Venise, son carnaval, les gondoles, les soupirs... Certes, rien de plus cliché. Certes, mais quand même ! Roberto Polillo, le Milanais de l'étape, propose de la cité lagunaire une autre vision beaucoup moins évidente où les flous sont provoqués à dessein. De Venise, il reste ici des couleurs, des lumières, des scintillements. À l'occasion de la sortie de son livre Visions of Venice, édité chez Skira, Roberto explore avec nous l'esprit de Venise révélé par l'Intentional Camera Movement (ICM) auquel il s'adonne avec dévotion.

Vous avez intitulé cette série – et votre livre – Visions of Venice. Pourtant, vos précédentes séries faites avec la technique de l'Intentional Camera Movement (ICM) sur le Maroc, New York et l'Inde se nomment Impressions of... Y a-t-il une différence avec Venise ?

Impressions of the world est le nom du projet dans son ensemble. J'essaie de transformer l'esprit des lieux (genius loci) des différents endroits du monde avec ce langage particulier qui est l'Intentional Camera Movement. Ce procédé supprime les détails et révèle l'atmosphère dudit endroit. De l'ensemble du projet, je tente de temps en temps d'en isoler un sujet pour un livre ou une exposition. C'est ainsi que Visions of Venice est né.

Pourquoi avez-vous choisi Venise comme ville italienne ? Est-ce parce que, du point de vue photographique, tout y avait été fait ?

À l'occasion de mes voyages pour capturer les “impressions du monde”, j'ai commencé il y a de nombreuses années à l'Est, le Moyen et l'Extrême-Orient. J'ai toujours été fascinée par l'Est et je suis fan des peintures des orientalistes. Venise est dès lors devenue un choix évident, c'est la ville italienne qui a toujours eu un lien très fort avec l'Est.

© Roberto PolilloGondoles amarrées à Riva degli Schiavoni, avec l’île de San Giorgio Maggiore en arrière-plan, 2015.

Il vous reste de l'article à lire
Nadia Ali Belhadj

Journaliste rédactrice. N'aime rien tant que de faire des interviews de photographes car les trouve gentils. Se fout de la technique comme de sa première pomme. Complètement soumise à Vivian Maier. Ses publications 

Contenus sponsorisés