Le 8e Prix de la Fondation Carmignac, dont le thème était l’esclavage et la traite des femmes, a récompensé le travail de la photographe Lizzie Sadin. Crédit pour toutes les photos : Lizzie Sadin pour la Fondation Carmignac

Crédit photo Lizzie SadinSapana, 23 ans. Usha Bar, Kalanki, quartier de Katmandou, le 2 mars 2017. Sapana travaille dans ce “Cabin Restaurant” depuis six mois. C’est une “amie” qui lui a conseillé de venir travailler ici. “Tu verras, tu gagneras beaucoup d’argent, tu auras de beaux habits et tu mangeras bien.” La propriétaire du “Cabin Restaurant ” surveille Sapana. Elle doit travailler tous les jours de la semaine sans une seule journée de congé, servir les clients et accepter d’eux de se laisser toucher, voire plus…

Témoigner, dire et dénoncer… Dans le monde du photojournalisme d’investigation, une femme se distingue, c'est Lizzie Sadin. Depuis 25 ans, elle dédie sa vie à témoigner, donner un visage et une voix à celles et ceux qui n’en ont pas, les sans-voix. Ce sont essentiellement des femmes et des enfants. La traite des femmes au Népal est ainsi un sujet méconnu, y compris des Népalais, car c’est par le mensonge que les femmes, les familles, sont piégées malgré tout le travail effectué par les autorités et les associations qui luttent au quotidien contre ce trafic. L’enquête menée par Lizzie Sadin est terrible. Elle dira que c’est l’endroit du monde où les femmes sont les plus maltraitées. Cette problématique dépasse bien évidemment les frontières du Népal : c’est tout un système de croyances qu’il s’agit de changer, partout dans le monde.

Crédit photo Lizzie SadinQuartier de Nakhu, Katmandou, mars 2017. Ces deux jeunes femmes attendent le client. Goma a 15 ans…

Crédit photo Lizzie SadinAmbiance dans un dance bar , le 11 avril 2017. Quartier central de Katmandou, King Road Street, équivalent des Champs-Élysées. Une jeune femme danse sous le regard des hommes qui choisiront leur proie avant de partir. À Katmandou, ces dance bars pullulent partout… On estime à 20 000 à 40 000 le nombre de jeunes filles exploitées sexuellement à Katmandou. La plupart des jeunes filles et femmes victimes de trafic viennent des régions rurales du pays et terminent dans l’industrie du sexe.

Superbe ouvrage, véritable document sur la tragédie des femmes népalaises. Pour autant, Lizzie Sadin nous livre des images splendides. On ne peut qu’espérer à la vue des regards que l’on croise dans ses images. Lizzie Sadin leur rend leur majesté à travers un travail rare, tant par le sujet que par sa sensibilité. Lizzie Sadin se donne corps et âme dans ses projets, et ses photos en sont la quintessence.

Lizzie Sadin collectionne les plus prestigieuses récompenses. Son travail illustre des campagnes mondiales contre les violences faites aux femmes et aux enfants.

Crédit photo Lizzie SadinAmbiance dans un dance bar de King Road Street (l’équivalent des Champs-Élysées de Katmandou), le 11 avril 2017. Dans l’intimité de leur minuscule loge où elles se changent entre deux prestations.

Crédit photo Lizzie SadinChabahil, quartier nord de Katmandou, le 6 avril 2017. Nilan, 21 ans. Lorsqu’elle avait 15 ans et alors qu’elle étudiait à l’école, son amie Sunita arrive chez elle avec de très beaux vêtements et bijoux. Elle lui dit qu’elle pourrait en avoir autant si elle la suivait à l’étranger où il y a plein de choses attractives comme cela… “Je reviens d’Arabie Saoudite. Tu verras, c’est très bien pour toi.” “Je n’ai pas de passeport.” “Ne t’inquiète pas, je m’en occupe, viens juste demain au rendez-vous où je te présenterai une dame qui fera le passeport et te fera passer pour sa fille. Surtout, ne dis jamais ton âge à l’aéroport, et dit que c’est ta mère.” Elle doit travailler 20 h par jour à tout faire, y compris se laisser toucher par l’homme de la famille. La maîtresse de maison l’accusait de mal travailler et la torturait.

Crédit photo Lizzie SadinFrontière avec l'Inde, Birgunj, District de Hetuda, le 1er mai 2017. Une vieille femme et deux jeunes filles en direction de Delhi... Est-ce suspect ? Le contrôle se déroule via quelques questions, et lorsque la police ou Maïti suspectent davantage, l’investigation devient plus sérieuse.

beau-livre-lizzie
Amazon 45,00 €
Rue du commerce (market place) 45,00 € Voir l'offre

Voir aussi…

Le site Internet de Lizzie Sadin
Exposition itinérante

Laurence Guillain
Laurence Guillain

Iconographe et Journaliste, tombée dans le bain de révélateur toute petite, elle ne respire qu’avec sa ration quotidienne d’images. Elle les dévore des yeux, les déguste avec appétit. Ses publications