Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.

À l’ère de la révolution numérique, la pratique de l’argentique peut sembler un peu désuète et hors du temps, et c’est parfois pour ça qu’on l’aime… Cela dit, il ne faut pas le nier : pouvoir partager ses photos et intégrer sa démarche artistique dans un environnement connecté peut être très intéressant. Il faut donc trouver un moyen efficace et abordable de convertir nos précieux films en séries de 0 et de 1.

Une solution abordable : le scanner à plat

Un magasin spécialisé pourra probablement répondre à ce besoin, mais qui peut très rapidement devenir onéreux ou inadapté, notamment si on ne veut pas se limiter à des JPEG et si on désire contrôler un minimum le processus de numérisation afin d’extraire le maximum de ses négatifs.

Il existe plusieurs solutions permettant une numérisation “à la maison”, de la prise en photo de ses négatifs sur une table lumineuse au scanner Hasselblad à tambour de compétition en passant par des scanners entièrement dédiés aux négatifs et des scanners à plat. Et c'est bien à ce dernier que l’on va s’intéresser, car en ce qui concerne les films 135 et 120, le scanner à plat est probablement celui qui représente le meilleur compromis en matière de prix, de qualité, de simplicité et de polyvalence pour ce qui est de la numérisation à des fins de partage ou d'agrandissement pas trop important.

Il vous reste de l'article à lire
Utilisez votre code offert
pour consulter cet article gratuitement pendant 24h.
Julien Maillard
Julien Maillard

Ingénieur​ avec de vrais morceaux de photographe dedans. Expert des 0 et des 1, apprenti sorcier de l'argentique, préfère se poser la question "pourquoi ?" plutôt que "comment?". Confond parfois classe et coquetterie. Ses publications