Pour avoir fait un documentaire de 6 minutes sur le sujet, les auteurs ont remporté un prix au World Press Photo 2015, catégorie multimédia. Aujourd'hui, Carlos Spottorno et Guillermo Abril publient chez Gallimard La Fissure, un long roman graphique fait de plus de 650 images dépeignant une Europe confrontée à ses vieux démons nationalistes, qui l'empêchent de faire face sereinement à une crise migratoire sans précédent. Découverte d'un format approche d'un sujet difficile et va bien au-delà des images vues à la télévision.

Les photos ne sont rien. Ce n'est pas le sujet de La Fissure, écrit et mis en images par deux journalistes espagnols et publié chez Gallimard Bande Dessinée. Non, le vrai sujet, celui qui ne fait pas rire du tout, qui nous interroge et qui témoigne des changements d'équilibres du monde, c'est l'Europe face aux réfugiés, d'où qu'ils viennent. Pourtant ce livre, cette BD, ce roman graphico-photo ou photo-graphique raconte une histoire vraie, une histoire qui se déroule sous nos yeux...

La_Fissure_p14_15_Page_1




La_Fissure_p14_15_Page_2


Les deux journalistes espagnols Carlos Sporttorno (photographe) et Guillermo Abril (rédacteur) travaillent ensemble au El País Setimanal. La guerre en Syrie, la pauvreté ou l'oppression en Afrique font que le nombre des migrants toquant aux frontières de l'Europe effraie les populations locales. Certains États européens, comme la Hongrie, la Pologne, mais aussi à moindre échelle le Royaume-Uni, se crispent derrière des nationalismes et ferment leurs frontières avec plus ou moins de fermeté. Les fils barbelés, les armes lourdes des policiers, les naufrages en mer, les camps de réfugiés font partie des images par lesquelles la presse évoque ce sujet...

Les deux journalistes ont voulu aller au-delà de ces clichés. Ils se sont rendus sur place pour raconter la situation. Sur une période de trois années, ils ont visité ces points névralgiques que sont devenus certains postes-frontières : Melilla (Espagne), Lampedusa (Italie), Kaliningrad (Russie), Narva (Estonie). À leur retour : 25 000 photographies, 15 carnets de notes... Reportages print dans leur magazine, en docu court — At the Gates of Europe (3e Short Feature Prix World Press 2015 s'il vous plaît !) —, ou en article multimédia sur le site d'El País Setimanal sont autant de formats choisis pour diffuser encore et encore cette actualité.

Carlos Spottorno et Guillermo Abril, *La Fissure* (Gallimard Bandes Dessinées), roman photographique sur la crise des migrants en Europe, extrait, page 29. Crédits C. Spottorno et G. Abril / GallimardCarlos Spottorno et Guillermo Abril, La Fissure (Gallimard Bandes Dessinées), p. 29. © C. Spottorno et G. Abril / Gallimard

La Fissure, livre graphique de 168 pages, en est certainement l'expression la plus orginale. Le traitement choisi est celui de la bande dessinée, mais pas que. Des images rassemblées en planche, ponctuée de petits cartouches de citations, d'éléments contextuels... Il n'y a pas de bulles de paroles, à dessein : par respect pour les personnes photographiées, et car les propos rapportés n'ont pas été forcément tenus lors de la prise de vue en question... Mais un mélange subtil au niveau des images s'opère. Ce ne sont pas que des photos. Les auteurs ont repris leurs images avec un traitement "dessin" qui en gomme la dureté. La réciproque est aussi valable : l'origine photographique rappelle que l'histoire est vraie. Que les migrants, les enfants, les militaires vus dans ces pages sont bien réels et ont accepté de dévoiler aux deux hommes un morceau de leur vie. C'est aussi l'histoire de notre continent, "la Vieille Europe" comme on a coutume de l'appeler, celle qui s'est construite dans un grand élan fraternel au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, et dont le but ultime est la paix à préserver entre les vieux ennemis. La paix à chérir.

Carlos Spottorno et Guillermo Abril, *La Fissure* (Gallimard Bandes Dessinées), roman photographique sur la crise des migrants en Europe, extrait, page 50. Crédits C. Spottorno et G. Abril / GallimardCarlos Spottorno et Guillermo Abril, La Fissure (Gallimard Bandes Dessinées), p. 50. © C. Spottorno et G. Abril / Gallimard

Le livre s'ouvre sur un extrait d'un discours de Churchill de 1946 : « Si l'Europe pouvait s'unir pour jouir de son héritage commun, il n'y aurait pas de limite à son bonheur, à sa prospérité, à sa gloire, dont jouiraient ses 300 ou 400 millions d'habitants. Nous devons reconstituer la famille européenne. Nous devons ériger quelque chose comme les États-Unis d'Europe... » Il se termine sur une photo posée d'une famille afghane et d'un couple de Camerounais, emmitouflés dans des anoraks, après-ski dans la neige, debout face à la frontière finlandaise qu'ils viennent ensemble de passer. Les voici en Europe. Un autre voyage, une autre vie commencent pour eux dans cette Europe, qui, s'éloignant de cet idéal rappelé par le vieux Churchill et redressant des frontières qui n'existaient plus, se fissure.

Le livre réussit à nous offrir deux choses aussi inestimables que prometteuses : une vision d'ensemble aiguisée, qui embrasse un tissu de faits extraordinairement vaste, complexe et peu traité — on pense notamment au lien qui semble être suggéré entre les Printemps arabes et la volonté d'expansion de la Russie —, ainsi qu'un traitement nouveau d'une riche matière journalistique.

À lire :
Entretien avec Carlos Spottorno, sur Culturebox / Franceinfo

Carlos Spottorno et Guillermo Abril, *La Fissure* (Gallimard Bandes Dessinées), roman photographique sur la crise des migrants en Europe, couverture. Crédits C. Spottorno et G. Abril / Gallimard


La Fissure
par Carlos Spottorno et Guillermo Abril,
Éditions Gallimard Bande Dessinée,
168 pages couleur,
230 x 310 mm, cartonné,
25 €,
ISBN : 9782075084000

Nadia Ali Belhadj

Journaliste rédactrice. N'aime rien tant que de faire des interviews de photographes car les trouve gentils. Se fout de la technique comme de sa première pomme. Complètement soumise à Vivian Maier. Ses publications 

Contenus sponsorisés