Exposition

En mode de mesure matricielle (ESP) sur 49 segments, le reflex Olympus donne de bons résultats avec une exposition assez fidèle. Le reflex dispose de plusieurs réglages de luminosité : auto, normal, forte luminosité et ton grave. Le mode auto réalise automatiquement un ajustement des ombres (sorte de D-lighting version Olympus). Il n'est malheureusement pas possible de doser le processus sur plusieurs niveaux comme le proposent les reflex Nikon ou Canon.
Globalement, le E-620 tolère un peu mieux les hautes lumières que les précédents modèles (E-420, E-520) avec des images un peu moins percées dans les situations délicates. Toutefois, la dynamique du capteur reste plus limitée par rapport aux capteurs équivalents au format APS-C.

Olympus E-620 ton grave Olympus E-620 test
Olympus E-620 test Olympus E-620 test

Même scène, mais rendus différents : à gauche le reflex est en mode ton Grave et à droite en mode forte luminosité.

Olympus E-620 normal Olympus E-620 test
Olympus E-620 test Olympus E-620 test

Le mode luminosité automatique permet de redonner un peu de vigueur aux zones sombres en jouant sur l'histogramme. Résultat, les ombres sont plus détaillées tout en ne touchant pas la droite de l'histogramme.

Raw

Le format Raw du E-620 reste sur 12 bits (même au niveau de l'échantillonnage) et les fichiers sont toujours dans un format propriétaire ORF.  Pour exploiter les données, il faudra donc utiliser les logiciels livrés avec le reflex ou attendre que les éditeurs de logiciels tiers mettent à jours leurs produits.
Les fichiers .ORF oscillent entre 11 et 15 Mo alors que les fichiers JPeg "pèsent" entre 2 et 9 Mo selon la complexité de la scène.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation