La Terre, Venus et le Soleil
Vénus (point noir) devant le Soleil lors du transit de 2004. Image prise par l'Observatoire de Sydney en Australie © AP/Sipa/Sydney Observatory

Les 5 et 6 juin, si le temps le permet, il sera possible de voir le passage de Vénus devant le Soleil. En Europe le transit de Vénus devant le Soleil commencera au lever du jour aujourd'hui (attention de ne pas regarder le Soleil à l'œil nu et s'équiper de matériel de protection).

Le prochain passage de Vénus entre le soleil et la Terre n'aura lieu qu'en 2117, soit dans 105 ans. Ces transits surviennent par paire à huit ans d'intervalle et n'apparaissent plus pendant plus d'un siècle. Au XXIe siècle le précédent était en 2004 et aucun ne s'est produit au XXe siècle.


Sonde Galileo, JPL, NASA © Calvin J. Hamilton

Deuxième planète du Système solaire, Vénus est un monde infernal où rien ne peut vivre. La température y est uniformément répartie à 476 degrés et l'atmosphère est constituée de 95% de gaz carbonique, sous une pression infernale de 90 fois celle de la Terre, au niveau de la mer. Le volcanisme y fut intense. Couverte entièrement de nuage, seulement 2% de la lumière solaire arrive au sol, donnant une drôle d'impression lugubre.

La photographie a profondément bouleversé notre perception du ciel, du système solaire et de l'univers. Dès l'apparition de cette nouvelle technique, astronomes et photographes ont braqué leurs objectifs vers la voûte étoilée et ses principaux astres, la lune, le soleil, engendrant d'étonnantes images expérimentales, inabouties, mais empreintes de poésie. Entre les photographes et le ciel c'est une grande histoire. Au XXe siècle, les artistes photographes, de Man Ray à Raoul Ubac, de Lazlo Moholy Nagy à Robert Bresson, souvent fascinés par ces pratiques scientifiques s'emparent des sujets cosmographiques. Dans les années vingt et trente, ils inaugurent une imagerie, à la frontière de la science et du rêve, nourrie de clichés scientifiques, mais détournés, de manière ludique, absurde ou poétique.

Wolfgang Tillmans
© Wolfgang Tillmans

Après-guerre et jusqu'à aujourd'hui, du Projet de reconstruction du ciel étoilé de Francisco Infante Arana, dans les années 1960, au réemploi critique de clichés scientifiques par Thomas Ruff, ou aux fausses Constellations de Joan Fontcuberta, les travaux des photographes contemporains se font encore l'écho de ces préoccupations.

À vos lunettes !

Sources : musée d'Orsay

Lire également :
> Comment photographier la Lune

PARTAGER

Vos réactions sur le forum :
Voir Vénus les 5 et 6 juin 2012



Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation