Le passage à un écran VGA a été l'occasion pour Ricoh de revoir fondamentalement les menus du GR Digital III. Si la couleur n'a jamais été la spécialité du constructeur, dont les menus restent pour le moins austères à tous les niveaux de gamme, il ne faut guère de temps pour les trouver profondément améliorés.

L'évolution la plus visible : ils listent désormais dix options par page, tout en ayant gagné en lisibilité. On note également vite un nouvel onglet, qui regroupe toutes les options de personnalisation de l'interface, entre celles de prise de vues et les réglages généraux.

Par ailleurs, la sélection du mode scène (vidéo, texte, dynamique étendue et correction des perspectives) amène un quatrième onglet dans le menu général en mode scène. Sur le GR Digital II, cette fonction était attribuée à la flèche haute du pavé directionnel, très opportunément recyclé en présélection de la mise au point sur le GR D III.

Bien entendu, toutes les spécificités du GR sont reconduites, et ces menus peuvent impressionner le néophyte au moins autant que séduire l'expert.

Le menu prise de vue est complet, avec des options inhabituelles pour un compact : la distance de mise au point «snap» sera celle à laquelle la netteté sera faite si le photographe appuie à fond sans laisser le temps à l'autofocus de chercher la meilleure netteté, par exemple. Le flash peut être réglé sur le premier ou le second rideau.
L'option «Cadrage auto» est ni plus ni moins qu'une erreur de traduction, répétée malgré tous les signalements. Il s'agit en fait du bracketing.

Les possibilités de personnalisation de l'interface n'ont rien à envier aux reflex experts. Les quatres options accessibles par le basculeur ADJ., les deux touches fonction, le basculeur vertical sont réglables. On peut même choisir quelle commande réglera la vitesse et laquelle l'ouverture en mode manuel.

À gauche, choix du premier réglage accessible par le clic sur ADJ. À droite, résultat en mode prise de vue (ici, les menus balance des blancs, sensibilité, mesure d'exposition et mise au point ont été attribués au basculeur).

Les menus de configuration offrent eux aussi leur lot de fonctions avancées : espace de couleurs, ou différents quadrillages de composition par exemple.

Summum de la personnalisation sans doute (à droite) : il est même possible de renommer les modes personnalisées (MY1, MY2 et MY3). Leur nom sera affiché lors de la sélection du mode sur la molette. Si l'appareil est réglé en japonais, il est possible de saisir des kanas ou des caractères romains, d'où le (Romain) affiché en haut.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation