Viser avec le GR Digital III est un plaisir, du fait de la finesse de l'écran et de ses angles de vision. Seul regret : la surface reste brillante et, de ce fait, l'écran n'est pas très confortable en plein soleil.

La mise au point automatique est dans la bonne moyenne des compacts, avec environ 0,7 secondes. Cependant, ce délai reste un point faible pour un appareil à la vocation «bloc-notes».
Sur les compacts Ricoh, on trouve depuis longtemps un mode de mise au point «snap», dans lequel la focalisation est calée sur une distance prédéfinie. L'appareil n'a ainsi plus que la mesure de lumière à faire, ce qui est quasi-instantané, avant de déclencher.

La nouveauté du GR Digital III, c'est le passage automatique d'autofocus normal en snap. Si l'on appuie à mi-course sur le déclencheur, l'appareil fait classiquement une mise au point en cherchant le meilleur contraste. Mais si le photographe enfonce directement le déclencheur jusqu'en butée, l'autofocus est court-circuité : la mise au point est réalisée en une fraction de seconde à la distance prévue en snap, et l'appareil déclenche presque instantanément.
On peut modifier à tout moment la distance de mise au point snap, de un mètre à l'infini, en pressant la flèche supérieure du trèfle et en tournant la molette. Au final, cette possibilité séduira sans aucun doute les reporters en herbe et, de manière générale, tous ceux qui veulent pouvoir prendre une photo... instantanée.

Les options d'affichage sont nombreuses et complètes. Ici, le niveau, toujours utile pour s'assurer de l'horizontalité de son appareil, et l'histogramme.

À noter : l'histogramme en temps réel pendant le réglage de la compensation d'exposition.
Le mode programme permet de régler le couple vitesse/ouverture avec la molette avant. En mise au point manuelle, l'échelle indique non seulement la distance de mise au point, mais aussi la profondeur de champ (zone verte de part et d'autre de l'indicateur).

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation