FormatAVCHD FX (24 Mbps) 1920x1080/50i, AVCHD FH (17 Mbps) 1920x1080/50i, AVCHD HQ (9 Mbps) 1440x1080/50i, AVCHD LP (5 Mbps) 1440x1080/50i, AVCHD FX (24 Mbps) 1920x1080/25p, AVCHD FH (17 Mbps) 1920x1080/25p, AVCHD FX (24 Mbps) 1280x720/50p, AVCHD FH (17 Mbps) 1
SupportCarte SDHC / Memory Stick PRO Duo
Capteur3 CMOS Exmor 1/3 de pouce
OptiqueSony G 4,1 - 82 mm, f/
Zoomoptique 20x (29,5 - 590 mm en 24x36)
Enregistrements1920x1080 pixels (50i/25p) - 1440x1080 pixels (50i) - 1280x720 pixels/50p - 720x576 pixels (50i/25p).
Micro intégréOui stéréo
ConnectiqueXLR, HD-SDI, Composante, HDMI, Composite, USB, casque
Dimensions173 x 187 x 342 mm
Poids2,2 kg

Caractéristiques

Sony HXR-NX5

Présentation du NXCAM
Depuis la sortie du Z1 en 2005, Sony avait lancé toute une série de caméscopes de poing filmant en HDV sur cassette MiniDV.

On le sait, le Z1 a été un best-seller. Les chaînes de télévision s'en sont équipées abondamment, notamment sur la TNT, en raison de son faible coût, de sa qualité d'image remarquable alliée à une bonne compacité.

Sorti en janvier 2010, le Sony HXR-NX5 poursuit cette lignée de caméscopes HDV (Z1, Z5, Z7) surmontés d'une poignée et d'un écran monté à l'avant. Ce modèle marque toutefois une rupture historique : l'abandon de la cassette au profit de la carte mémoire. Un changement de support qui s'accompagne aussi de l'abandon du format HDV (Mpeg-2) au profit du format AVCHD (Mpeg-4) dont on connait la difficulté de gestion en post-production. Sony a d'ailleurs banni le terme AVCHD de son caméscope préférant l'appeler NXCAM.

Il existe néanmoins encore des milliers de vidéastes qui utilisent les cassettes et Sony ne va pas abandonner le système HDV du jour au lendemain. La transition se fera progressivement, car il y a un marché pour cela, tout en le complétant avec le nouveau système Hybride qui permet d'enregistrer sur cassette et/ou sur Compact Flash comme le Sony HVR-Z7. Toutefois, les cassettes sont bien mortes. Certes elles avaient l'avantage d'être un support d'archivage bon marché et surtout très fiable (elles ne plantent pas). Mais dès que vous aurez travaillé avec un appareil sans cassette, vous ne reviendrez pas en arrière. Beaucoup d'utilisateurs de la Sony HVR-Z7 l'ont compris le jour où ils ont filmé avec une Compact Flash.

Les débouchés "clients"du NX5 sont assez variés. L'optique associant un grand-angle et un zoom puissant en font une bonne caméra de reportage pour les JRI d'autant qu'elle est très compacte. Sa bonne sensibilité en faible lumière et son enregistrement hybride sur mémoire flash et cartes mémoire séduira également les freelance du film de mariage. Enfin, sa prise HD-SDI lui ouvre les portes du client broadcast. Le spectre est donc très large. Son seul problème : le format AVCHD qui risque de lui mettre à dos tous les monteurs professionnels, notamment ceux qui travaillent sur Final Cut Pro (transcodage des rushes obligatoire).

Principales caractéristiques

Le NX5 présente des caractéristiques tout à fait convenables à ce prix, et même en amélioration par rapport au HVR-Z5.

L'optique offre une certaine polyvalence en tournage, car elle possède un grand-angle de 29 mm associé à un zoom optique 20x puissant. Elle est de plus équilibrée par le stabilisateur d'image optique en mode "Active" qui a largement fait se preuves puisqu'il permet de filmer en marchant sans à coup (la caméra semble flotter). Enfin, le NX5 intègre 3 filtres à densité neutre (ND) pour atténuer la surexposition.

Le NX5 est doté de 3 capteurs CMOS Exmor 1/3 de pouce avec technologie ClearVid. Ce système optimise la résolution et la sensibilité en cas de faible luminosité par rapport aux capteurs CCD classiques qui ont quasiment disparu du paysage. Le NX5 utilise également la technologie Exmor de réduction du bruit, qui est un système de réduction du bruit de pointe donnant une image bien plus claire.

Le NX5 peut filmer en HDTV 1920x1080 pixels selon 3 niveaux de débits : 24, 17, et 9 Mbps. Le FullHD est disponible en balayage entrelacé (50i) et progressif (25p). Le NX5 peut également filmer en 1280x720 pixels en 50p, et en 720x576 pixels (25p et 50i).

L'enregistrement HDTV 1080 est basé le codec AVCHD, qui utilise l'algorithme de compression MPEG-4 H.264 (utilisé sur les DVD HD Blu-Ray). Il utilise toutefois un débit binaire maximum bien plus élevé de 24 Mbps (variable) et un audio PCM linéaire ou stéréo Dolby Digital (AC-3), ce qui garantit des images et un son de très bonne qualité. Hélas, cette "super compression" nécessite une configuration "super musclée" pour faire du montage et décoder chaque clip. Certains logiciels, comme Final Cut Pro d'Apple, ne gèrent même pas ce format et nécessitent un plug-in pour fonctionner. À noter que l'enregistrement en SD (576 lignes) s'effectue, lui, en MPeg-2 qui ne pose aucun problème au montage.

Côté stockage, le NX5 est compatible avec deux types de cartes mémoire : les Memory Stick PRO Duo et les SDHC. On peut également lui joindre une unité de stockage à mémoire Flash en option. On note également l'apparition d'un GPS intégré afin de géolocaliser les différentes scènes.

La fiche technique du NX5 est téléchargeable sur le site de Sony en PDF.

Sur le terrain

Sony NX5 test review

Confort d'utilisation
Sony a conservé les qualités ergonomiques du HVR-Z5 sur le NX5. On peut filmer avec la caméra sur les genoux en contre-plongée grâce à la poignée. Cette position n'occasionne aucune fatigue et malgré son poids "plume", on garde une parfaite stabilité. Le boîtier est un soupçon plus léger que celui du Z5 (200 grammes en moins) et aussi plus court. Une différence due à l'absence de logement pour cassette.

Depuis que l'écran LCD est installé à l'avant de la poignée chez Sony (HVR-Z1), il permet non seulement de visionner ses clips, mais aussi de filmer. Le cadreur cale le caméscope sur son épaule et contrôle l'image sur l'écran sans utiliser le viseur. Cette habitude ne changera pas sur le NX5. Le confort de visionnage est même relevé d'un cran puisqu'on bénéficie de la même qualité d'affichage que sur le Z7. L'écran mesure 8 cm de diagonale et sa résolution de 921 600 pixels est de très bonne qualité. Quant au viseur il affiche 1 226 880 pixels.

Le LCD est également un écran tactile qui permet de faire des réglages dans le menu. Ceux qui n'aiment pas barbouiller l'écran de traces de doigts pourront toujours accéder aux boutons de sélection du menu, qui sont disposés avec soin sous l'écran LCD.

| |
|
| Sony NX5 test review | Sony NX5 test review |

Au toucher, on pourrait reprocher au boîtier sa finition un peu trop plastique un peu "toc". Ne vous y fiez pas, il s'agit d'un plastique polycarbonate. Cette matière est réputée pour sa solidité et sa résistance aux chocs. On l'utilise d'ailleurs pour fabriquer des casques de moto ou des boucliers de police. Bref, si la coque n'inspire pas forcément la robustesse, elle offre une excellente fiabilité tout en étant plus légère.

Réglages et fonctions

Une bonne nouvelle, le NX5 dispose d'une fonction "Ralenti" très rare pour ne pas dire unique dans cette gamme de prix. Elle se limite à 12 secondes par prise, ce qui est déjà pas mal. On peut ainsi filmer 200 trames par seconde avec la fonction Smooth Slow Record. Attention, la résolution de l'image est réduite pendant l'enregistrement au ralenti, et la caméra règle automatiquement la vitesse d'obturation à 1/215ème de seconde. Le film définitif est 4 fois plus long. Enfin, il n'y a pas de mode "Accéléré". Dommage.

Le NX5 est également doté de la fonction SLS (slow shutter) autrement dit l'obturation lente comme celle que l'on trouve sur les caméscopes XDCAM HD. Le SLS est un réglage variable qui vous laisse décider combien d'images riches en lumière vous voulez accumuler avant de les enregistrer sur le disque. Vous pouvez accumuler 1/4, 1/8, 1/15, 1/25 de seconde avec la fonction SLS. Résultat : lorsque vous filmez par faible luminosité, la SLS produit des images nettes et claires sans aucun bruit d'image (intéressant pour les scènes quasiment immobiles et une alternative au gain). C'est cette fonction qui permet d'obtenir des trainées fantômes avec les feux de voiture ou les spectacles son et lumière. Certains l'utilisent aussi pour filmer une cascade d'eau qui présente un léger effet de flou.

On trouve aussi les réglages habituels de Profils d'image que l'on peut choiSony NX5 test reviewsir dans le menu en appuyant sur le bouton « PICTURE PROFILE » situé sur le côté de la caméra. Il existe en tout six réglages personnalisables avec sept gammas préréglés dont STANDARD, CINEMA TONE1, CINEMA TONE2, etc.

Sony a ajouté une sortie HD/SDI en fiche BNC sur le NX5. Là aussi, l'option est rare. Il dispose également de deux prises XLR pour un branchement micro (Mic) ou de périphérique audio (Line).

Le NX5 est doté d'un micro stéréo intégré qui sert généralement à capter les sons "témoins" ou d'ambiance. Sony fournit également le micro ECM-XM1 en XLR dont la sensibilité est plutôt bonne. Au besoin, il fera office de micro d'interview de secours si jamais votre Sennheiser ou votre LEM tombe en panne.

Le NX5 a également une sortie HDMI, ce qui signifie que vous pouvez acheter un moniteur ou un téléviseur LCD HDMI ordinaire et l'utiliser pour des options de commande à faible coût. Super !

Signalons aussi la présence d'un récepteur GPS dans le NX5. J'avoue avoir été très sceptique quand Sony a intégré ce "gadget" dans ses caméscopes grand public puis professionnels en 2009. Il semble qu'au final le GPS se révèle fort utile tant pour les amateurs qui oublient où ils filment, que pour les professionnels qui classent mieux leurs rushes par lieu. Parmi les autres grands avantages de ce système GPS intégré, on peut citer : la reconnaissance du lieu, le temps de trajet estimatif après la reconnaissance, l'identification du lieu pour les nouveaux tournages, la reconnaissance des films d'histoire naturelle, etc. De quoi faire !

Sony NX5 test review

L'objectif

La nouvelle optique "G" possède une bague de mise au point et une bague de zoom, mais également une bague de diaphragme. Ces trois bagues sont de type "servo" (moteur mécanique) et n'ont pas de butée de fin de course. Bien sûr le servo est désactivable pour un mode manuel. Certains trouveront la bague un peu approximative lors de la mise au point et du zoom. Il est toutefois possible de faire la mise au point en appuyant sur le bouton « PUSH AUTO ». L'autofocus s'effectue tant que vous tenez le bouton enfoncé et dès que vous relâchez, la caméra retient ce point de mise au point. Étonnant.

La bague de diaphragme, elle, est plus précise et s'utilise en mode manuel complet. Pour un calibrage automatique, il vous suffit d'appuyer sur le bouton « IRIS » qui laisse la caméra régler l'exposition. Il suffit d'appuyer à nouveau sur le bouton pour revenir en mode manuel (vous pouvez aussi activer les zébra pour repérer les zones de lumières cramées). La bague de zoom est aussi approximative, mais elle assure bien son rôle qui n'est pas de faire du zooming mais de changer de focale avant de filmer.

Le pare-soleil est devenu la marque de fabrique de Sony avec son bouchon d'objectif qui s'ouvre et se ferme par des volets. Il est étonnant que la concurrence n'ait pas encore adopté ce système simple et pratique en lieu et place du classique capuchon qui pend...

Un mot sur le stabilisateur d'image "active" déjà intégré dans les modèles grand public depuis début 2009 sur le Sony XR500, CX520 et CX550. Le NX5 reprend ce système qui offre une image étonnement stable. Cette augmentation de la couverture de la lentille optique et l'amélioration de la détection des mouvements s'effectue grâce à un algorithme de compensation assez élaboré. Il permet littéralement de filmer en marchant donnant parfois l'impression que la caméra flotte en l'air. Pour vous faire une idée, voici une vidéo filmée avec le steadyshot active du CX520.

Pour les puristes, ce système peut perdre 5 % ou 6 % de la qualité d'image en terme de pixels mais très honnêtement, on ne voit aucune différence à l'oeil nu. Enfin, si ce stabilisateur s'approche de l'efficacité d'un steadycam d'entrée de gamme, il ne l'égale pas celui d'un steadycam "pro" avec son harnais.

La qualité d'image

Ayant utilisé le NX5 en reportage toute une journée au salon des Composites, voici mon verdict. La qualité d'image est très similaire au Z5 à cassette et l'on retrouve même un défaut récurrent chez Sony depuis la PD150 : une dominante magenta dans la balance des blancs calibrée en usine.

L'amélioration concerne surtout la sensibilité. Dans des conditions de lumière changeantes et en zone sombre il n'y avait quasiment aucun bruit. Ce qui devrait plaire aux caméramans de film de mariage. Les prises de vue en basse lumière avec le gain réglé à 9 db produisent des images parfaitement exploitables avec un bruit que l'on remarque à peine. Même à 18 db, le bruit est acceptable. Ici en mode automatique sous un éclairement de 20 lux.

En terme de piqué, j'ai été un peu déçu. En comparant sa mire avec celle du caméscope grand public CX550, on constate un résultat identique ! En clair, l'image n'est pas plus précise que sur un modèle vendu 2000 euros de moins. On se console toutefois avec la présence d'un mode d'enregistrement très diversifié allant du 1080i au 720p en passant par le 576i (MPeg-2).

| |
|
| Mire du NX5 | Mire du CX550 |

Le stockage

Les cartes mémoires

On dispose cette fois de deux logements (A et B) pour carte mémoire situés à l'arrière et protégés par un volet. Ce système est simple et surtout très rapide à charger. Les cartes sont remplaçables à chaud. Une diode verte signifie que la carte est libre, et une diode rouge indique qu'elle est pleine. Dans ce cas, l'enregistrement bascule automatiquement sur la seconde carte grâce à une mémoire de relais. Cependant dès que la seconde carte sera pleine, vous devrez changer les deux cartes ; la caméra ne retournera pas vers la fente A pour enregistrer par dessus vos images. La durée d'enregistrement restante est toujours affichée sur l'écran LCD et dans le viseur.

Le NX5 est ouvert à deux types de cartes : la Memory Stick PRO Duo et la SDHC qui est plus répandue.

Choisissez de préférence une SDHC de classe 6 (6 Mbps) qui pourra supporter le flux de données du caméscope vers la carte (le débit AVCHD est de 24 Mbps).

| |
|
| Sony NX5 test review | Sony NX5 test review |

Une carte de 32 Go vous donnera une durée d'enregistrement de 170 minutes, avec une qualité HD FX 24 Mbs 1920x1080. Et comme il y a deux slots sur le NX5, cela revient à 340 minutes d'enregistrement en continu soit environ 5h30.

Les autres durées d'enregistrement avec 32 Go sont les suivantes :

  1. Mode HD/FH (17 Mbps) 1920x1080 HD = 255 minutes
  2. Mode HD/HQ (9 Mbps) 1920x1080 HD = 385 minutes
  3. Mode HD/LP (5 Mbps) 1920x1080 HD = 605 minutes

Mémoire flash en option

Le NX5 possède un capot en plastique sur le côté protégeant des connecteurs conçus pour accueillir une unité de mémoire flash dédiée (SSD) : le HXR-FMU128. Une fois encastrée, cette unité fait corps avec le boîtier. D'une capacité de 128 Go possède la même taille et le même poids qu'un téléphone portable compact. Elle dispose de deux prises femelles sur le côté, une pour se connecter à la caméra, l'autre, une petite prise USB, pour se connecter à un ordinateur. Les deux sont alimentées par bus, il n'y a donc pas besoin de batterie. Le HXR-FMU128 autorise une durée d'enregistrement de 700 minutes en qualité HD FX 24 Mbs 1920x1080. Pas mal !

Enregistrement hybride

Il existe quelques options d'enregistrement sur le NX5. Par exemple, la caméra peut enregistrer simultanément sur la carte et sur l'unité de mémoire Flash. Cela permet de donner à votre client les cartes mémoire à faible coût à la fin de la journée de tournage, et de retourner à votre montage avec l'unité de mémoire flash pour le dérushage.

Une autre option vous permet de régler la caméra pour qu'elle enregistre sous l'un ou l'autre des formats de stockage de plusieurs façons. Si vous appuyez sur le bouton d'enregistrement situé sur la poignée latérale, vous enregistrerez sur les cartes alors que si vous appuyez sur le bouton d'enregistrement situé sur la poignée supérieure, vous enregistrerez sur l'unité de mémoire flash. Pas mal ! D'autant que vous pouvez le régler pour qu'il enregistre en HD sur la carte et en SD sur l'unité de mémoire flash. ****

Le NX5 en post-production

Quelle surprise lorsque Sony Professionnal a présenté ce nouveau caméscope en janvier. Après avoir vanté les vertus du Mpeg-2 sur ses caméscope HDV (fichiers M2TS) et XDCAM EX (fichiers MXF), la marque a décidé d'adopter le codec grand public AVCHD dont on connait pourtant les déboires au montage.

Lorsque l'on parle AVCHD à un monteur professionnel, sa réponse est toujours la même "je convertis tout avant de monter". Il n'a d'ailleurs pas le choix s'il travaille sur Final Cut Pro d'Apple qui ne prend pas en charge le codec AVCHD d'origine du NX5. Le logiciel doit en effet transcoder le codec AVCHD dans le propre format ProRres d'Apple, ce qui prend du temps c'est-à-dire des heures. À titre d'exemple, il a fallu plus de 12 heures à un monteur pour importer seulement 76 minutes de prises de vue. C'est environ 10 fois plus lent qu'une bande en temps réel.

Beaucoup de vidéastes risquent de ne pas acheter le NX5 uniquement pour ça. Vegas et Edius prennent toutefois en charge l'AVCHD mais la gestion des clips est également laborieuse. Bref, le HXR-NX5 débarque sur le marché avec un sérieux handicap.

Pour conclure, voici un reportage tourné au salon des composites. Le son a été enregistré avec un micro canon Audio-Technica AT897 et le montage réalisé sur Vegas Pro 9.

Verdict

Sony HXR-NX5 test review

Le NX5 est vendu aux alentours de 4 450 euros TTC dans les magasins spécialisés. C'est un prix correct et conforme à la gamme de caméscopes de poing professionnels. Comme toujours, l'achat d'un caméscope dépend de votre profil et de votre équipement :

Ceux qui possèdent un Sony HVR-Z5 (testé) seront confronté à un dilemme : acheter un caméscope à carte mémoire mais dont le format AVCHD entraîne quelques soucis de latence au montage, voir un transcodage systématique sur Final Cut Pro en attendant qu'Apple se décide à gérer ce format natif.

Ceux qui possèdent un Sony HVR-Z7 (testé) n'ont, selon moi, aucune raison d'acheter un NX5. Le Z7 filme déjà sur Compact Flash et dans un format HDV parfaitement éprouvé au montage. De plus, le Z7 possède des qualités ergonomiques et optiques d'excellente facture.

Ceux qui font leur premier achat apprécieront bien sûr les qualités intrinsèques au NX5 comme l'enregistrement sur carte, l'optique polyvalente, et l'ergonomie très pratique en tournage. Mais ce caméscope filme en AVCHD. Or, si vous montez tout ce que vous filmez, c'est un point noir. Cette seule raison suffit à faire l'impasse et à s'orienter par exemple vers un JVC GY-HM100 (testé). Ce dernier filme sur carte SD mais à base d'un codec MPeg-2 tout à fait fluide en post-production y compris sur Mac puisque les fichiers sont encapsulés soit en MP4 (Windows) soit en MOV Mac OS).

Ceux qui ne possèdent ni caméscope ni ordinateur sont finalement les plus recommandés vers le NX5. Partant du principe que le montage "fluide" en AVCHD nécessite un ordinateur dernier cri et une carte graphique accélératrice, vous pouvez prévoir l'achat de votre configuration informatique dans la foulée du NX5. Bien sûr, cela augmente considérablement la facture mais vous serez tranquille durant plusieurs années. Si cela vous tente, Edius propose un logiciel de montage dédié à l'AVCHD et Nvidia recommande de nombreuses cartes graphiques à technologie CUDA.

+
  • Optique grand-angle 29,8 mm
  • Zoom 20x
  • Enregistrement sur carte SD et Memory Stick
  • Très bon stabilisateur d'image
  • Volets de fermeture d'objectif
  • Prises XLR
  • Difficulté du montage en AVCHD
  • Balance des blanc Auto à dominante magenta
  • AVCHD 4:2:0 moins performant pour la retouche colorimétrique que le MPeg-2 4:2:2
Les prix
Sony HXR-NX5
Il n'y a actuellement aucune offre.