Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage...

Qu’est-ce qui pousse un homme à partir huit ans sur les routes du monde ? Avec pour seul but de ramener les preuves que notre terre est belle et fragile ? Un constat qui n’est pas nouveau. Certains trouveront dans cet acharnement la mégalomanie de celui qui voyait toujours tout en grand. Permettez-moi de douter que cet excès de caractère soit seul moteur à provoquer les éléments. Sur les six continents. Pendant tant d’années.

salgado

Il vous reste de l'article à lire
Aurélie Coudière

Ses publications