Olympus E-620 test

Fraîchement couronné par le TIPA (Technical Image Press Association) comme meilleur reflex d'entrée de gamme, l'Olympus E-620 est un reflex répondant à la norme 4/3, à la fois léger et compact, équipé d'un capteur 12 Mpix et d'un agréable écran LCD monté sur rotule pour la visée direct.

Le E-620 est une évolution majeure des reflex d'entrée de gamme chez Olympus avec notamment un nouveau module AF comportant 7 collimateurs (dont 5 en croix) qui remplace avantageusement le précédent système AF qui ne proposait que 3 zones AF. Un autofocus plus performant qui permettra de tirer le meilleur parti des nouvelles optiques à motorisation sonique SWD.

Le nouveau reflex intègre toujours les technologies qui font le succès de la marque, à savoir le système antipoussière par onde supersonique (le plus fonctionnel du marché) et la stabilisation par déplacement du capteur. On notera toutefois que celui-ci est annoncé moins performant que ceux des modèles E-3 et E-30 capablent de gagner jusqu'à 5 IL (en théorie), contre 4 IL pour le modèle du E-620.

     
  • Capteur :

    Capteur Live MOS 12,1 Mpix effectifs (sur un total de 13,1 millions pixels)
    taille :  17,3 x 13,0 mm. Rapport 4:3.
  • Monture :

    Monture à baïonnette 4/3.
  • Optique livrée :

    kit possible avec 14-42 mm f/3,5-5,6
    double kit avec 40-150 mm f/4-5,6
    Panecake 25 mm f/2,8
  • Stabilisation :

    Oui, par déplacement du capteur
  • Antipoussière :

    Oui, par onde supersonique
  • Vidéo :

    Non
  • Viseur :

    optique
    pentamiroir
    (champ couvert 95%,
    grossissement de 0,96x).
    Dégagement oculaire de 19 mm.
  • Visée écran LCD :

    Oui, couverture 100%
    HyperCrystal III
  • Écran :

    2,7 pouces (6,9 cm), 230 000 points
  • Mise au point :

    Système de détection différentiel de phase
    7 points en double croix entièrement bi axial (horizontale et verticale)
    plage de sensibilité :  -2 - 19 IL (ISO 100)
    système de détection de contraste, détection des visages
    Possibilité de micro ajustements de la mise au point (20 objectifs enregistrés)
  • Modes autofocus :

    AF simple,
    AF simple + retouche manuelle,
    AF continu,
    AF continu + retouche manuelle,
    mise au point manuelle
  • Mesures d'exposition :

    Mesure TTL
    49 zones Système de détection multi-pattern
    correction exposition +/- 5 IL (bracketing sur 3 vues)
    Matricielle, pondérée centrale, spot
  • Modes d'exposition :

    Auto, programme, priorité à la vitesse, priorité à l'ouverture, manuel, modes scènes
  • Vitesse d'obturation :

    60 - 1/4000 s, pose B (30 minutes),
    synchro flash 1/180 s.
  • Motorisation :

    Environ 4 im./sec. maxi (cadence maintenue sur une rafale de 5 vues Raw)
  • Sensibilité ISO :

    100 à 3200 ISO
  • Mémoire :

    Carte xD, carte CF type I et II
  • Format image :

    Raw (ORF) sur 12 bits (4032 x 3024 pixels)
    JPeg et Raw+JPeg
    formats possibles : 4:3 / 3:2 / 16:9 / 6:6
  • Alimentation :

    Batterie Li-Ion BLS-1
  • Connexion :

    USB 2,  sortie vidéo intégrée à l'USB (propriétaire)
  • Dimensions :

    130,0 x 94,0 x 60,0 mm
  • Poids :

    810 g (vide)
  • Logiciels :

    Olympus Master 2 et Olympus Studio 2 (version d'essai)
  • Dans la boîte :

    BCS-1 (Chargeur de batterie BLS-1), courroie, câbles vidéo, USB, mode d'emploi papier


Question qualité des images et réactivité, l'Olympus E-620 fonctionne avec une nouvelle puce de traitement de l'information : TruePic III+. On attend donc un meilleur traitement du bruit électronique sur la plage de sensibilité qui s'étend de 100 à 3200 ISO. Une plage en retrait de la plupart des concurrents qui n'hésitent pas à monter jusqu'à 6400 voire 12800 ISO. La cadence rafale est correcte avec 4 i/s sur 5 vues en mode RAW.
Enfin, le E-620 permet toujours de piloter des flashes (modèles FL-50R, FL-36R) distants sans-fil (3 groupes avec 4 canaux et jusqu'à 99 flashes par groupe).
On notera la présence des modes "artistiques" qui permettent de créer directement des fichiers JPeg avec des effets plus ou moins intéressants comme le mode sténopé ou soft focus.

Au tableau des regrets, on inscrira l'absence de mode vidéo, alors que la plupart des concurrents directs proposent cette fonction. Le mode de visée directe sur écran LCD n'évolue pas beaucoup. Il dispose toujours de la reconnaissance des visages, mais reste infiniment trop lent pour une utilisation quotidienne. On regrettera l'absence de sortie vidéo HDMI pour relier l'appareil à un téléviseur HD ou Full HD.

Alors, le nouvel Olympus E-620, reflex compact et léger, tiendra-t-il ses promesses concernant la qualité des images ? Réponse dans notre test complet.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation