Canon EOS 50D test

L'interface du nouveau reflex EOS 50D n'est guère différente du 40D et l'on retrouve la molette de sélection des modes d'exposition sur l'épaule gauche de l'appareil. En plus des traditionnels modes P,S,A et M, vous retrouverez le mode A-Dep (pour la gestion de la profondeur de champ), 2 modes personnalisables (C1 et C2), les modes résultats (sans flash, portrait de nuit, sport, macro, paysage et portrait), le mode vert (auto) et le nouveau mode Creatif Auto.

Ce dernier est une sorte de mode priorité ouverture, symbolisé sur l'écran par deux pictogrammes. Il se destine tout particulièrement aux débutants qui peuvent alors choisir entre un arrière plan flou ou net (l'appareil joue sur l'ouverture de l'objectif). Une seconde série de pictogrammes permet de jouer sur la luminosité du sujet. Dans ce cas, l'appareil modifie la correction d'exposition.

Sur l'épaule droite du boîtier, vous retrouverez les classiques rangées de touches pour paramétrer l'appareil (illumination de l'écran LCD, mesure de la lumière, balance de blancs, mode AF, motorisation, sensibilité, correction de l'expo...). Ces touches sont des doubles commandes (réglages à la fois par la molette avant et la roue codeuse). Au début, la manipulation peut paraître périlleuse et les symboles ne permettent pas de savoir quelle molette il faut activer (ils sont placés du même côté de la touche). Une question d'habitude probablement. Autre petit reproche, ces touches sont assez petites et l'alignement ne permet pas d'accéder facilement aux commandes proches du flash avec l'index.

Canon EOS 50D test

Les dernières touches sont assez éloignées de la poignée. Il est assez délicat de les activer en gardant un oeil dans le viseur.

Sur le dos de l'appareil, vous retrouverez donc la fameuse roue codeuse (si simple d'emploi) et un joystick de navigation. On pourra toujours regretter que ce joystick soit si petit, rendant sa manipulation parfois hasardeuse. Dans le même domaine, la version des Sony Alpha 700 et 900 est nettement plus pratique. Le levier de mise sous tension est toujours situé sur le bas de l'appareil et il est toujours aussi difficile à manipuler (le levier est petit et le mouvement assez dur). Sur ce plan, la couronne autour du déclencheur semble à la fois plus rapide d'accès et plus pratique.

Canon EOS 50D test

L'écran 3 pouces, capable d'afficher 920 000 points, occupe une bonne partie du dos de l'appareil. L'affichage est de qualité, mais l'on regrette que Canon ne livre pas, comme le propose Nikon, une protection en plastique pour l'écran. Comme vous pouvez le constater, le modèle présente déjà une éraflure.

Le dos de l'appareil est également très classique. La "géniale" roue codeuse est toujours là et accompagne parfaitement le petit joystick. Celui-ci prend de l'importance puisqu'il permet désormais d'activer le Quick Menu pour régler les paramètres de l'appareil sur l'écran LCD arrière.

Canon EOS 50D test

Le flash

L'EOS 50D dispose d'un flash pop-up dont l'ouverture semble, au son, motorisé. Le boîtier ne dispose pas de lampe d'assistance pour l'autofocus en basse lumière. C'est donc le flash qui vient épauler le système AF par une salve d'éclairs.

Canon EOS 50D test

Les différents connecteurs (flash externe, télécommande, USB, vidéo et HDMI) sont protégés par deux larges bandes de caoutchouc.

Concernant le bruit du déclencheur, le 50D produit un son caractéristique, à la fois sec et assez discret. En mode visée directe, vous pouvez également déclencher en mode silencieux. Dans ce cas, vous n'entendez que le bruit de l'obturateur mécanique (le miroir est relevé).

Canon EOS 50D test

Vous pouvez cliquer sur l'image pour entendre le bruit du déclenchement, puis du mode silencieux.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation