Format- XDCAM EX (Mpeg-2 Long GOP)
Support- Carte SxS
Capteur- CMOS Exmor 2/3 de pouce
Optique- Fujinon 2/3 (31.5 - 503 mm)
Zoom- 16x
Enregistrements- 1920x1080 (50i/25p), 1440x1080 (25p/50i), 1280x720 (50p/25p)
Micro intégré- Oui (avec câble XLR)
Connectique- HDMI, HD-SDI - GenLock, Composite, Composante, XLR, FireWire (6 broches), casque.
Dimensions- 124 x 269 x 332 mm
Poids- 6,7 kilos toute équipée

Caractéristiques

Sony PMW-350 test review

Il n'y a qu'à regarder la bête ! Si vous êtes habitué aux caméscopes de poing XDCAM EX de type Sony EX1R, le PMW-350 vous fait rentrer dans la cour des grands avec une ergonomie similaire à celle des caméras de la gamme XDCAM HD :

  • Un châssis qui pèse tout de même 6,7 kilos tout équipé. Le 350 est ainsi le premier caméscope d'épaule de la série XDCAM EX.

  • Un capteur CMOS Exmor 2/3″ qui offre une définition Full HD 1920 x 1080 et une sensibilité assez élevée.

  • Un échantillonnage 4:2:2 qui permet une meilleure gestion des couleurs en post-production.

  • Une connectique adaptée au tournage en studio grâce à l'entrée/sortie de timecode, une entrée Genlock et des sorties HD-SDI et HDMI.

  • Une optique Fujinon à monture baïonnette 2/3 équipée d'un grand-angle de 31,5 mm en 24x36, d'un zoom 16x, et d'une bague de diaphragme indépendante.

  • Une sensibilité de 2000 lux à F12

  • Un viseur/loupe doté d'un miroir permettant de refléter l'image pour l'utiliser comme un écran LCD d'une taille d'ailleurs très confortable (8,8 cm pour 921 000 pixels).

  • Enfin un prix très "broadcast" de 19 500 euros TTC avec optique chez la plupart des revendeurs (alors qu'elle était lancée au prix public de 19 665 euros HT à son annonce).

Voilà pour l'essentiel !

Rappel sur le format XDCAM EX

Les caméscopes XDCAM EX (gamme exclusive à Sony) sont basés sur deux caractéristiques :

  • L'enregistrement s'effectue sur une carte SxS (prononcé "SbyS" pour les intimes) qui reprend le format des ExpressCard que peuvent lire la plupart des ordinateurs portables. Il est ainsi possible de lire et récupérer ses rushes sans brancher la caméra.

  • Les vidéos sont stockées sous la forme de fichiers MP4. L'encodage s'effectue en Mpeg-2 Long GOP sur un débit de 35 Mbps. Le MP4 a l'avantage d'être très souple au montage et compatible avec tous les logiciels du marché (Avid Media Composer, Final Cut Pro, Premiere, Vegas Pro).

Accessoire

Le PMW-350 est fourni avec le chargeur de batterie BC-L70 compatible avec les batteries Lithium-ion série BP-GL/IL/L.

* Recharge les batteries Lithium-ion Sony de monture V : BP-GL95/GL65/L60S/IL75/L40A/L90A/L60A

* Possibilité de recharger un maximum de deux batteries simultanément

* Chargement complet d'une batterie BP-GL95 en 145 minutes

* Chargement complet de deux batteries BP-GL95 en 220 minutes

* Alimentation 100 W CC (XLR 4 broches)

Sur le terrain

Sony PMW-350 test review

Étant plutôt habitué au caméras de poing type Sony HVR-Z7 et EX1R en reportage, j'avoue que filmer avec le PMW-350 fut une expérience fort intéressante. La première impression est son poids : un châssis de près de 7 kilos avec batterie, optique et viseur ce qui est relativement léger comparé aux caméras d'épaule classiques qui avoisinent ou dépassent les 10 kilos. L'impression "pro" auprès du client ou du public (selon que vous êtes JRI ou caméraman en boite de prod) est donc assurée avec ce gabarit.

Secundo, le PMW-350 est une caméra plutôt confortable. L'épaulière en plastique souple réglable soulage le poids et la sangle de poignée sur l'optique assure une bonne prise en main. De même le viseur est ajustable avec un large oeilleton.

L'allumage s'effectue très simplement par l'interrupteur ON/OFF situé à l'avant du châssis. L'enregistrement démarre immédiatement sur la carte SxS sachant que le 350 possède deux logements. On peut ainsi insérer 2 cartes de 32 Go ce qui autorise 200 minutes de tournage continu en FullHD.

Qualité d'image

Ce n'est pas tant sur le piqué d'image que l'on gagne en qualité par rapport à un EX1R ou un EX3 mais surtout en sensibilité. Le capteur CMOS 2/3 de pouce offrant une surface photosensible plus importante à la lumière, les pertes sont nettement plus réduites sur l'image finale et cela se voit très nettement. On peut ainsi filmer un reportage en intérieur sans minette pourvu que la lumière soit correcte. Vous le constaterez par vous-même dans le reportage effectué au salon du voyage d'affaires inséré à la fin de cet article.

| |
|
| Sony PMW-350 test review | Sony PMW-350 test review |

L'autre valeur ajoutée est la gestion de la colorimétrie. D'une part, le PMW-350 dispose d'une balance des blancs automatique et d'une balance des noirs (se calibre en fermant l'iris) qui s'active via un interrupteur sous l'objectif. Le rendu est donc très équilibré. D'autre part, le travail d'étalonnage en post-production est facilité par l'échantillonnage de la luminance et de la chrominance en 4:2:2 puisque la résolution couleur est identique à la verticale comme à l'horizontale.

Le PMW-350 est également doté du mode Slow & Quick Motion qui enregistre au ralenti ou en accéléré selon la vitesse de trames sélectionnée dans le menu. Cette fonction existe déjà sur les caméscopes EX1R et EX3, Sony l'a donc reconduit sur la version d'épaule. En paramétrant l'enregistrement à 60 images/sec vous ralentissez ainsi l'image 2,5 fois. À l'inverse, en diminuant la cadence à 10 images/sec elle sera 2 fois plus rapide. Les seules contraintes du mode S&Q est de fonctionner uniquement en mode 1280x720 pixels pour le ralenti à 60 i/sec et le fait que la vidéo est enregistrée nativement. Autrement dit, il est impossible de récupérer un plan filmé au ralenti en mode "normal" (50i/sec). Le son est d'ailleurs coupé. Vous avez un exemple en vidéo dans le test du EX1R.

L'optique

L'objectif Fujinon fourni est à monture baïonnette 2/3 de pouce. Il dispose de 3 bagues graduées respectivement dédiées au focus, au diaphragme et au zoom. Ce dernier possède un cran de butée et un Servo si vous souhaitez zoomez à la main ou avec le bouton à vitesse progressive, mais ça glisse plutôt bien en manuel.

Sony PMW-350 test review

La caméra renferme 4 niveaux de filtres à densité neutre (ND) activable depuis une molette. Le bon filtre est signalé dans le viseur selon l'exposition de la lumière(CLEAR, 1/4, 1/16/ 1/64).

| |
|
| Sony PMW-350 test review | Sony PMW-350 test review |

Parlons à présent du viseur. Certes il est imposant comme sur toutes les caméras d'épaule. Il s'ajuste latéralement pour se positionner pile devant l'oeil. En tournage, on l'utilise volontiers mais l'on passe souvent en mode "écran" pour visionner ses rushes ou filmer avec la caméra au niveau des hanches. Il suffit alors de relever la loupe du viseur pour visionner l'écran qui n'est en fait que le reflet d'un miroir intégré. Avec ses 8,8 cm de diagonale, l'écran offre un vrai confort de visionnage d'autant que la résolution grimpe à 921 000 pixels (un des meilleurs). L'écran peut également s'orienter sur le côté ou vers le caméraman (voyez la photo pour comprendre), il suffit de relever soit la loupe soit l'ensemble du viseur lui-même puisque deux ouvertures sont prévues.

| |
|
| Sony PMW-350 test review | Sony PMW-350 test review |

Ceci nous amène naturellement à évoquer le menu du Sony PMW-350 très complet et à l'affichage des "imagettes" de clips. Le PMW-350 ayant l'avantage d'être un caméscope XDCAM EX, il est possible d'afficher tous les clips enregistrés sur l'écran avec des vignettes. Chacune peut être lue, mais aussi découpée ou supprimée pour faire un premier dérushage durant le voyage retour d'un tournage histoire de gagner du temps. Chaque clip est ainsi indexé avec des informations sur sa durée, sa date et son format (720p/1080i).

L'accès au menu et la navigation dans ses paramètres passent par un interrupteur soigneusement caché sous une trappe et une molette. La lecture des clips, elle, s'effectue via des boutons très classiques de Play / Avance Rapide.

Un second écran LCD est intégré sur le flanc du 350 près du panneau de commandes. Rétro-éclairé, celui-ci est visible même dans le noir et permet de lire des informations comme le timecode, l'audiomètre du micro, et la durée de la batterie en temps réel.

| |
|
| Sony PMW-350 test review | Sony PMW-350 test review |

Plus qu'une caméra, le PMW-350 est aussi une mixette audio. Le panneau de commandes sur le flanc permet de gérer les signaux audio parmi les 4 canaux d'entrée XLR, de régler l'intensité du micro ou d'un périphérique raccordé à l'une des prises XLR de la caméra (deux prises XLR à l'avant et deux à l'arrière). L'ensemble est protégé derrière un volet.

| |
|
| Sony PMW-350 test review | Sony PMW-350 test review |

La connectique est complète :

  • TC, Genlock, HD-SDI, SD-SDI, HDMI

  • 4 entrées audio XLR

  • BNC Composite, BNC Composante

  • Sortie casque mini-jack

  • Entrée et sortie BNC Timecode

Mais les bouchons de caoutchouc censés les protéger laissent un peu à désirer. Il est à craindre qu'ils se referment de plus en plus mal au fil des années.

Reportage filmé au salon du voyage d'affaires en mars 2010 avec le Sony PMW-350 en 1920x1080 pixels :

Si l'encodage sur vimeo "casse" un peu l'image FullHD, on peut se faire une idée de la sensibilité très bonne (2000 lux à F12) du capteur 2/3 de pouce puisque le tournage s'est effectué sans lumière d'appoint.

Verdict

Sony PMW-350 test review

Vendu entre 19 000 et 19 500 euros TTC chez les revendeurs, le PMW-350K est aussi vendu sans optique (version PMW-350L à 17 500 euros).

On est bien sûr tenté d'évaluer sa valeur ajoutée face au PMW-EX3 (7 650 euros) qui offre déjà une ergonomie semi-épaulière, une optique interchangeable et une qualité d'image FullHD d'excellente facture. La différence est pourtant là : le PMW-350 est opérationnel en studio grâce à sa Genlock, et compatible avec l'environnement broadcast grâce à son HD-SDI. De plus, son optique 2/3 de pouce et son échantillonnage 4:2:2 remontent la qualité d'image d'un cran face à l'objectif 1/2 pouce de l'EX3 et son 4:2:0.

Toutefois, si vous limitez votre activité au reportage en freelance, l'EX3 suffit amplement. Le PMW-350 cible plutôt les professionnels travaillant pour la télévision en extérieur comme en studio. Son prix de 20 000 euros la réserve également aux budgets des boites de production.

Enfin, il ne faut pas seulement comparer le PMW-350 aux modèles de poing moins coûteux. Cette caméra d'épaule XDCAM EX est aussi une bonne alternative pour ceux qui ne pouvaient investir dans une caméra d'épaule XDCAM HD dont le prix grimpe jusqu'à 29 000 euros.

Reste que les caméscopes évoluent de plus en plus vite avec des formats qui se succèdent à la chaîne. À l'instar de l'informatique, où les processeurs sont déjà deux fois plus rapides six mois plus tard, les caméras HD n'en finissent pas d'exploiter de nouveaux codecs et de nouveaux supports à des prix plus modestes. Sony vante désormais les vertus de l'AVCHD sur son nouveau caméscope NXCAM après avoir soutenu le Mpeg-2 durant des années. On peut donc hésiter à investir 20 000 euros dans une caméra HD quand l'entreprise-cliente fait difficilement la différence entre un film FullHD tourné avec un JVC GY-HM100 et un Sony PMW-350.

+
  • Très bonne optique Fujinon
  • Bonne sensibilité
  • Deux logements pour carte SxS
  • Echantillonage 4:2:2
  • Viseur/écran très confortable
  • Prise Genlock et HD-SDI
  • Taille et poids de "l'engin"
  • Certaines finitions un peu légères
Les prix
Sony PMW-350
PMW-350
Il n'y a actuellement aucune offre.