Canon EOS 50D recommandé

Tout juste un an après la sortie de l'EOS 40D, Canon propose un nouveau reflex expert (le Canon EOS 40D reste au catalogue actuel), un peu pressé par la sortie remarquée du Nikon D300. Pour l'occasion, Canon n'a pas fait les choses à moitié. Le capteur du Canon EOS 50D, toujours au format APS-C (facteur 1,6x) renferme un peu plus de 15 millions de pixels et établi, à ce jour, un nouveau record de densité et de définition. Toutefois, il faut relativiser ce gain de 50% de pixels par rapport au Canon EOS 40D par exemple. La différence de pixels n'est que de 684 pixels sur la largeur et de 576 pixels sur la hauteur.

Le châssis de l'EOS 50D est très proche de celui du 40D et il faut examiner en détail le reflex pour noter quelques petites différences. La plus importante reste sans doute l'écran LCD de 3 pouces capable d'afficher 920 000 points (640x480 pixels), une première chez Canon. L'affichage des informations et des images est alors somptueux.
Les différences les plus importantes sont internes. Le 50D intègre un nouveau processeur de traitement des images qui permet "d'avaler" la grande quantité d'information. Ainsi, et malgré les fichiers plus volumineux, le 50D conserve une cadence rafale à 6,3 i/s (JPeg et Raw) avec des cartes rapides (le 50D accepte les carte CF UDMA). Le boîtier restera réactif sur des scènes rapides. Le DIGIC 4 permet également de travailler à de très hautes valeurs de sensibilité. Il est possible de "pousser" les ISO du 50D aux valeurs 6400 et 12800 (H1 et H2). Il faut tempérer toutefois l'enthousiasme autour de ces valeurs. Si les images sont facilement exploitables de 100 à 1600 voire 3200 ISO, les deux valeurs supérieures délivrent des images nettement plus dégradées. Le DIGIC 4 ne fait pas de la magie.

Le logiciel interne offre quelques nouveautés intéressantes comme la possibilité d'ajuster la mise au point des objectifs de manière très précise, ce qui permet de corriger les problèmes de back ou front focus. Vous trouverez également une correction automatique du vignettage (en fonction des optiques utilisées)et une correction automatique de la luminosité. Le boîtier conserve naturellement les technologies présentes sur certains modèles de la marque comme le mode priorité hautes lumières ou le système antipoussière par vibration du filtre passe-bas (largement perfectible).

Nous avons essayé le Canon EOS 50D avec plusieurs optiques :50mm f/1,8, 24-70 mm f/2,8 et le nouveau EF-S 18-200 mm stabilisé. Ce dernier donne d'assez bons résultats avec une stabilisation efficace. Il est toutefois évident que la définition du capteur exige des optiques de qualité pour profiter pleinement des performances du boîtier.

Au final, l'EOS 50D reçoit assez facilement un recommandé. Agréable d'usage, rapide, efficace et délivrant une belle qualité d'image, le 50D satisfera les photographes exigeants. On pourra juste regretter le manque d'évolution au niveau de l'autofocus pour le suivi de sujet par exemple ou un viseur un peu plus large.

Points forts

Points faibles

Très bonne gestion du bruit jusqu'à 1600 ISO

Bruit électronique visible aux plus hautes sensibilités (6400 - 12800 ISO)

Assez bonne gestion du bruit électronique à 3200 ISO

Balance des blancs automatique décevante en lumière tungstène

Boîtier agréable à prendre en main (bonnes proportions)

Autofocus par contraste (visée directe) très lent

Écran LCD de 3 pouces et 920 000 points de qualité

Antipoussière perfectible

Quick Menu efficace (réglage des paramètres sur l'écran LCD)

Autonomie de la batterie assez faible

Autofocus nerveux et précis en pleine lumière

Pas de lampe d'assistance pour l'AF (il faut relever le flash)

Correction automatique du vignettage efficace

Pas de mode vidéo

Rafale à 6,3 i/s (JPeg et Raw)

Correction automatique de la luminosité peu efficace

Différentes tailles de fichiers Raw (sRaw1 et sRaw2)

Pas de gestion de flashes externes sans fil avec le flash intégré

Définition importante du capteur

Balance des blancs automatique peu efficace avec un éclairage tungstène

Visée directe sur écran LCD appréciable pour le studio

 

Offre logicielle complète, performante et livrée en standard

 

Sortie vidéo HDMI pour une diffusion des images en HD

 

2 modes C1 et C2 personnalisables

 

La concurrence

Le Canon EOS 50D se positionne inévitablement face au 40D (testé) encore au catalogue. Ce dernier présente des performances intéressantes pour un prix désormais très attractif. Les deux appareils sont construits sur le même châssis et offrent naturellement la même agréable prise en main. En outre, le 50D est compatible avec les accessoires du 40D comme le grip d'alimentation. La visée et l'autofocus sont identiques et la rafale à plus de 6 i/s est pratiquement similaire. Le 50D se démarque par l'écran LCD plus vaste et beaucoup plus confortable (640x480 pixels) et surtout une plus large définition. Les autres avantages comme la correction du vignettage, la correction automatique de la luminosité, l'ajustement de la mise au point, la sortie HDMI, l'augmentation de la sensibilité jusqu'à 12800 ISO sont bien réels mais moins primordiaux. Le 40D reste donc un véritable concurrent au 50D, surtout pour le photographe qui n'est pas besoin d'une haute définition des images.

Canon EOS 40D

Le Nikon D300 est naturellement le concurrent le plus direct du nouveau Canon 50D. Plus ancien, le D300 aligne des spécificités assez proches du nouveau reflex Canon : écran LCD de 3 pouces 920 000 points, rafale quasiment identique à 6 i/s (le Nikon peut grimper à 8 i/s avec une batterie plus puissante), sortie vidéo HDMI. La sensibilité ISO est également assez proche : de 100 à 6400 ISO pour le Nikon D300 et de 100 à 12800 ISO pour le Canon 50D. Le 50D offre 1 IL supplémentaire certes, mais le traitement du bruit est légèrement meilleur sur le boîtier Nikon. Le D300 prend également l'avantage concernant la visée (100% contre 95% de couverture) et l'autofocus qui utilise 51 collimateurs. En terme de réactivité, l'AF du Nikon semble un peu plus lent (il faut gérer plus de points), mais le suivi 3D d'un sujet est remarquable d'efficacité. Les 9 points de l'EOS 50D paraissent bien peu. Pourtant, la réactivité est au rendez-vous. D'autres éléments jouent en faveur du boîtier Nikon comme la possibilité de piloter des flashes distants sans fil, une autonomie supérieure de la batterie ou une construction un cran au dessus du modèle Canon. Le Canon 50D offre une visée directe beaucoup plus aboutie (histogramme d'exposition, fluidité parfaite, détection des visages, simulation d'exposition, AF plus véloce...), des logiciels professionnels et une définition supérieure du capteur.

Nikon D300
En effet, son capteur à 14,6 millions de pixels permet facilement, au boîtier Pentax, de rivaliser en terme de définition d'image. Parmi les avantages du Pentax K20D, on pointera la construction robuste et tropicalisée du boîtier, une ergonomie exemplaire (interface personnalisable, mode priorité sensibilité, touche Raw...). Vous apprécierez également le format Raw ouvert (DNG) et la possibilité de piloter des flashes distants à l'aide du flash intégré. Pourtant, le K20D marque son âge. Les résultats obtenus en hautes sensibilités (1600 - 3200 ISO) sont moins bons et la sensibilité est limitée à 6400 ISO. Le Canon EOS 50D "écrase" le K20D au niveau de la rafale (6 i/s contre 3 i/s) et l'écran LCD 3 pouces 920 000 points est beaucoup plus agréable pour visionner les images ou régler l'appareil. En outre, le Canon 50D dispose de petits plus bien pratiques comme la correction du vignettage automatique, la connexion HDMI et des menus parfaitement organisés. Plus ancien, le Pentax K20D est toutefois pratiquement deux fois moins cher. Pentax K20D
Canon EOS 50D
Qualité des images :
Caractéristiques :
Vitesse :
Confort d'utilisation :
Qualité de fabrication :
8,5/10
9/10
9/10
8n5/10
8,5/10
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation