Ligne de front dans la vieille ville, Alep, 18 février 2013. Des combattants de l'Armée syrienne libre utilisent des miroirs pour repérer les snipers de l'armée régulières. © Jérôme Sessini, Magnum Photos

Visa pour l'Image
présente nombres de reportages portant sur des zones de conflit internationaux, mais dans cette 25e édition, pas moins de 4 reportages ont comme sujet le chaos qui secoue la Syrie.

Quatre regards pour quatre approches différentes. Mais toutes démontrent que les conditions de travail sur le terrain, sont pour les reporters d'une très grande dangerosité et que l'enfer de cette guerre est d'une grande violence autant pour la population civile que pour les témoins. Tous les quatre à leur manière, témoignent de cette actualité brulante et de l'étendue du désastre.

Laurent Van Der Stockt, Visa d'Or News 2013 est parti pendant deux mois au printemps dernier, avec le reporter du Monde Jean-Philippe Rémy, en toute clandestinité. Quatre voyages à son actif dont ce dernier où il a produit une enquête photographique où il fourni des preuves de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie. Lui et Jean-Philippe Rémy ont d'ailleurs été témoins d'attaques au gaz dans le quartier de Jobar à Damas.

Jérôme Sessini s'est rendu sur les six fronts d'Alep et devant ses clichés nous avons l'impression de le suivre dans les rues de la ville. Ses images sont loin des images frappantes de ce conflit, ici tout n'est que désolation, ravages et silence.
Un combattant de l'Armée syrienne libre tenant la main d'un camarade blessé, à l'hôpital de Dar al-Shifa. Alep, 1er octobre 2012
© Sebastiano Tomada, Sipa Press


Un homme devant un immeuble désaffecté en feu après une frappe aérienne de l'armée sytienne dans le quartier Ain Tarma de Damas, 27 janvier 2013
© Goran Tomasevic, Reuters


Sebastiano Tomada, lauréat du Visa d'Or Humanitaire 2013
du comité international de la Croix-Rouge s'est concentré sur Alep. Il témoigne de la vie quotidienne et des conditions de soins dans cette ville assiégée. Des clichés poignant de l'état des blessés.
Goran Tomasevic nous emmène dans l'ombre des combattants de l'Armée Syrienne Libre (ASL) afin de rendre compte de la bravoure mais aussi de la disciple, de l'émotion vécus par ces hommes.

De gauche à droite : Jean-Philippe Rémy, Laurent Van Der Stockt, Caroline Laurent-Simon, Jérôme Sessini et Stephen Dock © Katia Cordova


Cette guerre en chiffre, c'est plus de 100.000 morts, 2 millions de réfugiés début septembre 2013, pas moins de 24 journalistes morts depuis le début du conflit en 2011.

Une table ronde autour de ce conflit à laquelle étaient conviés Laurent Van Der Stockt, Jean-Philippe Rémy, Jérôme Sessini et Stephen Dock (jeune photojournaliste de 23 ans de l'agence Vu'). Tous, essayent de comprendre comment cette guerre d'une violence inouïe se déroule. Aller là-bas, c'est prendre la réelle mesure de ce qui se passe. Leur travail est de découvrir la part de vérité et le défi est là : chercher le peu de vérité décelable au risque de leur vie.

> Toute l'actualité de Visa pour l'Image
PARTAGER

Vos réactions sur le forum :
Visa pour l'Image : Le conflit syrien



Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation