l'appareil qui permet une meilleure prise en main. Le design reste toutefois assez classique (il n'a guère évolué depuis la naissance de la gamme FX) et j'aurai apprécié un peu plus d'audace de la part de Panasonic pour séduire le consommateur. Le boîtier reste sobre et élégant. La finition est superbe et les matériaux utilisés semblent résistants.

L'interface est également sobre, voire austère : deux boutons, un joystick, une tirette (pour la mise en route) et une molette. Cette dernière est la véritable tour de contrôle du Lumix FX55. D'ici, vous passez du mode lecture, à la prise de vue automatique, au mode macro, aux modes scènes, film, bloc note et impression. Rapide et pratique. Par contre, ne cherchez pas les modes à priorité, ils sont malheureusement absents du compact. La touche Func affiche un menu qui permet de régler rapidement les principaux paramètres de la prise de vue : stabilisation, mode rafale, balance des blancs, sensibilité ISO, taille et qualité des images. Le joystick est une nouveauté. Il remplace la traditionnelle croix de navigation. D'une petite taille, le joystick reste toutefois assez facilement manipulable et permet d'activer rapidement la correction d'exposition, le flash, le retardateur ou la visualisation des images.

L'écran LCD est relativement brillant (le plus brillant de la sélection) et si l'affichage est fluide en pleine lumière, il saccade rapidement en pénombre. L'affichage manque également un peu de précision par rapport à la concurrence. Les menus sont clairs et peu compliqués avec une navigation linéaire.

En mode lecture, les options sont nombreuses et classiques : navigation, suppression, zoom (16x, diaporama ), rotation, recadrage, annotation vocale.

Panasonic-fx55-menus
envoyé par focusnumerique

Ricoh Caplio R7

Pour ce modèle, les modifications par rapport au précédent modèle, le Ricoh R6, sont minimes. Le Ricoh Caplio R7 affiche donc un design épuré, mais relativement classique, voire basique. Comparativement aux autres modèles, la construction du boîtier est d'un niveau un peu inférieur, mais l'ensemble s'est bien comporté pendant toute la durée des tests.

Destiné au grand public, le Caplio R7 dispose d'une interface très simple : 3 touches, une croix de sélection et un joystick. Ces différents éléments sont assez petits (même la touche de mise sous tension...) et parfois difficilement manipulables. Le joystick (qui remplace la touch ADJ pour adjust) en est malheureusement l'exemple le plus représentatif. C'est d'autant plus dommage qu'il permet d'accéder à 4 réglages configurables (excellente idée) pour modifier rapidement au choix la balance des blancs, la sensibilité ISO, la mesure de la lumière...

La croix de sélection donne accès au flash, au mode macro, au retardateur et aux différents modes scènes (il faudra préalablement positionner la tirette située sur le dessus de l'appareil sur la position ad hoc). Deux fonctionnalités sont également personnalisables. Une possibilité aussi rare que précieuse qu'il convient de signaler. Dans le même ordre d'idée, le mode My permet également d'enregistrer une configuration (un mode noir et blanc en haute sensibilité par exemple) que l'on pourra rapidement appeler en cas de besoin. Simple et très efficace.

L'écran LCD de 2,7 pouces est confortable, précis et fluide quel que soit le niveau de lumière. En revanche, en pénombre, il devient rapidement bruité. L'affichage des informations est complet et les menus sont basiques, mais facilement compréhensibles. En mode lecture, les options sont également nombreuses et vous pourrez facilement naviguer dans vos clichés pour les trier, effectuer une rotation (il n'y a pas de rotation automatique des images), les recadrer ou les imprimer directement sur une imprimante.

Ricoh-r7-menus
envoyé par focusnumerique

épaisseur des 4 compacts

Les 4 compacts sont de tailles relativement proches. Même sur l'épaisseur des boîtiers, les différences sont minimes.

canon 860 is, fujifilm f50fd, panasonic fx55, ricoh r7, logiciels

Les logiciels sont sans doute les éléments que l'on considère le moins lors de l'achat d'un compact. Pourtant, ceux-ci constituent le plus souvent la porte d'entrée, pour la plupart des utilisateurs, pour télécharger, trier, retoucher, exporter et profiter de leurs images.

Si des logiciels de renom, comme Adobe Photoshop Elements, étaient parfois livrés avec des compacts , les constructeurs se sont désormais retranchés vers des logiciels développés en interne ou commandés à des sociétés tierces. La seule exception est Panasonic, qui livre avec le FX55, la suite de la société ArcSoft.

Canon Ixus 860 IS

canon 860 is logiciels

Le logiciel ZoomBrowser (Windows) ou ImageBrowser (Mac OS X), livré avec le **Canon Ixus 860 IS**, est le logiciel le plus complet de la sélection. Il permet de profiter pleinement et assez facilement de ses images. Il permet de trier, retoucher, imprimer et partager ses images. En supplément, Canon met à disposition un petit logiciel pour réaliser des montages vidéo et Photostich, pour réaliser facilement des panoramiques.

Fujifilm FinePix F50fd

fujifilm FinePix F50fd logiciels

Le **Fujifilm F50fd** est livré avec le FinePixViewer, un logiciel assez complet qui permet beaucoup d'opérations avec un guide affiché en permanence. La plus séduisante est sans doute la possibilité de réaliser des tirages papier de vos clichés directement avec le service en ligne de Fujifilm. La prise en main est très facile.

Panasonic Lumix DMC-FX55

panasonic lumix dmc-fx55 logiciels

**Le Panasonic FX55**, est livré avec plusieurs logiciels (pour Windows) et une suite ArcSoft (Windows, Mac OS X). SimpleViewer est réellement...simple, mais très limité.

panasonic lumix dmc-fx55 logiciels

Le logiciel PhotoFun est légèrement plus évolué, mais n'apporte finalement que peu de nouvelles fonctions. Il est également limité au système d'exploitation Windows.

panasonic lumix dmc-fx55 logiciels

Enfin, la suite ArcSoft (Windows/Mac OS X) est sans doute l'élément le plus évolué de l'offre Panasonic, mais la prise en main n'est pas des plus aisée.

Ricoh Caplio R7 Ricoh Caplio R7 logiciels

Le Ricoh Caplio R7 est livré avec le logiciel Irodio, un logiciel relativement complet et agréable d'emploi.

canon 860 is, fujifilm f50fd, panasonic fx55, ricoh r7, stabilisation

Stabilisation

Les 4 ultracompacts de notre sélection intègrent un système de stabilisation soit par déplacement de lentilles (Canon Ixus 860 IS et Panasonic FX55) ou par déplacement du capteur (Ricoh R7 et Fujifilm F50fd). Le F50fd de Fujifilm est le premier boîtier de la marque à embarquer un tel dispositif. Un système très attendu par les aficionados de la marque et qui viendrait en complément de la bonne gestion du bruit électronique lors de la montée de la sensibilité sur les boîtiers précédents.

La confrontation des différents appareils permet également de vérifier l'efficience des deux systèmes de stabilisation. Sur nos tests (10 images réalisées pour chaque sensibilité avec et sans système de stabilisation), les ultracompacts dotés d'un stabilisateur par déplacement des lentilles sont légèrement plus performants.

Canon ixus 860 IS stabilisation

Les premiers effets de la stabilisation optique du **Canon Ixus 860 IS** sont visibles dès le 1/4 s et elle donne vraiment de bons résultats au 1/8s. C'est le système le plus efficace de notre comparatif.

Fujifilm FinePix F50fd

Grande première pour Fujifilm. La stabilisation est effective à partir du 1/10 s et devient véritablement intéressante au 1/20 s.

Panasonic Lumix DMC-FX55

Le système de stabilisation optique du **Panasonic FX55** est également très performant avec des premiers résultats au 1/4 et 1/10 s. Il est toutefois un peu moins efficace que le système de stabilisation de l'Ixus 860 IS.

Ricoh Caplio R7 stabilisation

Le Ricoh R7 est pénalisé par son objectif qui n'ouvre qu'à f/3,3 (contre f/2,8 pour les autres modèles). Le graphique n'est pas représentatif des performances du système, mais de l'appareil en général dans une situation donnée. On remarque qu'au 1/10 s, le nombre de photos acceptables est équivalent aux modèles Fujifilm et Panasonic.

Exemple de stabilisation

Exemple d'image réalisée avec le **Canon Ixus 860 IS** à 200 ISO avec le stabilisateur optique (1/2 s).

canon 860 is, fujifilm f50fd, panasonic fx55, ricoh r7, vidéo

Sur les 4 ultracompacts présentés, aucun ne permet de filmer en haute définition et tous sont limités en 640 x 480 pixels, exception faite du Panasonic FX55, qui dispose d'un mode 16/9 et qui filme donc en 848 x 480 pixels. La cadence est de 30 images / s, ce qui assure une très bonne fluidité. Autre déception, les zooms optiques sont inopérants pendant l'enregistrement et seul le Canon Ixus 860 IS exploite un zoom numérique, ce qui dégrade considérablement la qualité des images. Sur les 4 appareils, la mise au point est également bloquée et il n'est pas possible de la modifier pendant l'enregistrement des vidéos.

Vous trouverez ci-dessous 4 exemples de vidéos réalisées avec les compacts. En cliquant sur les images, vous pouvez télécharger 30 secondes de film et comparer facilement la qualité des images.

Canon Ixus 860 IS

[Canon Ixus 860 IS vidéo

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/canon-ixus-860-is-30s.avi)

Le Canon Ixus 860 IS présente sans doute la meilleure qualité d'image en mode vidéo. Celle-ci est peu compressée. Revers de la médaille, 30 secondes de film représentent un peu plus de 57 Mo sur la carte mémoire. Le format d'encapsulage la vidéo est AVI.

Fujifilm FinePix F50fd

[Fujifilm FinePix F50fd vidéo

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/fujifilm-f50fd-30s.avi)

Si la définition de la vidéo produite par le Fujifilm F50fd est bien de 640 x 480 pixels, la précision des images est dégradée par rapport aux autres compacts. La compression est en effet plus importante et 30 secondes de film pèsent "seulement" 28 Mo.

Panasonic Lumix DMC-FX55

[Panasonic FX55 vidéo

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/panasonic-fx55-30s.mov)

Le Panasonic FX55 est le seul modèle à proposer une définition supérieure au "classique" 640 x 480 pixels. En effet, il est possible d'adopter un rapport 16/9 pour les vidéos et de filmer en 848 x 480 pixels, toujours en 30 i/s. La qualité est très satisfaisante avec toutefois un rendu colorimétrique un peu terne et une compression assez visible. Attention, le format d'encapsulage de la vidéo est .MOV et nécessite Quicktime pour la lecture. 30 secondes de vidéo représentent 49 Mo 16/9e et 32 Mo en mode 640 x 480 pixels.

Ricoh Caplio R7

[Ricoh R7 vidéo

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/ricoh-r7-30s.avi)

Le Ricoh R7 enregistre en 640 x 480 et 30 i/s avec le son et un zoom numérique. En outre, la balance des blancs est très froide.

canon 860 is, fujifilm f50fd, panasonic fx55, ricoh r7, flash

Flash

Naturellement, les 4 appareils de la sélection disposent d'un flash soit pour éclairer une scène trop sombre, soit pour déboucher les ombres d'un contrejour. Les options sont relativement classiques et vous activez les modes forcé, automatique, synchro lente et yeux rouges. Pour ce dernier mode, le mode opératoire varie. En effet, la plupart des appareils émettent un pré-flash afin de réduire la pupille.

Le Fujifilm F50fd agit différemment en corrigeant dès la prise de vue, les yeux rouges de la personne photographiée. L'action est rapide car couplée à la détection des visages, l'appareil situe immédiatement les yeux. C'est un système un peu plus efficace qui permet plus de rapidité (pas de pré-flash) et de spontanéité. Aucun des appareils ne permet une correction de la puissance du flash et seul le Ricoh R7 dispose d'un mode "soft" (doux) qui atténue la puissance de l'éclair.

Canon Ixus 860 IS

Canon Ixus 860 IS Flash

En grand-angle (28 mm), avec un sujet à environ 2 m de distance, le flash du Canon Ixus 860 IS manque un peu de puissance et la décroissance de la lumière du flash est parfaitement visible, mais le visage n'est pas "brûlé". L'image est globalement assez sombre.

Fujifilm FinePix F50fd

Fujifilm FinePix F50fd Flash

Le grand-angle plus étroit du Fujifilm F50fd octroie plus de puissance au flash. La scène est bien éclairée et le visage assez uniforme (avec détection des visages).

Panasonic Lumix DMC-FX55

Panasonic Lumix DMC-FX55 Flash

À 28 mm, le flash du Panasonic FX55 est un peu plus puissant que celui du Canon et l'image est globalement un peu mieux exposée.

Ricoh Caplio R7

Ricoh Caplio R7 Flash

Le flash du Ricoh R7 est assez puissant et même en grand-angle (28 mm) le résultat est assez concluant sur le visage.

Ricoh Caplio R7 Flash

Le mode "soft" atténue la puissance du flash, à réserver aux portraits rapprochés.

canon 860 is, fujifilm f50fd, panasonic fx55, ricoh r7, performances

Performances

Les performances sont un autre élément critiques des compacts. Si le temps de latence au déclenchement a totalement disparu des boîtiers actuels, d'autres éléments comme le délai à la mise sous tension, ou la réactivité de l'autofocus sont désormais des critères à prendre en compte. Sur ce point, le Canon Ixus 860 IS creuse véritablement l'écart sur plusieurs points de mesures par rapport à ses concurrents.

C'est, par exemple, le seul boîtier dont la mise en route requiert moins d'une seconde, laissant les autres compacts (à 2 secondes) loin derrière. Le temps entre deux photos est également très court (1,1 s) et seul le Ricoh R7 parvient à tenir tête au petit Canon décidément bien nerveux. L'Ixus cède toutefois ses lauriers au Panasonic FX55 concernant le mode rafale, qui décroche la première place du podium avec une impressionnante cadence de 4 i/s (sur 4 vues).

Tous les tests sont réalisés avec une carte SDHC Hama de 2 Go très rapide.

Canon Ixus 860 IS Fujifilm FinePix F50fd Panasonic Lumix DMC-FX55 Ricoh Caplio R7
Mise sous tension 0,9 s 2 s 2,1 s 2,5 s
Temps entre deux images 1,1 s 2,4 s 2 s 1,1 s
Temps entre deux images avec flash 3,3 s / 2,8 s 2,8 s
Autofocus grand-angle 0,6 s 0,5 s 0,8 s 1,2 s
Autofocus télé 0,6 s 1 s 1,3 s 1,25 s
Autofocus pénombre 0,6 s (avec lampe) 1 s (avec lampe) 1, 4 s (avec lampe) 1,3 s (avec lampe)
Rafale pleine résolution 1,4 i/s illimité 2 i/s sur 3 images 4 i/s sur 4 images et 2,2 i/s illimité 2,3 i/s illimité
Taille des images entre 3,2 et 3,8 Mo entre 4,3 et 4,9 Mo entre 3 et 3,8 Mo entre 2,6 et 2,8 Mo
Temps de transfert 10 images par USB 5,9 s / 28 s 5,2 s
Temps pour déployer le zoom 1,4 s / 2 s 1,2 s

Détection des visages

La détection des visages est sans doute LA fonctionnalité de l'année 2007. Nouvellement implantée sur certains modèles, elle est désormais en version 2 sur d'autres, comme le Fujifilm FinePix F50fd ou la Canon Ixus 860 IS. Sur ces modèles, les progrès sont sensibles (particulièrement sur le FinePix F50fd) et la détection de visages opère avec succès même avec des profils. Sur ce terrain, le Ricoh Caplio R7 reste en dessous des performances des autres boîtiers. Vous pouvez visualiser le fonctionnement des différents systèmes de détection des visages sur les 4 vidéos ci-dessous.

Canon Ixus 860 IS

Canon-ixus-860is-facedetection
envoyé par focusnumerique

Fujifilm FinePix F50fd

Fujifilm-f50fd-detection-visage
envoyé par focusnumerique

Panasonic Lumix DMC-FX55

Panasonic-fx55-face-detection
envoyé par focusnumerique

Ricoh Caplio R7

Ricoh-r7-face-detection
envoyé par focusnumerique

Précision, couleurs

Avec son capteur à 12 millions de pixels, le Fujifilm FinePix F50fd offre une remarquable précision, supérieure à celle de ces concurrents. Les 3 autres boîtiers donnent des résultats conformes à leur définition. Concernant les couleurs, c'est le Panasonic Lumix DMC-FX55 qui offre le rendu colorimétrique le pus fidèle, mais globalement, les appareils de notre sélection ont un rendu colorimétrique satisfaisant.

Canon Ixus 860 IS

| |
|
| Canon ixus 860 IS couleur

| [Canon ixus 860 IS précision](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/canon-ixus860is-precision-pub.jpg) |

À 80 ISO, l'Ixus 860 Is offre une résolution de 2095 lignes à f/2,8. Concernant la colorimétrie, on note une excellente balance des blancs manuelle (cercle blanc au centre), mais quelques dérives colorimétriques dans les jaunes (manque de saturation) et dans les bleus (pour renforcer les teintes du ciel).

Fujifilm FinePix F50fd

| |
|
| fujifilm FinePix F50fd couleur

| [Fujifilm FinePix F50fd précision](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/fujifilm-f50fd-precision-pub.jpg) |

À f/2,8, le FinePix F50fd offre une résolution de 2182 lignes. Un excellent score pour un compact. Côté colorimétrie, le boîtier de Fujifilm offre une bonne balance des blancs manuelle et un rendu satisfaisant, avec les dérives habituelles dans les bleus et les jaunes. Rien de dramatique.

Panasonic Lumix DMC-FX55

| |
|
| Panasonic Lumix DMC-FX55 couleur

| [Panasonic Lumix DMC-FX55 précision](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/panasonic-fx55-precision-pub.jpg) |

La résolution du Panasonic Lumix FX55 est de 2072 lignes à la plus basse sensibilité et la plus grande ouverture. Le rendu colorimétrique du compact est assez fidèle, mais globalement peu saturé. La balance des blancs est également assez neutre.

Ricoh Caplio R7

| |
|
| Ricoh Caplio R7 couleur

| [Ricoh Caplio R7 précision](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/ricoh-r7-precision-pub.jpg) |

Le Ricoh R7 offre une résolution de 2121 lignes, ce qui place le compact en deuxième position de notre comparatif. Un excellent résultat pour un capteur à 8 millions de pixels. On ne peut pas en dire autant pour le rendu des couleurs. Les dérives sont visibles pour les rouges et les bleus.

Distorsion, vignetage

Les 4 compacts de notre sélection présentent un vignetage très modéré en grand-angle et n'est donc pas une caractéristique discriminante pour ces appareils. La distorsion est assez marquée (et donc visible) sur le Canon Ixus 860 IS en position grand-angle. Les autres boîtiers sont meilleurs, tout particulièrement le FinePix F50fd, dont le zoom ne débute qu'à 35 mm.

Canon Ixus 860 IS

Canon Ixus 860IS distorsion

La déformation en barillet est assez prononcée en grand-angle et s'estompe lors du zoom.

Fujifilm FinePix F50fd

Fujifilm F50fd distorsion

Peu de déformations sur le FinePix F50fd, mais le grand-angle est limité à 35 mm. Ce n'est donc pas une véritable prouesse.

Panasonic Lumix DMC-FX55

Panasonic FX55 distorsion

Peu de déformations géométriques sur le Panasonic FX55.

Ricoh Caplio R7

Ricoh R7 distorsion

Le Ricoh R7 dispose d'une belle optique qui déforme assez peu en grand-angle.

Franges pourpres

Le phénomène des franges pourpres est assez bien maîtrisé par les 4 boitiers de la sélection. Même sur des sujets contrastés, les effets sont peu visibles. Vous trouverez plus bas, des exemples de photos réalisés en grand-angle et au téléobjectif. Le Canon Ixus 860 IS, le Panasonic Lumix FX55 et le Ricoh R7 disposent tous 3 d'un grand-angle 28 mm. Seul l'objectif du Fujifilm F50fd débute à 35 mm. Le R7 est le compact à offrir un véritable zoom 7x.

| |
|
| fujifilm f50fd franges pourpres

| Canon Ixus 860IS franges pourpres |

Canon Ixus 860 IS à gauche et Fujifilm FinePix F50fd à droite

| |
|
| ricoh R7 franges pourpres

| panasonic fx55 franges pourpres |

Panasonic Lumix FX55 à gauche et Ricoh R7 à droite.

Champ de vision

Canon Ixus 860 IS

Canon Ixus 860IS télé
|

| Canon Ixus 860IS grand-angle

|

Le compact de Canon offre un zoom 3,8x intéressant surtout pour son grand-angle. Le mode télé offre une (faible) ouverture à f/5,8 heureusement compensée par la stabilisation optique.

Fujifilm FinePix F50fd

fujifilm f50fd télé
|

| fujifilm f50fd grand-angle

|

Petite déception concernant le Fujifilm F50fd qui ne dispose toujours que d'un zoom 3x débutant à 35 mm. Dommage.

Panasonic Lumix DMC-FX55

panasonic fx55 télé
|

| panasonic fx55 grand-angle

|

Zoom 3,6x pour le Panasonic FX55. Une fois de plus, c'est le grand-angle qui est intéressant.

Ricoh Caplio R7

ricoh R7 télé
|

| ricoh R7 grand-angle

|

Le Ricoh R7 est le seul compact de notre sélection à offrir un zoom 7,1x 28-200 mm. Une plage focale rare et très intéressante pour un compact.

Mode macro

Vous trouverez ci-dessous 4 exemples de photohraphies réalisées en mode macro. Dans ce domaine, c'est le Ricoh Caplio R7 qui remporte la palme.

| |
|
| canon ixus 860 is macro

| fujifilm f50fd macro |

À gauche, le Canon Ixus 860 IS, distance de mise au point : 2 cm. À droite, le Fujifilm FinePix F50fd, distance de mise au point 7 cm.

| |
|
| panasonic fx55 macro

| ricoh caplio r7 macro |

À gauche, le Panasonic Lumix FX55, distance de mise au point : 5 cm. À droite, le Ricoh Caplio R7, distance de mise au point 1 cm.

Gestion du bruit électronique

Deux tests ont été menés pour mesurer l'impact du bruit électronique sur la qualité des images. Dans un premier temps, j'ai reproduit les mesures de résolution sur la mire en augmentant progressivement la sensibilité des appareils afin de noter à partir de quelle valeur de sensibilité, le compact "décroche". Ensuite, j'ai réalisé des prises de vue plus "normales" pour apprécier la qualité du lissage et la colorimétrie du grain numérique. Les résultats sont assez surprenants. En studio, le FinePix F50fd remporte assez facilement la plus haute marche du podium, un résultat qu'il est difficile de corroborer avec les vues "classiques". Sur ces dernières, le Panasonic FX55 présente les meilleurs résultats jusqu'à 1600 ISO. Au-delà, le Fujifilm F50fd reprend la main, avec des clichés à 6 et 3 millions de pixels. Mais attention, tout n'est pas rose pour le Panasonic. à partir de 800 ISO, la balance des blancs dévie et réchauffe largement les images. Enfin, j'ai réalisé des tirages pour apprécier le rendu sur papier. C'est le Canon Ixus 860 IS qui produit les moins bons tirages avec un grain très visible et coloré, suivi par le Ricoh Caplio R7. Entre le Fujifilm F50fd et le Panasonic FX55, le choix est plus difficile, mais le Lumix FX55 l'emporte avec des images plus détaillées. La suprématie de Fujifilm sur la gestion du bruit électronique s'émousse donc tout en restant d'un bon niveau. En outre, le FinePix F50fd est le seul appareil à proposer des sensibilités à 3200 et 6400 ISO avec une qualité presque acceptable.

Canon Ixus 860 IS précision en fonction de la sensibilité

Fujifilm FinePix F50fd précision en fonction de la sensibilité

panasonic lumix fx55 précision en fonction de la sensibilité

ricoh caplio r7 précision en fonction de la sensibilité

Canon Ixus 860 IS
Fujifim FinePix F50fd
Panasonic Lumix FX55
  • [
Ricoh Caplio R7](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/ricoh-r7-64iso-pub.jpg)

64 ISO

  • [
Canon Ixus 860 IS](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/canon-ixus860is-80iso-pub.jpg)

80 ISO

  • [
Canon Ixus 860 IS](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/canon-ixus860is-100iso-pub.jpg)
  • [
Fujifim FinePix F50fd](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/fujifilm-f50fd-100iso-pub.jpg)
  • [
Panasonic Lumix FX55](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/panasonic-fx55-100iso-pub.jpg)
  • [
Ricoh Caplio R7](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/ricoh-r7-100iso-pub.jpg)

100 ISO

  • [
Canon Ixus 860 IS](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/canon-ixus860is-200iso-pub.jpg)
  • [
Fujifim FinePix F50fd](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/fujifilm-f50fd-200iso-pub.jpg)
  • [
Panasonic Lumix FX55](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/panasonic-fx55-200iso-pub.jpg)
  • [
Ricoh Caplio R7](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/ricoh-r7-200iso-pub.jpg)

200 ISO

  • [
Canon Ixus 860 IS](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/canon-ixus860is-400iso-pub.jpg)
  • [
Fujifim FinePix F50fd](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/fujifilm-f50fd-400iso-pub.jpg)
  • [
Panasonic Lumix FX55](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/panasonic-fx55-400iso-pub.jpg)
  • [
Ricoh Caplio R7](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/ricoh-r7-400iso-pub.jpg)

400 ISO

  • [
Canon Ixus 860 IS](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/canon-ixus860is-800iso-pub.jpg)
  • [
Fujifim FinePix F50fd](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/fujifilm-f50fd-800iso-pub.jpg)
  • [
Panasonic Lumix FX55](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/panasonic-fx55-800iso-pub.jpg)
  • [
Ricoh Caplio R7](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/ricoh-r7-800iso-pub.jpg)

800 ISO

Canon Ixus 860 IS
Fujifim FinePix F50fd
  • [
Panasonic Lumix FX55](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/panasonic-fx55-1250iso-pub.jpg)
Ricoh Caplio R7

1250 ISO

  • [
Canon Ixus 860 IS](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/canon-ixus860is-1600iso-pub.jpg)
  • [
Fujifim FinePix F50fd](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/fujifilm-f50fd-1600iso-pub.jpg)
  • [
Panasonic Lumix FX55](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/panasonic-fx55-1600iso-pub.jpg)
  • [
Ricoh Caplio R7](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/ricoh-r7-1600iso-pub.jpg)

1600 ISO

Canon Ixus 860 IS
  • [
Fujifim FinePix F50fd](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/fujifilm-f50fd-3200iso-pub.jpg)
  • [
Panasonic Lumix FX55](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/panasonic-fx55-3200iso-pub.jpg)
Ricoh Caplio R7

3200 ISO

Canon Ixus 860 IS
  • [
Fujifim FinePix F50fd](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/fujifilm-f50fd-6400iso-pub.jpg)
Panasonic Lumix FX55
Ricoh Caplio R7

6400 ISO

Verdict

À l'heure du choix, les différences entre les protagonistes paraissent assez ténues, chacun ayant des avantages et des inconvénients selon les situations. Toutefois, le Panasonic Lumix DMC-FX55 est l'appareil le plus équilibré de notre comparatif avec une prise en main aisée, un bon mode rafale, une bonne qualité d'image même en haute sensibilité et un mode vidéo en 16/9.

Canon Ixus 860 IS

Canon Ixus 860 IS

C'est le compact avec lequel j'ai pris le plus de plaisir à photographier. Élégant et très simple d'emploi, l'Ixus 860 IS séduit avant tout par sa réactivité : mise sous tension, mise au point, déclenchement, navigation dans les menus et les images, tout est fluide et les commandes réagissent instantanément. J'ai été également séduit par l'écran de 3 pouces fluide en toutes circonstances, même s'il granule rapidement dans la pénombre.

Le système de stabilisation optique est très performant (les meilleurs résultats de notre sélection) et la qualité des images très bonne jusqu'à 400 ISO (bonne colorimétrie, exposition juste...). En haute sensibilité, la qualité se dégrade rapidement et les images sont rapidement envahies par des pixels aberrants et colorés. C'est sans doute, le plus gros défaut de l'Ixus 860 IS.

Reste la vidéo, un domaine dans lequel le petit compact Canon excelle, même si le zoom optique n'est pas fonctionnel.

| |
|
| ## Points faibles
| thead || --- || ## Points forts
| thead || --- || Boîtier élégant et bien construit || Très bonne réactivité générale || Bonne qualité des images jusqu'à 400 ISO || Ergonomie et interface graphique très agréables || Qualité des vidéos || Stabilisation optique performante || Grand-angle 28 mm || Écran LCD 3 pouces de qualité || Bon mode macro | | Mode rafale décevant || Gestion du bruit électronique largement perfectible || Pas de zoom optique pendant l'enregistrement des vidéos || Pas de mode haute définition pour la vidéo ni 16/9 || Pas d'histogramme d'exposition à la prise de vue || Distorsion importante au grand-angle || Pas de modes à priorité || Peinture facilement rayable | |

Canon Ixus 860 IS
Qualité de fabrication 8,5
Confort d'utilisation 9
Rapidité 7,5
Caractéristiques 7
Qualite des images 8

Fujifilm FinePix F50fd

Fujifilm FinePix F50fd

Avec l'arrivée de la stabilisation optique (par déplacement du capteur), le FinePix F50fd avait presque tout pour séduire le photographe amateur : sensibilité ISO jusqu'à 6400, écran LCD de 2,7 pouces, vidéo en 640 x 480 pixels, zoom 3x...Pourtant, les caractéristiques techniques du F50fd sont désormais au niveau des standards actuels voire un peu en dessous. Aujourd'hui les écrans LCD font 3 pouces, le mode vidéo enregistre en 16/9 et la stabilisation optique équipe désormais tous les appareils haut de gamme...

La bonne gestion du bruit électronique devait permettre au F50fd de se distinguer face à une concurrence toujours plus féroce. Las, l'augmentation du nombre de pixels (12 millions) a malheureusement diminué l'efficacité du traitement numérique. Si les images restent assez propres, les détails sont souvent dilués et par rapport aux autres boîtiers qui ont fait d'énormes progrès, les différences ne sont plus flagrantes. Le Panasonic FX55 se permet même de faire mieux à 1600 ISO. Le FinePix F50fd reste un bon boîtier qui peine finalement à sortir du lot et qui reste pénalisé par l'absence de grand-angle.

| |
|
| ## Points faibles
| thead || --- || ## Points forts
| thead || --- || Excellente définition des images || Boîtier bien construit || Écran LCD de qualité || Stabilisation optique (par déplacement du capteur) || Modes à priorité A/S || Système de détection des visages performante || Accepte les cartes xD et SD || Optique de qualité | | Gestion du bruit électronique décevante comparée aux précédents modèles || Pas de zoom optique pendant les vidéos || Zoom optique 3x seulement || Pas de grand-angle || Qualité des vidéos || Pas d'histogramme d'exposition à la prise de vue/lecture || Mode macro perfectible || Pas de rotation automatique des images | |

Fujifilm FinePix F50fd
Qualité de fabrication 8,5
Confort d'utilisation 8,5
Rapidité 7
Caractéristiques 7
Qualite des images 8

Panasonic Lumix DMC-FX55

Panasonic Lumix DMC-FX55

Si le **Lumix FX55** se fait voler la vedette par le FX100 qui dispose d'un capteur à 12 millions de pixels, ce compact mérite votre attention. Sous un design relativement dépouillé, voire un peu austère (sur lequel Panasonic devrait peut-être travailler), le **Lumix FX55** est le digne héritier d'une lignée de compacts de plus en plus aboutis. Disposant d'un large écran LCD de 3 pouces, d'un grand-angle 28 mm, d'une stabilisation optique, le FX55 est l'appareil idéal pour ceux qui privilégient les automatismes. Doté de nombreux automatismes (ISO intelligent et auto Intelligent), le compact sait s'adapter à de nombreuses situations de manière autonome.

La qualité des images est à la hauteur des prétentions de la marque avec une bonne précision, un rendu colorimétrique très satisfaisant et un très bon traitement du bruit électronique jusqu'à 1600 ISO. Bien sûr, le Lumix FX55 n'est pas parfait et on pourra lui reprocher une petite dérive colorimétrique en haute sensibilité, l'absence de zoom optique pendant les vidéos et une certaine lenteur (mise en route, entre deux photos). De petits défauts qui ne viennent pas gâcher l'impression générale du boîtier, qui mérite la recommandation "Focus Numérique" pour son homogénéité.

| |
|
| ## Points faibles
| thead || --- || ## Points forts
| thead || --- || Très belle fabrication || Facilité de prise en main || Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 1600 ISO || Stabilisation optique performante || Mode rafale à 4 i/s || Enregistrement vidéo en 16/9 || Système de détection des visages performant | | Écran LCD très brillant et manquant de précision || Lenteur de la mise en route || Pas de zoom optique pendant les vidéos || Autonomie de la batterie || Pas de vidéo en haute définition || Lenteur du zoom || Pas de modes à priorité | |

Panasonic Lumix DMC-FX55
Qualité de fabrication 8,5
Confort d'utilisation 8,5
Rapidité 7
Caractéristiques 7,5
Qualite des images 8,5

Ricoh Caplio R7

Ricoh Caplio R7

Avec son énorme (et très intéressant) zoom optique 7,1x, le **Ricoh Caplio R7** fait un peu figure d'intrus, en surclassant largement ses adversaires sur ce terrain. Le zoom est la véritable pièce maîtresse du compact. Il offre une plage focale intéressante, du grand-angle 28 mm au télé 200 mm avec un mode macro à 2 cm. Bien sûr, pour être exploitable, le zoom est équipé d'un système de stabilisation optique (par déplacement du capteur). L'intérêt du R7 ne se limite toutefois pas à son zoom et vous apprécierez sans doute les options de personnalisation du boîtier (paramétrage de certaines touches) et son mode rafale.

Les images sont également de bonne qualité même si la colorimétrie n'est pas des plus juste. Le système d'exposition est performant et la gestion du bruit plutôt honnête. Le R7 peut se mesurer sans (trop de) complexes du Fujifilm F50fd. Ricoh signe donc un compact ambitieux et terriblement séduisant, mais qui souffre de quelques défauts comme la lenteur à la mise en route, un autofocus un peu plus lent que la moyenne et un système de détection des visages peu concluant. La construction du boîtier est également un cran en dessous de la concurrence.

| |
|
| ## Points faibles
| thead || --- || ## Points forts
| thead || --- || Zoom optique 28-200 mm || Stabilisation optique (par déplacement du capteur) || Personnalisation du boîtier || Stabilisation optique (par déplacement du capteur) || Très bon mode macro || Modes rafales intéressants | | Fonctionnement bruyant || Pas de zoom optique pendant l'enregistrement des vidéos || Touches de l'interface très petites || LED d'assistance AF verte aveuglante || Pas de rotation automatique des images || Ouverture limitée de l'objectif en grand-angle | |

Ricoh Caplio R7
Qualité de fabrication 8
Confort d'utilisation 8
Rapidité 7
Caractéristiques 8,5
Qualite des images 8

Exemples de photos

| |
|
| [

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/fujifilm-f50fd-exemple1-pub.jpg)
**Fujifilm F50fd**, 1/400 s, f/5,1, ISO 100 | [](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/canon-860is-exemple1-pub.jpg)
**Canon 860 IS**, 1/300 s, f5,6, ISO 80 |

[

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/canon-860is-exemple2-pub.jpg)

Canon 860 IS, 1/400 s, f/2,8, ISO 80

| |
|
| [

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/canon-860is-exemple3-pub.jpg)
**Canon 860 IS**, 1/60 s, f/5,6, ISO 1600 | [](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/ricoh-r7-exemple2-pub.jpg)
**Ricoh R7**, 1/200 s, f/3,3, ISO 1600 |

[

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/panasonic-fx55-exemple1-pub.jpg)

Panasonic FX55, 1/125 s, f/5,6, ISO 1600

[

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/canon-860is-exemple4-pub.jpg)

Canon 860 IS, 1/80 s, f/5,8, ISO 1600

[

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/ricoh-r7-exemple1-pub.jpg)

Ricoh R7, 1/400 s, f/3,2, ISO 100

[

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38panasonic-fx55-exemple3-pub)

Panasonic FX55, 1/20 s, f/5,6, ISO 1600

| |
|
| [

](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/ricoh-r7-exemple3-pub.jpg)
**Ricoh R7**, 1/60 s, f/4,8, ISO 1600 | [](//dtphgwb5vjcez.cloudfront.net/focus/articles/38/panasonic-fx55-exemple2-pub.jpg)
**Panasonic FX55**, 1/25 s, f/4, ISO 1600 |
Renaud Labracherie

Rédacteur en chef de Focus Numérique. Grand évangéliste du RAW. Ses publications 

Contenus sponsorisés